"Sonic le film" : Hérisson carré contre Carrey hérissant

ECRANS | De Jeff Fowler (É.-U., 1h40) avec James Marsden, Jim Carrey, Tika Sumpter…

Vincent Raymond | Mercredi 12 février 2020

Photo : ©2019 Paramount Pictures and Sega of America, Inc. All Rights Reserved


Exilé sur la planète Terre, le hérisson bleu Sonic vit heureux caché dans une petit ville, jusqu'au jour où il déclenche accidentellement une gigantesque décharge énergétique. Le gouvernement dépêche un savant fou, le Dr Robotnik, pour tirer les choses au clair…

La nostalgie n'ayant pas d'âge, chacun·e éprouve une douce mélancolie à la remembrance des décors de sa jeunes. Quand les septuagénaires susurrent Âmes fifties, les quinqua beuglent L'Île aux enfants et les trentenaires s'emparent de leur console pour se taper des parties de Sonic. Point commun à tous ces comportements innocents : la recherche d'un plaisir régressif et irénique ; le retour à ce fameux paradis perdu à l'âge adulte, auquel ils accèdent par saccades lors de ces plongées dans le bleu des souvenirs… ou du logo Sega, en l'occurrence.

Sonic le film illustre bien cette quête sans fin (n'est-ce d'ailleurs pas le propre d'un jeu-vidéo d'être construit en quête ?) en révélant le désir un brin réactionnaire des fans de tout retrouver intact — la polémique sur l'évolution morphologie de leur personnage fétiche née de la première bande-annonce en témoigne. Le scénario également suit cette idée, puisqu'on y voit un policier de bourgade rêver de s'épanouir à San Francisco… avant d'y renoncer parce que le home town de son enfance est plus taillé à ses dimensions. Bien que ne tenant pas en place, Sonic lui-même cultive l'adulescence éternelle, avec son terrier digne d'un étudiant de première année.

Hors cela, ce spectacle ni déplaisant ni honteux se place sous la bannière du film familial, et vise autant leurs enfants que les trentenaires précités. Un bémol : Jim Carrey alias Robotnik/Eggman qui, pour le coup, obéit à la consigne de la constante en auto-copiant ce qu'il faisait il y a vingt ans. Certes, c'est cohérent, mais un peu triste au regard des nuances dont il est capable…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Malik Bentalah : « On cherche tous notre Tchao Pantin ! »

Sonic, le film | Revendiquant son appartenance à la Génération 1990 comme sa culture gaming, Malik Bentalah ne s’est pas fait prier pour prêter sa voix au hérisson bleu de Sega. Un rôle qui lui a permis de dévoiler un registre plus sensible, que l’humoriste aimerait davantage explorer…

Vincent Raymond | Mercredi 12 février 2020

Malik Bentalah : « On cherche tous notre Tchao Pantin ! »

Quel joueur de console étiez-vous ? MB. : C’est bien simple : à l’époque, il y avait la team Super Mario et la team SuperSonic, avec la MegaDrive, j’ai passé des après-midis entières à jouer… quand il n’y avait pas école, bien évidemment. Je joue moins, mais je suis toujours influencé par la culture gaming : j’ai grandi avec le Club Dorothée et les manga. Chez moi, il y a une pièce remplie de figurines, avec de petits tableaux DragonBall Z, Sonic… Quand j’y entre, j’ai l’impression de revenir en enfance, c’est mon bureau de travail, c’est un côté Pixar. Donc quand on m'a appelé pour faire la voix, j'ai dit oui tout de suite, alors que d’habitude je me fais désirer. Comment avez-vous vécu la polémique portant sur la première physionomie du personnage de Sonic ? Attention, je commence à être rodé au niveau des polémiques : Taxi 5, CopyComic… Là, je me suis dit que c’était bon signe, dans le sens où il y a eu un

Continuer à lire