"Éléonore" : Aime ma soeur !

ECRANS | ★☆☆☆☆ De Amro Hamzawi (Fr., 1h25) avec Nora Hamzawi, Julia Faure, Dominique Reymond…

Vincent Raymond | Mercredi 30 septembre 2020

Photo : ©Ecce Films


Bavarde impénitente, gaffeuse patentée, en panne d'amour, Éléonore accepte un job alimentaire d'assistante chez un éditeur de romans érotiques. Elle va mettre le souk, mais dans l'intérêt général… Transposant son histoire pour que sa sœur Nora puisse l'interpréter, Amro Hamzawi signe une comédie sentimentale désuète pour l'export, pleine de cartes postales et de Parisiennes trop agaçantes mais sexy (ô-l'amûr-jolie-madmoizel). Hors d'âge et relativement dispensable.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une aussi longue absence

Panorama ciné septembre 2020 | Comédies, documentaires, animation, expérimental ? Tout à la fois, et à profusion ! Et sans blockbuster ni films primés dans les festivals pour capter tous les regards, il faut laisser libre cours à sa curiosité histoire de multiplier les expériences, les sensations, les découvertes…

Vincent Raymond | Mercredi 9 septembre 2020

Une aussi longue absence

Non fiction L’aventure intérieure du confinement aura-t-elle rendu plus perméable à l’écoute du monde ? Idéal pour voyager en conscience à travers l’histoire et le temps — y compris ici et maintenant —, le documentaire étend le périmètre de nos terræ cognitæ. Et nous conduit entre le Mali et Cuba à la rencontre des survivants d’un orchestre de world music avant l’heure dans Africa Mia de Richard Minier & Edouard Salier (16 septembre), sorte de Buena Vista Social Club marqué par la poisse et la mélancolie. En Macédoine, à la découverte de l’ultime apicultrice traditionnelle du pays se faisant parasiter par une famille tuyau-de-poêle s’installant à côté de chez elle dans l’intrigant Honeyland de Tamara Kotevska & Ljubomir Stefanov (même date). À Lyon, dans les coulisses d’une équipe de talents hauts : les footballeuses de l’OL raflant tous les titres de leur saison et créant leur légende devant la caméra de Stéphanie Gillard pour Les Joueuses #paslàpourdanser (depuis le 2 septembre). À Brive-la-Gaillarde, avec le

Continuer à lire

Du rire au quotidien

Humour | Nora Hamzawi est de passage à Saint-Etienne le 1er mars au Centre des Congrès. Une occasion unique de plonger dans la vie pas-si-ordinaire d'une trentenaire parisienne. Pour le fun !

Aurélien Martinez | Mardi 11 février 2020

Du rire au quotidien

L’humour sur les petites et grandes péripéties de la vie courante, ça n’est pas forcément très original (combien, dans les spectacles des comiques stars, de sketchs interchangeables sur, au pif, la fidélité ou le dernier gadget technologique à la mode ?), pourtant ça marche. Et ça peut même avoir une certaine saveur quand c’est bien fait, notamment lorsqu’est présent un recul complice qui montre que oui, la personne en face de nous sait qu’elle va sur un terrain maintes fois labouré, mais avec un décalage qui donne du sel à son propos… Le nouveau spectacle de Nora Hamzawi est ainsi dans le plus pur style de ce qui fait la force et le succès de celle qui est également chroniqueuse télé ou encore actrice ciné : un regard acéré, parfois tendre, parfois plus acerbe, sur sa vie de trentenaire parisienne. Car si elle nous fait rire des autres (de nous, donc), Nora Hamzawi rit surtout d’elle-même, ce qui évite le spectacle simplement moqueur sur toutes les catégories possibles d’êtres humains – les bobos, les adeptes des réseaux sociaux, les jeunes parents… Une force décuplée par une exécution au cordeau (quel sens du rythme, qui place la comédienne

Continuer à lire

Ce n'est pas une burle !

Festival humour | Le festival des Arts burlesques revient fin février 2020 pour sa 17e édition. Un événement incontournable sur la carte de l'humour en France avec la venue (...)

Nicolas Bros | Jeudi 21 novembre 2019

Ce n'est pas une burle !

Le festival des Arts burlesques revient fin février 2020 pour sa 17e édition. Un événement incontournable sur la carte de l'humour en France avec la venue d'une bonne partie de ceux qui font l'actualité de la scène du seul-en-scène. Cette année, entre autres, le festival accueille Anne Roumanoff, Alex Vizorek (en parrain de l'édition dont il fera la clôture avec un gala en honneur aux femmes), Nora Hamzawi, Roman Frayssinet, Bernard Mabille, Ines Reg et ses paillettes, le retour des "Suédois" Blond and Blond and Blond avec leur nouveau spectacle, Kyan Khojandi, Pablo Mira ou encore notre chroniqueur stéphanois Jason Chicandier ! Un festival du rire qui s'assume toujours plus grand et qui rayonne toujours plus loin. Programmation complète sur cette page. 27e festival des Arts Burlesques, du 27 février au 8 mars 2020, à Saint-Étienne et dans sa région

Continuer à lire

"Alice et le maire" : Pensée commune

ECRANS | Un maire à bout d’idées se régénère grâce aux perfusions intellectuelles d’une philosophe. Levant un coin du voile sur les coulisses de nos institutions, Nicolas Pariser raconte aussi l’ambition, la sujétion, le dévouement en politique, ce métier qui n’en est pas un…

Vincent Raymond | Mardi 1 octobre 2019

Usé, fatigué… vieilli ? Paul Théraneau, maire de Lyon, éprouve en tout cas un passage à vide intellectuel incitant son cabinet à recruter une jeune philosophe, Alice Heimannn pour lui redonner des idées. Dans les arcanes du pouvoir, Alice se fait sa place et devient indispensable… L’époque impose de dénigrer les dirigeants politiques, lesquels donnent bien volontiers le bâton pour se faire battre (dans les urnes). Aussi, chaque film s’intéressant à la chose publique et révélant la réalité d’une gouvernance, loin des fantasmes et des caricatures, est salutaire. Alice et le Maire s’inscrit ainsi dans le sillage de L’Exercice de l’État (2011) de Pierre Schoeller. Sans angélisme non plus puisque les manœuvres d’appareil, les mesquineries et jalousies de cabinet ne sont pas tues — mais n’est-ce pas là le quotidien de n’importe quelle entreprise où grenouillent les ambitieux ? Ce sur quoi Pariser insiste, c’est la nécessité pour le responsable politique d’être animé par une inspiration, un souffle ; de disposer d’un socle philosophique et d’un·e sparing-partner intellectuel dans une joute maïeutiq

Continuer à lire

Les premiers noms des Arts Burlesques 2020

Festival humour | Les premiers noms de la programmation du prochain festival des Arts Burlesques qui se déroulera du 27 février au 8 mars 2020 viennent d'être dévoilés. Au (...)

Nicolas Bros | Lundi 3 juin 2019

Les premiers noms des Arts Burlesques 2020

Les premiers noms de la programmation du prochain festival des Arts Burlesques qui se déroulera du 27 février au 8 mars 2020 viennent d'être dévoilés. Au programme, le désopilant Roman Frayssinet (connu notamment pour ses chroniques dans l'émission Clique de Mouloud Achour), Nora Hamzawi, Kyan Khojandi (Bref), Élodie Poux, Tania Dutel et Tanguy Pastureau. Festival des Arts Burlesques, du 27 février au 8 mars 2020 Plus d'infos sur ce site

Continuer à lire

L’Amant double : Maux comptent double

ECRANS | Une jeune femme perturbée découvre que son ancien psy et actuel compagnon mène une double vie. Entre fantômes et fantasmes, le nouveau François Ozon transforme ses spectateurs en voyeurs d’une œuvre de synthèse.

Vincent Raymond | Mardi 30 mai 2017

L’Amant double : Maux comptent double

Conseillée par sa gynécologue, Chloé, une jeune femme perturbée, entame une psychanalyse auprès de Paul Meyer. Mais après plusieurs séances, la patiente et le thérapeute s’avouent leur attirance mutuelle. Le temps passe et ils s’installent ensemble. C’est alors que Chloé découvre que Paul cache d’étranges secrets intimes, dont une identité inconnue… L’an dernier sur la Croisette, c’est Elle de Verhoeven qui avait suscité une indignation demi-molle en sondant les méandres obscurs du désir féminin et en démontant sa machinerie fantasmatique — sans pleinement convaincre, pour X ou Y raison. Au tour de François Ozon de s’y employer, dans le même registre élégamment sulfureux et chico-provocateur. Car l’on sait, à force, que le réalisateur adore frayer avec les tabous, s’amusant à les titiller sans jamais outrepasser les frontières de la bienséance : courtiser le scandale est à bien des égards plus excitant (et moins compromettant) que d’accepter de baiser sa rouge bouche offerte. Voyons voir C’est dans

Continuer à lire