"Slalom" : Sortie de piste

ECRANS | ★★★☆☆ De Charlène Favier (Fr.-Bel., 1h30) avec Noée Abita, Jérémie Renier, Marie Denarnaud… sortie le 16 décembre

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2020

Photo : ©Charlie Bus Production


Lyz, 15 ans, intègre une classe de ski-études. Délaissée par ses parents, l'adolescente douée va rapidement passer sous la coupe d'un entraîneur abusif…

À l'instar de la pratique du ski, le traitement de certains sujets sensibles réclame du tact et de l'équilibre ; le moindre faux-pas entraînant une chute fatale. Celui dont Charlène Favier s'empare a beau croiser une double actualité — la mise au jour de scandales dans l'univers des sports de glace en particulier et l'avénement du mouvement #MeToo en général —, il n'était pas exempt d'un risque de manichéisme, en (sur)chargeant facilement le coupable, ou en édulcorant ce qu'elle représente. Au contraire a-t-elle choisi de montrer la construction d'une mécanique d'emprise dans son détail, dans la complexité de son irrésistible déploiement, ne cachant pas l'existence d'une responsabilité collective — un “terreau favorable” pour un prédateur. En découle l'apparente acceptation de la victime, son mutisme malgré les appels à l'aide. Admirablement servi par le duo Noée Abita-Jérémie Renier, duo qui ne s'épargne rien dans l'épreuve, ce film va au-delà du “dossier“ en offrant par le ski des images impressionnistes restituant autant l'effort, l'abandon de soi que la pulsion de la compétition. Et puis, il s'agit surtout d'une victoire : le récit d'un affranchissement.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Ava : Jeune fille en fleur avant l’ombre

ECRANS | Ava a treize ans, une mère célibataire fantasque, une petite sœur au biberon et une maladie qui va la rendre aveugle à la fin des grandes vacances. Loin de (...)

Vincent Raymond | Mercredi 28 juin 2017

Ava : Jeune fille en fleur avant l’ombre

Ava a treize ans, une mère célibataire fantasque, une petite sœur au biberon et une maladie qui va la rendre aveugle à la fin des grandes vacances. Loin de s’apitoyer sur son sort, l’ado profite de ce qui lui reste de vue pour longer les marges avec un jeune gitan qui la fascine… Bonne pioche pour la Semaine de la Critique que ce premier long métrage de Léa Mysius, tout à la fois empli de la vitalité rebelle de la jeunesse et confronté à l’inéluctable d’une disparition précoce. Un poème sensoriel débarrassé d’un ancrage forcené au réalisme, Ava qui s’octroie des parenthèses de folie douce lorsqu’il s’agit d’évoquer le ressenti de la liberté, le frisson de l’incertain. Une révolte métaphorique dans une fuite à la poursuite de la beauté, où la suggestion discrète l’emporte sur la pataude monstration. Garde à vue On sait combien un film peut se trouver transfiguré par son acteur·trice grâce à l’accord intime entre l’interprète et son personnage. Ce que livre ici la débutante Noée Abita tient de la vibration : à l’âge

Continuer à lire

L’Amant double : Maux comptent double

ECRANS | Conseillée par sa gynécologue, Chloé, une jeune femme perturbée, entame une psychanalyse auprès de Paul Meyer. Mais après plusieurs séances, la patiente et le (...)

Vincent Raymond | Mardi 30 mai 2017

L’Amant double : Maux comptent double

Conseillée par sa gynécologue, Chloé, une jeune femme perturbée, entame une psychanalyse auprès de Paul Meyer. Mais après plusieurs séances, la patiente et le thérapeute s’avouent leur attirance mutuelle. Le temps passe et ils s’installent ensemble. C’est alors que Chloé découvre que Paul cache d’étranges secrets intimes, dont une identité inconnue… L’an dernier sur la Croisette, c’est Elle de Verhoeven qui avait suscité une indignation demi-molle en sondant les méandres obscurs du désir féminin et en démontant sa machinerie fantasmatique — sans pleinement convaincre, pour X ou Y raison. Au tour de François Ozon de s’y employer, dans le même registre élégamment sulfureux et chico-provocateur. Car l’on sait, à force, que le réalisateur adore frayer avec les tabous, s’amusant à les titiller sans jamais outrepasser les frontières de la bienséance : courtiser le scandale est à bien des égards plus excitant (et moins compromettant) que d’accepter de baiser sa rouge bouche offerte. Voyons voir C’est dans

Continuer à lire

Elefante blanco

ECRANS | Le prologue très Werner Herzog d’Elefante blanco semble avancé en territoire inconnu. Pour échapper à des guerilleros, Nicolas (Jérémie Rénier) se réfugie dans la (...)

Christophe Chabert | Lundi 18 février 2013

Elefante blanco

Le prologue très Werner Herzog d’Elefante blanco semble avancé en territoire inconnu. Pour échapper à des guerilleros, Nicolas (Jérémie Rénier) se réfugie dans la jungle avant de dériver sur un fleuve. Entre l’urgence et le lyrisme, Pablo Trapero affirme son envie d’un film qui embrasserait tout ce que le cinéma peut offrir comme spectacle. Déjà, dans son précédent Carancho, il disait le désespoir social de l’Argentine à travers un récit codifié façon film noir, ponctué d’éclats de violence et de grandes envolées stylistiques. Elefante blanco tente de réitérer l’exploit — et y parvient presque. La patte Trapero Nicolas est en fait un prêtre missionnaire. Il est envoyé dans un bidonville de Buenos Aires où exerce son ami Julian (le toujours parfait Ricardo Darin), prêtre lui aussi, qui tente depuis des années de renouer un lien social en construisant un hôpital. Cachant la maladie qui le ronge, sentant sa fin approcher, il voit en Nicolas un successeur possible. Mais leurs tempéraments sont opposés : Julian est calme, raisonné, diplomate ; Nicolas est sanguin, casse-cou, en quête d’action. Deux mondes entre lesquels va se glis

Continuer à lire