Sous la Serre, acte 4

Art contemporain | Le plasticien Loïc-Yukito Nakamura ouvre la quatrième saison de la Serre, amorçant une nouvelle série d’expositions d’art contemporain qui fait la part belle aux artistes émergents issus du foisonnant vivier artistique régional.

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Photo : Loïc-Yukito Nakamura (vue d’exposition) © Niko Rodamel


A raison de six expositions annuelles de cinq semaines chacune sur le site de l'ancienne école des Beaux-Arts, la ville de Saint-Étienne a fait de la Serre, depuis janvier 2016, un espace d'exposition spécifiquement tourné vers l'émergence artistique. Traduisant une volonté affirmée d'apporter aide matérielle et soutien logistique à de jeunes plasticiens en voie de professionnalisation, une bourse de trois mille euros est attribuée à chaque artiste sélectionné pour la production d'une exposition personnelle. Mettant l'accent sur l'innovation et l'expérimentation, la programmation à venir s'annonce très prometteuse. Sont attendus les accrochages de Simon Feydieu (avril) et de Léa Bouttier (mai-juin), les sculptures d'Audrey Galais (juillet) et les œuvres de Laurent Da Sylva (septembre-octobre), avant d'accueillir le prochain lauréat du prix Moly-Sabata/Ville de Saint-Étienne.

Nippon ni mauvais

Néo-stéphanois d'origine nipponne, Loïc-Yukito Nakamura ouvre donc le bal 2019 avec une installation très personnelle, Résonances d'une marge intérieure. Titulaire d'un Diplôme national supérieur d'expression plastique (DNSEP) obtenu en 2017 à l'École supérieure d'art et design Saint-Étienne, le jeune artiste était l'année suivante l'un des deux lauréats du Prix Golden Parachute. Dans le vaste espace de la Serre, Nakamura explore la mémoire résiduelle du trait sur la surface rugueuse des supports. Entre équilibre précaire et tension sous-jacente, il est donc question de trace, ténue et fragile, celle qui nous échappe, que l'on discerne à peine, qui apparaît ou disparaît dans le brouillard épais de la perception. Un espace audiovisuel bâti avec le concours du vidéaste Guillaume Sbaïz et du musicien Damien Manet vient compléter une série de tableaux très épurée. Avec cette sobriété assumée et une grande économie de moyens, l'ensemble de l'exposition interroge au final notre propre résonance intérieure.

Résonances d'une marge intérieure de Loïc-Yukito Nakamura, jusqu'au 2 mars 2019, La Serre


Loïc-Yukito Nakamura

"Résonances d'une marge intérieure" en collaboration avec Damien Manet et Guillaume Sbaïz
La Serre 15 rue Henri Gonnard Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Flower power

Relève | Lauréate de la sixième édition du prix Moly-Sabata / Ville de Saint-Étienne, la plasticienne Mélissa Sinapan annonce clairement la couleur avec l’exposition (...)

Niko Rodamel | Mercredi 4 décembre 2019

Flower power

Lauréate de la sixième édition du prix Moly-Sabata / Ville de Saint-Étienne, la plasticienne Mélissa Sinapan annonce clairement la couleur avec l’exposition À la peinture et aux fleurs, à découvrir jusqu’au 15 décembre dans les murs de l’ancienne école des Beaux-arts. À partir d’éléments graphiques glanés ici ou là, dans des musées ou des églises mais également au fil de ses voyages, l’artiste construit ses tableaux comme le récit pictural de ses souvenirs personnels. Chaque toile déploie un décor unique où les sensations florales sont construites autour d’un nouveau motif, traité de façon changeante. Chaque oeuvre s’offre ainsi au regard tel un écrin végétal où l’explosion vibratoire des couleurs et le rythme des volutes témoignent chez Mélissa d’une sincère passion pour l’univers des fleurs. Pour la jeune femme, cette série est aussi un terrain de jeu dans lequel elle se réapproprie intelligemment tout un pan de l’histoire de l’'art... Mélissa Sinapan s’était fait remarquer pour la qualité de son travail, au printemps dernier, lors de l’'exposition Starting Blocks qui mettait en avant les nouveaux diplômés de l'ESADSE. Mélissa Sinapan,

Continuer à lire

Atmosphère

ARTS | Panorama expos

Niko Rodamel | Mardi 3 septembre 2019

Atmosphère

Avec l'exposition Chaque jour est un arbre qui tombe, l'artiste lyonnais Laurent Da sylva poursuit son travail autour du temps, plus précisément celui de la nature, au rythme de la lumière solaire qui rituellement apparaît et disparaît. L'artiste a progressivement élaboré un protocole de travail conciliant méthode scientifique et expérimentation plastique, où le caractère programmatique des phénomènes spatiaux et atmosphériques n'est au fond que prétexte à une expérience romantico-contemplative du temps. Chaque jour est un arbre qui tombe de Laurent Da sylva, du 20 septembre au 26 octobre à la Serre

Continuer à lire

Passerelle

Centre d'art | Cinq ans après sa participation à l'exposition Le générique du début au sein du collectif Les Ateliers, la plasticienne Audrey Galais retrouve l'espace de la (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 juin 2019

Passerelle

Cinq ans après sa participation à l'exposition Le générique du début au sein du collectif Les Ateliers, la plasticienne Audrey Galais retrouve l'espace de la Serre, cette fois-ci en solo. Depuis sa formation à l'École Supérieure d'Art de Clermont Métropole et l'obtention d'un Diplôme National Supérieur d' Expression Plastique, Audrey enchaîne les expositions collectives ou personnelles, les publications et les résidences, en France comme à l'étranger, notamment en Thaïlande et en Ecosse. Avec Du modèle, accrochage inédit créé spécifiquement pour sa nouvelle exposition à Saint-Étienne, l'artiste propose d'extraire du monde visible des formes de peu, par l’empreinte et l’emprunt. Il est ici question de reproductibilité à travers différents dispositifs techniques, scénographiques et naturalistes : trois îlots végétaux et trois nouvelles sculptures se répondent dans un jeu d'hypothétiques doubles, créant une passerelle entre le maintenant et l’autrefois. Audrey Galais associe des moulages de bois flotté à des objets manufacturés, évoquant ainsi de potentielles et hasardeuses natures mortes que les éléments tels que le vent ou les marées auraient le pouvoir de fair

Continuer à lire

Récits rétifs

Relève artistique | Née en Seine-Saint-Denis en 1993, Léa Bouttier est passée par la Haute École d’Art et de Design de Genève avant de terminer sa formation à Saint-Étienne, à (...)

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Récits rétifs

Née en Seine-Saint-Denis en 1993, Léa Bouttier est passée par la Haute École d’Art et de Design de Genève avant de terminer sa formation à Saint-Étienne, à l’ESADSE. Depuis l’obtention de son Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique en 2017, elle bénéficie du soutien de l’ADÉRA, dispositif d’aide à la professionnalisation tourné vers les jeunes diplômés issus des écoles d'art rhône-alpines. Vivant et travaillant désormais à Lyon, Léa a ainsi intégré les Ateliers du Grand Large, à Décines-Charpieu. L’artiste met en oeuvre des techniques très diverses, recourant indifféremment à la sculpture, la vidéo, l'écriture ou la performance. Avec Les Sites à Chutes, les visiteurs étaient invités à la suivre dans les rues de Saint-Étienne, les guidant vers des éléments urbains qui, par leur caractère spécifique, sans être pour autant narratif, offraient la naissance d’une parole et la possibilité d’un récit. Car c’est bien cette notion de l’interprétation des formes que Léa Bouttier interroge à travers ses installations, cherchant à comprendre comment naissent les fictions au sein de formes souvent standardisées, provenant de l'architecture (poutrelles IPN), du milieu admi

Continuer à lire

Construction déconstruction

Art contemporain | Les expositions sous la Serre se suivent sans se ressembler et celle de Simon Feydieu, calendrier oblige, se voit intégrée à la programmation de la onzième (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 mars 2019

Construction déconstruction

Les expositions sous la Serre se suivent sans se ressembler et celle de Simon Feydieu, calendrier oblige, se voit intégrée à la programmation de la onzième Biennale Internationale Design. Depuis sa sortie en 2007 de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, l’artiste expose régulièrement ses travaux, multipliant également les résidences, de Clermont-Ferrand à Stuttgart. Dans ses bas-reliefs et autres motifs ornementaux, Feydieu révèle les propriétés picturales inattendues de matériaux habituellement utilisés par l’architecture d’intérieur. Pour cette réalisation in situ, le sculpteur investit la Serre en imaginant jusqu’à l’interaction qui se joue entre ses accrochages et les éléments propres au site, entretenant un rapport de concurrence et de domestication à l'espace. Par une série d’œuvres miroir, la lumière naturelle du lieu et les plantes qui l’habitent entrent alors en dialogue avec les créations du plasticien. Simon Feydieu, Saison 5, du 22 mars au 22 avril à La Serre (15 de la rue Henri Gonnard à Saint-Étienne)

Continuer à lire

Trêve hivernale

ARTS | Le 11 décembre a pris fin à l'Assaut de la menuiserie l’exposition Salon D’automne (remix) carte blanche accordée à Marc Geneix, Sébastien Maloberti et Simon Feydieu, membres de la galerie associative In Extenso qui a vu le jour en 2002 à Clermont Ferrand. Une exposition inscrite dans le cadre d’un échange artistique entre l’Assaut de la Menuiserie et son homologue clermontois.

Marc Chassaubene | Jeudi 29 décembre 2011

Trêve hivernale

Après avoir accueilli du 17 juin au 15 juillet 2011 à Clermont-Ferrand l’exposition collective Ce que je vois (whoo hee ha ha) conçu par l’Assaut, c’était donc au tour de la galerie stéphanoise de rendre l’invitation. Ainsi les trois artistes, ayant également une pratique de commissariat à travers la galerie In Extenso pour Marc et Sébastien, et par la galerie Néon à Lyon pour Simon, ont réalisé une exposition collective avec une forte résonance entre les pièces, conçue tout en contraste entre les salles. Dans la première salle, investie par Marc Geneix, une sensation de vide se faisait ressentir. Deux pièces : une table noire sciée en son milieu et recollée semblable à un livre ouvert, puis au fond, posé sur une étagère, un exemplaire du quotidien Le Monde converti en masque. Cette première salle contrastait avec la suivante, tout d’un coup rapetissée face à la sculpture monumentale, réalisée in situ par Simon Feydieu. Hommage au Merzbau de Kurt Schwitters, massive et agressive par ses volumes géométriques, ses pleins, ses angles et arrêtes, à la surface comme bétonnée faussement lissée. Son autre face lai

Continuer à lire