Destination Bourges pour La Belle Vie ?

MUSIQUES | Après la sortie de son premier EP, le jeune groupe stéphanois est passé à la Source, la salle de concerts de Fontaine (Isère), pour une audition. L’enjeu : une participation au Printemps de Bourges. On en a discuté avec Julie, la fille de la bande, en attendant le résultat, d’ici quelques jours.

Martin de Kerimel | Mardi 2 mars 2021

Julie, comment ça s'est passé, cette audition ?
Comme beaucoup de concerts. Monter sur scène, c'est toujours très joyeux et très stressant à la fois. Cette fois, la seule différence, c'est qu'on avait conscience d'être devant un public de professionnels. Si nous allons jusqu'à Bourges, nous serons très heureux, mais rien que le fait d'avoir été présélectionnés représente pour nous une superbe opportunité, surtout dans cette période creuse ! Nous sommes parvenus à attirer l'attention d'un jury grâce à notre projet et à être accompagnés.

En quoi consiste cet accompagnement ?
Dès la présélection, nous avons été suivis par Grand Bureau, qui s'occupe de tous les projets retenus dans la région Auvergne Rhône Alpes. Ils nous aident à financer un intervenant de notre choix – cela nous a permis de travailler sur la manière d'occuper la scène et d'y gérer nos déplacements. Aujourd'hui, ce qui nous manque particulièrement, c'est un tourneur : Grand Bureau pourrait nous mettre en contact avec d'autres personnes. Leur aide ne concerne pas que les live, mais bien notre projet dans sa globalité.

Monter sur scène, c'est toujours très joyeux et très stressant à la fois.

Comment se porte le groupe, actuellement ? Pas trop difficile de se projeter ?
On n'a pas à se plaindre : on a sorti notre premier EP en novembre dernier et il est en train d'arriver aux oreilles de nos auditeurs. On est déjà très heureux avec cela. Les auditions rajoutent encore quelque chose. Par la suite, on va essayer de ne jamais cesser d'avoir une activité : on espère que les concerts pourront reprendre le plus vite possible et on continuera à sortir des morceaux avant l'été.

Comment travaillez-vous actuellement ?
On a expérimenté le travail à distance pendant le deuxième confinement, mais ça n'a pas été très concluant. Pour faire de la musique, on a vraiment besoin d'être tous ensemble : un écran qui nous sépare, ça n'aide pas. Pour l'instant, on arrive à se voir tous les jours : ces dernières semaines, on a beaucoup travaillé pour préparer l'audition. Et on continue de composer : on en a besoin aussi !

Pas de dates de concerts à venir pour le moment ?
Non. On aurait dû jouer au Festival des Chants de Mars, au Transbordeur de Lyon, mais ça a été annulé. On aura quand même la chance d'être filmés pour quelques chansons, mais c'est tout pour l'instant. On n'a rien fixé non plus du côté des résidences : on attend de savoir pour Bourges. En attendant, on est à fond dans la composition !

Nous sommes très fiers d'être stéphanois et de faire partie de la nouvelle scène locale qui est en train d'émerger, avec Terrenoire, Zed Yun Pavarotti et Fils Cara.

Vous êtes présentés comme un groupe stéphanois. Cela vous convient-il ?
Oui. C'est quelque chose qui compte beaucoup pour nous : c'est à Saint-Étienne que nous nous sommes tous rencontrés et que nous travaillons aujourd'hui. On ne compte pas en bouger pour le moment : c'est l'endroit où l'on se sent le mieux. Par ailleurs, nous sommes très fiers d'être stéphanois et de faire partie de la nouvelle scène locale qui est en train d'émerger, avec Terrenoire, Zed Yun Pavarotti et Fils Cara.

La touche « La Belle Vie », ce serait quoi ?
Difficile à dire : il n'y a pas de formule magique. On avance beaucoup en fonction de nos humeurs et des saisons : dès qu'il fait beau, on a peut-être tendance à écrire des chansons plus heureuses et plus dansantes. En dehors du groupe, on est aussi des amis : on se voit même quand on ne travaille pas ensemble. Ce qui fait notre touche, c'est peut-être le fait que l'on chante tous les quatre et qu'on a chacun notre instrument. On vient d'horizons différents, ce qui fait aussi la singularité de notre musique, basés sur des influences communes et parfois très différentes. C'est vraiment un style de vie !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pop en apesanteur

Bon son | La bluette est un « petit ouvrage sans prétention mais finement écrit ». Voilà une définition qui sied parfaitement au premier EP du groupe pop stéphanois (...)

Nicolas Bros | Mardi 8 décembre 2020

Pop en apesanteur

La bluette est un « petit ouvrage sans prétention mais finement écrit ». Voilà une définition qui sied parfaitement au premier EP du groupe pop stéphanois La Belle Vie. Six titres qui démontrent la maîtrise des cinq protagnistes pour emmener l'auditeur dans leur sphère. Celle d'un monde où le conte est libre et les divagations en apesanteur sont de mise. Une musique on ne peut plus moderne, un son à la stéphanoise qui enfonce le clou : oui Saint-Étienne est bien la nouvelle capitale pop française ! La Belle Vie - Bluettes, chez Pont Futur Dispo en physique chez votre disquaire et en streaming sur toutes les plateformes

Continuer à lire

Revivez l'éPOPée Verte en vidéo

Rembobine ! | Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez (...)

Nicolas Bros | Lundi 19 octobre 2020

Revivez l'éPOPée Verte en vidéo

Avec l'éPOPée Verte qui s'est déroulée samedi 3 octobre au Fil à Saint-Étienne, c'est tout un pan de la nouvelle "scène stéphanoise" qui s'est produite en live, chez elle ! Au programme : Terrenoire, Zed Yun Pavarotti, La Belle Vie, Fils Cara et Coeur, sur scène et en interview (grâce à nos confrères de Radio Dio). Le tout a été enregistré en vidéo par les équipes de la salle stéphanoise et est désormais en ligne. Bande de veinards.

Continuer à lire

Pop céleste au Plateau

Festival musiques actuelles | Le festival Oh Plateau a fait volte-face, et tant mieux. D'abord annulé pour cet été 2020, il se tiendra bel et bien les 25 et 26 juillet du côté de la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Pop céleste au Plateau

Le festival Oh Plateau a fait volte-face, et tant mieux. D'abord annulé pour cet été 2020, il se tiendra bel et bien les 25 et 26 juillet du côté de la Commanderie et du Lac de Devesset à la limite entre Ardèche et Haute-Loire. Côté line up, toujours une jolie orientation pop actuelle avec trois formations à suivre. Les Stéphanois de La Belle Vie sont de la partie aux côtés des Lyonnais de Johnnie Carwash et des Marseillais de Tropicold. Bonnes vibes, balades champêtres et fraîcheur du son assurés. Oh Plateau 2020, samedi 25 et dimanche 26 juillet au Lac du Devesset (Ardèche)

Continuer à lire

Cinq sons stéphanois à se mettre dans le cornet

Déconfinement : fêtons ça ! | On vous a sélectionné cinq titres frais émoulus de groupes stéphanois à soumettre à vos tympans pour finir votre semaine en beauté et pour fêter les bonnes nouvelles de la seconde phase de déconfinement.

Nicolas Bros | Vendredi 29 mai 2020

Cinq sons stéphanois à se mettre dans le cornet

On commence avec un titre du combo La Belle Vie enregistré en live au Fil. Le morceau proposé par les Stéphanois est une reprise d'Autotune de Damso. Lui apportant une touche de sensibilité tout autant qu'un groove certain, le groupe revisite cet incontournable du rappeur belge. La Belle Vie n'est sûrement pas « là que pour faire du sale » mais bien des sons propres et fignolés. « Col roulé, chaîne en or et poésie ». Fils Cara, air de jeune dandy au talent brut, impose sa chanson avec sensibilité et puissance à la fois. Portant fièrement l'étendard stéphanois hors des frontières du département, il prépare un album et égrène progressivement ses nouveaux titres. À l'instar de Derniers dans le monde, qui vient d'être publié et qui est « une fiction reconstruite avec des fragments de réalités, comme si on étaient les derniers dans le

Continuer à lire

Thierry Pilat dans l’Oeil du Petit Bulletin #45

Quand Sainté monte à Paris | C'est le retour des interviews vidéo "Dans l'Oeil du Petit Bulletin" avec Thierry Pilat, le directeur du Fil, qui nous explique le (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

Thierry Pilat dans l’Oeil du Petit Bulletin #45

C'est le retour des interviews vidéo "Dans l'Oeil du Petit Bulletin" avec Thierry Pilat, le directeur du Fil, qui nous explique le projet L'éPOPée Verte.

Continuer à lire

Une éPOPée Verte jusqu'à Paris

Talents locaux | Vous doutez encore du fait que Saint-Étienne est une terre de talents ? Alors lorgnez un peu sur le nouveau projet lancé par le Fil. Ça s'appelle L'éPOPée (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

Une éPOPée Verte jusqu'à Paris

Vous doutez encore du fait que Saint-Étienne est une terre de talents ? Alors lorgnez un peu sur le nouveau projet lancé par le Fil. Ça s'appelle L'éPOPée Verte. Cet événement a pour but de mettre en avant plusieurs artistes de la "nouvelle scène musicale" stéphanoise à travers deux concerts. Le premier se déroule le mercredi 1er avril à La Maroquinerie à Paris. Un concert destiné aux professionnels et médias parisiens, afin qu'ils puissent découvrir la puissance créative stéphanoise. Le match retour est prévu au Fil, le 17 avril, pour une soirée ouverte à tous et gratuite. La programmation du concert de La Maroquinerie regroupe Zed Yun Pavarotti, Fils Cara, Terrenoire,

Continuer à lire

Le Stéphanois Claustinto au Printemps de Bourges

MUSIQUES | Il faudra compter sur un artiste stéphanois dans la programmation des iNOUïS du Printemps de Bourges 2020 qui a retenu 34 artistes sur 3 200 prétendants (...)

Nicolas Bros | Jeudi 20 février 2020

Le Stéphanois Claustinto au Printemps de Bourges

Il faudra compter sur un artiste stéphanois dans la programmation des iNOUïS du Printemps de Bourges 2020 qui a retenu 34 artistes sur 3 200 prétendants venus de toute la France. Sélectionné dans la catégorie "chanson pop", Claustinto se produira dans la préfecture du Cher samedi 25 avril. Lucas Ottin (de son vrai nom) n'en est pas à son premier projet puisqu'il a pris part à diverses formations : Maria Magdalena, Ça, ou encore Lady Fitness. Avec cette participation à ce festival, il pourra remporter un des prix (Prix du Printemps de Bourges Crédit Mutuel - iNOUïS et le Prix du jury - iNOUïS.) et espérer ainsi participer à la tournée des iNOUïS du Printemps de Bourges Crédit Mutuel qui se déroulera du 13 au 17 octobre 2020 (Tourcoing, Paris, Lyon, Toulouse et Joué-lès-Tours).

Continuer à lire

Oh... La Belle Vie !

Pop | Si nous parlions de la Vie, de sa beauté, de ses couleurs... le tout en musique ? Sans angélisme mais avec un côté positif engageant, le quintette ligérien La (...)

Nicolas Bros | Vendredi 13 décembre 2019

Oh... La Belle Vie !

Si nous parlions de la Vie, de sa beauté, de ses couleurs... le tout en musique ? Sans angélisme mais avec un côté positif engageant, le quintette ligérien La Belle Vie avance ses pions sereinement, depuis une année, avec de jolis titres clipés avec succès. « Tu sais, la vie est belle comme tout / Quand elle est prise par le bon bout » explique la formation qui pourrait bien être une des révélations pop de l'année 2020. Très actuels, les sons produits par ces jeunes gens font mouche dès la première écoute. Faciles d'accès, accompagnant aussi bien un apéritif entre potes qu'un déhanché sur la piste, les quelques titres distillés par le groupe - qui en a produit neuf jusqu'à maintenant - ne laissent pas indifférents. On retrouve un soupçon de Polo & Pan, un peu de la douceur de Voyou (dont ils feront la première partie ce soir au Fil), la générosité du duo stéphanois Terrenoire et le magnétisme de Vendredi Sur Mer. Bref, un condensé de la fraîcheur proposée par la scène française du moment, le tout bien de chez nous ! La Belle Vie + Voyou, vendredi 13 décembre au Fil

Continuer à lire

Inouïs du Printemps de Bourges : et les auditionnés sont...

TREMPLIN | Les affaires reprennent pour les Inouïs du Printemps de Bourges, chargés de repérer les talents de demain qui iront s'illustrer au festival du même nom. Ou (...)

Stéphane Duchêne | Lundi 17 décembre 2018

Inouïs du Printemps de Bourges : et les auditionnés sont...

Les affaires reprennent pour les Inouïs du Printemps de Bourges, chargés de repérer les talents de demain qui iront s'illustrer au festival du même nom. Ou plutôt elles ont déjà repris puisque nous est dévoilée la sélection rhônalpine dûment qualifiée pour les auditions régionales qui se tiendront le 26 janvier prochain à la Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand), le 31 janvier à Bizarre (Vénissieux) et le 1er février à la Tannerie (Bourg-en-Bresse). Parmi eux, quelques noms pas tout à fait inconnus des suiveurs de la scène régiono-locale en les personnes de Martin Luminet (chanson),

Continuer à lire

Terrenoire au Printemps de Bourges

Festival | Non, le quartier stéphanois tout entier ne sera pas présent au Printemps de Bourges 2018... Mais deux de ses plus fiers représentants, oui ! Raphaël (...)

Nicolas Bros | Mercredi 7 mars 2018

Terrenoire au Printemps de Bourges

Non, le quartier stéphanois tout entier ne sera pas présent au Printemps de Bourges 2018... Mais deux de ses plus fiers représentants, oui ! Raphaël et Théo Herrerias (aka "1 000 Chevaux-Vapeur") forment le duo Terrenoire et proposent une chanson electro-pop nébuleuse et ambitieuse. Ce groupe figure parmi les belles révélations stéphanoise de ces derniers mois. Leurs créations ont fait mouche au-delà des frontières de la métropole puisqu'ils viennent donc d'être sélectionnée pour participer au prochain Printemps de Bourges en tant que représentants de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dans le cadre des "Inouïs du Printemps de Bourges". Les deux frères seront donc présents dans la ville de Jacque Cœur, le 27 avril sur la scène du 22 d'Auron. Parallèlement, les Ligériens auront également le loisir de les découvrir sur scène tout d'abord au Château du Rozier, à Feurs, le 21 avril prochain et sur la grande scène du festival Paroles & Musiques 2018 à Saint-Étienne le 1er juillet aux cô

Continuer à lire

Huit artistes Inouïs à découvrir en vidéo

Sélections régionales du printemps de Bourges : | Comme chaque année, Les Inouïs du Printemps de Bourges proposent huit candidats aux sélections régionales, toutes disciplines musicales confondues. Et pour aller avec huit clips musicaux confiés aux bons soins des vidéastes de Shoot !t. En attendant la grande révélation des deux vainqueurs, découvrez leurs visages et leur musique au jour le jour à raison d'une vidéo quotidienne pendant une semaine.

Stéphane Duchêne | Lundi 29 mai 2017

Huit artistes Inouïs à découvrir en vidéo

1000 Chevaux-vapeur – Electro (Loire) S'ils sont vapeur, les 1000 chevaux de 1000 Chevaux-vapeur n'en sont pas moins des chevaux de race, remorquant une électro classieuse et atypique, langoureuse, vaporeuse (forcément), aqueuse, même. En un mot insidieuse. Son EP Animals (Cascade Records), sorti fin novembre, et ses live pas comme les autres – s'il reste dans la veine de ces électroniciens solo qui chantent, plus rares sont ceux qui sont aussi habités dans l'exercice vocal, comme le prouve ce Dream #1 ou agrémentent leurs sets de saxophone – témoignent de cet abord immédiatement addictif. Comme dans un rêve donc, doucement tentaculaire comme une pieuvre (Octopus), piquant et cavalant comme une armée de fourmis vous montant le long des bras (Ants), lumineux et brûlant comme une méduse (Jellyfish), et on

Continuer à lire

Le nouveau directeur du Fil est...

MUSIQUES | ... Thierry Pilat, désormais ex-responsable du pôle diffusion et de la programmation de la Salle des Musiques ACtuelles de Saint-Étienne. Une période de (...)

Nicolas Bros | Mercredi 29 juin 2016

Le nouveau directeur du Fil est...

... Thierry Pilat, désormais ex-responsable du pôle diffusion et de la programmation de la Salle des Musiques ACtuelles de Saint-Étienne. Une période de recrutement avait été engagée par la Limace (association en charge de la gestion du lieu dans le cadre d'une Délégation de Service Public, qui sera renouvelée dans deux ans) afin de remplacer Olivier Colin, directeur du site depuis sa création le 31 janvier 2008. Quarante-huit candidatures avaient été reçues suite à la première offre d'emploi parue. Il aura fallu une seconde session d'envois de Curriculum Vitae afin de déterminer le nom du futur directeur de la salle. Thierry Pilat, 52 ans, avait auparavant été à l'initiative de la salle lyonnaise du Ninkasi Kao à Gerland, où il avait œuvré pendant neuf ans à la programmation. Il travaille au Fil depuis son lancement. « La structure a été très bien gérée jusqu'à aujourd'hui et a rempli ses trois missions : la diffusion, l'accompagnement d'artistes et la médiation culturelle » explique l'intéressé. « Mon envie première sera d'améliorer davantage le travail effectué ici, en utilisant toutes nos forces et en allant dans l'orientation souhaitée par le collecti

Continuer à lire