Ladybug & The Wolf : « Envie de créer des titres plus “catchy” »

MUSIQUES | Le duo stéphanois de pop-folk, Ladybug & The Wolf, est ressorti de son silence artistique avec un très joli nouvel EP* "Familiar Games" en forme de prémices d'un premier album très attendu (prévu pour le début de l'année 2016), deux ans après la sortie de leur première épreuve "To raise a miniature garden". Un EP plus électrique qui annonce la couleur et un changement de cap tant en studio que sur scène. Explications avec Paloma et Kevin, nom à la ville de la coccinelle et du loup. Propos recueillis par Nicolas Bros.

Nicolas Bros | Mercredi 16 décembre 2015

Photo : © La Paire de Cerises (www.lapairedecerises.com)


Pourquoi avoir choisi de sortir un deuxième EP avant votre album ?
Paloma : La première raison est le fait que cela nous remettait dans une situation avec de l'actualité. Ainsi cela préparait le public à être plus attentif au moment de la sortie de l'album. C'est aussi un EP qui fait une transition naturelle entre notre premier EP et l'album. Si nous étions arrivés directement avec l'album, cela aurait été sûrement vécu comme un “petit choc” car nous avons opéré des changements dans notre musique.

Vos compositions sont plus plus électriques qu'auparavant...
Kevin : Oui, un peu. Les trois titres présents sur ce nouvel EP sont plus arrangés, plus produits et travaillés.
Paloma : Nous gardons cependant une base folk. Rien que dans la manière de composer, nous commençons toujours par travailler sous le format guitare/voix, avant d'arranger avec d'autres instruments.

Comment avez-vous travaillé sur ce mini-album et sur son “grand-frère” qui arrivera début 2016 ?
Paloma : Pour la composition des trois titres de "Familiar Games", nous avons travaillé très vite tous les deux. Nous étions en mode “on va composer” (rires). Avant ce travail, nous avions seulement envie de créer des titres plus “catchy”, plus accessibles. Nous avions une optique différente de notre habitude où nous composions plutôt irrégulièrement. Ici, nous avons travaillé de manière concentrée. Pour l'enregistrement et le mixage, nous avons ensuite travaillé avec Stéphane Piot, du studio de l'Hacienda.
Kévin : En fait, concernant l'enregistrement, ce trois titres est arrivé après celui de l'album. Étant donné que l'album était déjà dans la boîte, nous avons fait des “inédits”, d'où ce mini-disque.

L'album est-il ficelé ?
Paloma : Oui, il ne manque plus beaucoup de paramètres à régler. Nous travaillons dessus depuis longtemps, presque deux ans à vrai dire.
Kevin : La raison de ce délai est le fait que nous n'avons pas choisi de nous enfermer pour composer et enregistrer, mais de nous laisser porter, de créer au “compte-gouttes”.

Y-aura-t-il des invités sur l'album et sur scène ?
Paloma : Oui, sur scène nous aurons un percussionniste, Fred, qui nous accompagnera. Mais Ladybug & The Wolf reste un duo. Sur l'album également, nous avons l'apport d'autres artistes car nous ne savons pas tout faire, mais également pour enrichir notre musique. Pour citer quelques noms, il y a Xavier Desprats, qui co-produit l'album et qui a apporté beaucoup dans sa conception, Mat, un contrebassiste du Labo des Gros Barbus, un projet de spectacles pour enfants...
Kevin : Sur scène, il était important de pouvoir nous décharger un peu. L'apport d'une troisième personne nous permettra d'appuyer davantage sur la scénographie et de tenter d'autres choses. J'ai hâte, par exemple, de me retrouver devant le batteur et de jouer de la guitare électrique ! (rires). En plus, je me suis rendu compte que je prends beaucoup plus de plaisir à jouer les nouveaux morceaux. Nous allons vraiment dans une direction très positive.

Concernant les clips que vous sortez, laissez-vous carte blanche au réalisateur ou êtes-vous assez directifs ?
Paloma : Nous laissons plutôt carte blanche. Nous faisons confiance à l'artiste. Lorsque nous choisissons de travailler avec quelqu'un, c'est pour le laisser s'exprimer.

Et concernant votre travail de production musicale ?
Kevin : Nous avons des idées précises sur ce que nous voulons atteindre mais l'ingénieur du son garde une grande liberté. Par exemple, sur Familiar Games, Xavier Desprats a apporté toute la couleur de l'album et ce côté électrique. Nous sommes assez ouverts aux nouvelles idées.

Depuis 2011, combien de concerts avez-vous assuré ?
Paloma : Environ quatre-vingt. Après la sortie du premier EP, de nombreux concerts se sont bousculés. Après, cela s'est calmé car nous étions à fonds dans la création du nouvel album. Nous nous sommes également cherchés artistiquement. Du coup, une pause dans les concerts était justifiée.

Quel est le concert qui vous a le plus marqué ?
Kevin : Un concert à l'Épicerie Moderne, en première partie de Valerie June. Pour l'ambiance, le public, la technique, … tout était vraiment sympa.

Familiar Games de Ladybug & The Wolf, disponible ici
En concert le 9/01 au Théâtre La Loge (Paris, 11ème)

* EP : "Extended Play" ou encore un format d'enregistrement plus long que le single.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L'oiseau chanteur

MUSIQUES | Lorsque l'aventure Ladybug and The Wolf est arrivée à son terme, Kevin Fauchet, moitié de ce duo folk stéphanois, avait déjà une autre belle corde à son arc : son (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 avril 2018

L'oiseau chanteur

Lorsque l'aventure Ladybug and The Wolf est arrivée à son terme, Kevin Fauchet, moitié de ce duo folk stéphanois, avait déjà une autre belle corde à son arc : son projet de chanson française Tom Bird. Volant sur les portées musicales de Ben Mazué ou d'un Grand Corps Malade. Alternant parlé-chanté et chant délicat, la plume mélancolique juste comme il faut de Kevin met à jour un joli pan de folk à la française travaillé depuis plus de dix ans sur papier. Tom Bird, jeudi 12 avril à 20h30 au PAX

Continuer à lire

David Rivaton : « Chaque projet est très différent »

MUSIQUES | Quel chemin t'a mené à devenir manager d'artistes ? Pendant mes études, j'ai commencé à faire du management bénévolement pour le rappeur Kefyr. C'était (...)

Nicolas Bros | Jeudi 18 janvier 2018

David Rivaton : « Chaque projet est très différent »

Quel chemin t'a mené à devenir manager d'artistes ? Pendant mes études, j'ai commencé à faire du management bénévolement pour le rappeur Kefyr. C'était un coup de main que je lui avais donné. Puis j'ai travaillé dans une boîte d'événementiel de la région. Une expérience qui s'est mal terminée. Mais une fois parti, plusieurs artistes m'avaient recontacté suite à nos collaborations car ils cherchaient un manager. Je n'avais pas pensé à cette possibilité, je pensais plutôt me relancer dans l'événementiel. Je me suis lancé avec une troupe de théâtre qui partait pour le festival d'Avignon. Une expérience intense mais je me suis rendu compte que la musique me parlait davantage. J'ai pris un an avant de me lancer réellement dans le métier car je ne connaissais personne à l'époque, il fallait se faire un réseau. Quel était l'objet initial de cette structure ? À l'origine, c'était une agence artistique générale. Je me suis retrouvé à faire un peu tout autour des artistes : management, communication ou booking, en apprenant "sur le tas" car je n'ai jamais suivi une formation de management artistique. J'ai fait un IUT Tech de

Continuer à lire

Ladybug and The Wolf : « Cet album est le commencement de nouvelles choses »

MUSIQUES | Est-ce que Mammatus, premier album qui s'est fait longtemps attendre, est un aboutissement ou simplement une étape dans votre cheminement artistique (...)

Nicolas Bros | Vendredi 21 octobre 2016

Ladybug and The Wolf : « Cet album est le commencement de nouvelles choses »

Est-ce que Mammatus, premier album qui s'est fait longtemps attendre, est un aboutissement ou simplement une étape dans votre cheminement artistique ? Kevin : Nous avions réellement hâte de le voir de manière "physique" cet album. Nous travaillons dessus depuis plus de deux ans maintenant. Pour moi, la sortie de l'album est une étape importante. Il y a le fait de le vendre, de le défendre sur scène, etc... mais il y a aussi le fait d'avoir l'objet entre les mains. Paloma : Je vois cet album comme le commencement de nouvelles choses. Ce n'est pas un aboutissement mais le début de quelque chose. Nous essayons de faire quelque chose de concrètement plus travaillé, d'aller plus loin dans notre démarche artistique. J'essaie de faire en sorte que ce soit finalement le début de notre histoire, de me mettre dans l'idée que cet album nous propulse. Est-ce que vous avez une appréhension avant de sortir enfin ce premier album ? Kevin : Non, nous sommes excités et contents. Nous avons tellement travaillé et évolué au cours des deux années de travail s

Continuer à lire

Dans une autre dimension

MUSIQUES | On avait quitté le duo stéphanoisLadybug and The Wolf en 2015 avec un EP, Familiar Games, qui annonçait la couleur plus électrique que devait revêtir leur (...)

Nicolas Bros | Mercredi 5 octobre 2016

Dans une autre dimension

On avait quitté le duo stéphanoisLadybug and The Wolf en 2015 avec un EP, Familiar Games, qui annonçait la couleur plus électrique que devait revêtir leur premier album. Le résultat s'est fait attendre mais il est enfin là. Mammatus sort ce mois-ci et démontre que Paloma (Ladybug) et Kevin (The Wolf) prennent leurs aises en sortant de leur folk feutrée pour aller tatonner du côté de sonorités plus affirmées. Un virage en douceur mais assumé pour le groupe qui prend ainsi plus de place dans la scène locale. Ladybug and The Wolf - Mammatus [Yes Music/WAB/Musicast] Release party au Clapier le 22 octobre

Continuer à lire

Ladybug and the Wolf au concours Esprit musique

MUSIQUES | Le duo stéphanois Ladybug and the Wolf sera le seul représentant ligérien pour le concours Esprit musique. Ce concours organisé par la Caisse d’Épargne permet à (...)

Marc Chassaubene | Jeudi 9 janvier 2014

Ladybug and the Wolf au concours Esprit musique

Le duo stéphanois Ladybug and the Wolf sera le seul représentant ligérien pour le concours Esprit musique. Ce concours organisé par la Caisse d’Épargne permet à des groupes émergents de gagner, entre autres récompenses, une tournée nationale, un soutien financier ou une captation vidéo. Ce duo formé en 2011 après une dizaine d’années d’expérience dans différents groupes s’est rapidement fait remarquer, notamment grâce à un premier EP sorti début avril 2013. Si vous souhaitez soutenir le groupe, vous pouvez voter chaque jour en cliquant sur le lien suivant, puis sur la région Rhône-Alpes sur la carte : http://espritmusique.fr/jeunes-talents/actu/  Retrouvez leur interview ici.

Continuer à lire

Ladybug & The Wolf : «Notre musique est un folk aérien et terrestre»

MUSIQUES | Petit Bulletin : Pourriez-vous décrire votre musique pour celles et ceux qui n'ont pas encore la chance de vous connaître ?Paloma : Notre musique est un (...)

Nicolas Bros | Mercredi 22 mai 2013

Ladybug & The Wolf : «Notre musique est un folk aérien et terrestre»

Petit Bulletin : Pourriez-vous décrire votre musique pour celles et ceux qui n'ont pas encore la chance de vous connaître ?Paloma : Notre musique est un folk aérien et terrestre. J'entends par là qu'elle évoque des images de routes en terres, de grands espaces... C'est une musique adaptée au voyage. De nombreux contrastes sont présents dans notre travail avec des images cachées et de l'ironie, du second degré.  P.B. : Quel est votre parcours musical ?Paloma : J'ai longtemps évoluée seule, en format guitare/voix. J'ai travaillé par la suite avec plusieurs groupes de rock mais cela n'a jamais fonctionné. A mon arrivée à Saint-Étienne pour mes études, j'ai rencontré Kévin : véritable coup de foudre musical. Nous cherchions tous les deux à enrichir nos projets musicaux. Il était naturel d'avancer ensemble.Kévin : Quant à moi, j'ai commencé le piano à huit ans. J'ai suivi des cours pendant un an mais je me suis vite rendu compte que je préférais continuer en autodidacte. J'ai fait un peu de chanson réaliste, me suis mis à la guitare à cause de Bob Dylan et fait quelques concerts en solo. P.B.

Continuer à lire