Un goût d'enfance acidulé

SCENES | Le roman de l’auteur José Mauro de Vasconcelos, "Mon Bel Oranger", trouve dans l’adaptation théâtrale de la compagnie Ondes de Chok une interprétation sensible et émouvante, qui évoque avec finesse les nombreux thèmes de ce classique brésilien. Florence Barnola

Florence Barnola | Mardi 1 décembre 2015

Photo : © Cie Ondes de Chok


Certaines œuvres, littéraires, cinématographiques, plastiques, marquent à jamais. Celles découvertes durant l'enfance gardent une aura particulière, leur statut ne supporte guère des adaptations ou remakes. Au rayon littérature jeunesse, un livre a fait pleurer plusieurs générations. Mon Bel Oranger de José Mauros Vasconcelos publié en 1968 a d'emblée connu un succès international. L'histoire demeure poignante au fil des décennies, les enfants devenus parents la donnent à lire à leurs progénitures qui eux-mêmes la feront découvrir à leurs petits…

Ainsi naissent des légendes. Pour autant la fable s'avère simple : Au Brésil, un petit garçon vit au milieu d'une famille nombreuse pauvre où certains membres le battent. Le jeune enfant doté d'une grande intelligence, n'est pas le dernier à commettre des bêtises. Il a pour ami un oranger à qui il se confie et qui lui parle en retour... Les dernières pages se révèlent tristes et pleines d'espoir mêlé. L'auteur raconte en partie son histoire qu'il transcende en roman initiatique, de nombreux thèmes liés au passage de l'enfance au monde adulte sont suggérés.

Une adaptation théâtrale qui reste fidèle à la poésie du roman

En 2014, trois membres de la compagnie Ondes de Chok choisissent ce texte pour l'adapter sur la scène du Chok Théâtre. Abdenour Mazari joue le personnage central de ce classique, Marko Nicolic le met en scène et Stéphane Montmailler signe la scénographie. « Ce texte nous a tous marqués quand nous étions petits. Nous avions vraiment envie de le monter, cela nous paraissait évident. » Le livre mêle le rêve, l'imaginaire et la réalité, mettant en scène un nombre conséquent de personnages autour de la figure centrale du garçonnet de 5 ans. « Nous avons pris le parti de monter le texte avec un seul comédien, Abdenour, qui a 44 ans. »

La pièce démarre avec l'auteur qui revient sur le lieu de son enfance. Sur ce terrain vague, les souvenirs ressurgissent, José redevient le petit Zézé. « Nous avons essayé de garder un maximum la poésie du texte. Des passages ont été coupés mais pas un mot n'a été changé. Nous avons beaucoup dialogué par rapport aux descriptions. Le gamin évolue au milieu d'un monde d'objets. Tout est figuré à l'extrême. » La scénographie joue un rôle majeur, des lattes de bois révèlent l'oranger, des personnages naissent d'objets… L'équipe d'Ondes de Chok réussit à traduire le message essentiel du roman, le rêve et l'imaginaire ont le pouvoir de transformer la réalité.

Mon Bel Oranger, au Chok Théâtre le 8 décembre à 15 H 30, les 10 et 11 décembre à 20 H 30


Mon Bel Oranger

Cie Ondes de Chok, de J.Maura de Vasconcellos
Chok Théâtre 24 rue Bernard Palissy Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Mon Bel Oranger

Cie Ondes de Chok, de J.Maura de Vasconcellos
Chok Théâtre 24 rue Bernard Palissy Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bien mal enfoui

Théâtre | Parce qu’elle reçoit ses parents pour le dîner et qu’elle veut que tout soit parfait, elle a demandé à une jeune fille de l’aider. Cette dernière ne parle pas (...)

Cerise Rochet | Mardi 6 octobre 2020

Bien mal enfoui

Parce qu’elle reçoit ses parents pour le dîner et qu’elle veut que tout soit parfait, elle a demandé à une jeune fille de l’aider. Cette dernière ne parle pas français, et écoute ainsi sans comprendre tout ce que lui raconte la maîtresse de maison. Et des choses à raconter… Celle-ci en a, un bon paquet. Sa vie, ses amours, ses amants. Ses souvenirs, et toutes ces choses qu’elle pensait avoir oublié. De « légères blessures », qui paraissent si insignifiantes. À ce récit se mêlent aussi des ordres. Elle n’est pas très sympathique, et parle mal à celle qui lui donne un coup de main. Ce repas, sa mère, ses hommes, ses amies, son frère… Bien des détours, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un. Et si c’était son père, et le secret qu’elle camoufle, qui la rendaient si amère ? Une légère blessure, les 5 et 6 novembre au Chok Théâtre

Continuer à lire

Icônes

Peinture | Depuis près de trente ans le peintre stéphanois Hacène Bouziane poursuit son œuvre, où la multiplicité des symboles et des couleurs traduit la richesse des (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 octobre 2020

Icônes

Depuis près de trente ans le peintre stéphanois Hacène Bouziane poursuit son œuvre, où la multiplicité des symboles et des couleurs traduit la richesse des questionnements de l’artiste. Le traitement pointilliste et le foisonnement entremêlé des motifs accouche d’un univers singulier, quelque part entre art aborigène et pariétal. Avec l’omniprésence du végétal, de l’animal et du minéral, le placement géométrique des éléments et la symbolique des teintes sont ici un langage à part entière, comme dans les tapis orientaux. Hacène présente quatorze toiles dont plusieurs inédites : trois tableaux en forme de pied de nez à l’histoire des USA ainsi que deux portraits revisités de Vincent Van Gogh et Arthur Rimbaud, dont les visages ont viré au bleu tels des divinités hindoues. Les Hikayats colorés de Hacène Bouziane, jusqu’au 20 novembre au Chok Théâtre à Saint-Étienne

Continuer à lire

Et après ?

Témoignages | Nous avons demandé à quelques responsables de lieux culturels où ils en étaient et comment ils envisageaient la suite des événements... Propos recueillis par Cerise Rochet et Nicolas Bros

La rédaction | Mardi 9 juin 2020

Et après ?

Flou complet au Zénith « Très honnêtement, nous n'avons pas une grosse visibilité sur l'automne » Sylvie Liogier, directrice du Zénith Saint-Étienne ne cache pas ses inquiétudes... « Nous sommes fermés jusqu'à fin août, avec des reports de spectacles sur la fin de l'année et sur 2021. Si on peut jouer dans des conditions "normales", c'est-à-dire avec du gel hydroalcoolique, un choix laissé aux spectateurs de porter ou non le masque et sans distanciation, ça reprendra normalement. Si la règle des 4 m² est encore là, ce n'est pas jouable ! Si nous ne pouvons faire rentrer que 1 500 personnes au Zénith, ce n'est pas rentable et pas confortable pour le public qui, lui, vient pour se détendre. » Pour la plus grande salle du département, l'impact économique est très important. « C'est catastrophique. Si on ne pouvait pas jouer jusqu'à janvier 2021, ce serait un impact de plus d'un million d'euros... confie la dirigeante. Je ne connais pas de société qui peuvent tenir avec deux mois de recettes et 10 mois sans recette. On sait qu'il y a des périodes plus calmes que d'autres mais là, ce n'est pas tenable ni pour nous, ni pour l

Continuer à lire

Courant d'art

Peintures | En parallèle d'une riche programmation annuelle qui s'articule autour du théâtre, de la danse, de la musique mais aussi du jeune public, le Chok théâtre (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 novembre 2019

Courant d'art

En parallèle d'une riche programmation annuelle qui s'articule autour du théâtre, de la danse, de la musique mais aussi du jeune public, le Chok théâtre accueille régulièrement des expositions sur les hauts murs blancs de son entrée. Intermittent du spectacle et responsable de la régie technique des lieux, Hervé Fogeron est issu du monde du théâtre où il évolue en tant que scénographe, décorateur et créateur lumière. Mais l'homme est aussi un plasticien malicieusement inventif. De sa formation protéiforme (École Boulle, Beaux-Arts et École d’Architecture), Hervé conserve un goût certain pour les univers expressionnistes où s'entremêlent mouvement, lumière et son. Avec Live de scène, sa peinture singulière met en scène les personnages tragicomiques de son propre microcosme fantasmagorique... A noter que le soir du vernissage (vendredi 8 novembre dès 18h30), le Chok théâtre renouvellera sa scène ouverte (aux amateurs) dédiée à Jacques Higelin. Les Teens Singers du lycée La Salle seront notamment de la partie, tombés du ciel mais pas de la dernière pluie ! Hervé Fogeron - Live de scène, du 8 novembre au vendredi 24 janvier, le Chok théâtre à Saint-Étienne

Continuer à lire

Baisers de Judas

SCENES | Les idéaux d'une Révolution peuvent-ils résister à l'épreuve du pouvoir et des déviances autoritaires ? Comment rester fidèle à ses idées lorsque sa propre famille (...)

Cerise Rochet | Mardi 3 septembre 2019

Baisers de Judas

Les idéaux d'une Révolution peuvent-ils résister à l'épreuve du pouvoir et des déviances autoritaires ? Comment rester fidèle à ses idées lorsque sa propre famille est en danger ? Devient-on soi-même un traître lorsque l'on complote contre un chef qui a lui-même abandonné l'idéal révolutionnaire ? C'est ce que propose d'explorer le journaliste et écrivain brésilien Alan Riding, mis en scène au Chok Théâtre par Alain Besset. Un théâtre d'engagement au profit de la paix et de la justice. Traitres, vendredi 4 à 20 heures et dimanche 6 octobre à 17 heures au Chok Théâtre

Continuer à lire

Paf le chien

ARTS | À la frontière de la figuration libre et de l’art singulier, le plasticien Louis Molle présente une étonnante tribu de créatures hybrides et colorées, fruit de (...)

Niko Rodamel | Mercredi 9 janvier 2019

Paf le chien

À la frontière de la figuration libre et de l’art singulier, le plasticien Louis Molle présente une étonnante tribu de créatures hybrides et colorées, fruit de son imaginaire poétique et de sa bienveillante subversion. Warff ! travaux de Louis Molle, du 27 janvier au 15 mars, le Chok Théâtre à Saint-Etienne

Continuer à lire

Réfractions

Expo photos | « La Street Photography est une branche de la photographie prise en extérieur dont le sujet principal est une présence humaine, directe ou indirecte, dans (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 décembre 2018

Réfractions

« La Street Photography est une branche de la photographie prise en extérieur dont le sujet principal est une présence humaine, directe ou indirecte, dans des lieux publics… bla bla bla. » Voilà pour la définition ! La série Face à face que présente Jacky Billon-Grand sur les murs du Chok Théâtre s’inscrit pleinement dans cette veine, optant pour une démarche plutôt originale, puisque centrée sur la notion de reflet. Smartphone à portée de main, Jacky déambule au gré des rues et des places, principalement à Lyon où il travaille, à Saint-Étienne où il vit, mais aussi à Paris ou en Arles. Le photographe scrute les vitrines et les panneaux publicitaires à la recherche des visages qui se superposent furtivement avec le décor immédiat que constituent les arbres, le mobilier urbain ou même les passants. L’homme retrouve parfois certains lieux repérés en amont, des spots où l’effet recherché est souvent au rendez-vous si par chance la lumière est bonne, sans quoi il faudra repasser à une autre heure de la journée, voire un autre jour. Un travail étonnant, très graphique, à découvrir absolument. Face à face, exposition photographique de Jacky

Continuer à lire

Devoir de mémoire

Théâtre | Vingt ans après sa déportation, une rescapée des camps de la mort rencontre un universitaire allemand qui a servi comme officier sous le régime nazi. À (...)

Houda El Boudrari | Mardi 6 février 2018

Devoir de mémoire

Vingt ans après sa déportation, une rescapée des camps de la mort rencontre un universitaire allemand qui a servi comme officier sous le régime nazi. À travers leur dialogue, qui oscille entre confrontation et séduction, Ceux qui avaient choisi interroge la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et, avec elle, la responsabilité individuelle et collective face à l’une des pages les plus sombres de notre Histoire. Mercredi 28 février 2018 à 20h30 au Chok Théâtre.

Continuer à lire

Paumes d’Adam

Expo au théâtre | Manu Adam ne se refuse aucune matière ni aucune technique, entre dessin, peinture, installations, peintographie et photograture. Le plasticien fait naître (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 février 2018

Paumes d’Adam

Manu Adam ne se refuse aucune matière ni aucune technique, entre dessin, peinture, installations, peintographie et photograture. Le plasticien fait naître de ses mains un univers à géométrie variable où l’étrange se taille un chemin sinueux dans une réalité multiple. Révolution, une exposition à voir jusqu’en mars au Chok Théâtre.

Continuer à lire

Elle portait le n° 31 661

SCENES | Le 23 mai 1942 au Mont-Valérien, Georges Dudach, mari de Charlotte Delbo, est fusillé. Tous deux militants communistes, le couple s’était engagé dans la (...)

Florence Barnola | Mardi 2 février 2016

Elle portait le n° 31 661

Le 23 mai 1942 au Mont-Valérien, Georges Dudach, mari de Charlotte Delbo, est fusillé. Tous deux militants communistes, le couple s’était engagé dans la Résistance en 1941. Arrêtés quelques mois plus tard, il sera fusillé, elle sera parmi les 230 françaises déportées politiques convoyées à Auschwitz-Birkenau. Avant guerre, Charlotte Delbo était l’assistante de Louis Jouvet. Après guerre, elle témoignera de sa vie en déportation à travers de nombreux ouvrages. Ceux qui avaient choisi, pièce de théâtre en deux actes, s’articule autour de l’arrestation de son mari et de leur ultime entrevue (a-t-elle eu vraiment lieu ?) avant son exécution. Dans cette histoire, il y a trois personnages : Françoise (Charlotte), Paul (Georges) et Werner, un allemand. Nous sommes vingt ans après la fin de la seconde Guerre Mondiale, Françoise fait la connaissance en Grèce de Werner à la terrasse d’un café athénien. L’événement provoque chez l’ancienne déportée - et veuve - la réminiscence d’une scène qui a bouleversée son existence : les derniers moments passés avec son mari en 1942 à la prison de la Santé avant qu’il ne soit fusillé. « Au-delà du témoignage, “Ceux qui a

Continuer à lire

Morte de n’avoir été crue

SCENES | La dernière création de la compagnie stéphanoise Collectif 7 s’articule autour d’un texte italien contemporain, "Cassandre on the road". Une pièce engagée. Florence Barnola

Florence Barnola | Mardi 5 janvier 2016

Morte de n’avoir été crue

Une parole de femme dans un monde presqu’éternellement masculin; Cassandre on the road réinterprète le mythe grec. Ce texte de 2003 écrit par une auteure et femme de théâtre sicilienne, Lina Prosa, n’a jamais été joué en France. Le Collectif 7 le crée au Verso ce mois-ci avant d’aller le jouer à L’Elysée de Lyon. Cassandre, figure mythologique grecque, aujourd’hui émigrée aux États-Unis, vit et travaille comme ouvrière en Californie. Elle se raconte depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Elle vient de se faire renvoyer par Coca-Cola parce qu’elle en a prédit la chute... « Nous avons découvert ce texte il y a un an et ça a été un véritable coup de coeur », raconte l’interprète Muriel Coadou et le metteur en scène Gilles Chabrier, « C'est le cri de la prophétesse, de celle qui dit, qui prévient le malheur mais qui n'est jamais crue. C'est aussi notre histoire actuelle, une femme qui s'identifie aux douleurs du monde, sans pour autant les vivre elle-même, qui dit sa souffrance... pour qu'un jour, peut-être, on entende et qu'on stoppe l'engrenage infernal. » Elle prêche dans le désert La fille de Priam e

Continuer à lire

Théâtre : Les dix pièces qu’il ne faut pas manquer

SCENES | La sélection théâtre de la rédaction du Petit Bulletin Saint-Étienne, saison 15/16.

Florence Barnola | Mardi 1 septembre 2015

Théâtre : Les dix pièces qu’il ne faut pas manquer

Tempête de sable Arnaud Meunier aime les grands auteurs et le prouve une fois encore en montant Le Retour au Désert de Bernard- Marie Koltès. C’est une histoire de fratrie, comme savait en écrire le talentueux et feu écrivain, sur fond de guerre d’Algérie. L’occasion nous est donnée en octobre d’entendre l’une des plus belles écritures contemporaines avec une distribution alléchante composée de Catherine Hiegel et Didier Bezace. Florence Barnola Le Retour au désert, du 1er au 11 octobre à la Comédie de Saint-Etienne Mouche à miel L’entité familiale reste un cadre récurrent chez Gilles Granouillet. Abeilles, sa nouvelle création, met en lumière une famille de deux enfants. Là encore l'auteur-metteur en scène interroge les liens familiaux, ses tensions, les non-dits et les secrets. Petit plus : le père est interprété par François Font que nous sommes heureux de retrouver sur une scène stéphanoise. FB Abeilles de Gilles Granoui

Continuer à lire

Que les « Curieux » se dirigent dans la Ruelle 

MUSIQUES | Si Ferré dans sa Préface déclare qu’un «poète ça sent des pieds», le spectateur de théâtre, sait qu’à Saint-Etienne il devra user les siens pour avoir accès à l’acte (...)

Marc Chassaubene | Lundi 30 janvier 2012

Que les « Curieux » se dirigent dans la Ruelle 

Si Ferré dans sa Préface déclare qu’un «poète ça sent des pieds», le spectateur de théâtre, sait qu’à Saint-Etienne il devra user les siens pour avoir accès à l’acte poétique. Le théâtre ça se mérite ! Il faut monter des rues et aussi se faufiler dans des ruelles. Celle abritant le Chok Théâtre et le Théâtre du Verso vous réserve une programmation semestrielle toujours aussi sociale et intimiste. Basée sur la «débrouille», la vie de ces hauts lieux stéphanois est forte d’une décennie de « théâtre de sens, d’engagement et d’interrogation » rappelle Alain Besset : «Il reste dans le théâtre cette possibilité-là de résistance. Quand il devient le théâtre de masse, c’est redoutable». La preuve au Verso avec le spectacle «Une chambre à écrire», mis en scène par Emmanuel Houzé, où l’écriture de Bertol Brecht convoque la mer pour chercher «la force du corps». Le Chok Théâtre accueille Bosse Compagnie avec le spectacle «Femme de parloir» de Duszka Maksymovicz. Michel Laforest à la mise en scène, évoque un «théâtre-témoignage» aux élans «pré-politiques» pour proposer une réflexion sur la possibilité de l’amour en prison, cela malgré

Continuer à lire