Marc-Antoine Mathieu : « sans convention, pas de transgression »

Marc-Antoine Mathieu

Palais de la bourse

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Lyon BD Festival / En invitant Marc-Antoine Mathieu à créer une exposition dans le parking de la Fosse aux Ours, Lyon BD Festival accueille pour la première fois un auteur fascinant dont l’œuvre entre Kafka, Borges et les Monty Python ne cesse d’ouvrir de nouvelles voies narratives, ludiques et théoriques. Attention, événement !

Jeu de contraintes, mises en abyme, réflexivité, modification de la structure de l’objet-livre… D’où vous vient ce besoin de “défaire“ la bande dessinée pour, paradoxalement “faire de la bande dessinée“ — et ce depuis L’Origine, si l’on ose ce jeu de mots ?
Marc-Antoine Mathieu
: La catastrophe, l’incongru, le “disruptif” (pour employer un mot à la mode) me viennent toujours à l’esprit à un moment ou à un autre, au cours des rêveries qui précèdent l’écriture d’une histoire. Ces rêveries forment un terrain singulier, où l’on ne contrôle pas tout et d’où émergent nos penchants, nos inclinations ; chez moi, ils s’appellent décalage, cassure, brisure de symétrie, différences d’échelles... Parfois quelque chose survient, qui nous étonne nous-mêmes : alors le travail commence.

Est-ce sa “potentialité” qui vous a séduit dans le gris, couleur plurielle et universelle ?
Sa potentialité et sa contrainte — mais ce sont peut-être une seule et même chose... Quand j’utilise le noir et blanc de manière radicale, j’aborde la lumière comme signe, comme concept, au même titre que les autres éléments formels. Avec le gris et ses nuances, la lumière s’incarne, mais elle peut néanmoins rester signifiante. C’est idéal.

L’album, en tant que support, est-il une convention trop souvent respectée ?
Non, je ne pense pas. Les conventions existent car elles permettent d’aller au plus vite à l’essentiel pour pouvoir creuser ensuite plus avant. Et plus généralement, sans convention, pas de transgression. Mes livres sont finalement d’apparence très classiques...

Vous ne dédaignez pas le recours aux nouveaux outils technologiques quand ils vous sont proposés (je pense à 3’’ ou à S.E.N.S) ; cependant, vous y répondez avec des œuvres qui soit réaffirment la spécificité du livre (Le Livre des Livres), soit le transcendent (3 Rêveries). Est-ce que, consciemment ou pas, vous ne cherchez pas à inscrire vos histoires volontiers oniriques et philosophiques dans des objets matériels plutôt que dans des espaces virtuels ?
Je suis d’une génération qui a grandi dans le papier : pour lire, écrire et dessiner. Il m’est difficile de lire ou de dessiner sur écran. Je le fais parfois, mais cela reste des exceptions. 3 secondes est symptomatique: j’ai commencé à créer le récit pour les smartphones, et je l’ai adapté ensuite pour en faire un livre. C’est caractéristique d’une culture qui a du mal à passer à la suivante…

Quand on a dessiné le passé, le futur, Dieu ou au-delà des limites, la transgression suprême ne serait-elle pas de signer un album sans la moindre contrainte ?
Hé hé ! C’est un peu ce que j’ai cherché en improvisant Homo Logos, ce récit quasiment abstrait dans 3 Rêveries.

Le Sel et le Ciel vous permet d’unir deux de vos métiers autour de la création d’une exposition mais aussi d’une légende éminemment métaphorique. On peut notamment y voir le travail de Sisyphe de l’artiste pour faire émerger une œuvre du chaos, ou la nécessité d’une fraternité humaine pour aider des naufragés… Entre autres interprétations. Lorsque vous l’avez conçue, aviez-vous une idée vague ou précise de ce que vous vouliez inspirer au visiteur ?
Non. Au début, l’idée était très simple : raconter une autre origine à cette barque, la "Couzonnaire". Magnifique : tellement fossilisée qu’elle a l’apparence de la pierre — à l’opposé d’une matière qui flotte... Et je l’ai imaginée dans du sable, qui est devenu du sel, puis ce sel est apparu comme un matériau de conservation ; mais qui conserverait quoi ? Et ainsi de suite... C’est une véritable improvisation, dont je me suis aperçu qu’elle racontait des choses très actuelles.

Marc-Antoine Mathieu​, Le Sel et le Ciel
Au Parc LPA Fosse-aux-Ours (1 bis place Antonin Jutard, Lyon 3e) les samedis et dimanches du 8 juin au 21 juillet et du 14 au 29 septembre

Rencontre avec Marc-Antoine Mathieu
Au Palais de la Bourse

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Vendredi 11 juin 2021 Officiellement, la 16e édition du Lyon BD Festival se tient les 12 et 13 juin. Mais chacun sait que, dans les faits, le rendez-vous de la bande dessinée a commencé depuis une septaine déjà. Rien à voir avec quelque éviction prophylactique :...
Lundi 22 mars 2021 Parmi les futurs locataires du Collège Truffaut réhabilité figure Lyon BD Organisation, l’association à la tête du festival homonyme depuis quinze ans et à la manœuvre d’une foultitude d’événements en lien avec les univers graphiques tout au long de...
Vendredi 5 février 2021 Graphiste, illustrateur polyvalent, spécialiste en « petits mickeys et lettrages », mais aussi expert en battles dessinées, Efix a fêté il y peu vingt ans de BD… ce que sa juvénile silhouette ne laisse pas supposer. Un bonheur ne venant jamais seul,...
Samedi 8 juin 2019 « Il faut que tout change pour que rien ne change » disait le prince de Lampedusa. Certes, les travaux de la place des Terreaux contraignent (...)
Mardi 30 avril 2019 Lyon accueillera les 8 et 9 juin la 14e édition du Lyon BD Festival. Dévoilée lundi matin, la programmation réunit une cinquantaine de grands noms internationaux parmi lesquels Pénélope Bagieu, Étienne Davodeau, ou encore Charlie Adlard…
Mardi 5 juin 2018 Avec la série Réfugiés d’Arte Reportage et à travers les témoignages d’une quarantaine d’auteurs et autrices de bande dessinée sur les grandes crises migratoires, l’exposition explore la manière dont le 9e art se fait porte-voix et miroir d’une...
Mardi 5 juin 2018 250 autrices et auteurs invités pour plus de 170 évènements à travers 50 lieux. Par son histoire et son écosystème, Lyon s’impose comme l’une des capitales européennes de la bande-dessinée. Et sans doute comme la plus féministe.
Mercredi 1 juin 2016 Pendant que l’immense machine angoumoisine se prend bide sur bide, au grand dam des auteurs et du public, Lyon BD Festival continue de se muscler. Une décennie seulement après sa création, l’incontournable rendez-vous lyonnais est devenu plus fécond...
Mardi 17 mars 2015 Du côté de Sainte-Foy-lès-Lyon, se poursuit la toute première édition de Sainte-Foy-lès-Bulles, qui s'intéresse aux liens de plus en plus noueux qui unissent la BD (...)
Lundi 14 juin 2010 Bande dessinée / Jouissant d'un vivier d'auteurs de bande dessinée parmi les plus prolifiques du pays, Lyon a renâclé à se doter d'un salon à la hauteur de cette spécificité. Mieux vaut tard que jamais, surtout qu'en à peine cinq ans, le Lyon BD...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !