Dom Juan : la bonne intonation

Dom Juan

Théâtre La Mouche

ce spectacle n'est pas � l'affiche actuellement

Théâtre / En se débarrassant du carcan de l'époque et en ne tombant jamais dans l'outrance, le metteur en scène Olivier Maurin livre une version captivante de Dom Juan.

C'est devenu son mantra et désormais sa force : le metteur en scène Olivier Maurin n'a besoin que de longues tables et de quelques chaises pour faire naître la langue d'Ivan Viripaev (Illusions, Ovni) ou Oriza Hirata (En courant, dormez) et qu’affleure la puissance du texte qu'il choisit. Pour sa première incursion dans les classiques, il n'a pas dérogé à cette simplicité. Les filles portent des robes évasées à fleurs et les garçons ne sont pas affublés de costumes datés du XVIIe siècle de la pièce. Les combats d'épées ? Évacués en coulisse. Trois bruitages font l'affaire car, pour le directeur de la compagnie lyonnaise Ostinato, l'essentiel ne se niche pas dans l'aspect spectaculaire dont il ne sait que faire. Molière a encore quelque chose à nous dire et Dom Juan peut y parvenir sans cabotiner ou devenir martial. Son refus des lois divines (et celles du père) sont cinglantes.

 lire aussi : Olivier Maurin : rencontre du 1er type

Et quand bien même, ses dénégations ne seraient là que pour s'autoriser à jouir de chacun de ses désirs, fussent-ils plus qu'irrévérencieux à l'égard de la gent féminine, ils résonnent particulièrement en cette époque où les révolutions arabes accouchent des Frères musulmans et l’Église catholique passe enfin au confessionnal. Les figures féminines prennent leur pouvoir et n'ont besoin de personne pour rester dignes à l'image d'Elvire, Charlotte et Mathurine.

Crime ?

Aucune allusion n'est faite à ces épisodes actuels — le texte étant respecté à la lettre — Seuls de fréquents regards vers le public soulignent que les siècles n'ont pas de prise sur ce propos. La question épineuse du tombeau et la statue du Commandeur sont balayées en confiant leur réalisation aux acteurs parmi lesquels un grand paysan (Arthur Vandepoel) et un duo parfait : Arthur Fourcade et Mickaël Pinelli Ancelin pour incarner un Dom Juan et un Sganarelle entre pragmatisme et drôlerie, libres.

Le travail d’intonation, d'onomatopées, si central dans les travaux précédents d'Olivier Maurin, se poursuit avec intelligence ici — Dom Juan mourra non pas dans les flammes mais d’une suffocation. Sans effet de séduction parasite, Olivier Maurin creuse, avec ce classique, comme avec ses contemporains, le sillon d'un théâtre modeste, précis, sans fioriture ni excès d'austérité et qui, in fine, ne renonce pas à une forme de joie.

Dom Juan
Au TNP jusqu'au samedi 7 décembre et à La Mouche le 14 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 11 juin 2019 Il se dit "pas pareil" depuis sa création en 2002, à l’instar de sa ville, Villeurbanne. Mais ce n’est pas qu’un slogan. Les Invites, désormais en mode biennale, abordent leur seizième édition avec le Royal de Luxe en ouverture. Toujours 100%...
Mardi 19 mars 2019 En courant dormez, Illusions... Deux bijoux théâtraux de ses dernières années portés par Olivier Maurin et sa troupe fidèle d'acteurs. À l'heure de créer OVNI à la Mouche, portrait de ce metteur en scène délicat qui travaille patiemment....
Mardi 30 janvier 2018 Qu'est-ce qui peut pousser à monter encore Le Misanthrope ? Peut-être un désir d'attirer le plus grand nombre (ah Molière !) pour mieux montrer sa vision du théâtre. À la lisère du texte et de son époque, Louise Vignaud impose sa patte :...
Mardi 23 janvier 2018 À l'instar d'une pièce moliérisée, Le Porteur d'histoire, qu'il présente bientôt dans le Théâtre Comédie Odéon qu'il dirige depuis un an, Julien Poncet, encarté nulle part, milite pourtant continuellement. Son credo ? N'exclure personne du champ de...
Mardi 17 octobre 2017 Dédié à l'émergence et ayant fait place il y a 18 mois au mémorable Cannibale du Collectif X, voici que le Théâtre de l'Élysée accueille de nouveau cette (...)
Mardi 13 juin 2017 C'est une figure du théâtre lyonnais qui s'est éteinte ce week-end. Ces travaux tournaient peu ces dernières années, mais il a traversé les décennies auprès de grands artistes.
Mardi 25 avril 2017 La promo du Conservatoire de Lyon s'empare cette semaine de quatre Molière en tirant leurs rôles au sort. Qu'est-ce que ce théâtre fleuve ?
Mardi 20 septembre 2016 Sans grand moyen mais avec une ambition artistique immense, Cannibale est la preuve que le théâtre est une arme d'émotion massive avec cette fable moderne sur l'amour et la douleur.
Mardi 8 septembre 2015 Si vous les avez raté, un rattrapage s’impose. D'abord Bigre! (Croix-Rousse, 29 septembre au 3 octobre), hilarante comédie sans (...)
Mercredi 20 mai 2015 22 spectacles dont 9 émanant de sa direction ou de ses acteurs permanents : la saison prochaine, le Théâtre National Populaire fera la part belle aux talents maison, à commencer par la création très attendue de "Bettencourt Boulevard" par Christian...
Lundi 7 octobre 2013 Derrière l'étrange titre En courant, dormez se cache une pièce de Oriza Hirata typiquement japonaise, autrement dit lente et dépouillée. Le plateau construit (...)
Vendredi 6 septembre 2013 Gwenaël Morin, à la tête depuis le 1er janvier du Théâtre du Point du Jour, est un homme de théâtre atypique : il se propose de créer quotidiennement, avec ses acteurs et des anonymes, les grands classiques du répertoire dans un théâtre dit...
Vendredi 16 décembre 2011 Déjà quatre ans que Christian Schiaretti présente des "petits" Molière. Soit il s’agit de pièces en un acte, soit de pièces méconnues. Pas de grand classique à ce (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !