Pascal Elbé : « quand on est prêt à se regarder, on peut enfin se tourner vers l'autre »

On est fait pour s'entendre
De Pascal Elbé (Fr, 1h33) avec Sandrine Kiberlain, Pascal Elbé, Valérie Donzelli

On est fait pour s’entendre / Pascal Elbé signe une charmante rom-com dans laquelle il campe un prof tombant des nues en se découvrant malentendant et amoureux de sa voisine interprétée par Sandrine Kiberlain. Un regard original sur l’ouïe défaillante, entre autres handicaps invisibles…

Qu’y a-t-il de personnel dans ce film ?
Pascal Elbé :
Absolument rien (sourire). Non, en fait, c’est un problème personnel : j’ai perdu l’audition il y a quelques années ; c’était le prétexte parfait pour parler de sentiments, de notre rapport à l’autre, de cette époque où on a du mal à se tourner les uns vers les autres, à s’entendre. On vit dans une époque ultra connectée, de relations d’amis virtuels, où il y beaucoup de solitude — pas que dans les grandes villes, dans les campagnes aussi. Alors un personnage amputé d’un sens, qui rencontre un autre personnage, elle aussi diminuée dans son rapport à l’autre, j’ai trouvé que ça résonnait, ça s’alignait bien. Et comme j’ai découvert que j’étais devenu romantique, j’en ai fait une comédie romantique parce qu’apparemment le romantisme, c’est quand deux personnes finissent par se trouver… Ce qui est un peu le principe de la vie.

à lire aussi : Les sorties cinéma à Lyon du 17 au 24 novembre

Par rapport à votre vécu, que vous a apporté la lecture du livre de David Lodge, La Vie en sourdine ?
On m’avait conseillé ce livre qui raconte la vie au quotidien d’un professeur d’université en semi retraite qui n’entend plus rien, avec sa femme, sa famille, etc. Quand je l’ai lu, Lodge avait mis des mots sur les choses justes que je ressentais. Je tournais les pages en souriant, très ému, en me disant : « c’est exactement ça, mais jamais je ne pourrais le partager parce je ne connais personne d’autre dans mon cas, à mon âge. » Et finalement, ce sentiment qu’il a mis en mots, j’ai essayé de trouver un moyen de le transmettre en images en faisant une comédie… qui nous raconte. Plus que l’histoire d’un-homme-qui-va-apprendre-à-écouter-le-jour-où-il-devient-sourd-dingue… Ou de ces-âmes-cabossées-qui-finissent-pas-se-rencontrer. Ou que le rapport sur la transmission (avec une enfant qu’il faut accompagner) ou la peur que l’on a d’accorder sa confiance… En fait, il y presque tous les chapitres de vie que j’ai traversés.

Mille petits bruits

Métaphoriquement, c’est aussi un film sur la “bonne entente” entre soi et les autres…
Dans le film, mon personnage se replie au début, comme tous les gens qui découvrent un handicap ou une singularité ; il fuit un peu la compagnie des hommes comme dirait David Lodge. La bonne entente, c’est le chemin qu’on emprunte tous : avant d’aller vers l’autre, il faut d’abord aller vers soi, on le comprend très tard. Il y a des gens qui ne s’accordent jamais cette période de réflexion “entre soi et soi” qui vous fait grandir et mûrir — que j’ai traversée. Quand on est prêt à se regarder et à s’accepter, on peut enfin se tourner vers l’autre.

à lire aussi : "Oranges Sanguines" de Jean-Christophe Meurisse : pas de quartier !

Vous donnez à voir de la bienveillance, des singularités et des solitudes, mais aussi à ENTENDRE le son du silence et celui de la surdité — ce qui est paradoxal — et celui de l’appareillage. Quelles instructions avez-vous données pour que cette restitution soit perceptible pour les personnes non sujettes aux problèmes auditifs ?
Quand j’allais voir les gens pour les convaincre du projet, je leur expliquais qu’on pouvait utiliser des outils et la grammaire du cinéma pour mettre le spectateur en immersion — c’était le but premier de cette aventure. Il a donc fallu essayer avec mon monteur son et les ingés-son de restituer cette sourdine, ces acouphènes, cette espèce de bruit métallique… Très souvent, il a fallu chercher, tâtonner avec eux, que j’essaye avant de dire : « on y est ! C’est à peu près ce que je ressens si je ferme les yeux ».

Vous savez, c’est quand on perd un sens que l’on se rend compte de ce que l’on avait. Sans vouloir jouer au porte-parole, je fais pas mal de prévention. Il faut faire attention : la perte peut être irrémédiable. En étant appareillé, il y a mille choses que j’ai redécouvertes. Mille petits bruits, mille sons qui vous ramènent à la vie avec beaucoup de poésie : la pluie, le vent dans les feuillages… Toutes ces petites choses dont on est complètement coupés dans la ville. Parce que notre société nous en coupe…

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mardi 18 janvier 2022 Portant sur la mécanique pernicieuse du harcèlement scolaire et interprété par deux enfants déchirants de vérité, ce premier film miraculeux est une merveille de délicatesse autant qu’un tour de force de réalisation. Un choc absolu et sans nul...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !