Cannes à Lyon, le retour !

Bonne nouvelle : comme l’an passé et depuis 2019, le Pathé Bellecour se la joue Croisette et déroule son tapis rouge à une partie de la sélection officielle du 75e festival de Cannes. Aucun dress code n’est requis pour partager la fête des cinéphiles !

Après trois ans de cahots, le 7e Art retrouve mi-mai son habituel tropisme méditerranéen et son avalanche de films inédits projetés en l’espace d’une dizaine de jours. S’il faudra attendre de nombreux mois pour découvrir l’intégralité de la sélection officielle dans les salles, un “échantillon représentatif“ se fraiera à nouveau un chemin sur les écrans du mois de mai.

Comme le veut une tradition informelle — mais désormais bien ancrée dans les mœurs des spectateurs —, de nombreuses salles ont retransmis la cérémonie d’ouverture mardi 17 mai à 19h avant de projeter à 20h30 la comédie d’horreur débutant le festival, Coupez ! de Michel Hazanavicius. Par la suite, sortiront Frère et Sœur d’Arnaud Desplechin (vendredi 20 mai), Don Juan de Serge Bozon (lundi 23 mai) Top Gun : Maverick de Joseph Kosinski et Les Crimes du Futur de Cronenberg (mercredi 25). Pour la suite, il faudra attendre. Du moins, en théorie…

On s’est pas déjà Croisette ?

Car durant trois jours — pendant le pont l’Ascension, et pile au moment où le festival décernera ses récompenses — le Pathé Bellecour bénéficiera d’une dérogation exceptionnelle en alignant douze avant-premières de prestige permettant de se faire en accéléré un avant-goût de la rentée cinéma, ainsi qu’un condensé de la quinzaine cannoise sans bouger de la Presqu’île.

La moitié de cette programmation est issue de la compétition puisqu’on y retrouve Decision to Leave de Park Chan-Wook (JSA, Old Boy, Mademoiselle…), Leila et ses frères de Saeed Roustaee (La Loi de Téhéran), Boy from Heaven de Tarik Saleh (Le Caire Confidentiel), Tori et Lokita des Frères Dardenne (Rosetta, L’Enfant…), Triangle de Ruben Östlund (après sa Palme pour The Square, il a l’air toujours très “en forme”) et Les Amandiers de Valeria Bruni Tedeschi. 

Côté hors compétition, la liste est tout aussi alléchante puisqu’on retrouve le nouveau Nicolas Bedos, Mascarade (photo), avec Pierre Niney,  Isabelle Adjani et François Cluzet. Mais aussi Emmanuel Mouret pour Chronique d’une liaison passagère dans lequel Sandrine Kiberlain donne la réplique à Vincent Macaigne.

Deux représentants de Cannes Première complètent cette sélection : le polar La Nuit du 12 de Dominik Moll, coproduction Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma avec Bastien Bouillon, et As Bestas de Rodrigo Sorogoyen campé par Denis Menochet et Marina Foïs. On peut s’attendre à un pic de curiosité pour le film d’Un certain regard Plus que jamais d’Emily Atef (Trois jours à Quiberon) : on y retrouve en effet Gaspard Ulliel dans son ultime rôle donnant la réplique à Vicky Krieps. Enfin, un film tourné à Lyon l’hiver denier, L’Innocent de et avec Louis Garrel. Un menu cinématographique très copieux, donc.

Cannes à Lyon
Au Pathé Bellecour du vendredi 27 au dimanche 29 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 ao?t 2018 Vaisseau amiral de la firme au coq à Lyon, le Pathé Bellecour a profité de l’été pour se doter de sa dernière innovation, une salle 4DX. La deuxième pour l’agglomération, après le Carré de Soie fin 2017 et la 25e sur la cinquantaine prévue par...
Vendredi 5 février 2016 L’information, publiée par Tribune de Lyon, s’est propagée dans la ville comme une traînée de poudre ces derniers jours : l’emblématique Thierry Frémaux, (...)
Jeudi 31 mai 2012 Palmarès décevant pour festival décevant : Cannes 2012 a fermé ses portes le dimanche 27 mai, laissant une poignée de beaux films, une Palme logique et quelques figures récurrentes d’un film à l’autre. Dernier bilan. Christophe Chabert
Vendredi 25 mai 2012 Curieuse édition du festival de Cannes, avec une compétition de bric et de broc pleine de films d’auteurs fatigués et dont le meilleur restera celui qui annonça paradoxalement la résurrection joyeuse d’un cinéma mort et enterré. Du coup, c’est le...
Dimanche 20 mai 2012 Le 65e festival de Cannes arrive déjà à mi-parcours de sa compétition, et celle-ci paraît encore bien faible, avec ce qui s’annonce comme un match retour de 2009 entre Audiard et Haneke et une forte tendance à la représentation du sentiment...
Mercredi 16 mai 2012 Poussant son art si singulier de la mise en scène jusqu'à des sommets de raffinement stylistique, Wes Anderson ose aussi envoyer encore plus loin son ambition d'auteur, en peignant à hauteur d'enfant le sentiment tellurique de l'élan...
Mardi 15 mai 2012 Cette année, le festival de Cannes s’annonce musclé : pas seulement à cause de sa compétition, face à laquelle on nourrit quelques sérieux espoirs, mais aussi grâce à ses sections parallèles, particulièrement alléchantes. Christophe Chabert
Dimanche 22 mai 2011 Palme d’or magnifique d’un palmarès discutable, "The Tree of life" de Terrence Malick avait survolé une compétition de très bonne tenue, dont on a apprécié les audaces rock’n’roll finales. Christophe Chabert
Lundi 16 mai 2011 Fin de la première semaine cannoise sous le signe de la transmission avec une compétition mi-figue mi-raisin où ce sont les cinéastes confirmés qui ont présenté les films les plus aboutis. Christophe Chabert
Mercredi 26 mai 2010 Festival de Cannes / En couronnant "Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures", le jury du festival de Cannes a conclu un festival terne par une note positive, provoquant quelques remous imbéciles. Dernier bilan en quatre...
Samedi 22 mai 2010 Festival de Cannes / La deuxième partie du festival de Cannes n'a pas plus convaincu que la première avec une compétition faiblarde et des sections parallèles pauvres en découvertes. Du coup, deux cinéastes ont emporté l'adhésion : Lee Chang-dong et...
Mardi 22 janvier 2013 Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois. Mon bonheur de Sergei Loznitza. Two gates of sleep d’Alistair Banks Griffin. The Myth of the Americain sleepover de David Robert Mitchell. Blue Valentine de Derek Cianfrance.
Lundi 17 mai 2010 Après l'édition très rock'n'roll de l'an dernier, le festival de Cannes 2010 semble avoir choisi la rigueur pour sa sélection. Du coup, ce sont les films fous et les cinéastes faussement sages qui raflent la mise. Christophe Chabert
Lundi 25 mai 2009 Le jury du festival 2009 a décerné sa Palme d’or au Ruban blanc de Michael Haneke, un des films les plus forts d’une sélection de très haut niveau. Le reste du palmarès, à quelques bizarreries et absents près, est du même tonneau. Christophe Chabert
Lundi 18 mai 2009 Festival / Après cinq jours de compétition de fort bonne facture, une tendance se dégage : le festival de Cannes a laissé de côté les films pour festivals et a fait une place de choix au cinéma du plaisir intelligent. Avec Un prophète de Jacques...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !