Nuits de Fourvière : "Campana" à la campagne

Campana

Domaine de Lacroix-Laval

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Festival / Le merveilleux Campana arrive enfin à Lyon : cette création du cirque Trottola explore le tréfond de l’humanité et le porte au sommet avec la trapéziste Titoune. Deux musiciens et l’exceptionnel clown Bonaventure Gacon forment avec elle ce quatuor qui plante son chapiteau durant tout juillet à Lacroix-Laval dans le cadre des Nuits de Fourvière.

Les Nuits de Fourvière réinvestissent cette aire de jeu de Lacroix-Laval explorée pour la première fois en 2015, soit un an avant que les Bêtes de Foire d’Elsa de Witte et Laurent Cabrol (anciens compagnons de route des Cirques Plume et Romanès) s'invitent en 2016. Ils reviennent avec le même spectacle, accessible aux enfants, touchante traversée du décor avec pour objet ou agrès une machine à coudre, des tissus... Les manipulations sont à vue, leur chien fait l’acteur. Le duo cherche à ralentir le rythme à l’inverse de la surenchère des grands barnums, mais il se passe toujours quelque chose sous leur toile.

Yann Frisch abandonne lui ses cartes et revient aux Nuits avec sa dernière création, très fraîche, ambitieuse, sur la transformation. Personne est une ode aux pouvoirs archaïques du théâtre. Déjà dans son premier spectacle qui nous avait tant séduit, Le Syndrome de Cassandre, il s’intéressait à ce pouvoir. Dans son camion-théâtre déplié pour 80 spectateurs, il joue de façon encore fragile avec perruques, batterie de costumes et de masques, trappes, intrus imaginaires mais celui qui s’est fait connaitre par ses tours de bonimenteur (Baltass) creuse à coup sûr un sillon très singulier avec sa compagnie L’Absente

Des chapiteaux au cube

Et il y a Campana. Dans cette pièce-là, on retrouve les mots de Jean-Loup Dabadie et Serge Reggiani. Il pourrait y avoir tous ceux de Beckett. Cette création est aux antipodes de l'entertainment à la québecoise sans être dénué de spectacle — nous sommes bel et bien au cirque avec ses codes (une piste, un chapiteau, une arène de spectateurs) et ses artistes (un clown, une trapéziste, deux musiciens). 

Au commencement, dans Campana, un homme un peu bourru et une brindille sortent des dessous de scène au son d'une cloche ("campana" en italien) puis sont avalés et recrachés dans un bruit d'orage assourdissant. Au centre ce n'est pas une simple scène, c'est un cœur qui bat, qui bout, celui de la Terre, de ses entrailles aussi accueillantes que malveillantes.

D'emblée surgit de ce travail quelque chose de sanguin et remuant. Titoune et Bonaventure Gacon réinventent un rapport physique au cirque. Ils font de cette toile une cathédrale païenne, de celle qui s'ouvre aux douleurs du monde pour souffler sur les plaies et tenter de les cicatriser. Le clown prend la parole pour quelques mots parfois, il joue avec sa partenaire dont le corps se contorsionne autant que le sien semble emprunté. Mais tous deux, avec leurs différences burlesques, se comprennent. Mieux, ils dialoguent avec leurs moyens.

Tout est artisanal. Ils maîtrisent à merveille les portés, en inventent de nouvelles formes, se saisissent par toutes les parties de leur corps. Le cirque est la base de leur langage. Titoune virevolte, se lance avec une agilité et une précision extrêmes, tout en haut de ce chapiteau pendant qu'au sol Bonaventure Gacon accomplit des gestes qui peuvent requérir de la force  : pousse une brouette, se jouer d'échelles... Le spectacle est fait de petits riens, ne cherche pas à faire récit et pour autant se tisse un univers qui ne cesse de s'agrandir.

Dans ce cercle, il incarne un clown solitaire et triste, en prise à la nostalgie, le maquillage accentue la figure du paumé, mais ce n'est pas un homme complètement à la marge qui se dessine, il s'agit plutôt d'un angle décalé sur ce qui peut être considéré comme la marge ou la normalité. Campana détricote les idées pré-pensées. Et qu’y a-t-il sous la piste ? Il semble que ça grouille, qu'à l'image de ces deux-là qui ont pu s'échapper, d'autres y sont prisonniers ou s’y réfugient (sont- ils migrants, précaires, Résistants ?). Ils attendent leur heure. Le temps est la clé de voûte de Campana jusqu’au point d'orgue d’un final inouï qu'il faut absolument taire et qui précisément requiert de longues minutes pour se mettre en place.

Les Nuits font leur cirque
Au Domaine de Lacroix-Laval (Rhône) dans le cadre de Nuits de Fourvière du lundi 4 au vendredi 22 juillet

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 10 mars 2020 Hormis un spectacle d’ouverture sans grand suspens ("Message in a Bottle"), la programmation arts vivants de cette édition des Nuits de Fourvière s’annonce de très haut vol avec notamment la crème de l’émergence en théâtre et deux pépites absolues...
Mardi 11 février 2020 Ce n’est rien moins qu’une pièce de répertoire ! Par le Boudu (à La Mouche, mardi 18 février) a été créé en 2001. Et voilà donc l’occasion de rattraper ce (...)
Mardi 11 juin 2019 Rendez-vous incontournable du cirque international, le Festival des 7 Collines fait la part belle au Québec dont quatre compagnies sont invitées, en tête desquelles Machine de Cirque, véritable locomotive.
Mardi 19 juin 2018 Pour la première fois, la magie (nouvelle) fait son entrée aux Nuits de Fourvière qui accueillent Yann Frisch. Au menu de ce festival, la création mondiale de l'excellent cirque Aïtal et des maîtres de la mise en scène au service d'étudiants de...
Mardi 19 juin 2018 Dix ans pour le Pôle cirque de l'Ardèche. Autant pour le Festival d'Alba. Et voilà que les deux entités pilotées par Alain Reynaud se réunissent pour co-accueillir la crème de cette discipline toujours plus alléchante.
Mardi 5 septembre 2017 Attraper le C21 à Perrache... et à peine dix minutes plus tard, vous voici à l'École de Cirque de Lyon qui, outre le fait de former des jeunes, accueille chaque année quelques spectacles de ce qui fait la crème de cette discipline. Tour d'horizon...
Mardi 21 juin 2016 Festival majeur de la Loire et l'un des plus importants en Rhône-Alpes, Les 7 Collines reviennent avec une programmation très circassienne. Dans les propositions de cette 22e édition, focus sur deux artistes passionnants : le magicien sombre Yann...
Mardi 8 décembre 2015 Sacré champion du monde de magie avec un numéro qui a fait le tour du Net et des télés, le prodigieux Yann Frisch, 25 ans, truste désormais les théâtres avec "Le Syndrome de Cassandre", un seul-en-scène métaphysique troublant de noirceur.
Mardi 8 décembre 2015 Si le spectacle est vivant, c'est parce qu'un public est là pour le lui rappeler. C'est un metteur en scène bien connu de nos services qui le dit, et son (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !