A droite, à gauche

CONNAITRE | L’ouverture du musée Stendhal, musée dit « en réseau », divisé en plusieurs lieux et plusieurs activités, propose de multiples visites et des activités temporaires. En voici un florilège… LG

Laetitia Giry | Lundi 10 septembre 2012

En plus de l'appartement Gagnon…


Les parcours Stendhal

Le côté le plus ludique du musée Stendhal est sans doute celui qui propose au visiteur de parcourir le centre-ville sur les pas de l'écrivain. Si des visites guidées utilisant cet itinéraire sont effectuées par l'Office du tourisme depuis déjà plusieurs années, la nouveauté réside dans l'autonomie du marcheur-découvreur. Douze plaques (en français et en anglais) ont été posées dans Grenoble pour constituer un parcours historique, et permettant de se promener seul avec son plan (et à partir de 2013 avec des audio-guides pour qui le souhaite). Placées sur des lieux que Stendhal a aimés, ou en tout cas évoqués dans ses écrits, elles correspondent à des éléments marquants de sa vie. Dans son œuvre autobiographique Vie de Henry Brulard, il parle ainsi de l'église Saint-Hugues, où a eu lieu l'enterrement de sa mère, du son des cloches de la collégiale Saint-André… Autant de lieux désormais marqués, distingués par un texte offert au regard de tous.

Les « collections Stendhal »

En partie présentées dans l'appartement Gagnon, les collections ne dévoileront leur richesse qu'aux plus curieux, ceux qui prendront rendez-vous à la Bibliothèque d'étude et d'information pour découvrir ce que la ville a accumulé « après la mort de Stendhal, tout au long du XIXe et au début du XXe siècle, par l'intermédiaire des bibliothèques ». Christine Carrier nous explique que la ville « s'est d'abord vue donner des manuscrits, puis, entre les dons et les acquisitions qu'elle a réalisées, a toujours enrichi ce fonds. Elle possède ainsi les deux tiers des manuscrits connus. Un fonds qui comporte des titres qui n'étaient pas parus du temps de Stendhal vivant, car au XIXe siècle, les éditeurs supprimaient les manuscrits d'écrivain... Ils ne pensaient pas que ça pouvait avoir une valeur. Aujourd'hui, ils sont conservés sous climatisation dans la bibliothèque. Avec aussi des traductions en langues étrangères, des premières éditions annotées par Stendhal et ses contemporains, un fonds documentaires, des biographies, des essais, et un fonds romantique en constitution… »

Bibliothèque d'étude et d'information, boulevard Maréchal Lyautey à Grenoble. Visites prévues sur inscription pour les Journées du patrimoine les 15 et 16 septembre à 10h, 11h, et 14h

À l'occasion de l'ouverture…


Pluie d'expos

On ne compte pas moins de sept expositions organisées au cours du mois de septembre pour accompagner l'ouverture du musée… Parmi elles : Mémoire de l'oubli, l'appartement Gagnon en devenir, présente le travail réalisé par le photographe Éric Hurtado lors des travaux de rénovation. Lui qui ces dernières années utilisait son objectif comme un condensateur de lumière, capturant en poses longues le parc du musée Hébert la nuit, ou l'intérieur mystérieux de grottes pourtant invisible à l'œil nu. On est curieux de découvrir ce que lui aura inspiré l'état incertain du chantier, sa vocation à la transformation continue, à la perte… Par ailleurs, notons qu'une pièce de l'appartement Gagnon est prévue pour présenter des expositions temporaires. Ce qu'elle fait dès à présent avec un cheminement en images et en textes dans la vie italienne de Stendhal et son amour pour ce pays.

Mémoire de l'oubli, l'appartement Gagnon en devenir à la Maison de l'international du 8 au 28 septembre

L'Echappée Beyle, sur les pas de Stendhal en Italie, à l'appartement Gagnon à partir du 15 septembre

N'oublions pas de lire !

Denis PodalydèsComme il est bon se rappeler que Stendhal, avant d'être une fierté grenobloise et le sujet d'un nouveau musée, est d'abord un immense écrivain, une lecture de ses textes est organisée dans la roseraie du Jardin de ville le jour de l'inauguration. Assurée par un comédien fameux et surtout parfaitement adapté à la situation, Denis Podalydès (sociétaire de la Comédie -Française et très actif au cinéma), elle sera accompagnée de partitions de Rossini et Mozart jouées par le Conservatoire à rayonnement régional. Du beau monde, qui promet un moment littéraire mémorable.

Lecture musicale le vendredi 14 septembre à 20h au Jardin de ville

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Stendhal : un Beyle enfant du Dauphiné

CONNAITRE | « Au bout de chaque rue, une montagne » comme écrivait Stendhal au sujet de Grenoble. Une déclaration d’amour que sa ville natale lui rend toujours, avec notamment un musée inauguré en 2012. Thibault Copin

Thibault Copin | Mercredi 6 avril 2016

 Stendhal : un Beyle enfant du Dauphiné

Henri Beyle dit Stendhal est né à Grenoble et y passera seize années d’une enfance partagée entre deux appartements, l’un synonyme de bonheur et l’autre de malheur, pourtant séparés d’à peine une centaine de mètres. Il voit le jour un 23 janvier 1783 dans une chambre « rue des Vieux-Jésuites [à présent Jean-Jacques Rousseau], la cinquième ou sixième maison à gauche en venant de la Grande-rue, vis-à-vis la maison de M. Teisseire » ainsi qu’il l’écrit dans son autobiographie. C’est la demeure de son père, alors avocat bourgeois au Parlement du Dauphiné – tout ce qu’il déteste. L’autre, c’est l’appartement de son grand-père le Docteur Gagnon, « sur la place Grenette […] la plus belle place de la ville, les deux cafés rivaux et le centre de la bonne compagnie » détaille-t-il. Homme de sciences et de lettres, le médecin est à l’origine de l’éveil intellectuel du jeune garçon. C’est pourquoi ce dernier lieu est la clé de voûte du musée Stendhal (photo). Il permet, au moyen de textes, d’images et d’objets, de comprendre l’environnement familial de l’auteur. Actuellement, l’exposition temporaire

Continuer à lire

Stendhal un jour, Stendhal toujours

ARTS | Après les esquisses et les dessins, l'Appartement Gagnon s'intéresse à la dimension politique de l'écrivain Grenoblois Stendhal, dans sa vie comme dans son (...)

Charline Corubolo | Mardi 19 mai 2015

Stendhal un jour, Stendhal toujours

Après les esquisses et les dessins, l'Appartement Gagnon s'intéresse à la dimension politique de l'écrivain Grenoblois Stendhal, dans sa vie comme dans son œuvre littéraire. À juste titre intitulée Stendhal, un républicain Rouge et Noir, l'exposition est découpée en cinq parties retraçant l'engagement politique de Stendhal de la naissance de sa conscience républicaine à Grenoble en 1783 à sa participation aux campagnes Napoléonienne en 1800, en passant par sa fonction au consul à Civitavecchia sous Louis-Philippe. Un parcours politique peu connu mais qui marque profondément ses écrits dont l'emblématique Le Rouge et le Noir, miroir des coulisses de la Révolution de 1830, dont le musée propose une édition illustrée. La visite présente également des peintures, dont plusieurs portraits de Stendhal mais aussi des gens qu'il a côtoyés, des dessins et des éditions rares. Documenté et historique, le parcours s'avère riche même s'il manque quelque peu de dynamisme pour intéresser un large public. Car si Stendhal est un personnage du XIXe siècle, nous sommes aujourd'hui au XXIe siècle et une scénographie moins classique donnerait plus d'énergie à la

Continuer à lire

Place à Stendhal

ARTS | La ville de Grenoble est fière de nous annoncer la naissance de son dernier né : le musée Stendhal, qui ouvrira ce week-end. Un musée en réseau gravitant autour de l’appartement Gagnon (grand-père de l’écrivain), cœur vibrant de l’entreprise. On a rencontré Christine Carrier, directrice du réseau des bibliothèques municipales et en partie en charge du projet, pour mieux comprendre ce dernier. Propos recueillis par Laetitia Giry

Laetitia Giry | Lundi 10 septembre 2012

Place à Stendhal

Pourquoi un musée Stendhal à Grenoble ?Christine Carrier: D’abord, historiquement, il y en a toujours eu un. Depuis 1934, suite à une grande exposition organisée par la Ville qui avait décidé de laisser un lieu ouvert au public avec une présentation des pièces iconographiques : tableaux, gravures, dessins… Le musée a fermé en 2004 après avoir été déplacé dans différents endroits. Le projet scientifique ne correspondait plus à celui d’un musée. Il était vieillot, il fallait revoir toute la scénographie. Comment a démarré le nouveau projet ?Se sont posées les questions suivantes : que fait-on de Stendhal à Grenoble ? Comment lui consacre-t-on un lieu ? Comment remplit-on toutes les missions scientifiques dévolues à un musée ? Comment accueille-t-on les publics : individuels, groupes, scolaires ? En réponse à ces questions, on a abouti à un concept totalement novateur, celui d’un musée en réseau. Plutôt que de s’installer dans un lieu qui fera tout, le musée Stendhal se compose d’éléments séparés qui forment le musée : l’appartement natal, rue Jean-Jacques Rousseau (lieu dédié à la littérature contemporaine), le

Continuer à lire