Le mystère Pynchon

CONNAITRE | Ses romans étaient réputés inadaptables, tant ils foisonnent d’intrigues, d’énigmes et de tours de force défiant toute logique figurative ; Thomas Pynchon, qui cultive le secret mais redouble, à 74 ans, de créativité et de culot, vient pourtant d’être porté à l’écran par Paul Thomas Anderson… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 3 mars 2015

Photo : © 2014 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND RATPAC-DUNE ENTERTAINMENT LLC ALL RIGHTS RESERVED


Jusqu'à sa mort, J. D. Salinger faisait figure de grand romancier américain invisible. Dorénavant, il n'y a plus que Thomas Pynchon pour occuper ce titre, à une différence (de taille) près : si Salinger a conjointement cessé de publier en même temps qu'il se retirait hors de tout espace public, Pynchon, lui, paraît atteint d'une frénésie créative en constante accélération, ce qui lui fait un point commun avec un autre artiste cultivant le secret, Terrence Malick.

Bref, Pynchon n'est pas du genre à apparaître dans les grands raouts littéraires genre fêtes du livre, ce qui explique en partie sa notoriété très relative par rapport à certains de ses confrères – au hasard : Banks, De Lillo ou Paul Auster. Ce déficit tient aussi à la complexité de son œuvre, pas facile à domestiquer mais qui a su créer une horde d'inconditionnels prête à se lancer dans les exégèses les plus folles, sinon à cartographier chaque roman pour en pister les ramifications.

La France a découvert Pynchon en 1975 avec ce qui reste son chef-d'œuvre, L'Arc en ciel de la gravité. Au crépuscule de la Deuxième Guerre mondiale, les services secrets britanniques utilisent Tyrone Slothrop comme une arme de renseignements, puisque celui-ci est capable de deviner les futurs bombardements allemands par le biais des énormes érections qu'ils provoquent chez lui !

Si cet argument pour le moins farfelu forme le fil rouge du récit, Pynchon le distend en permanence par l'arrivée de nouveaux personnages et même de créatures improbables comme cette pieuvre dressée pour servir d'espionne. Tout le style Pynchon est là : les arborescences narratives, l'Histoire passée au filtre d'une culture pop érudite et débridée, le goût des chansons populaires intégrées dans le récit, les registres de langage qui se télescopent… Le tout s'étalant sur plus de mille pages où il n'est pas rare de se sentir totalement largué, sans pour autant avoir envie de baisser les bras.

L'Histoire avec un grand V

Avant L'Arc en ciel de la gravité, Pynchon avait déjà rodé son talent dans V, le plus ordonné de ses grands livres désordonnés : le récit semble suivre une trajectoire complexe mais linéaire à travers les vicissitudes de Benny Profane, ancien marin démobilisé de l'armée après la Deuxième Guerre mondiale, qui poursuit à New York la femme de ses rêves, acoquinée avec une bande d'artistes surnommée "la tierce des paumés" autour de laquelle rode un certain Stencil, à la recherche de la mystérieuse V. qui obséda son père… C'est là où ça se corse : un chapitre sur deux consiste en un flashback quasi-autonome où les hypothèses vont bon train pour déterminer l'identité – ou la nature – de cette V., ce qui offre à Pynchon l'occasion de créer des histoires particulièrement rocambolesques – notamment ce prêtre mécanisé qui s'avère être… une femme !

L'Histoire de l'Amérique est toujours au cœur de ses romans, notamment ceux qui marquent son grand retour à l'orée des années 2000 : dans l'insurmontable Mason et Dixon, il suit les pas des deux ingénieurs qui vont créer la ligne séparant le nord du sud des États-Unis, préparant ainsi à leur insu la future guerre de sécession ; dans le tout aussi ardu Contre-jour, il invente une sorte de Club des cinq pour adultes prenant sa source lors de l'exposition universelle de 1893 à Chicago…

L' anguille Pynchon

Mais c'est avec ses deux derniers romans, nettement plus abordables, que Pynchon s'est avéré le plus surprenant : d'abord Vice caché, faux polar seventies dont Paul Thomas Anderson vient donc de tirer une adaptation aussi fidèle que brillante ; puis Fonds perdus, sorti en septembre dernier, où l'auteur, 74 ans au compteur, parle de l'explosion de la bulle internet, du 11 septembre et des sombres recoins de la toile (le "dark internet") avec la facilité d'un geek de vingt berges. Le tout dans une atmosphère de parano galopante comme il les affectionne mais, grande première chez lui, avec une femme comme héroïne.

On parlait de mystère Pynchon ; mais c'est plutôt une anguille à qui on a affaire. Car, on a oublié de le préciser, sa seule apparition "publique" ces dernières années consiste en… une voix pour son propre personnage dans Les Simpson. Pop, définitivement.


Inherent Vice

De Paul Thomas Anderson (EU, 2h29) avec Joaquin Phoenix, Josh Brolin... L'ex-petite amie du détective privé Doc Sportello surgit un beau jour, en lui racontant qu'elle est tombée amoureuse d'un promoteur immobilier milliardaire : elle craint que l'épouse de ce dernier et son amant ne conspirent tous les deux pour faire interner le milliardaire… Mais ce n'est pas si simple…
UGC Ciné-Cité Confluence 121 cours Charlemagne Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un Moi(s) de cinéma #4

ECRANS | Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo

Christophe Chabert | Lundi 2 mars 2015

Un Moi(s) de cinéma #4

Au sommaire de ce quatrième numéro : • Inherent Vice de Paul Thomas Anderson • Selma de Ava DuVernay • The Voices de Marjane Satrapi • Hacker de Michael Mann • À trois on y va de Jérôme Bonnell

Continuer à lire

"Inherent Vice" : polar pop, enfumé et digressif signé Paul Thomas Anderson

ECRANS | En adaptant "Vice caché" de l’immense Thomas Pynchon, Paul Thomas Anderson prouve, après "The Master", qu’il n’aime rien tant qu’aller à l’encontre de sa maîtrise, éprouvée et incontestable. De fait, ce polar pop, enfumé et digressif est un plaisir intense, où il est avant tout question de jeu, dans tous les sens du terme. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 3 mars 2015

Quelque part dans les volutes de la Californie psychédélique au début des années 70, Doc Sportello semble sortir d’un rêve évaporé lorsqu’il voit surgir chez lui son ex-petite amie, Shasta Fay, qui lui annonce qu’elle est tombée amoureuse d’un richissime promoteur immobilier – marié – et dont elle soupçonne qu’on ourdit un complot contre lui. Sportello, qui exerce la fonction de détective privé, décide d’enquêter, moitié par amour envers cette fille qu’il n’arrive pas à s’enlever de la tête, moitié par curiosité professionnelle envers un monde bien éloigné de celui de la contre-culture "beatnik", adepte de drogues et de nonchalance cool, dans lequel il baigne. Raconté comme ça, le point de départ d’Inherent Vice rappelle inévitablement les romans noirs de Raymond Chandler, ainsi que ses relectures iconoclastes par Robert Altman (Le Privé) ou les frères Coen (The Big Lebowski). Sauf que Paul Thomas Anderson n’adapte pas l’auteur du Grand Sommeil, mais un autre immense romancier américain, Thomas Pynchon. Et si

Continuer à lire

Rentrée ciné 2015 : l’Amérique au firmament…

ECRANS | Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes d’ici devraient leur donner le change. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 6 janvier 2015

Rentrée ciné 2015 : l’Amérique au firmament…

Les Wachowski, Clint Eastwood, Alejandro Gonzalez Iñarritu, Paul Thomas Anderson, Michael Mann, Tim Burton, George Miller, à qui on ajouterait bien James Wan et Josh Whedon : le premier semestre 2015 se pose en miroir inversé du dernier semestre 2014. Fini le renouvellement générationnel, les cinéastes du monde entier qui arrivent à une forme de maturité créative, les francs-tireurs décidés à faire trembler le cinoche mainstream ou son frère jumeau, le world cinéma… Certes, il y en aura quelques-uns d’ici à fin mai ; mais ce sont bien les super-auteurs américains qui risquent de faire la pluie et le beau temps sur l’actualité cinématographique d’ici là. Après un mois de janvier en forme de tour de chauffe, ce sont donc Larry et Lana Wachowski qui ouvrent le bal avec leur Jupiter ascending le 4 février – que son distributeur français a, de manière particulièrement débile, rebaptisé Jupiter : le destin de l’univers. Après la fresque spatio-temporelle de Cloud Atlas, génial puzzle d’une a

Continuer à lire