« Déconstruire les préjugés » avec Migrant'scène

CONNAITRE | Voilà plusieurs mois que la question des migrants agite l'Europe – et, plus largement, le monde. À travers son festival Migrant'scène, la Cimade, association qui aide les étrangers en difficulté sur le territoire français, propose de réfléchir sur ce sujet via une approche artistique. Rencontre avec Daniel Delpeuch, coordinateur des équipes du festival, pour en savoir plus. Propos recueillis par Charline Corubolo

Aurélien Martinez | Mardi 10 novembre 2015

Photo : Aicha Ayoub


Quels sont les objectifs du festival Migrant'scène qu'organise la Cimade au niveau national ?

Daniel Delpeuch : Grâce à l'art, on veut apporter un regard différent sur les étrangers, montrer qu'ils sont comme nous, que ce sont des personnes et non des chiffres statistiques. L'art est un bon moyen de le faire, il permet de déconstruire un peu les préjugés, d'ouvrir le débat.

Qu'est-ce que l'on verra à Grenoble pendant deux semaines ?

Il y a beaucoup de choses cette année, on est un peu montés en puissance avec du théâtre, du cinéma, de la photographie… Le thème est « les réfugiés », autrement dit les demandeurs d'asile. Des gens qui ont des choses à nous dire, notamment sur les raisons pour lesquelles il quitte famille, maison et pays. Ils y sont contraints à cause de la guerre, de l'absence de perspective, de craintes concernant l'éducation de leurs enfants… On leur donne donc la parole tout au long du festival à travers deux choses : un atelier de slam de la Cimade ouvert depuis 4 ans, dans lequel les réfugiés écrivent des textes, et un atelier de lecture de l'association de parrainage républicain l'Apardap qui a permis l'écriture du livre Avant l'exil, j'étais quelqu'un qu'ils liront pour l'ouverture du festival.

Et il y aura aussi des spectacles…

Oui, deux pièces de théâtre et un one-man-show. En ouverture, juste après les deux ateliers, se jouera la pièce Rivesaltes de Vincent Bady qui traite du camp de détention du même nom en activité de 1939 à 2007, où ont été placés des Juifs déportés, des généraux allemand prisonniers, des Tsiganes, des harkis, pour devenir un centre de rétention administrative en 1983. 70 ans d'histoire de non accueil de la France envers des étrangers qu'elle jugeait indésirables. La seconde pièce s'appelle Rue des voleurs (photo) par la compagnie grenobloise La Fabrique des petites utopies. Elle raconte l'exil d'un jeune marocain aujourd'hui. Et il y aura Pie Tshibanda, réfugié congolais en Belgique, avec son spectacle Un fou noir au pays des blancs à la fois tendre, émouvant et hilarant. C'est la seule soirée payante du festival [Daniel Delpeuch continue ensuite à nous dérouler le programme : un documentaire, une exposition, un café-débat… – NDLR].

Vous défendez un art militant. Les différentes propositions ont-elles été choisies uniquement pour leur propos politique ou, également, pour leurs qualités artistiques ?

Elles ont été choisies en raison de l'intérêt artistique, avec la volonté de montrer des belles choses mais, en même temps, sur des sujets qui nous intéressent. On sélectionne des proposions qui permettent de réfléchir et de se faire une opinion sur l'image des réfugiés, pourquoi ils viennent chez nous, qu'est-ce que l'exil…

À qui s'adresse le festival ?

À tout le monde, mais s'il devait y avoir une cible, ça serait les jeunes. La jeunesse est l'avenir, elle n'est pas encore formatée comme nous. Moi je ne suis plus un jeune (rire). Mais de manière générale, on s'adresse aux gens qui ne comprennent pas et qui veulent comprendre, qui ne connaissent pas et qui ont envie de connaître, qui sentent les peurs et qui veulent trouver des réponses pour savoir où ils en sont et s'il y a lieu d'avoir peur. Le tout en luttant contre le sentiment xénophobe qui se répand parce que ce n'est pas en rejetant l'autre que l'on va améliorer les conditions de notre société.

Le festival Migrant'scène est organisé par la Cimade. Quel est son rôle ?

La Cimade, Comité inter-mouvements auprès des évacués, est une vieille association créée en 1939 et en fonctionnement depuis 1940. Elle s'occupait à l'époque des évacués, des gens qui habitaient entre la ligne Maginot et la frontière allemande, principalement des Alsaciens et des Lorrains déplacés de l'autre côté du Massif central. Les mouvements de jeunesse de la Cimade proposaient un accompagnement, ce qui ne se faisait pas à l'époque. Après, elle est intervenue dans les camps où étaient enfermés des militants républicains espagnols, des Juifs éloignés de l'Autriche et de l'Allemagne, des étrangers arrêtés en France. L'association s'est donnée pour mission de faire sortir des camps ceux qui n'avaient rien à y faire. Lorsque la ligne de démarcation a été franchie par les Allemands, la Cimade est rentrée en résistance et les réfugiés des Alpes ont été évacués vers la Suisse. Ça c'est l'origine de la Cimade. Après la guerre, elle a continué ses activités. Le gouvernement lui a demandé de faire la même chose mais cette fois avec des prisonniers allemands et des collaborateurs. Elle a accepté. Ensuite, il y a eu les prisons, où elle intervient toujours et à partir de 1983, les centres de rétention administrative. Il s'agit d'aider des étrangers en difficultés en s'occupant de la partie sociale de l'accueil : comment faire des recours, prévenir les familles... Et à côté de cette vocation, elle développe des actions à l'étranger et des manifestations de sensibilisation comme le festival Migrant'scène, qui a de plus en plus d'impact.

Migrant'scène, du mardi 17 au dimanche 29 novembre dans divers lieux. Programme chaque semaine dans le journal ou sur www.festivalmigrantscene.org


Ouverture du festival

Lecture de "Avant l'exil, j'étais quelqu'un" par les membres de l'apardap + "Rivesaltes" pièce de Vincent Bady
Salle Olivier Messiaen 1 rue du Vieux Temple Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un autre reg’art sur les migrations avec Migrant’scène

Festival | Décliné dans plus de 100 villes à travers l’Hexagone, le festival pluridisciplinaire Migrant’scène est de retour dans l’agglomération grenobloise du 15 novembre (...)

Nathalie Gresset | Mardi 12 novembre 2019

Un autre reg’art sur les migrations avec Migrant’scène

Décliné dans plus de 100 villes à travers l’Hexagone, le festival pluridisciplinaire Migrant’scène est de retour dans l’agglomération grenobloise du 15 novembre au 8 décembre « pour sensibiliser le grand public à la question des migrations ». Organisée par la Cimade, association de défense des droits des immigrés, « cette manifestation vise à aborder cette problématique de manière positive, à travers les arts et la culture », explique Daniel Delpeuch, co-responsable du groupe de la Cimade à Grenoble. Théâtre, projections de films, concerts, expositions, conférences… seront autant de médiums pour informer les participants « qui ont envie d’être mieux renseignés sur la situation des migrants ». Au programme notamment : les pièces Terres closes à l’Espace 600 et Là où vont nos pères à la Faïencerie « à destination de tous les publics à partir de 8-12 ans car c’est aussi important de sensibiliser les jeunes à ces questions » ; les concerts de Ndagga Rhythm Force à la Bobine, ou encore de Yacouba Konaté qui raconte l’exil en chansons au Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas. Cette année, le fest

Continuer à lire

Migrant'scène : un festival pour dire la migration par la culture

Festival | Du 13 novembre au 8 décembre, l’association La Cimade, qui aide les étrangers en difficulté, propose la septième édition de Migrant'scène, festival national qui vise à réfléchir aux migrations à travers la culture. Daniel Delpeuch, coordinateur des équipes à Grenoble, nous détaille l’évènement.

Alice Colmart | Mercredi 7 novembre 2018

Migrant'scène : un festival pour dire la migration par la culture

Pour sa septième édition en Isère, le festival Migrant'scène, organisé dans une soixantaine de villes françaises, double de volume. « La conjoncture actuelle fait que la volonté des institutions et du public à se mobiliser pour la cause est de plus en plus forte » explique Daniel Delpeuch, coordinateur des équipes du festival à Grenoble. Tout commencera le mardi 13 novembre à l’Hôtel de ville de Grenoble avec, en ouverture, une pièce « presque prophétique ». « Les Moissonneurs des Lilas vont lire la pièce de Erri De Luca qui s’appelle Le dernier voyage de Sindbad. Écrite en 2002, elle annonce déjà toute la crise migratoire qui est là. » « L’art comme une sorte de thérapie » Migrant'scène est ainsi une manifestation foisonnante qui, selon Daniel Delpeuch, intéresse de plus en plus d’institutions et d’acteurs locaux. Comme la prestigieuse MC2 qui, cette année, rejoint le mouvement. « Mardi 27 et mercredi 28 novembre, elle proposera la pièce Irak à jamais co-mis

Continuer à lire

Migrant’scène : préjugés mes désamours

Festival | « Un festival dans plus de 60 villes en France métropolitaine et Outre Mer. Trois semaines d’événements, d’échanges, de rencontres et de fêtes à partir de la mi-novembre. » Zoom sur les événements grenoblois.

Alice Colmart | Mardi 7 novembre 2017

Migrant’scène : préjugés mes désamours

Qu’ils soient victimes de guerres, de persécutions ou de catastrophes climatiques, les migrants sont plus que jamais au cœur de l’actualité. Le festival Migrant’scène, organisé au niveau national par l’association la Cimade sur le thème cette année « D’ici et d’ailleurs : ensemble faire société », se déclinera tout en novembre dans divers lieux de l’agglomération grenobloise. À travers une programmation pluridisciplinaire mêlant théâtre, expositions (comme celle, à l’Espace Paul Jargot, baptisée Attention, travail d’Arabe visant à déconstruire les stéréotypes sur les arabes en France avec ses 36 affiches détournées – "Maure pour la France", "Le racisme tue", "Y a pas bon les clichés"...), concerts (comme celui en ouverture mardi 14 novembre à l’Hôtel de Ville de Grenoble, où des chanteurs, musiciens et poètes issus de l’émigration congolaise et chilienne évoqueront l’exil en mots et en chansons) ou encore documentaires, l’événement tend à interroger et sensibiliser via la culture les publics parfois loin de certaines réalités. Plus d’infos sur w

Continuer à lire

« Réfléchir et voir autrement » avec le festival Migrant’scène

Festival | Alors que la question de l’accueil des migrants est plus que jamais au cœur de l’actualité, le festival Migrant’scène, organisé par la Cimade, association qui vient en aide aux étrangers en difficulté, se tiendra du 15 novembre au 4 décembre à Grenoble et partout en France. L’occasion de découvrir autrement, et à travers une démarche artistique pluridisciplinaire, ces migrants venus de loin.

Sandy Plas | Mardi 8 novembre 2016

« Réfléchir et voir autrement » avec le festival Migrant’scène

Si le festival Migrant’scène résonne aujourd’hui particulièrement, il existe depuis de nombreuses années : il a ainsi vu le jour au début des années 2000. Organisé au niveau national par la Cimade, une association créée en 1939 pour aider les étrangers en difficulté, notamment dans leur démarches administratives au quotidien, Migrant’scène se décline dans chaque région sous diverses formes. « Il y avait une nécessité d’agir sur les préjugés des gens vis-à-vis des étrangers » explique Daniel Delpeuch, coordinateur du festival au niveau grenoblois. « Nous voulions que les gens puissent voir les migrants non pas au travers des statistiques mais de l’art, pour réfléchir et voir autrement. » Chaque année, théâtre, musique ou encore projections de films permettent d’aborder le sujet sous différentes facettes. « L’idée du festival est de présenter des pièces dans lesquelles jouent des demandeurs d’asile ou qui abordent la thématique des migrants. » Cette année, les Grenoblois pourront ainsi découvrir lors de l’inauguration du festival, le mardi 15 novembre à l’Hôtel d

Continuer à lire