Mathias Énard : « Être loin du fanatisme d'aujourd'hui »

CONNAITRE | Tout juste sacré Prix Goncourt pour "Boussole", le romancier Mathias Énard sera à Grenoble ce jeudi, à l’invitation de la librairie Le Square et du festival Mode d’emploi. On en a profité pour l’interroger en amont et pour disséquer son roman de 400 pages, véritable déclaration d’amour au Moyen-Orient. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 24 novembre 2015

Photo : Marc Melki


Quelle drôle d'idée que de vouloir interviewer le Prix Goncourt tout juste deux semaines après son attribution. Forcément, son récipiendaire est on ne peut plus sollicité. Après avoir bataillé ferme, on est finalement arrivés à avoir Mathias Énard au téléphone un dimanche matin dans le but d'annoncer sa venue à Grenoble – il viendra justement présenter son fameux Boussole qui lui a permis de décrocher le Saint Graal.

Première question pas très originale, que l'on se doit cependant de poser : c'est agréable de recevoir le Prix Goncourt ? « C'est le prix le plus célèbre et le plus important de la littérature française donc, forcément, ça ne laisse pas indifférent. C'est une grande surprise, un moment très surprenant… Comme une tempête de joie qui s'abat sur nous ! Avec, du coup, un tourbillon de médias, de lecteurs… Car ça donne un immense coup de projecteur sur le livre. »

Une récompense qui intervient après d'autres déjà prestigieuses – le Goncourt des lycéens en 2010 pour Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants, le prix Liste Goncourt/Le Choix de l'Orient en 2012 pour Rue des voleurs… Et qui arrive assez tôt dans la carrière de l'auteur de 43 ans : ce n'est pas un peu effrayant pour la suite ? « Pas du tout, au contraire ! Ça donne encore plus de liberté. »

« Un roman où il faut prendre le temps »

De la liberté pour écrire d'autres romans comme celui-ci : une œuvre-monstre qui s'intéresse à l'Orient, à son éclat, à sa puissance d'évocation… « J'ai voulu donner à voir la richesse du Moyen-Orient que l'on ne voit plus aujourd'hui malheureusement, à cause de l'actualité, les flammes et la violence. Une vision légitime mais, en même temps, on ne peut pas non plus oublier que derrière tout ça, il y a une très grande diversité bien loin du fanatisme d'aujourd'hui. »

Un thème qui lui est cher depuis le début de sa carrière lui qui, dans sa jeunesse, a fait de longs séjours au Moyen-Orient pour, notamment, étudier le persan et l'arabe. D'où une approche certes romancée mais toutefois précise. « Il y a un très grand travail de préparation qui a duré plusieurs années pendant lesquelles j'ai choisi les personnages, les épisodes, les différents récits qui ont construit le texte et les éléments d'architecture qui le structurent. Tout ça avant de me mettre à écrire. »

Le narrateur de Boussole est Franz Ritter, « musicologue épris d'Orient » qui n'arrive pas à trouver le sommeil. « Il dérive entre songes et souvenirs, mélancolie et fièvre, revisitant sa vie, ses emballements, ses rencontres et ses nombreux séjours loin de l'Autriche – Istanbul, Alep, Damas, Palmyre, Téhéran… –, mais aussi questionnant son amour impossible avec l'idéale et insaisissable Sarah, spécialiste de l'attraction fatale de ce Grand Est sur les aventuriers, les savants, les artistes, les voyageurs occidentaux » (extrait de la quatrième de couverture). On croise donc de nombreuses figures historiques dans Boussole. « Tout est vrai, tous les personnages existent, sauf forcément ceux qui sont contemporains des protagonistes d'aujourd'hui. »

Le roman en devient très riche ; très dense aussi, demandant une attention soutenue au lecteur pour ne pas se perdre… « Je n'ai pas l'impression que mon roman soit plus difficile qu'un autre ! Après, c'est un type de lecture différent. C'est un roman où il faut prendre le temps ; un roman duquel on peut sortir pour aller écouter un morceau de musique sur Youtube ou regarder la vie d'un personnage sur Internet. »


Mathias Énard

Pour son livre "Boussole"
Librairie Le Square 2, place du Docteur Léon Martin Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Rue des voleurs

Camion théâtre par la Fabrique des Petites Utopies, suivi d'un débat.
Anneau de vitesse Boulevard Clémenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Rue des voleurs

Camion théâtre par la Fabrique des Petites Utopies, suivi d'un débat.
Anneau de vitesse Boulevard Clémenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Déboussolant Mathias Énard

CONNAITRE | L'auteur de "Boussole", Prix Goncourt 2015, sera ce jeudi à la librairie Le Square. Critique.

Stéphane Duchêne | Mardi 24 novembre 2015

Déboussolant Mathias Énard

En 2008, cinq ans après ses débuts littéraires (La Perfection du crime), Mathias Énard avait frappé fort et dur le monde des Lettres avec Zone, un exercice de style tenant en une phrase longue de 500 pages. L'érudition et la maîtrise du jeune écrivain qui parle perse et arabe sont déjà vertigineuses. Et si ses livres sont opaques, inégaux en épaisseur comme en qualité, ils font parler et ramassent les prix comme des attrape-poussière : le voilà pour Boussole, son dernier roman, couronné du Goncourt. Cette érudition a transparu jusque dans les commentaires de jurés du Goncourt, reconnaissant avoir été déboussolés par le livre et n'y avoir pas tout compris – il faut, comme le personnage principal du roman, Franz, être musicologue mais aussi germanophile et incollable sur l'Orient pour s'y retrouver. Mais Boussole est bien plus qu'un roman que l'on trouve génial parce qu'il nous met face à nos lacunes – le génie attribué au bénéfice du doute en quelque sorte. Car ce prix vient notamment couronner, et c'est heureux, un courant passionnant : celui d'une littérature qui regarde vers l'Est, ce qui a toujours été le cas d'Énard – Parle-l

Continuer à lire

Les Sacrifiés du printemps

CONNAITRE | Littérature / S’il y a une qualité que l’on ne peut pas retirer à l’écrivain français Mathias Énard, c’est bien l’efficacité de son écriture. Dans Rue des voleurs, (...)

Laetitia Giry | Vendredi 9 novembre 2012

Les Sacrifiés du printemps

Littérature / S’il y a une qualité que l’on ne peut pas retirer à l’écrivain français Mathias Énard, c’est bien l’efficacité de son écriture. Dans Rue des voleurs, son dernier roman, le récit avance avec la célérité de la société contemporaine, sans jamais perdre ni lasser le lecteur. Lakhdar est un adolescent marocain, échantillon représentatif d’une population qui rêve de liberté et à qui il arrive tous les malheurs possibles et imaginables. Éclairage littéraire sur une Histoire brûlante, le roman déroule les événements du Printemps arabe, ses conséquences et ses racines, à travers son regard, à la fois neutre et malicieux. Le regard d’un être sur qui glisse l’Histoire ; rejeté par sa famille pour avoir « fauté », accueilli par des Islamistes convaincus d’être investis d’une mission et probablement impliqués dans des activités terroristes, exploité par un directeur d’entreprise français, amoureux d’un mirage européen incarné par une jeune Barcelonaise… Le caractère lisse mais fondamentalement libre de ce narrateur fait finalement la réussite d’un roman qui milite pour l’épanouissement personnel au sein d’une société qui serait prête à l’accepter, en même temps qu’il a

Continuer à lire