"Whiplash" et Micromegas : in the jazz for love

CONNAITRE | Ce lundi, l'Espace 600 va diffuser le fameux film de Damien Chazelle avec, en préambule, le jazz de l’orchestre Micromegas et de François Raulin.

Charline Corubolo | Mardi 14 juin 2016

Alors que la grand-messe musicale du 21 juin se prépare tambour battant, l'Espace 600 propose une soirée tout aussi exaltante la veille, qui séduira non seulement les oreilles mais également les yeux. Le rendez-vous est pris avec l'orchestre grenoblois Micromegas, regroupant des musiciens amateurs et professionnels accompagné par le pianiste et compositeur François Raulin, pour un « préambule jazz » avant la projection de Whiplash, premier long-métrage de Damien Chazelle sorti en 2014.

Dépeignant la relation conflictuelle d'Andrew, jeune élève au conservatoire de Manhattan férocement incarné par Miles Teller, avec son professeur Terence Fletcher, interprété par l'épatant J.K. Simmons, le film est avant tout une démonstration d'amour envers la musique et le cinéma. L'intensité des notes plonge le spectateur en pleine tempête jazz, et à travers la transe d'Andrew, on se croirait presque projetés dans les pages électriques du Sur la route de Jack Kerouac aux côtés du déglingué Dean Moriarty et du tourmenté Sal Paradise. Grandiose, oui.

Whiplash + Micromegas
À l'Espace 600 lundi 20 juin à 19h


Whiplash

De Damien Chazelle (2014)
Espace 600 97 galerie de l'Arlequin Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Whiplash

ECRANS | Pour son premier film, Damien Chazelle raconte une initiation artistique muée en rapport de domination, et filme la pratique de la musique comme on mettrait en scène un film de guerre. Une affaire de rythme, de tempo et de ruptures parfaitement maîtrisée d’un bout à l’autre. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 23 décembre 2014

Whiplash

La répétition d’un coup de baguette sur une caisse claire, de plus en plus rapide, comme des coups de feu ou, selon le titre, des coups de lasso – whiplash. Le rythme, rien que le rythme. Une demi-seconde en trop ou une demi-seconde trop tôt et vous êtes mort. En face, l’homme censé vous guider dans votre apprentissage, votre mentor, est aussi votre pire ennemi, celui que vous craignez le plus car ses jugements font autorité. Lui, le rythme, il le fracasse sèchement afin de vous mettre à terre, plus bas que terre même, pour que vous vous releviez ensuite le mors aux dents et que vous repartiez au combat, plus déterminé que jamais. Ce qui ne tue pas rend plus fort, dit l’adage nietzschéen. Le succès est la meilleure des revanches, complète un dicton américain. Whiplash, premier film impressionnant de Damien Chazelle, raconte tout cela, et beaucoup plus encore. Un élève doué Voici donc Andrew (Miles Teller, échappé des romances pour ados comme The Spectacular now et Divergente) qui intègre une prestigieuse école de musique pour deve

Continuer à lire

Écran total : 13 ans de réflexion

ECRANS | Cette semaine se déroule à la Vence scène de Saint-Égrève la treizième édition d’Écran total, soit un week-end pour découvrir vingt-six films récents, dont la moitié en (...)

Christophe Chabert | Mardi 7 octobre 2014

Écran total : 13 ans de réflexion

Cette semaine se déroule à la Vence scène de Saint-Égrève la treizième édition d’Écran total, soit un week-end pour découvrir vingt-six films récents, dont la moitié en avant-première. Parmi eux, on retrouve quelques-uns de nos coups de cœur de cette rentrée, en particulier le formidable Bande de filles de Céline Sciamma, qui trace le portrait d’une adolescente black en banlieue bien décidée à ne pas se laisser dicter son existence par les pressions sociales et patriarcales qui l’entourent. Ni misérabiliste, ni bassement sociologique, le film cherche surtout à héroïser son personnage, qui doit d’abord se déparer de sa féminité pour mieux la réaffirmer une fois levés les obstacles à son ascension – tumultueuse. Autre événement, en ouverture du festival : Le Sel de la terre (photo), film co-réalisé par Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado sur le propre père de ce dernier, le génial photographe brésilien Sebastião Salgado. Un documentaire qui retrace l’itinéraire exceptionnel de Salgado, témoignant de la misère à travers le monde avant de perdre foi en l’humanité lorsqu’il découvre le génocide au Rwanda. C’est par la patiente et miraculeuse reforestation

Continuer à lire

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

ECRANS | Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 septembre 2014

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

Si la place de chouchou de la rentrée cinéma n'avait pas été ravie in extremis par l’extraordinaire Leviathan, nul doute qu’elle aurait échu à Céline Sciamma et son très stimulant Bande de filles (sortie le 22 octobre). Troisième film de la réalisatrice déjà remarquée pour son beau Tomboy, il suit le parcours de Meriem, adolescente black banlieusarde qui refuse la fatalité d’une scolarité plombée et se lie d’amitié avec une « bande de filles » pour faire les quatre cents coups, et en donner quelques-uns au passage afin d’affirmer sa virilité dans un monde où, quel que soit son sexe, la loi du plus fort s’impose à tous. Cette éducation par la rue et le combat n’est pas sans rappeler les deux derniers films de Jacques Audiard ; Un prophète en particulier, puisque Sciamma cherche elle aussi à fi

Continuer à lire

Cannes 2014, jours 9 et 10 : La fin - enfin !

ECRANS | "Jimmy’s hall" de Ken Loach (sortie le 2 juillet). "Alleluia" de Fabrice Du Welz (date de sortie non communiquée). "Whiplash" de Damien Chazelle (sortie le 24 décembre). "Sils Maria" d’Olivier Assayas (sortie le 20 août). "Leviathan" d’Andrei Zviaguintsev (sortie le 24 septembre).

Christophe Chabert | Dimanche 25 mai 2014

Cannes 2014, jours 9 et 10 : La fin - enfin !

Il faut savoir arrêter une guerre, dit-on. Un festival de cinéma aussi, avec comme bilan chiffré 32 films vus (plus trois vus avant d’y aller), et quelques blessés légers — après une telle foire, on se dit chaque année qu’on ne nous y reprendra plus. Et, quand on relit ce qu’on a écrit à chaud, on se lamente de notre propre médiocrité en se répétant obstinément que ce métier est aussi vain que stupide — peut-être la conséquence de cette arrogance insupportable qui règne à Cannes, où personne ne salue les gens qui travaillent à faire vivre le festival, mais où tout le monde saute au cou du premier imbécile friqué venu. Film de combat Il faut savoir arrêter une guerre. Oui, mais après, comment fait-on pour réconcilier les combattants ? C’est la question posée par Ken Loach dans son dernier film, Jimmy’s Hall — son dernier, disait-il avant de le présenter, mais ça avait l’air moins clair lors de la conférence de presse. Ce n’est pas une suite au Vent se lève, mais un prolongement, ce moment où, la guerre terminée, la nation irlandaise, divisée par des crimes fratricides, doit réapprendre à vivre ensemble et reformer une communaut

Continuer à lire

Happy birthday to Brass Band

MUSIQUES | Pour fêter ses 15 ans, le Micromégas Brass Band s’offre la présence d’un invité des plus prestigieux : Louis Sclavis, clarinettiste de son état (et saxophoniste (...)

Laetitia Giry | Jeudi 24 mai 2012

Happy birthday to Brass Band

Pour fêter ses 15 ans, le Micromégas Brass Band s’offre la présence d’un invité des plus prestigieux : Louis Sclavis, clarinettiste de son état (et saxophoniste à ses heures). Membre de l’un des importants trios de jazz français (Romano / Sclavis / Texier), il compte parmi ces quelques rares musiciens capables de remplir les salles de concert sur son nom. Et comme rien n’est jamais véritablement dû au hasard, notons qu’en son temps, François Raulin n’a été rien moins que le claviériste dudit Louis Sclavis… Raulin qui est donc également le pianiste, chef d’orchestre et père créateur de l’ensemble grenoblois Micromégas. Essentiellement cuivré, ce dernier s’est ouvert au fil des années à d’autres familles d’instruments, élargissant l’horizon des musiciens bénévoles qui le composent. Au programme cette année : des pièces de Sclavis himself et quelques unes du répertoire des joyeuses fusions des jazz crossovers (Franck Zappa, Hermeto Pascoal). Pour participer à la fête, un seul lieu : le Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas ; et deux dates : les jeudi 31 mai et vendredi 1er juin à 20h30.

Continuer à lire