Trois jours de fête pour la clôture de Paysage > Paysages

Événement | Le grand événement expo (mais pas que) porté par le département de l'Isère se termine cette semaine avec un grand raout de trois jours organisé à Grenoble, place Saint-André.

Aurélien Martinez | Lundi 12 décembre 2016

Photo : Direction de la culture et du patrimoine et de la coopération décentralisée


Paysage > Paysages, sous-titré « l'Isère les yeux ouverts », c'était le gros événement de la rentrée, pensé par les Grenoblois du groupement Le Laboratoire et déployé à grande échelle par le conseil général. Pendant trois mois, on a ainsi eu droit à quelque 160 manifestations, dont pas mal d'expositions comme on en a souvent rendu compte dans ces pages. Un événement passionnant grâce aux notions qu'il mettait en jeu – « il faut réinvestir le local » grâce aux « archives de nos civilisations » qu'est le paysage comme nous l'expliquait en septembre Philippe Mouillon, directeur artistique du Laboratoire.

Pour clore ces trois mois intenses (qu'on a parfois eu du mal à cerner, vu leur aspect tentaculaire), un « album souvenir » sera proposé sous un dôme place Saint-André à Grenoble, avec pas mal d'animations comme un jeu des 100 lieux de l'Isère, une expérience immersive dans des paysages du coin, une expo en plein air (celle baptisée Paysages-in-situ, qui permet de se rendre compte de ce que le paysage présent sur un tableau est devenu aujourd'hui)…

Mais une fête ne serait pas une fête s'il n'y avait pas des temps festifs. Pour cette clôture, il y aura du coup des concerts, des jeux, des performances et, surtout, le jeudi en fin de journée (à 18h, 18h30 et 21h), une création lumineuse et musicale sur la façade du Palais du Parlement.

De quoi nous en mettre plein la vue malgré le froid automnal. Froid qui est somme toute de saison, même s'il sera encore plus fort l'année prochaine, comme la deuxième édition de Paysage > Paysages tournera, après l'automne donc, autour de l'hiver. Rendez-vous dans un an, bien couverts.

Clôture de Paysage > Paysages
Place Saint André (Grenoble) du mardi 13 au jeudi 15 décembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

« L’Isère a une véritable puissance paysagère » (et l'événement Paysage > Paysages le prouve)

Festival | Après l’automne et l’hiver, et avant l’été l’an prochain, voici le printemps : pour sa troisième édition, le gros événement départemental Paysage > Paysages se déroulera du 23 mars au 22 juin. Avec toujours l’idée de questionner la notion de paysage grâce à pas mal d’événements artistiques – dont un gros prévu en ouverture samedi 23 et dimanche 24 mars. On débroussaille ça.

Aurélien Martinez | Mardi 19 mars 2019

« L’Isère a une véritable puissance paysagère » (et l'événement Paysage > Paysages le prouve)

« Le paysage est vraiment quelque chose d’omniprésent dans notre région, ce qui n’est pas vrai partout en France. En Isère, il y a une véritable puissance paysagère, autant du côté du système alpin que du système rhodanien. Et le paysage, c’est notre bien commun. C’est un patrimoine gratuit qui permet de s’échapper, de gagner en qualité de vie, en santé public – aller se balader en marchant dans les feuilles mortes, c’est plus utile qu’un psychanalyste ! » Voilà comment Philippe Mouillon, directeur du Laboratoire, structure artistique implantée à Grenoble et spécialisée dans les interventions à échelle urbaine (souvent d’ailleurs loin de Grenoble et de France), explique la genèse de l’entreprise très locale Paysage > Paysages lancée en 2016. À l’époque, l’homme et son équipe sont partis avec, en tête, deux constats pas très réjouissants. « On s’est dit qu’on ne pouvait pas laisser se faire l’effondrement des écosystèmes sans réagir – ça devient une problématique publique. Je trouve intéressantes, p

Continuer à lire

Philippe Mouillon, de Paysage > Paysages : « Réinvestir le local »

ACTUS | « L’Isère les yeux ouverts » : voici le sous-titre explicite du gros événement expo (mais pas que) de la rentrée, baptisé Paysage > Paysages. Une nouvelle manifestation culturelle portée par le département et pensée par les Grenoblois du groupement Le Laboratoire, spécialisé dans les « interventions artistiques d'échelle urbaine ». On a rencontré Philippe Mouillon, directeur artistique du Laboratoire pour, au-delà des chiffres (« 7431 km2 pour 160 rendez-vous, 72 communes, 7 week-ends… »), en savoir un peu plus.

Aurélien Martinez | Mardi 27 septembre 2016

Philippe Mouillon, de Paysage > Paysages : « Réinvestir le local »

Avec Paysage > Paysages, vous souhaitez clairement que les Isérois s’approprient leur environnement le plus proche… Philippe Mouillon : Après 20 ou 30 ans de mondialisation, nous sommes entrés dans un autre rapport à la mondialisation : il faut maintenant réinvestir le local, s’en préoccuper. Le projet Paysage > Paysages, comme son nom l’indique, est centré sur le paysage, soit les archives de nos civilisations, du rapport de l’homme aux animaux, aux plantes, aux territoires… Si on passe un peu de temps sur un paysage, on se rencontre que, bien sûr, plein de choses sont effacées mais plein d’autres sont encore présentes ; et elles peuvent avoir 3000 ans, 1500 ans, 500 ans, 3 mois… Cet étagement des rapports homme-nature est assez magnifique. Quand vous parlez de Paysage > Paysages, vous avez aussi un discours écologique (le réchauffement climatique qui menace les paysages), politique (le paysage n’exclut pas, tout le monde peut se l’approprier), et aussi artistique. Pouvez-vous développer ce dernier point ? Nous vivons

Continuer à lire

Faussaire, est-ce toi ?

CONNAITRE | Tu aimes la course d'orientation et l'art, mais tu ne sais pas comment associer les deux ? La réponse se trouve sur le site internet (...)

Charline Corubolo | Mardi 23 juin 2015

Faussaire, est-ce toi ?

Tu aimes la course d'orientation et l'art, mais tu ne sais pas comment associer les deux ? La réponse se trouve sur le site internet paysages-in-situ.net. Élaboré par le Laboratoire, structure grenobloise qui développe des interventions artistiques à l'échelle urbaine, l'expérimentation est avant tout un jeu ouvert à tous et gratuit qui propose de réaliser des reproductions d’œuvres et devenir ainsi faussaire. Pour cela, il faut choisir sur le site, décliné également en application, une peinture ou une photographie dans la bibliothèque d'images regroupant pas moins de 210 pièces provenant des musées de Grenoble. Chaque œuvre dévoile un paysage isèrois et c'est alors que la course d'orientation débute : le faussaire doit retrouver où était l'artiste au moment de la création. Une fois la position localisée, l'apprenti artiste n'a que l'embarras du choix pour réaliser son œuvre : dessin, photographie, outils numériques... L'étape finale : envoyer sa copie. Une proposition qui permet ainsi de croiser différentes esthétiques et de créer un parallèle étonnant entre le paysage de jadis et celui du X

Continuer à lire

L’art du nombre

ARTS | L’exposition "Une collection de collections" renouvelle l’esprit du cabinet de curiosités : soixante-dix passions de particuliers misent en scène, une paire de plasticiens spécialiste de l’intervention en milieu urbain, et même une collection de Petit Bulletin pour célébrer les 20 ans. Régis Le Ruyet

Aurélien Martinez | Vendredi 13 septembre 2013

L’art du nombre

Un, deux, puis… Suivant une idée fixe, le collectionneur amasse inlassablement les objets témoins de sa passion. Aujourd’hui, ces frénésies accumulatives entreposées jusqu’à l’encombrement sur les étagères quittent, certaines pour la première fois, les demeures de leurs propriétaires. Collection à l’effigie de Picsou, chouettes de toutes formes, papiers d’emballage d’orange ou encore boîtes à sardines : des cartels rédigés par les possesseurs narrent l’histoire de ces tranches de vie. Ces amis sympas qui à chaque anniversaire ne manquent jamais de vous offrir une nouvelle sorcière ; ce plaisir obsessionnel à traquer les vide-greniers... Lors de la visite de l’expo, au milieu des algécos, on comprend dès lors comment un jour cette famille nombreuse de rhinocéros est née et pourquoi ce passionné d’aviation peint invariablement en monochrome bleu, rouge ou jaune ses maquettes d’hydravion. Et on tombe même sur une collection de unes de Petit Bulletin ! Expo à ciel ouvert Pour le duo constitué de Maryvonne Arnaud et Philippe Mouillon, les milliers d’objets soigneusement scénographies dans des algecos vitrés constituent plus qu’un agrégat de marottes. Depuis

Continuer à lire