Huit auteurs à découvrir au Printemps du Livre de Grenoble

Littérature | C’est parti pour la nouvelle édition du fameux Printemps du Livre qui, du mercredi 5 au dimanche 9 avril, investira plusieurs lieux de Grenoble et de l’agglo (dont, trois jours durant, le Musée de Grenoble et ses nombreux espaces) pour des rencontres avec des romanciers, des conférences, des spectacles, des expositions… Afin de profiter au mieux de cette émulation littéraire, on a sélectionné huit auteurs à découvrir. Suivez-nous.

La rédaction | Mardi 4 avril 2017

Jonathan Coe

S'il fallait définir la quintessence de l'écrivain anglais – anglais et non britannique –, celle-ci tiendrait en deux mots : « Jonathan Coe ». Dieu sait s'il y a de la concurrence dans l'Angleterre des lettres, de Julian Barnes à Nick Hornby en passant par Martin Amis et Will Self, mais Coe c'est autre chose. À vrai dire, il partage avec chacun d'eux des traits communs, mais il est le seul à les réunir tous. Lui seul parvient, de Testament à l'Anglaise jusqu'à aujourd'hui sa presque suite Numéro 11 (un roman à sketches auscultant la période Blair-Cameron), à rendre universelles les problématiques et caractéristiques de son pays. Portant ainsi à un tel degré sur l'Angleterre un regard acéré tout en étant doux, amer mais empreint d'un humour so british plein d'autodérision et de charme. SD

À la bibliothèque Aragon (Pont-de-Claix) vendredi à 19h (rencontre)
Au Musée de Grenoble samedi à 15h30 (rencontre) et dimanche à 11h (lecture)

________

Céline Minard

L'auteure française Céline Minard clive, entre admirateurs de son monde radical et lecteurs complètement hermétiques à ce même monde, et c'est peut-être mieux comme ça. Car ça lui laisse les mains libres pour développer son style à part, qu'elle confrontait par exemple au western dans le brillant Faillir être flingué (2013). Dans son nouveau roman Le Grand Jeu (2016), elle a imaginé une femme installée dans un refuge high-tech accroché à une paroi d'un massif montagneux, qui souhaite ainsi « observer et respirer le monde ». Sauf qu'un autre être humain va venir troubler sa retraite si bien organisée… « Ce que je cherche souvent à approcher dans mes livres, c'est la sauvagerie » expliquait-elle il y a quelques mois à Télérama. Dans la même interview, elle assurait vouloir « transmettre du désir pour une littérature qui donne à penser ». Elle y arrive parfaitement une nouvelle fois. AM

Au Musée de Grenoble samedi à 15h30 (lecture) et dimanche à 11h (lecture) et 14h30 (rencontre)

________

Theo Hakola

Débarqué en France en 1978, l'Américain de Spokane Theo Hakola a commencé à faire parler de lui en France avec les groupes rock Orchestre Rouge, au début des années 1980, puis Passion Fodder, jusqu'au milieu des années 1990. Depuis, parallèlement à une carrière solo (il est l'auteur de la chanson culte Il n'y a pas de jolie fille à droite), Hakola poursuit une carrière d'auteur plutôt noire. Dans son dernier roman, Idaho Babylone, il met en scène un double de lui-même, metteur en scène ayant quitté Spokane 30 ans auparavant pour la France, dont la fille, embrigadée par un pasteur et peut-être tombée dans les mains d'un suprémaciste blanc, a disparu. Manière de regarder, si loin, si proche, les dérives de son pays d'origine. SD

À Grenoble École de Management jeudi à 10h (rencontre en VO)
À Ici Grenoble jeudi à 18h30 (rencontre en VO)
À l'Université Grenoble-Alpes vendredi à 10h30 (rencontre)
Au Musée de Grenoble vendredi à 18h30 (rencontre)
Au Musée de Grenoble samedi à 17h (rencontre)
Au Théâtre municipal de Grenoble dimanche à 19h30 (lecture musicale)

________

Bertrand Belin

Si l'on aime autant le Bertrand Belin écrivain que le Bertrand Belin chanteur et auteur-compositeur, c'est que de l'un à l'autre il n'y a guère plus qu'un pas. Un petit gué que relient l'amour du Breton pour les mots et cette drôle de manière qu'il a de les agencer ensemble. Drôle de manière aussi de voir les choses en biais et donc de trouver des angles à son propos qui laisse pantois. Personne à part, Belin peut ainsi commencer un roman, son dernier Littoral, par une phrase telle que « Toujours est-il qu'il s'agit bien d'un cormoran », en en faisant l'équivalent du « Aujourd'hui, maman est morte » de Camus. Une phrase qui sème le trouble un long moment dans ce récit maritime à l'atmosphère très belinienne et dont il ne faut rien dire ou presque. SD

Au Méliès mercredi 5 avril à 19h (rencontre)
Au Musée de Grenoble vendredi à 15h30 (rencontre)
Au Théâtre municipal de Grenoble vendredi à 20h (lecture musicale)

________

Chloé Delaume

Ensorcelante, l'écriture de Chloé Delaume l'est au même titre que son dernier roman Les Sorcières de la République. Auteure et performeuse née en 1973, Delaume s'est imposée dès Le Cri du Sablier (1999) comme prêtresse du roman d'autofiction, usant de sa propre identité, à l'instar d'Une femme avec personne dedans (2012). L'an passé, elle a dévoilé Les Sorcières de la République, dystopie politique aux accents féministes qui dénonce avec un humour féroce le machisme ambiant, l'avènement probable d'une médiocratie française et les dangers des discours sécuritaires. De filtres en potions, contre l'entertainment du hashtag, l'auteure narre avec justesse et ironie une société qui ne semble pas si lointaine… CC

Au Musée de Grenoble samedi à 14h30 (lecture) et dimanche à 14h (lecture) et 15h30 (rencontre)
Au Magasin des horizons samedi à 18h30 (atelier d'écriture)

________

Emmanuel Venet

Si le psychiatre lyonnais Emmanuel Venet se sert de son expérience de praticien dans ses livres, il n'a, heureusement, pas oublié d'être drôle, loin de là. On avait déjà pu le percevoir avec son Précis de maladie imaginaire en 2005, recension de toutes les affections possibles et imaginables sous forme d'anecdotes à mourir de rire. Avec Marcher droit, tourner en rond, son dernier roman, il a frappé fort en plaçant son récit dans la tête d'un autiste Asperger. Un monologue qui étrille en creux nos conventions sociales, nos hypocrisies, nos mensonges de courtoisie, le second degré et le sens figuré, notions qu'un Asperger ne peut appréhender. Venet nous donne par là un aperçu de ce que serait notre vie si nous n'avancions pas un tant soit peu masqués. SD

À la salle Olivier Messiaen dimanche à 11h (rencontre)
Au Musée de Grenoble dimanche à 17h (rencontre)

________

Metin Arditi

Ingénieur en physique d'origine turque installé à Genève depuis l'enfance (où il a fait ses études en internat dès 7 ans), Metin Arditi, 72 ans, très engagé dans la vie culturelle, a commencé à écrire sur le (très) tard : 1997 pour les essais, 2004 pour la fiction. Depuis, cet ambassadeur de bonne volonté de l'Unesco a publié pas moins de 17 livres dont le dernier, L'Enfant qui mesurait le monde, explore la rencontre entre la réalité cruelle du monde (la Grèce et sa crise ; un architecte, Eliot, en deuil de sa fille) et celle d'un enfant autiste, Yannis, qui combat ses nombreuses angoisses en « mesurant le monde » par tous les moyens possibles. Deux réalités qui à, travers Eliot et Yannis, apprennent à s'apprivoiser. SD

Au Musée de Grenoble vendredi à 16h15 (lecture) et samedi à 10h30 (rencontre)
À la bibliothèque François-Mitterrand (Gières) vendredi à 18h30 (rencontre)

________

Tanguy Viel

Un escroc anéantit un village et ses habitants. Sur ses terres de Bretagne, le romancier français Tanguy Viel a inventé, avec Article 353 du code pénal, un drame social et ausculte la toujours très vivace et donc forcément féroce lutte des classes. Rendez-vous ici pour lire son interview.

À la bibliothèque Eaux-Claires Mistral vendredi à 18h30 (rencontre)
Au Musée de Grenoble samedi à 10h30 (rencontre) et dimanche à 10h30 (rencontre) et 14h (lecture)

________

Le Printemps du livre de Grenoble

Quand ? Du mercredi 5 au dimanche 9 avril

Où ? Dans plusieurs lieux de Grenoble et de l'agglo (des bibliothèques surtout, mais aussi le Théâtre municipal en soirée), avec un gros temps fort au Musée de Grenoble du vendredi au dimanche. Seront organisées des rencontres, des lectures devant des œuvres, des conférences, des dédicaces dans le hall du musée... Musée qui sera en accès libre pendant tout le week-end (sauf pour l'exposition temporaire sur Fantin-Latour)

Qui ? 46 auteurs et illustrateurs ont été invités cette année, dont ceux évoqués ci-dessus mais aussi l'auteur star François Bégaudeau, Magyd Cherfi du groupe Zebda (avec une lecture musicale samedi au Théâtre municipal) ou encore, en vrac, Antoine Choplin, Serge Joncour, Nathalie Quintane, Morgan Navarro...

Programme complet sur http://printempsdulivre.bm-grenoble.fr


Le printemps au musée

Rencontre, dédicace, atelier, lecture, visite...
Musée de Grenoble Place Lavalette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter