DN[A], un festival pour « décloisonner l'art numérique » (et le présenter dans l'espace public)

CONNAITRE | Après l’annulation de la dernière édition pour cause de Covid, le festival d’art numérique DN[A] revient fin mai et s’installe dans le quartier Saint-Laurent pendant deux jours.

Hugo Verit | Mercredi 19 mai 2021

Photo : Joan Giner


« Il y a quelques semaines encore, on pensait organiser un événement réservé aux professionnels et mettre l'accent sur de la captation vidéo. » Jérôme Villeneuve, président de l'Association ressource pour la création artistique numérique (ARCAN), a le sourire – et la pêche ! La troisième édition du festival DN[A], dédié aux arts numériques et plus spécifiquement « aux arts visuels, petites formes et jeunes œuvres », pourra finalement accueillir du public. Grâce à une énergie débordante et une rare force de persuasion, l'équipe est parvenue à établir une programmation plutôt riche en un temps record. Un festival court et efficace : deux jours, une dizaine de lieux et une quinzaine d'œuvres à voir sur quelques centaines de mètres le long de la rue Saint-Laurent (Grenoble), très fréquentée par temps printanier.

« Notre objectif est de décloisonner l'art numérique qui est souvent enfermé dans des boîtes, plus rarement présenté dans l'espace public et patrimonial. On fait le choix d'exposer des propositions plus plastiques, sensibles, interactives qui permettent d'engager le public dans la relation à l'œuvre et de faire découvrir ce champ artistique encore méconnu. Pendant les deux jours, les artistes seront disponibles pour échanger avec les visiteurs », résume Jérôme Villeneuve. Parmi les espaces investis, certains noms sonnent familiers (le Jardin des Cairns, le Musée d'archéologie, le Café des arts), d'autres beaucoup moins (Le Silo, la Résidence autonomie Saint-Laurent). « C'est aussi l'occasion de faire découvrir des lieux qui sont d'ailleurs une source d'inspiration importante pour les artistes. L'œuvre et le lieu sont indissociables. »

Un regard critique

Cinéma, son, installation, jeu vidéo, performance… L'art numérique paraît complexe à définir tant il brise les frontières entre les disciplines, érige des ponts inédits et ouvre des possibilités formelles infinies, en s'appropriant les nouvelles technologies. L'association ARCAN souhaite précisément mettre en lumière cette création foisonnante et passionnante, sans pour autant tomber dans le prosélytisme numérique cher aux entreprises du secteur. À l'inverse d'autres manifestations plus institutionnelles (par exemple la biennale arts-sciences Expérimenta organisée par l'Hexagone et le CEA) qui entretiennent une certaine porosité entre art et promotion de l'innovation, DN[A] est un festival purement artistique qui permet de porter un regard critique.

« Ça fait même partie de la genèse de l'événement. Nous tenons à mettre le doigt sur plusieurs problématiques, comme l'obsolescence des œuvres numériques, explique Jérôme Villeneuve. On n'a pas de parti pris, pas de clé, on veut parler des bénéfices autant que des dérives du numérique. » Ce propos résonne de façon particulière dans une ville comme Grenoble – aussi technophile que technophobe – où il serait grand temps de poser un débat serein sur la question.

Festival DN[A]
Les 28 et 29 mai, ven de 9h à 17h, sam de 10h à 18h, quartier Saint-Laurent (Grenoble)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pour Halloween, ce sera sorcières, robots et chaos avec l'asso grenobloise ARCAN

CONNAITRE | Déjà à l’origine de plusieurs évènements de grande ampleur dédiés à la découverte des arts numériques dans des cadres insolites, la jeune association ARCAN remet le couvert samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre avec l’intrigante proposition "Rituels + Machines + Fossiles" au Musée archéologique. On vous en dit plus.

Damien Grimbert | Mardi 20 octobre 2020

Pour Halloween, ce sera sorcières, robots et chaos avec l'asso grenobloise ARCAN

"Arts numériques" : comme beaucoup de termes dans l’air du temps, l’expression peut sembler un peu vague pour le commun des mortels, simple à définir mais nettement plus complexe à décrire et encore plus à circonscrire. Contre toute attente, pourtant, cette dimension un peu floue, un peu flottante, l’Association Ressource pour la Création Artistique Numérique (ARCAN) s’en accommode très bien, comme l’expliquent sans ambages Jérôme Villeneuve, James Leonard et Clara Girousse. « Dans les arts numériques, le pluriel est très important : on a souvent tendance à réduire ça une scénographie mêlant VJ et DJ alors que le terme recouvre des approches artistiques très diverses qui vont de la musique au spectacle vivant en passant par les arts visuels. Et ce qui est intéressant, c’est de confronter des formes qui ne sont justement pas forcément cohérentes entre elles. » Paradoxalement, pourtant, si l’adjonction d’une dimension technologique ouvre de nouvelles perspectives excitantes à chacune de ces disciplines, elle restreint aussi souvent leur portée à un public particulier dans des lieux très spécifiques, créant

Continuer à lire

Digital N[Art]atives, un nouveau festival pour « soutenir les arts numériques »

Festival | Du jeudi 24 au samedi 26 mai, on a rendez-vous dans plusieurs lieux grenoblois pour découvrir la première édition de ce festival consacré aux arts numériques qui « vise à promouvoir les jeunes créateurs auprès des publics de la métropole ».

Aurélien Martinez | Vendredi 18 mai 2018

Digital N[Art]atives, un nouveau festival pour « soutenir les arts numériques »

Oh, un nouveau festival à Grenoble, centré lui sur les arts numériques. Son petit nom ? DN[A], pour Digital N[Art]atives. Aux commandes, une équipe de passionnés (« jeunes artistes, ingénieur.e.s, bricoleur.se.s, chercheur.se.s » comme écrit dans le dossier de présentation) qui s’est réunie pour « soutenir la création et les créateurs en arts numériques en leur proposant une belle vitrine » dixit le coordinateur Jérôme Villeneuve. « Vous souhaitez créer ou développer un événement à caractère innovant et fédérateur, sur le territoire de Grenoble-Alpes Métropole, en rapport avec le thème "art et sciences" ? La Métropole vous accompagne pendant 3 ans. » Voilà l’annonce à laquelle tout ce petit monde a répondu l’an passé. Avec succès donc, et 10 000 euros à la clé pour cette première édition – la subvention sera dégressive sur les trois ans. Concrètement, pendant trois jours, le public pourra découvrir diverses performances et installations en accès libre proposées par 35 créateurs et créatrices (principalement du coin) dans plusieurs lieux – des places du centre-ville, à la Belle électrique, la Bifurk,

Continuer à lire