Anxieux qui comme Ulysse

Le retour de Jean-Claude Gallotta aux sources du spectacle qui assura sa prime renommée ne pouvait être une croisière sur un fleuve tranquille. Au sortir de ses multiples expériences des décennies écoulées à travers le globe, ce cher Ulysse nous revient dans un état d’incertitude permanent. François Cau

Dans la féconde carrière de Jean-Claude Gallotta, Ulysse fait office de balise, de repère pour le chorégraphe. La création date de 1981, et inaugurait, via une réinterprétation audacieuse du mythe en tableaux évocateurs et précurseurs, une nouvelle voie pour la danse contemporaine. En 1993, la pièce est recréée, comme un bilan de parcours : Jean-Claude Gallotta est désormais reconnu, son répertoire s’est agrandi d’une dizaine de pièces, il se représente à travers le globe, cultive sa soif pragmatique de voyages tous azimuts. Pour ses Variations, deux ans plus tard, Ulysse se paie la scène de l’Opéra Bastille. De fastes Maisons en scéniques prestigieux, la pièce aura accueilli moult reconfigurations, moult adaptations de son Odyssée chorégraphique. Aujourd’hui, le spectacle rejaillit de nouveau, étape chorégraphique nécessaire pour Jean-Claude Gallotta, histoire de faire le point sur son propre Odyssée.

La mélancolie ne passera pas

«La pièce raconte le blanc, l’espoir, les années 80, la gauche au pouvoir, des moyens supplémentaires pour la culture» nous dit le chorégraphe sur la création originale dans Gallotta (Actes Sud). Que reste-t-il de cette mythologie constructrice ? Le blanc. Des néons diaphanes, des costumes volatiles, des écrans suspendus figurant des voiles au repos – Ulysse est amarré mais toujours pas à bon port. Gallotta entre sur scène avec Françoise Bal-Goetz, interprète de la version de 1993, tente de retrouver avec elle les mouvements du spectacle avant de céder la place au reste de la troupe. Les tableaux s’enchaînent sur l’oppressante bande-son de Strigall, qui s’autorise pour le coup quelques échappées électro du meilleur effet. Ne se mêlant qu’en de rares occasions aux autres interprètes, Jean-Claude Gallotta préfèrera les encercler, puis feuler des paroles volontairement à peine audibles sur un morceau entêtant. L’angoisse inhérente à cette mise en place donne à Cher Ulysse ses meilleurs moments, l’urgence qui en découle aurait quant à elle tendance à perdre le spectateur dans des méandres souvent déstabilisants (notamment via les irruptions incongrues de Françoise Bal-Goetz et Darrel Davis). Au-delà de ces digressions voulues, reste la beauté évidente des tableaux où Gallotta exprime son incompréhension du monde contemporain, quitte à se perdre. Le chorégraphe, avant les premières représentations “officielles“ au Théâtre National de Chaillot, s’est fait un point d’honneur à jouer la pièce au préalable pour le public grenoblois : Ulysse ne sait peut-être pas où le mène son périple, mais il n’oublie pas d’où il vient.

Cher Ulysse du mar 23 au ven 26 oct, au Grand Théâtre de la MC2

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Mardi 5 novembre 2019 Une, deux représentations, trois grand maximum et puis s'en va. Comment se fait-il que les spectacles de danse restent aussi peu longtemps à l'affiche contrairement au théâtre ? Le phénomène est national, comme l’a démontré une grande enquête...
Mardi 4 décembre 2018 Le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta sera à la MC2 du mardi 11 au samedi 15 décembre avec sa nouvelle création basée sur le "Bonjour Tristesse" de Françoise Sagan.
Mercredi 21 novembre 2018 Samedi 17 novembre, comme quelque 400 autres courageuses et courageux, nous avons passé la journée enfermés dans la MC2 afin de retracer 50 ans (voire plus) d’histoire de cette maison de la culture phare en France. Vous n’y étiez pas ? Voici un...
Mardi 22 décembre 2015 Cette année, deux spectacles de théâtre nous ont fait un bien fou. Et un ponte de la danse a dû faire ses cartons.
Mercredi 30 septembre 2015 Jean-Claude Gallotta reprend "My Rock", créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Un spectacle qui lie danse contemporaine et standards du rock – Dylan, les Beatles, les Stones, Nirvana… Et une véritable réussite qui fait un bien fou.
Mardi 28 octobre 2014 Créée en 1984, la pièce "Yvan Vaffan" de Jean-Claude Gallotta revient cette semaine à la MC2. Une synthèse parfaite de l’univers du plus grenoblois des chorégraphes. Aurélien Martinez
Mardi 9 septembre 2014 Alors que la question de la fusion (ou non) du Centre chorégraphique national de Grenoble et de la MC2 se pose toujours (à l’imagine de celle du CDNA et (...)
Mardi 22 avril 2014 Fatigués d’être pris pour cible et constamment attaqués, les intermittents du spectacle (artistes et techniciens) haussent le ton au moment où leur régime est renégocié à la baisse. Et proposent de repenser ce modèle perfectible mais néanmoins...
Vendredi 10 janvier 2014 Les salles de spectacle aiment la nouveauté. Mais elles ne se privent pas, parfois, de reprendre une création déjà passée dans le coin – voire même dans leurs murs. Tour d’horizon des quelques reprises immanquables de cette deuxième partie de...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter