Regards croisés

Le délégué général de Vues d’en Face, Jean Dorel, revient avec nous sur les particularités de cette édition. Propos recueillis par FC

Pour commencer un peu vigoureusement, j’ai l’impression qu’il y a désormais des films “inévitables“ dans les programmations de festival gay et lesbien : les docus identitaires, les comédies légères et érotisantes, les drames sur fond d’intolérance…
Jean Dorel
: Il y a un fond de vérité mais je ne suis pas sûr que ce soit un mécanisme de “routine“… Par rapport à l’an dernier déjà, où l’on avait l’impression que tout allait mal pour les personnages gay et lesbien, la tonalité globale des films choisis est plus “heureuse“, il y a toujours des œuvres comme Électrochocs, mais les comédies sont plus nombreuses. Pour répondre à la question, j’ai plus le sentiment que ça relève d’une normalisation de cette fiction. Et on ne peut pas vraiment parler de routine parce que ces films restent relativement invisibles. Ils sortent directement en DVD ou vaguement en salles, et pour la grande majorité, s’ils n’étaient pas programmés dans les grands festivals français, ils ne seraient quasiment pas vus du tout.

Mais justement, est-ce que cette visibilité donnée par les festivals ne crée pas une sorte de cercle vicieux, où ces films ne seraient destinés à n’être vu que dans le cadre de manifestations ponctuelles, et du coup se retrouveraient paradoxalement “ghettoïsés“ ?
Je vois ce que tu veux dire, mais pour moi cet argument n’est pas valable parce que je continue à penser que parmi ces films, il y en a qui méritent d’être vu par le plus grand nombre, et “malheureusement“ le festival reste la seule solution. Je pense que le cinéma gay et lesbien subit le même problème que le cinéma asiatique : quand il y aura de vraies distributions pour ces films-là, la question de la pertinence des festivals se posera mais pour l’instant ce n’est pas vraiment le cas. Et pour finir, je suis contre le principe de centrer l’événement sur le seul “public homosexuel“, je le répète, le festival est vraiment ouvert à tout le monde.

Dans le cinéma plus “grand public”, les personnages homosexuels sont toujours stéréotypés…
Oui, maintenant le personnage homo “type“, c’est une déclinaison de Stanford dans Sex and The City. C’est la solution de facilité, il faut surtout que le personnage soit asexué… On essaie de ne pas tenir compte des clichés perpétués par le cinéma hollywoodien. Nos films peuvent verser dans le dolorisme, mais ça reste un festival, ça ne doit pas devenir un colloque sur l’homosexualité. On tente de montrer des personnages autant en affect amoureux, avec des relations sexuelles, que dans n’importe quel autre film du genre. Je trouve que cette année on a réussi.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 septembre 2020 Festival / Sorti des radars au printemps, Vues d'en face est de retour dans quelques jours. Heureuse nouvelle !
Mardi 12 décembre 2017 Vues d'en face, le festival du film gay et lesbien de Grenoble, propose mardi 19 décembre, dans le cadre de ses séances mensuelles au Club, l'avant-première d'un documentaire sur la communauté transexuelle cubaine.
Lundi 3 avril 2017 Zoom sur la nouvelle édition (un brin réduite par rapport aux précédentes) du festival international du film gay et lesbien de Grenoble prévue principalement au cinéma Le Club. Une manifestation on ne peut plus nécessaire.
Mardi 8 avril 2014 Alors que s’ouvre cette semaine la quatorzième édition du festival international du film gay et lesbien de Grenoble, zoom sur quelques pans de la programmation à découvrir au cinéma le Club. 
Vendredi 6 avril 2012 Onzième édition pour Vues d’en face, le festival international du film gay et lesbien qui, chaque année, investit le cinéma le Club. Un évènement incontournable de la vie culturelle grenobloise, qui permet de découvrir une frange souterraine du...
Vendredi 8 avril 2011 CINÉMA/ Dixième édition cette semaine de Vues d’en face, le festival international du film gay et lesbien. L’occasion d’une présentation approfondie de la manifestation avec monsieur le président Jean Dorel, qui l’affirme : « pour les dix ans, le...
Vendredi 16 avril 2010 Présentation de la neuvième édition de Vues d’en face, l’incontournable festival du film gay et lesbien de Grenoble qui, comme à son habitude, fait le grand écart cinématographique. Aurélien Martinez
Lundi 6 avril 2009 Huitième édition pour Vues d’en face, le festival international du film gay et lesbien de Grenoble qui se charge d’ouvrir nos chakras cinématographiques avec une programmation bigarrée et détonante. Aurélien Martinez
Vendredi 28 mars 2008 La nouvelle édition du festival Vues d’en Face, festival international du film gay et lesbien de Grenoble, reste fidèle à sa ligne éditoriale : offrir un panorama mondial éclectique des représentations cinématographiques de l’homosexualité. FC

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter