La mère loup

Théâtre / À partir du conte populaire, Joël Pommerat, metteur en scène et auteur a écrit son Petit Chaperon rouge, spectacle époustouflant de beauté visuelle et de sens. Séverine Delrieu

Les relations familiales, le passage du temps, sont les thématiques récurrentes de Joël Pommerat. Elles rejaillissent dans son Petit Chaperon Rouge, en rendant visible ce qui effectivement est implicite et nous touche tous inconsciemment dans ce conte : le lien entre trois générations de femmes esseulées, isolées. Une famille où l'absence d'homme s'avère criante, et où le désir de la rencontre avec l'inconnu semble l'enjeu pour s'émanciper. Dans son adaptation, Pommerat exprime donc le liens complexes entres ces femmes : celui de la petite fille envers la mère est fait d'admiration, attirance, répulsion - la mère incarne et revêt la pelure du loup et joue à effrayer sa fille avec sa chevelure ; celui de la mère envers sa petite fille (jouant aussi le rôle de la grand-mère) est fait de rejet et d'envie, du fait de sa jeunesse ; et celui de la mère envers la grand-mère souligne l'incapacité à communiquer. En abordant en creux ces notions, l'auteur évoque subtilement, avec tendresse et violence, les problématiques de nos sociétés modernes, où l'isolement des plus âgés s'accentuent ; la solitude de l'enfant délaissé par le parent, fréquent, et source de déséquilibre ; parent qui se perd lui, dans un rythme de vie quelque peu absurde.

De l'obscurité vers la lumière

Mais il faut souligner que ce n'est que grâce à une mise en scène maîtrisée, précise, et à l'alchimie équilibrée entre gestes, bande sonore, lumières (des clair-obscur sublimes), que ces notions affleurent avec poésie. La scène de la mère perchée sur des talons invisibles qui claquent pourtant, sorte de danse répétitive, évoque une existence déboussolée. Autre magnifique scène très parlante : celle de la petite fille jouant avec son ombre. L'ombre, qui est incarnée par la mère, devient plus agile que la petite fille. Celle-ci se débat frustrée et implore la fin du jeu. Ce qui renforce l'aspect universel du lien familial ambivalent, c'est le choix esthétique de scènes quasiment purement visuelles. En effet, le récit et les dialogues (un texte à la fois émouvant et étrange par sa forme répétitive), sont assumés par le seul homme sur scène, un présentateur-commentateur auréolé d'une poursuite qui le met très en lumière. L'arrivée du dialogue direct, et donc de la disparition du présentateur (de l'homme ?), vient à propos avec la scène de séduction du loup envers la petite fille. Des questions sur le rôle de parents apparaissent : comment protéger les enfants tout en les laissant grandir et affronter la vie ? Car l'idée, enfin, très pertinente, est d'avoir représenté le loup de manière très concrète : il est vraiment effrayant, même si sa voix grave trafiquée, lui confère dans une scène un aspect comique. Cette représentation vériste de l'animal, évoque la bestialité qu'il y a en nous, pulsion de vie et de mort mêlée. Après le passage obligé par le ventre de la bête, la petite fille devient adulte. Se rapproche géographiquement et physiquement de sa mère. Le Petit Chaperon Rouge a grandi en faisant évoluer les comportements.

Le petit chaperon rouge
Jusqu'au 3 mars au Petit Théâtre de la MC2

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 octobre 2020 Après l’immense réussite "Ça ira (1) Fin de Louis" passée par Grenoble en 2016, la MC2 accueille de nouveau le metteur en scène Joël Pommerat avec son "Contes et légendes" créé l’an passé. Un titre faussement doux pour un spectacle qui s’intéresse...
Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Jeudi 2 juin 2016 Le metteur en scène qui vient de présenter son fabuleux "Ça ira (1) Fin de Louis" à la MC2 (c'était notre une du numéro du 18 mai) publie une tribune dans le quotidien "Libération". Son titre ? « Grenoble, la déception de l’écologie...
Mardi 17 mai 2016 À force d’ausculter le travail, les rapports de hiérarchie et les questions de libre arbitre, il fallait bien qu’un jour l’auteur et metteur en scène Joël Pommerat ose affronter les prémices de la liberté et de l’égalité des droits. En 4h30, il...
Mardi 8 décembre 2015 À Noël, tout le monde pense à mettre sous le sapin le dernier gadget technologique à la mode ou la bonne et rassembleuse bouteille de vin. Et si on misait sur un spectacle ou un concert, comme ça, pour changer un peu ? Le PB s’est donc lancé dans...
Vendredi 18 septembre 2015 Du théâtre contemporain, du classique ; des metteurs en scène stars, des plus confidentiels ; des pièces avec plein de comédiens, d'autres avec beaucoup moins de monde... Voici les coups de cœur et les attentes du "PB" pour cette saison 2015/2016.
Mardi 8 avril 2014 Plus de deux ans après sa création, "Cendrillon" passe enfin par Grenoble. Pièce maîtresse de l’œuvre de Joël Pommerat, ce conte, ici plus fantastique que merveilleux, décline ce qui intéresse tant l’incontournable metteur en scène : tenter d’être...
Jeudi 5 septembre 2013 Ce n’est certainement pas très original vu l'acceuil dithyrambique déjà reçu par le sepctacle, mais l'une des propositions que l’on place tout en haut de la (...)
Mercredi 10 janvier 2007 L’univers théâtral de Joël Pommerat, auteur et metteur en scène est tout simplement unique. Ses écrits, indissociables de ses mises en scènes, s’ancrent profondément dans notre monde. À la MC2, on découvrira son adaptation du Petit Chaperon Rouge....

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter