Faille Club

Avec le livre Fight Club, Chuck Palahniuk a exorcisé tous les maux d'une génération X abandonnée par ses pères fondateurs, chacun de ses nouveaux livres se recevant désormais comme une saine onction sensoriellement trash. Entretien avec l'auteur, à l'occasion des sorties françaises de Journal Intime et du Festival de la Couille. Propos recueillis par François Cau

Quelle est votre implication exacte dans la "Cacophony Society" (organisation artistique et activiste ayant inspiré le "Projet Chaos" de Fight Club) ?Chuck Palahniuk : Personne n'a d'implication exacte dans la Cacophony Society. J'en suis membre, donc j'assiste occasionnellement à des réunions, où le groupe prépare des canulars et des performances extravagantes en public. Je participe à des évènements, et j'aide à leur mise en place. Il peut s'agir de soirées à thèmes étranges, comme "Le premier repas de quartier radioactif après une guerre nucléaire", ou encore l'installation de fausses galeries d'art qui ne montrent que les pires formes d'expression artistique que vous pouvez imaginer. En fait, chaque évènement est juste une excuse pour les membres, afin d'apprécier la compagnie d'autres personnes faisant les imbéciles.Dans Le Festival de la Couille, vous évoquez l'impact que Fight Club, le livre et le film, a eu sur certaines personnes. Comment expliquez-vous à présent cette émulation ?L'histoire de Fight Club a juste montré une façon différente pour les gens d'être ensemble. Les jeunes recherchent toujours des formes nouvelles, expérimentales de société. Jusqu'à ce qu'ils aient leur propre famille, les jeunes ont besoin de schémas pour être ensemble et partager leurs histoires. Fight Club était juste un moyen très créatif pour que les gens s'expriment. Pensez-vous que votre style très cinématographique contribue au succès de vos livres ?Je pense que c'est moins le style que la concentration sur les sensations physiques. Les gens me disent que mes histoires ont plus d'odeurs et de goûts que chez les autres écrivains. Mon but est d'élever le lecteur à tous les niveaux, spécialement le physique. Beaucoup de livres utilisent des pistes intellectuelles ou émotionnelles, mais très peu fournissent des éléments physiques qui permettent aux lecteurs de se sentir à l'intérieur de l'histoire. Mes personnages pensent rarement, mais ils ressentent la douleur, ils sentent la nourriture, ils ont le goût du sang. On a l'impression que dans Journal Intime, vous abandonnez momentanément le minimalisme stricto sensu...À la surface, oui, Journal Intime s'inscrit moins dans une logique minimaliste. Mais c'est un masque. L'emploi d'une voix à la fausse troisième personne est en fait très minimaliste. J'expérimente, mais je n'enfreint jamais les règles de ce style. On a juste l'impression que j'ai triché. Croisez les doigts pour que le film soit tourné dans l'année...Fight Club avait été désigné comme du "macho porn" par certains critiques. Et pourtant, vous créez des personnages féminins très convaincants.Le genre de mes personnages importe peu. J'essaie d'écrire sur le comportement humain à un niveau très basique, si bien qu'ils peuvent être hommes ou femmes. C'est presque comme si je tirais à pile ou face pour déterminer le sexe de quelqu'un comme Tyler Durden (qui aurait fait un grand personnage féminin) ou Shannon McFarland (l'héroïne de Monstres Invisibles, qui est en fait mon incarnation). Les péripéties de mes histoires sont basées sur les concepts d'accomplissements via le masochisme et l'auto-destruction. C'est la seule façon de confronter quelqu'un à d'horribles défis sans en faire une victime. La lecture de Foucault m'a donné tellement de bonnes idées.Choke est peut-être votre exploration la plus poussée de votre thème récurrent, la quête identitaire. Dans ce livre, dans Berceuse et dans Journal Intime, vous apportez des solutions paranormales à ce problème. En auriez-vous fait le tour ?Il y a toujours eu des miracles dans mes livres. Fight Club avait cette personnalité tangente. Survivant avait cette médium dominatrice. Monstres Invisibles avait d'énormes coïncidences accidentelles. Mais avec Berceuse - oui - les personnages sont utilisés et motivés par des circonstances plus externes. C'est dans la tradition des romans horrifiques, où une victime est généralement attaquée par un monstre. Aucune de mes victimes n'est réellement innocente, mais avec mes trois derniers romans, elles sont moins les causes de leurs désastres que ne pouvaient l'être les héros de mes quatre premiers livres. Votre dernier recueil de nouvelles, Haunted, dévoile une nouvelle fois votre don pour retourner l'estomac du lecteur. Avez-vous des limites, des choses que vous ne pouvez évoquer ?Je refuse de décrire l'agression d'une victime innocente. Je refuse de décrire des mauvais traitements faits aux animaux. Dans tous mes livres, les victimes sont largement à blâmer pour ce qui leur arrive. Personne, adulte ou enfant, n'est abusé pour le plaisir. J'hésite également à dépeindre un conflit racial. En tant que blanc, il me semble stupide de penser que je pourrais ajouter quelque chose d'utile à ce débat.Enfin, vous évoquez dans Le Festival de la Couille vos rencontres avec Marilyn Manson et Trent Reznor. Quel genre de musique écoutez-vous ?D'année en année, jamais la même. J'ai tendance à me raccrocher à mes préférées, en fonction des thèmes de mes livres en cours d'écriture. J'utilise la musique pour me mettre dans la bonne humeur pour travailler sur une histoire. J'utilise la musique comme une drogue. Pour Fight Club, ma drogue était Nine Inch Nails. Pour Haunted, j'écoutais Bauhaus, surtout leur chanson Bela Lugosi's dead. Comme je vous parle, j'écoute les Pink Floyd, mon groupe préféré depuis que j'ai dix-huit ans. Ils sont toujours aussi bons. Comment suis-je devenu si vieux ???Chuck Palahniuk"Journal intime" (Gallimard) & "Le Festival de la Couille et autres histoires vraies" (Denoël)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 3 juin 2022 « Bonjour. Malheureusement nous ne disposons pas de captation. » C’est dommage. Car à défaut d’avoir pu le découvrir en présentiel, on aurait beaucoup aimé, (...)
Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Lundi 9 mai 2022 Quand un couple de danseurs (Kaori Ito et Théo Touvet) se met à nu devant le public afin d’évoquer son amour, ça donne une proposition déroutante et captivante baptisée "Embrase-moi". À découvrir à l’Hexagone de Meylan.
Vendredi 22 avril 2022 Récemment enrichi de trois nouvelles sorties, le label grenoblois Stochastic Releases accueille depuis quinze ans divers projets musicaux pointus aux esthétiques musicales radicalement différentes, que seule réunit la sensibilité artistique de son...
Lundi 9 mai 2022 Déjà en terrain conquis lorsqu’on entend pâtes fraîches fabriquées sur place, alors imaginez quand ce savoir-faire est offert en continu à la vue d’une clientèle (...)
Vendredi 22 avril 2022 Envie de faire la fête et danser ? On a pour vous deux recommandations le 29 avril, et une le 7 mai. C'est parti !  
Vendredi 22 avril 2022 Installées sur le glacis du fort de la Bastille, face à Belledonne, quatre petites cabanes conçues par des étudiants en architecture doivent permettre au public néophyte d’expérimenter le bivouac en montagne. Du 2 mai au 2 octobre, des gardiens se...
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Vendredi 22 avril 2022 Il y a deux ans, on avait découvert le travail de Marion Massip et on avait été plutôt emballés par la poésie qui émane de ses photos du trois fois rien. En effet, (...)
Vendredi 22 avril 2022 Remis en service l’année dernière, le petit train de La Mure vient d’ouvrir sa saison 2022. Comme on est curieux, on est allé voir si ça valait le coup et on en a profité pour visiter la Mine Image.
Vendredi 22 avril 2022 Sur les planches, au cinéma ("Au poste", "Problemos"...), Marc Fraize est un artisan auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire et, sans nihilisme, il porte le rire loin des standards de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité....
Vendredi 15 avril 2022 Les gentils rappeurs toulousains sont les têtes d’affiche du prochain Vercors Music Festival, qui se tiendra du 1er au 3 juillet. Pas seulement, parce qu’ils ont carrément composé eux-mêmes une partie de la programmation (encore inconnue). Sinon, on...
Vendredi 22 avril 2022 Avec "Roda Favela", le metteur en scène Laurent Poncelet s’attaque à Jair Bolsonaro, ce président d’un Brésil qu’il aime depuis quinze ans. Au plateau, douze artistes multifacettes invitent le spectateur dans leur favela, un condensé d’énergie brute...
Vendredi 15 avril 2022 Organisé avec les éditions Glénat du 15 au 17 avril, le rendez-vous des amateurs de BD est de retour à l’Alpe d’Huez après deux ans d’absence. Pas moins de 18 auteurs viennent à la rencontre des publics, parmi lesquels Jul ou Pénélope Bagieu.
Vendredi 22 avril 2022 Avec l’exposition "Fait main, quand Grenoble gantait le monde" le musée Dauphinois revient sur une aventure locale de prestige international, celle de la ganterie grenobloise. Un parcours remarquable, riche de nombreuses pièces de collection et...
Vendredi 22 avril 2022 La Cinémathèque de Grenoble propose une visite guidée passionnante sur les traces des anciennes salles obscures du centre-ville. Place Grenette, avenue Alsace-Lorraine, rue de Palanka… une petite promenade instructive mêlée d’anecdotes amusantes.
Lundi 9 mai 2022 Les équipes d'ARC-Nucléart, le laboratoire grenoblois qui met le rayonnement gamma au service du patrimoine, nous ont ouvert leurs portes pour une délicieuse immersion scientifique au sein de ce lieu expérimental grenoblois, unique en France, qui...
Mardi 12 avril 2022 Longtemps vouées aux gémonies, les mélodies synthétiques naïves, clinquantes et mélancoliques de l’italo-disco ne cessent d’être réhabilitées depuis maintenant une (...)
Lundi 11 avril 2022 Qualité du son, qualité du verbe : ce n'est pas pour rien que le concert de Dinos, jeudi 14 avril à la Belle Électrique, affiche complet.
Mardi 12 avril 2022 Une autre façon de répondre au devoir de mémoire : dimanche 8 mai, après la cérémonie au monument aux morts, le Département organise une course sportive sur les traces des Résistants.  
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Lundi 11 avril 2022 Né en 2016 autour des compositions de Jc Prince, le trio grenoblois The French Bastards s’apprête à fêter son tout nouvel album en grande pompe (au moins du 45), avec deux concerts très attendus entre Isère et Rhône.
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Vendredi 22 avril 2022 Empreint d’une aura vintage, flashback des eighties, le bob a reconquis podiums et dressings de modeuses. Vraisemblablement, le couvre-chef (...)
Mardi 12 avril 2022 Les personnes sont les mêmes, mais les statuts changent. Au lieu d’être exploitée en délégation de service public par l’association MixLab, la Belle Électrique sera gérée par une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif), Musiques Actuelles...
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 12 avril 2022 Le Midi / Minuit propose une soirée électorale plutôt originale pour le second tour de la présidentielle. Un cabaret drag agrémenté de petits fours et de Prosecco, histoire de rire un bon coup, quel que soit le résultat…
Mardi 12 avril 2022 On a assisté au show d’Orelsan, il y a quelques jours au Zénith d’Auvergne, pour le plaisir et aussi pour vous en parler avant sa venue au Palais des Sports de Grenoble le 16 avril. On vous raconte cette bonne soirée, sans rien divulgâcher !
Mardi 12 avril 2022 Quelque peu dissimulé au cœur du quartier de l’Alma, l’ancien couvent des Minimes s’apprête à devenir un espace foisonnant du centre-ville, entre coworking, habitat et pôle culturel. Un projet social et expérimental porté par deux Grenoblois.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter