«Ne pas prendre les enfants pour des imbéciles»

JEUNE PUBLIC. Cette année, Sylvain Levey est l’auteur associé à l’Espace 600, où trois de ses textes seront mis en scène. A l’occasion du début de l’aventure la semaine prochaine avec Ouasmok ?, présenté par la compagnie grenobloise Les Gentils, on a rencontré Sylvain afin d’évoquer ses projets pour cette résidence. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Petit Bulletin : Pourquoi avoir accepté la proposition de l’Espace 600 ?
Sylvain Levey : C’était une envie politique, car un auteur en résidence dans un lieu comme la Villeneuve a du sens. Je ne suis pas un auteur qui travaille seul chez lui, j’aime bien être en déplacement, à la rencontre des gens. J’ai un parcours aussi avec le lieu ; Villeneuve, pour moi, représente quelque chose : c’est un de mes premiers déplacements en tant qu’auteur avec Ouasmok ?. J’ai commencé à beaucoup apprécier Geneviève Lefaure [l’ancienne directrice de l’Espace 600, qui a quitté son poste en juin dernier NDLR]. J’ai trouvé que la reprise du projet par Laure-Anne Legrand [la nouvelle directrice NDLR] était faite de façon intelligente, donc je me suis dit "ok, je peux y aller" !

Comment s’articulera cette résidence ?
C’est un grand projet qui prend du temps et de l’esprit. Il va y avoir plein de rencontres et de choses très riches à faire avec les jeunes. Je les ai déjà rencontrés, c’était très fort. Ils sont disponibles, ouverts d’esprit, capables de se faire surprendre… J’aime bien cette idée de travailler sur la Villeneuve. J’ai ainsi commencé un début de texte intitulé Lys Martagon. J’espère bien qu’il connaîtra le parcours de Ouasmok ?, qu’il tournera en France ou ailleurs…

Comment avez-vous travaillé ce texte en lien avec le quartier ?
Il y a deux ans, j’étais en résidence à Villeneuve. Mon souhait était de loger chez l’habitant plutôt qu’à l’hôtel. J’avais ainsi rencontré un monsieur qui vit dans le quartier. Il me montrait des photos de lys martagon, une plante qui pousse dans les Alpes. Parallèlement, je me suis baladé dans le quartier, en regardant des choses que peut-être on ne voit plus quand on y habite. Et j’ai ainsi commencé à écrire sur un personnage prénommé Lys Martagon – parce que c’est très beau comme nom – qui habiterait à la Villeneuve. J’ai vraiment pris tout le coin, en me penchant sur la géographie du quartier : la place des géants, le lac artificiel… Mon texte est toujours en cours de chantier depuis deux ans, avec l’envie de le reprendre pour cette résidence. Mais il ne faudrait pas qu’il soit uniquement centré sur la Villeneuve, avec seulement les habitants du quartier qui pourraient se retrouver. D’où l’idée d’universaliser la chose au maximum.

Avec votre projet, vous luttez aussi contre « un théâtre enfant loin des clichés, des poncifs et des facilités » [extrait du court texte Halte au massacre psychologique des enfants déguisés en lapins !, disponible en postface de Ouasmok ?]
J’écris en jeunesse et en adulte, même si ça ne veut pas dire grand-chose… En gros, j’ai des livres qui sortent en littérature jeunesse et d’autres en adulte ! Moitié-moitié à peu près. Concernant la jeunesse, je considère qu’on ne doit pas prendre les enfants pour des imbéciles. Évidemment, il ne s’agit pas de leur démonter le moral dès cinq ans. Mais on n’est pas dans un monde idyllique, loin de là. Alors on peut leur montrer l’imperfection du monde avec de l’humour, de la poésie, du théâtre… Il est possible, dès le plus jeune âge, d’être titillé légèrement, d’avoir un regard critique sur le monde. C’est notre métier d’écrivain – même si tout le monde ne partage pas cet avis – de mettre les mains dans le cambouis, de regarder l’état du moteur de la société. Du coup, même avec des enfants, je vais continuer à faire de la mécanique… Peut-être sur un moteur plus simple… Mais je ne suis pas là juste pour nettoyer le pare-brise et faire briller les voitures !

Ouasmok ?, à ce titre, peut être vu comme un anti-conte de fées…
Tout à fait. Ça évoque la difficulté du couple, du quotidien… Ce n’est pas "on s’aime et tout va bien dans le meilleur des mondes". C’est toute cette violence de la vie : les rencontres, les ruptures, les nouvelles rencontres…

Avez-vous échangé avec Aurélien Villard, le metteur en scène de la compagnie des Gentils ?
On s’est rencontré deux fois. Mais j’ai pris le parti de ne pas intervenir dans le processus de création. Je vais venir à la première comme spectateur, point ! Mon texte est fait, il a été écrit il y a cinq ans, il ne m’appartient plus.

OUASMOK ?
Mercredi 4 novembre à 15h, jeudi 5 à 9h30 et 14h30, vendredi 6 à 9h30 à 19h30. A l’Espace 600

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 9 février 2022 Froissé, plié, enroulé, déchiré, cartonné… Le papier se décline sous toutes ses formes dans Peau de papier, un spectacle jeune public (dès 5 ans) imaginé par le Colectivo Terrón.
Mardi 9 juin 2020 Alors que la vie culturelle reprend doucement son cours avec des règles sanitaires contraignantes, la plupart des salles de spectacle françaises restent encore fermées, espérant que tout reviendra à la normale pour la rentrée de septembre et le...
Mardi 18 octobre 2016 Situé à la Villeneuve, l’Espace 600 est un théâtre qui accorde une place particulière aux jeunes spectateurs. Et qui le fait avec pertinence, même si nous n’en rendons pas suffisamment compte dans nos pages. On a du coup proposé à la directrice...
Mardi 27 septembre 2016 Ce samedi 1er octobre, il n’y aura pas que l’ouverture de saison du Prunier sauvage, il faudra aussi compter sur celle de l’Espace 600, discret (...)
Lundi 18 juillet 2016 Entre le 27 et le 31 juillet, c'est à Saint-Antoine-l'Abbaye que ça se passe. Avec notamment la reprise de deux excellents spectacles créés l'an passé à Grenoble (ou aux alentours).
Mardi 9 février 2016 La jeune compagnie grenobloise adepte du théâtre musical présente sa nouvelle création. On a pu en apercevoir des bouts prometteurs.
Mardi 8 décembre 2015 Émilie Le Roux, metteuse en scène grenobloise à la tête de la compagnie Les Veilleurs, proposera cette semaine un drôle de spectacle avec 106 interprètes (106, oui) pour marquer la fin de sa résidence à l’Espace 600, la scène jeune public de...
Mardi 15 septembre 2015 Plusieurs compagnies grenobloises (ou apparentées) reprennent cette saison des spectacles créés les années précédentes. Mais comme ils sont excellents, pourquoi se priver de les (re)découvrir ?
Mardi 24 mars 2015 Alors que leur "Carriole fantasque de Monsieur Vivaldi" est toujours sur les routes, les Gentils dévoilent cette semaine à Eybens une nouvelle création baptisée "Et que vive la Reine !". Une joyeuse petite forme un brin politique autour de la...
Mardi 16 décembre 2014 « Un jour, Lucie Duriez [la directrice de l’Espace 600] nous a dit que les Gentils, c’était comme La Comédie humaine de Balzac : une grande fresque qui se (...)
Mardi 16 décembre 2014 Bienvenue dans le monde déjanté des Gentils, jeune compagnie iséroise adepte d’un théâtre généreux, non intimidant et très drôle fait avec à peu près tous les matériaux textuels possibles – dont beaucoup de chansons. À l’occasion de son passage par...
Mardi 9 septembre 2014 En une de ce numéro panorama, une photo extraite de "La Carriole fantasque de Monsieur Vivaldi", excellent spectacle de la compagnie grenobloise Les Gentils, tout en chant, en humour et en poésie. L’un des temps forts de cette saison 2014 / 2015....
Jeudi 19 décembre 2013 L’award du meilleur espoir : la compagnie des Gentils Ça fait un bout de temps que la petite bande issue en partie du conservatoire de Grenoble et (...)
Mercredi 19 juin 2013 Être gentil, c’est bien. Et drôle dans le cas des Gentils. La compagnie grenobloise, dont on a souvent dit du bien dans ces colonnes, sera cet été au (...)
Mercredi 19 décembre 2012 Les awards des meilleurs espoirs : Émilie Geymond et Julien Anselmino À Grenoble, grâce à un vivier impressionnant (le Conservatoire d’art (...)
Vendredi 19 octobre 2012 Si on ne peut pas rire de tout avec tout le monde, on peut rire de tout partout. Ainsi, dans le cadre du quarantième anniversaire du quartier de la Villeneuve, le festival du Rire ensemble et sa horde de comédiens (Wahid, Jérôme Daran, Les Lascars...
Mardi 16 octobre 2012 Après un passage par la case mythologie avec Antigone, retour à Thèbes, la metteuse en scène grenobloise Émilie Le Roux (compagnie Les Veilleurs) revient à ses (...)
Jeudi 11 octobre 2012 La compagnie grenobloise Les Veilleurs, menée par Émilie Le Roux, vient de signer pour une résidence de trois ans à l’Espace 600, la scène jeune public de l’agglo nichée au cœur de la Villeneuve. Une résidence qui débutera avec la reprise du très...
Lundi 10 janvier 2011 JEUNE PUBLIC / Scène de référence dans l’agglo concernant le jeune public nichée au cœur de la Villeneuve, l’Espace 600 a depuis maintenant un an et demi une nouvelle directrice. Rencontre avec Laure-Anne Legrand, pour évoquer notamment la place du...
Mercredi 16 juin 2010 Partie à l’assaut du festival depuis maintenant deux ans (en animant les labos mis en place par l’équipe de Textes en l’air pour soutenir les jeunes (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter