"L'Homme à tête de chou" : vertiges de l'amour

Danse / Un Jean-Claude Gallotta inspiré donne forme aux mots de Gainsbourg interprétés par Bashung : rien que pour le plaisir intense qu’il procure, "L’Homme à tête de chou" s’impose déjà comme l’un des spectacles de l’année. François Cau

Impossible de faire abstraction de l’émotion entourant la création. Avec la responsabilité monumentale de devoir faire honneur à l’œuvre posthume d’Alain Bashung, Jean-Claude Gallotta est sous le coup d’une pression que bon nombre d’artistes doivent cela dit lui envier. Il s’en serait fallu de très peu pour que ce magnifique cadeau se transforme en héritage empoisonné – on en connaît qui auraient botté en touche, qui auraient opté pour une transposition littérale de la narration sans se poser plus de questions, s’effaçant derrière la puissance d’évocation sidérante de la bande sonore.

Au fil des répétitions ayant suivi la disparition de l’icône, Gallotta a dû réviser de fond en comble ses partis pris de départ, pallier l’absence monstrueusement envahissante de son narrateur, ne pas donner à l’ineffable beauté de son enregistrement une tonalité trop sépulcrale. Gommer les aspérités, les facilités, interroger son propre style pour offrir la chorégraphie la plus harmonieuse possible.

On savait le directeur du Centre Chorégraphique National de Grenoble en plein questionnement artistique, comme pouvaient en témoigner les détours théoriques de ses dernières créations, leur rapport très perturbé au corps. Sans tergiverser, Jean-Claude Gallotta a choisi de foncer dans le tas, de vider son plateau, d’assumer l’énergie et la sensualité du texte, de se lover dans ses sublimes excroissances rock avec un culot qui lui sied merveilleusement bien et qui, surtout, respecte formidablement la liberté de l’œuvre originale.

Volutes en fusion

Prenons une première chose pour acquise : l’appropriation de l’album de Serge Gainsbourg par Alain Bashung est une réussite totale. Miracle de cette prise unique, enregistrée d’un bloc et dont les contours instrumentaux ont été retravaillés en aval, elle sonne comme le zénith artistique du chanteur. Sa voix se fait l’écrin parfait de cette romance barrée, aux images fécondes, à la langue aussi malicieuse que sulfureuse. Sur certains passages, Bashung s’aligne même sur le timbre si particulier de Gainsbourg, sans que l’exercice ne passe pour autant pour de la simple parodie – on atteint dès lors une fusion organique entre les deux personnalités artistiques laissant pour le moins pantois.

Au sortir d’une intro pudique où le spectre de l’absent, figuré par une chaise vide, est évoqué avec délicatesse, Gallotta élabore un premier tableau survolté, où les quatorze danseurs se déploient en jouant avec grâce sur les perspectives. On retrouve un chorégraphe ludique, respectant sa matière sonore sans en être esclave, en pleine possession de la chose dansée. Ce plaisir chorégraphique instantané couplé à la découverte de la fabuleuse bande son est à même de rassurer illico les plus sceptiques, et de faire se hérisser les poils des plus réceptifs – oui, ce fut notre cas. D’où l’avalanche de superlatifs.

Les amants magnifiés

Le reste du spectacle parvient à garder intact cette vitalité, à empoigner à bras le corps sa poésie pour la transfigurer. Histoire d’amour improbable, vouée à l’exaltation sexuelle et passionnelle en attendant son issue fatalement funeste, L’Homme à tête de chou dévoile ici toute la richesse de son univers en une succession de tableaux ne faisant jamais retomber la tension narrative. Jean-Claude Gallotta œuvre dans le suggestif, puis dans l’incarnation lascive des jeux érotiques des deux amants : le passage illustrant l’orgiaque reprise de Variations sur Marilou nous fait littéralement découvrir le chorégraphe sous un nouveau jour, passionné, sensuel, ludique dans sa façon de gérer les interactions entre ses danseurs – sans se renier, bien au contraire, mais en incorporant ses touches personnelles et autres gimmicks à une dynamique plus marquée.

Duos et trios se font les reflets naturels de cette liaison forcément déraisonnable dont Bashung nous narre les errements, les moments de grâce. La fluidité de l’ensemble ne laisse aucun moment de répit au spectateur, happé par la cohérence d’un spectacle à voir et à revoir pour en saisir toutes les résonances. On peut aussi, et c’est encore le mieux, se poser dans son siège, laisser l’atmosphère sonore nous étreindre et jouir encore et encore de la saisissante complémentarité des univers artistiques en présence.

L’homme à tête de chou
Du 12 au 15 novembre, au Grand Théâtre de la MC2

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Scènes...

Vendredi 3 juin 2022 « Bonjour. Malheureusement nous ne disposons pas de captation. » C’est dommage. Car à défaut d’avoir pu le découvrir en présentiel, on aurait beaucoup aimé, (...)
Lundi 9 mai 2022 Quand un couple de danseurs (Kaori Ito et Théo Touvet) se met à nu devant le public afin d’évoquer son amour, ça donne une proposition déroutante et captivante baptisée "Embrase-moi". À découvrir à l’Hexagone de Meylan.
Vendredi 22 avril 2022 Sur les planches, au cinéma ("Au poste", "Problemos"...), Marc Fraize est un artisan auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire et, sans nihilisme, il porte le rire loin des standards de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité....
Vendredi 22 avril 2022 Avec "Roda Favela", le metteur en scène Laurent Poncelet s’attaque à Jair Bolsonaro, ce président d’un Brésil qu’il aime depuis quinze ans. Au plateau, douze artistes multifacettes invitent le spectateur dans leur favela, un condensé d’énergie brute...
Mardi 12 avril 2022 Le Midi / Minuit propose une soirée électorale plutôt originale pour le second tour de la présidentielle. Un cabaret drag agrémenté de petits fours et de Prosecco, histoire de rire un bon coup, quel que soit le résultat…
Lundi 28 mars 2022 Dans le cadre du Mois décolonial, le Pacifique accueillera jeudi 31 mars "Le tour du monde des danses urbaines en dix villes", une conférence dansée qui revient sur le contexte et les spécificités de danses comme le dancehall, le passinho, le kuduro...
Mardi 29 mars 2022 Avec "Thomas joue ses perruques", le comédien Thomas Poitevin a créé un seul-en-scène dans lequel il campe une galerie de personnages tendrement drôles. Une aventure née d’abord sur Instagram à découvrir au Théâtre en Rond de Sassenage.
Mardi 29 mars 2022 Avec le spectacle "Be Arielle F." présenté à la MC2, l’artiste suisse Simon Senn questionne la porosité entre les mondes réel et virtuel en s’intéressant à une jeune femme dont le corps a été répliqué numériquement pour être utilisé par d’autres....
Lundi 14 mars 2022 Solo pour une comédienne autour des sons du quotidien, et notamment les paroles dont les plus jeunes sont abreuvés via les différents médias, "Blablabla" est une aventure originale tout public à découvrir à l’Hexagone de Meylan.
Lundi 14 mars 2022 S’il y a bien une pièce du répertoire français qui peut être résumée en une tirade, c’est Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, où le fameux Cyrano est moqué pour (...)
Lundi 14 mars 2022 Attention, titre de spectacle en forme de jeu de mots : Car/Men. Vous l’avez ? Après l’acclamé Tutu dans lequel ses excellents interprètes (...)
Mercredi 9 février 2022 Froissé, plié, enroulé, déchiré, cartonné… Le papier se décline sous toutes ses formes dans Peau de papier, un spectacle jeune public (dès 5 ans) imaginé par le Colectivo Terrón.
Lundi 9 mai 2022 Voiture sur la tête et transformisme bluffant au cœur d’un Cluedo déjanté : "Le Périmètre de Denver", un spectacle complètement fou sorti de l’esprit fantasque de l’actrice-circassienne Vimala Pons, s’arrête pour quatre représentations à la MC2 de...
Mercredi 26 janvier 2022 On a assisté à la dernière création de Mélissa Von Vépy, "Les Flyings", programmée au TMG - Grand Théâtre de Grenoble : un spectacle de trapèze en rase-motte où les circassiens sont autant virtuoses que désinvoltes...  
Mardi 15 février 2022 En invitant sur un plateau de théâtre des enfants dont les parents sont séparés, le metteur en scène Mohamed El Khatib a imaginé un spectacle astucieux et joyeux qui s’adresse aussi bien au jeune public qu’aux adultes. Une "Dispute" à découvrir à la...
Lundi 31 janvier 2022 Après Möbius, l’ancien codirecteur du CCN2 Rachid Ouramdane propose avec Corps extrêmes un travail de recherche sur l’envol, et plus largement sur le dépassement de soi. Il entoure ses huit acrobates de deux sportifs jusqu’ici étrangers aux plateaux...
Lundi 31 janvier 2022 Nouvelle agora et décor à couper le souffle : Emmanuel Meirieu adapte Les Naufragés de Patrick Declerck qui a écouté, soigné, pansé les clochards que la société efface. Spectacle hors normes.
Mardi 18 janvier 2022 Depuis 2018, le comédien et humoriste François Morel tourne partout en France avec un spectacle sur Raymond Devos et son sens du comique si particulier, (...)
Mardi 18 janvier 2022 Au moment où nous écrivons cette brève, il reste seulement une dizaine de places à la vente sur les deux soirs – mardi 25 et mercredi 26 janvier. Après un (...)
Mardi 18 janvier 2022 Les mouvements à la marge sont-ils voués à en sortir ? L’expérience penche vers l’affirmative et dans le lot, la danse hip-hop ne fait pas exception. Si (...)
Mardi 4 janvier 2022 Animateur de la fameuse émission de France Inter "Blockbusters", Frédérick Sigrist, féru de la culture pop en général et des comics en particulier, jouera son nouveau spectacle du 6 au 8 janvier à la Basse Cour.
Jeudi 23 décembre 2021 En feuilletant notre numéro Panorama de la rentrée culturelle - 2ème partie (sorti le 5 janvier avec le PB), vous pourrez mesurer la densité de l'offre en théâtre-danse-cirque dans l'agglo de Grenoble. Densité et qualité, la preuve avec ces quinze...
Mercredi 8 décembre 2021 La compagnie AJT présentait cette semaine à l’Amphi du Pont-de-Claix, avec un report lié au Covid, sa dernière création, Les Saisons de Rosemarie. Un spectacle intelligent et plein de délicatesse, à voir dès l’âge de 7 ans.
Lundi 29 novembre 2021 Dans ses précédentes créations Samedi détente (2014) et Unwanted (2017), Dorothée Munyaneza renouait avec le (...)
Lundi 29 novembre 2021 Pantins désarticulés, bouches béantes, gestes saccadés, rires grotesques, bousculades... Le nouveau spectacle du Collectif (...)
Jeudi 18 novembre 2021 Chef d’œuvre de la littérature russe, Oblomov est adapté à la scène par Les Tréteaux de France. On a vu le spectacle à l’Hexagone de Meylan : mentions spéciales à l’interprète d’Ilya Ilitch Oblomov, Guillaume Pottier, et à la mise en scène de Robin...
Lundi 29 novembre 2021 Allez voir les yeux fermés ce seul en scène du Grenoblois Gregory Faive, adaptation du roman de Fabcaro Le Discours : promis, vous allez vous marrer !
Mardi 16 novembre 2021 Ce qui demeure ; Saint-Félix, enquête sur un hameau français : on a souvent vu à la MC2 la metteuse en scène Élise Chatauret et son théâtre construit à (...)
Mardi 16 novembre 2021 Douze compagnies de danse, réparties sur deux soirées, présenteront à La Rampe des extraits d’une vingtaine de minutes de leurs créations. Avec un enjeu tout (...)
Jeudi 21 octobre 2021 Une fois le billet et pass sanitaire sortis à l’entrée du Hüb – espace d’une redoutable polyvalence aux airs de (...)
Mardi 19 octobre 2021 La sixième édition du festival Les P’tits Géants perpétue la tradition de la marionnette mais sous des formes contemporaines, au croisement de (...)
Mardi 19 octobre 2021 Les congés de la Toussaint sonnent le retour de l’opération Vive les Vacances, alliance de treize structures du bassin grenoblois pour proposer une offre culturelle riche aux enfants durant les petites vacances scolaires. A la Toussaint, dix...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter