« J'ai ressorti mes griffes »

MUSIQUE / La magnifique et sincère Brigitte Fontaine est de passage dans la région pour défendre Prohibition, un album rageur contre notre société liberticide à tout va. Allô, Brigitte ? « Excusez-moi si je suis un peu brutale, ça passe très mal chez moi, mais je ne peux pas sortir parce que je suis malade. » Propos recueillis par Aurélien Martinez

Jeudi 25 février, 18h. Dans les locaux du Petit Bulletin. Au téléphone. On doit interviewer Brigitte Fontaine, femme fantasque et artiste passionnante, en préambule de son concert voironnais. « Voiron ? Je ne connais pas. » On situe : en Rhône-Alpes, près de Grenoble. « C’est dans la montagne ? Ah ! Quelle horreur ! Je déteste la montagne, et j’ai peur… Il y a des routes enlacées et tout ça ? Ah non alors… » L’entrée en matière est à l’image du personnage : entier, franc et authentique. Pourtant, on a pu tout lire et tout voir sur Brigitte Fontaine, surtout ces dernières années à la grâce d’un retour artistique à succès. Les émissions de télé grand public multipliaient alors les invitations, que Brigitte Fontaine s’empressait d’accepter. Jeu dangereux. « À un moment, alors que je voulais simplement m’amuser à la télévision, ils en ont profité pour dire que j’étais fofolle, déjantée et craquée… Que je pétais des plombs… ça ne me plaisait pas, alors j’ai tout arrêté depuis environ quatre ans… » De cette période voyeuriste, elle en avait tiré Folie (Saint-Louis-en-L’île – 2004), une chanson pudique : « Brûlée vive sur le bûcher […] / noircie par toutes les tortures […] / projetée dans un cops d’acier […] / Brigitte est folle, que c’est beau, que c’est joli… ». Brigitte Fontaine l’incomprise ? « Je suis probablement différente des autres, je ne le fais pas exprès, je suis comme ça. »

Thank you Satan

Prohibition, son dernier album, est une véritable missive contre une société liberticide et hygiéniste. « Interdit d'entrer / Parler ou fumer / Être sans papiers / Même s'allumer […]. L'enfer c'est l'État / Le tyran public / Et toutes les soi- / Disant républiques » comme elle le chante dans Dura Lex, le titre d’ouverture so punk. « Disons que sur Libido [2006, NDLR], j’étais plus branchée sur l’infini intérieur, comme dans beaucoup de mes anciens disques. Alors que là, j’ai ressorti mes griffes. » Et ça fait quelques fois mal, mais toujours avec beaucoup de poésie, comme dans Partir ou Rester, écrit au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy, et chanté en duo avec Katerine. « Mais comment, fuck, allons-nous faire ? / Belgique, Espagne ou Angleterre / Algérie, Écosse ou Mali / Égypte, Irlande ou Laponie. » 2010 : ce sera finalement encore et toujours la France, comme une évidence technique : « Je ne prends pas l’avion, je n’aurais donc pas pu aller travailler ailleurs. » Il reste alors les mots, et les engagements, au cœur de ses chansons ou de ses ouvrages (dont le dernier en date, Le bon peuple du sang, un recueil de courtes nouvelles) : contre les prisons, pour la défenses des sans-papiers… Brigitte Fontaine, chanteuse engagée qui espère faire exploser le carcan ? « Je ne crois pas beaucoup que les artistes puissent changer quoi que ce soit. Mais je suis "pour la prise de la Bastille, même si ça ne sert à rien". »

« J’ai 20 000 ans »

Et puis sur Prohibition, Brigitte Fontaine parle aussi d’elle. Du cap des soixante-dix ans qu’elle vient de franchir, elle en fait une chanson choc, qui donne son nom à l’album, avec un refrain à même de scandaliser la morale bourgeoise qu’elle exècre tant. « Je suis vieille et je vous encule / Avec mon look de libellule / Je suis vieille et je vais crever / Un petit détail oublié. » « Les véritables vieilles dames – quatre-vingt-sept, quatre-vingt-huit ans… – adorent cette chanson ! "Je suis vieille et je vous encule", ça leur plaît ! » Le temps qui passe, la mort… Tout ceci vous effraie Brigitte ? « Le temps c’est zéro pour moi… À propos, vous savez, j’ai 20 000 ans, si vous souhaitez connaître mon âge. J’ai 20 000 ans, ça je le sais. Après, le reste… » Prohibition est un grand disque, dans lequel Brigitte Fontaine arrive à mêler son côté prêtresse de l’underground des années 70 aux vents de l’époque, sans tomber dans la facilité comme ça a pu être le cas en 2001 sur Kékéland. Un monde à déchiffrer sur scène. C’est justement là qu’elle s’exprime pleinement, et où l’on se prend de plein fouet cette vérité, comme une évidence : Brigitte Fontaine fait partie de ces artistes transgénérationnels de talents (un nouveau public la découvre au fil des ans), qui sont arrivés à élaborer un univers original trop grand et trop fort pour être réduit à trente minutes de télévision. « On a une grande connivence le public et moi : on sent les réactions, les vibrations, on entend les voix qui appellent "Brigitte, Brigitte" ! » On en a encore eu la preuve en 2006, lors de la tournée de Libido. On vous le dit tout simplement : sur scène, Brigitte assure !

BRIGITTE FONTAINE + ZAZA FOURNIER
Vendredi 5 mars à 20h, au Grand Angle (Voiron)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 30 septembre 2014 Brigitte Fontaine est l’une des artistes françaises les plus singulières, malheureusement trop souvent réduite à son statut de "freak". Après le choc que fut la (...)
Lundi 20 septembre 2010 En mars dernier, pour son concert à Voiron, nous avions consacré notre "une" à Brigitte Fontaine, avec un entretien-portrait rocambolesque où elle évoquait (...)
Jeudi 7 janvier 2010 Artiste fantasque terriblement attachante, Brigitte Fontaine est de celles qui sont arrivées à créer un univers musical unique. Sur Prohibition, son dernier (...)
Jeudi 19 juin 2008 Son dernier album, "Libido", est passé scandaleusement inaperçu ; c’est pourtant un de ses meilleurs, et il l’est encore plus quand Brigitte Fontaine l’interprète, avec ses anciens morceaux, sur scène, loin des clichés sur son compte, juste libre et...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter