Inception

L’ambitieux projet de blockbuster onirico-philosophique de Christopher Nolan débouche sur un film prototype, qui passe du temps à expliquer son mode d’emploi avant de se lancer dans une pratique ébouriffante du cinéma comme montagne russe spatio-temporelle. Christophe Chabert

Inception part d’une idée magnifique : si le cinéma est une fabrique de rêves, aucun film n’avait jusque-là osé montrer des personnages dont c’était littéralement le métier. Des architectes, un scénariste, un technicien, un metteur en scène et des acteurs, toute une équipe qui ressemble à une équipe de tournage cachée derrière une bande de malfrats sophistiqués dont le but est de voler des secrets enfouis dans le subconscient de leurs victimes (les spectateurs ?). Christopher Nolan dans Le Prestige avait déjà prouvé que la réussite d’une illusion cinématographique reposait sur l’envie du public d’être dupé ; la suspension d’incrédulité devenait l’enjeu, la théorie et la matière scénaristique du film. Inception va plus loin : dès l’ouverture, impressionnante, le cinéaste plonge les personnages dans un labyrinthe de rêves encastrés les uns dans les autres, les secousses du réel (la plongée dans une baignoire d’eau froide) devenant des séismes dans le monde onirique (une vague gigantesque qui vient dévaster le décor).

Quant à la mort, elle n’est que le plus court chemin vers le retour à la réalité. Rien n’est vrai, tout est simulé, imaginé, façonné par un artisan qui y dépose ses obsessions personnelles. C’est le drame de Cobb (Di Caprio, bien plus qu’acteur dans l’affaire, on y reviendra…) : maître du jeu et de ses règles mais aussi victime de son savoir-faire, ayant entraîné sa femme dans un monde entièrement rêvé d’où elle n’a jamais pu sortir. Cobb vit depuis en exil, voleur expérimenté qui accepte un coup risqué dans l’espoir de rentrer chez lui pour revoir le visage de ses enfants ; un Orphée moderne, descendant dans le rêve comme on descend aux enfers, à ceci près qu’il est aussi le responsable de sa propre névrose. C’est au cours d’une «inception» expérimentale qu’il a provoqué la folie de sa compagne. Et c’est par une «inception» industrielle qu’il compte récupérer son souvenir.

La science des rêves

Au fait, c’est quoi, l’inception ? Résumée grossièrement : créer des strates de rêve dans l’esprit d’une personne, y déposer un secret, puis faire croire que ce secret lui appartient et pouvoir ainsi influencer ses actes. Pas très clair ? Rassurons le spectateur… Nolan, à l’opposé d’un Kubrick ou d’un Lynch, ne cherche pas à l’égarer dans un dédale de questions sans réponse ; il est beaucoup plus proche des Wachovski dans le premier Matrix, et c’est le principal reproche que l’on peut adresser à Inception. Le cinéaste prend quarante bonnes minutes pour expliquer le mode d’emploi du film à venir, à travers de longues scènes de dialogues où les personnages exposent avec un didactisme forcé les principes qui régissent le monde onirique dans lequel il va ensuite nous projeter.

Si on peut légitimement critiquer ce manque de confiance dans l’intelligence du spectateur face à ce blockbuster plus sophistiqué que vraiment expérimental, l’honnêteté oblige à dire que Nolan pratique le procédé depuis son premier film. Sans vouloir passer pour des élitistes pédants, on aurait aimé découvrir tout ça sans guides, notamment l’idée, géniale, d’un temps de plus en plus élastique selon les degrés de rêve dans lequel les personnages et leurs doubles évoluent. Une minute de réalité en devient 10 au degré 1, puis une heure au degré 2, plusieurs jours au degré 3… Le film fait de cette équation mathématique un spectacle sidérant lors de son énorme morceau de bravoure final, une demi-heure de suspense et d’action dont la base est une voiture plongeant au ralenti dans un fleuve. Nolan fait alors exploser toutes les frontières d’Inception, abolit la pesanteur et les bornes du passé et du présent, du réel et de l’imaginaire, provoquant enfin le vertige dément que son sujet lui autorisait.

Di Caprio movie

Le film d’auteur à la fois ludique et théorique attendu (notamment après ses spectaculaires bandes-annonces) n’est donc pas tout à fait au rendez-vous. Et pourtant, Inception est passionnant sur de nombreux aspects, comme lorsqu’il décrit un monde globalisé où la seule frontière interdite aux personnages est celle de l’Amérique (le film circule librement entre Paris, Kyoto et Londres ; on se croirait dans le Carlos d'Assayas !). Mais le plus surprenant là-dedans, c’est sans doute le rôle tenu sur l’écran par Di Caprio. Non seulement il survole un casting de très haute volée (Ellen Page, Joseph Gordon-Levitt, Ken Watanabe, Tom Hardy, Michael Caine, Cillian Murphy…) ; mais l’acteur offre un prolongement très troublant du personnage qu’il incarnait dans Shutter island, à savoir un homme qui exorcise un deuil impossible en faisant surgir ses démons intérieurs jusqu’à confondre la réalité et son altération mentale. Di Caprio serait-il aujourd’hui le Cary Grant ou le James Stewart des studios hollywoodiens ? Un acteur qui, tout en se bâtissant une image cohérente de films en films, permet aux grands cinéastes d’exprimer leurs envies les plus folles ? On pensait qu’Inception serait un film de Christopher Nolan ; mais c’est, au meilleur sens du terme, un grand film de Leonardo Di Caprio.

Inception
De Christopher Nolan (ÉU, 2h28) avec Leonardo Di Caprio, Marion Cotillard, Joseph Gordon-Levitt…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 21 décembre 2021 Vingt ans et des poussières après que les Wachowski ont anticipé le principe du métavers en extrapolant les babils d’Internet et les écrits de Philip K. Dick, Lana Wachowski remet le couvert en solo pour un nouvel opus tenant à la fois du...
Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, avec son titre qui est une quasi anagramme d'attente, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime,...
Mercredi 26 ao?t 2020 Attendu comme le Messie, le nouveau Nolan peut exploser le box-office si les spectateurs consentent à voir plusieurs fois ce Mission : Impossible surnaturel pour être sûr de bien le comprendre. Il y aura donc un avant et après Tenet. Encore que…
Mardi 26 février 2019 Rendez-vous mardi 5 mars à Mon Ciné pour (re)découvrir le bijou de Christopher Nolan sorti il y a cinq ans.
Mardi 16 mai 2017 Avec ce nouveau film présenté en ouverture, hors compétition, au festival de Cannes, Arnaud Desplechin entraîne ses personnages dans un enchâssement de récits, les menant de l’ombre à la lumière, de l’égoïsme à la générosité. Un thriller romanesque...
Mardi 20 décembre 2016 Le jeu vidéo culte trouve une nouvelle vie au cinéma grâce à Justin Kurzel et des stars comme Michael Fassbender, Marion Cotillard ou encore Jeremy Irons. Sauf que cette vie-là tombe totalement à plat.
Vendredi 28 octobre 2016 Suivant à la trace Laura Poitras, Oscar du documentaire en 2015 pour "Citizenfour", Oliver Stone s’intéresse à son tour au lanceur d’alerte Edward Snowden, et raconte son combat souterrain contre la NSA, en l’accommodant façon film d’espionnage....
Lundi 19 septembre 2016 Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce du dramaturge français Jean-Luc Lagarce, où un homme vient annoncer son trépas prochain à sa famille dysfonctionnelle qu’il a fuie depuis une décennie. Du maniérisme en sourdine et...
Mardi 23 février 2016 Et si Leonardo DiCaprio remportait enfin l'Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans "The Revenant" d'Alejandro González Iñárritu ? Histoire de conjurer la malédiction...
Mardi 4 novembre 2014 L’espace, dernière frontière des cinéastes ambitieux ? Pour Christopher Nolan, c’est surtout l’occasion de montrer les limites de son cinéma, en quête de sens et d’émotions par-delà les mathématiques arides de ses scénarios et l’épique de ses...
Mardi 20 mai 2014 Nouvel uppercut des frères Dardenne, qui emprunte les voies du thriller social pour raconter comment une ouvrière tente de sauver son travail en persuadant ses collègues de renoncer à une prime, et interroger ce qui reste de solidarité dans la...
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Mardi 19 novembre 2013 Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens (...)
Lundi 5 ao?t 2013 Un piteux exercice de manipulation, hypocrite et rutilant, avec un casting de luxe que Louis Leterrier n’arrive jamais à filmer, trop occupé à faire bouger n’importe comment sa caméra. Nullissime. Christophe Chabert
Lundi 17 juin 2013 Remettre Superman sur la carte du blockbuster de super-héros après l’échec de la tentative Bryan Singer : telle est la mission que se sont fixés Christopher Nolan et Zack Snyder, qui donnent à la fois le meilleur et le pire de leur cinéma respectif...
Mercredi 15 mai 2013 Cinéaste de l’imagerie pop, Baz Luhrmann surprend agréablement en trouvant la puissance romanesque nécessaire pour transposer le Gatsby de Fitzgerald. Et trouve en Di Caprio un acteur à la hauteur du personnage. Christophe Chabert
Mardi 8 janvier 2013 Chevauchée sanglante d’un esclave noir décidé à retrouver sa fiancée en se vengeant de blancs cupides et racistes, "Django Unchained" n’est pas qu’une occasion pour Quentin Tarantino de rendre hommage aux westerns ; c’est aussi un réquisitoire...
Mercredi 31 octobre 2012 Conçu comme un casse-tête spatio-temporel mais aussi comme une série B mélangeant science-fiction et action, le film de Rian Johnson est la bonne surprise américaine de l’automne, à la fois cérébral, charnel, trépidant et poétique. Christophe...
Mardi 14 ao?t 2012 La très attendue conclusion de la trilogie imaginée par Christopher Nolan pour donner au personnage de Batman une ampleur sombre et contemporaine n’égale pas le deuxième volet, impressionnante dans sa part feuilletonesque, décevante sur son versant...
Lundi 21 mai 2012 Définitivement dans le cercle des meilleurs cinéastes français en activité, Jacques Audiard arrive à ne presque pas décevoir après "Un prophète" tout en abordant, avec une intelligence constante de la mise en scène, les rivages du mélodrame. Un...
Dimanche 8 janvier 2012 Clint Eastwood revient à son meilleur avec cette bio de J. Edgar Hoover, dont la complexité et la subtilité sont à la hauteur de cette figure controversée de l’histoire américaine. Christophe Chabert
Jeudi 18 février 2010 Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert
Lundi 19 janvier 2009 de Sam Mendes (ÉU, 2h05) avec Leonardo Di Caprio, Kate Winslet…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter