Faire son cinéma

Zoom / Tout le monde adore l’Edouard Baer du Centre de Visionnage et ses impros décalées, tout le monde vénère l’Edouard Baer d’Astérix et Obélix Mission Cléopâtre, mais, injustice flagrante, très peu de personnes connaissent les réalisations cinématographiques de cet auguste trublion. Il se lance dans l’aventure en 2000 avec La Bostella, son premier autoportrait en artiste loser. Il y campe son propre rôle, entouré de la plupart de ses complices du Centre de Visionnage. Cette bande de pas si joyeux lurons doit préparer une émission de télé pour la rentrée, dans le cadre moyennement inspirant d’une villa provençale. L’image est volontairement crade, les idées de shows toutes plus grotesques les unes que les autres, le putsch rôde, et un Edouard Baer fuyant va finir par se retrouver à faire des animations de supermarché : une façon comme une autre d’exorciser ses peurs et doutes artistiques, une démarche que notre homme poursuivra dans ses créations ultérieures. Le cas Akoibon (2004) est plus délicat pour ce qui est de la résonance personnelle : de son propre aveu, Edouard Baer n’aurait jamais dû se caster dans sa seconde réalisation, où il interprète un père de famille pétochard à l’idée d’avoir son 11e ou 12e gosse, qui trouve refuge dans un hôtel côtier ringard tenu par le non moins ringard Chris Barnes (gigantesque Jean Rochefort). C’est du côté de ce dernier personnage, Eddie Barclay du dimanche revivant ses gloires passées dans des spectacles lamentables, qu’il faut creuser pour voir où veut en venir Edouard Baer : au bout d’une heure, le film “s’arrête“ avec le départ impromptu d’un Chris Barnes qui en a marre. Les autres personnages sont complètement livrés à eux-mêmes, errent sans but – une autre grande trouille artistique, atteignant une superbe apogée dans une scène de dialogue entre Baer et Benoît Poelvoorde, où ce dernier, en comédien pathétique souhaitant qu’on l’écoute une ultime fois, atteint des sommets. En ce moment, Edouard Baer caresse l’idée d’une troisième réalisation cinématographique intitulée Le Petit frère des riches qui serait, tenez-vous bien, inspirée de l’affaire Bettencourt, avec son complice Jean Rochefort dans le rôle… de Liliane Bettencourt. Avant de se lancer dans l’aventure, Edouard Baer va dans un premier temps tourner une bande-annonce de 2’30 pour vérifier la validité de ce projet, placé comme toujours sous le signe d’une certaine idée du suicide artistique exécuté avec sens et flamboyance. FC

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 9 janvier 2017 Farandole joyeusement erratique à travers un Paris nocturne sublimé, cette déambulation d’un directeur de théâtre aussi fantasque qu’impécunieux signe le retour du cinéaste-interprète Edouard Baer pour un film-synthèse superlatif : la plus...
Lundi 9 janvier 2017 On se l’imagine souriant, légèrement décoiffé, la main fouillant la poche droite de sa veste à la recherche d’un hypothétique briquet ou d’un trousseau de clés fantôme. Et c’est ainsi qu’il apparaît, affable, érudit et charmeur. Tel qu’en lui-même,...
Mardi 26 janvier 2016 De Benoît Graffin (Fr., 1h33) avec Sandrine Kiberlain, Édouard Baer, Bulle Ogier…
Jeudi 23 mai 2013 Au Petit Bulletin, on aime beaucoup Édouard Baer. On lui avait ainsi consacré notre une en novembre 2010 lors de son passage au Théâtre municipal avec (...)
Jeudi 7 février 2013 De Fabien Onteniente (Fr, 1h42) avec Édouard Baer, Alain Chabat, Lucien Jean-Baptiste…
Jeudi 11 octobre 2012 Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que...
Lundi 29 novembre 2010 De Marc Esposito (Fr, 1h45) avec Edouard Baer, Benoît Magimel…
Vendredi 29 octobre 2010 Critique / Après La folle et véritable vie de Luigi Prizzoti et Looking for Mr Castang, Edouard Baer retrouve donc son double théâtral, ce comédien au (...)
Jeudi 28 octobre 2010 Edouard Baer présente cette semaine sa troisième mise en scène théâtrale, "Miam Miam", au Théâtre de Grenoble. L’occasion rêvée de s’entretenir avec lui sur ses conceptions artistiques - dans le plus pur respect de l’autre, ça va sans dire. Propos...
Jeudi 16 septembre 2010 Succès public depuis sa création, le one-man-show Miam Miam d’Edouard Baer sera donné au Théâtre Municipal de Grenoble début novembre. Soit les aventures de « (...)
Mercredi 20 avril 2005 de et avec Edouard Baer (Fr, 1h35) avec Jean Rochefort, Nader Boussandel, Chiara Mastroianni...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter