Qui es-tu, le western ?

Genre / Donné pour mort après le passage de Sergio Leone et de Sam Peckinpah, le western reste un genre populaire, un film venant à intervalles réguliers le rappeler en faisant un carton au box office et en remportant une moisson d’oscars. Mais c’est aussi un genre atomisé, allant du néo-classique au maniérisme, du conservatisme au «révisionnisme». Quatre ans après l’échec cinglant du western marxiste de Cimino La Porte du paradis, Clint Eastwood tourne Pale Rider (1985), tentative crédible de réinscrire le genre dans son histoire — entre Ford et Leone. Le succès pousse d’autres cinéastes à s’engager dans cette voie, mais les conduit surtout à une distance ironique avec les codes : le troisième Retour vers le futur (1990) et les deux volets de Young guns (1988 et 1990) sont des westerns fétichistes et décalés. Seul Kevin Costner avec son triomphal Danse avec les loups (1990) retrouve le souffle spectaculaire des grandes épopées classiques, même si le sujet du film change complètement la perspective sur la légende de l’Ouest en montrant un Yankee adopté par les Indiens. Quand Eastwood, encore lui, réalise Impitoyable (1992), on a le sentiment qu’il a tourné «le dernier western», un film qui croit au genre mais qui en propose une vision mélancolique. Ce n’est pas le cas…

Le néo-western s’incruste ensuite dans le paysage : auteuriste (Dead man, The Hi-Lo country), parodique (Mort ou vif) ou ouvertement commercial (Tombstone, Maverick), le genre attire sans créer de mouvement de fond. Il en va ainsi jusqu’à l’exception Brokeback mountain (2005), qui invente la figure du cow-boy gay et le sous-genre du western mélodramatique. Deux films vont ensuite reprendre la vieille distinction classique / moderne : 3h10 pour Yuma (2007), remake par l’inégal James Mangold d’un film de Delmer Daves, qui flirte avec l’académisme à force de respect, et L’Assassinat de Jesse James (2007) d’Andrew Dominic qui souffre de l’excès inverse — stylisé, lent et réflexif. C’est la grande qualité de True Grit : les Coen ont cherché dans la chair de leur histoire ce qui pouvait la rendre personnelle, et non dans un regard formaliste sur le western. En cela, le film prétend à l’intemporalité plutôt qu’à capter un héritage devenu nébuleux. CC

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 9 juin 2021 Son enthousiasme pour Western, sa nouvelle pièce, faisait plaisir à voir, et puis, patatras ! La situation sanitaire avait coupé Serge Papagalli en (...)
Jeudi 28 janvier 2021 Le spectacle vivant, c'est leur métier : à défaut de pouvoir se produire en public, les compagnies de théâtre et de danse réfléchissent à leur avenir, continuent parfois de travailler et attendent impatiemment un retour à la normale. Nous sommes...
Mardi 8 décembre 2020 Témoignages. Ils auraient dû retrouver leur public en novembre, mais le second confinement les en a empêchés. On a pris des nouvelles de trois de nos artistes grenoblois préférés.
Dimanche 3 janvier 2016 Le film de John Sturges, qui a véritablement lancé la carrière de Steve McQueen en 1960, ouvre ce mercredi à la Salle Juliet Berto un cycle baptisé "En route vers l’Ouest". Merci le Ciné-Club de Grenoble !
Mardi 1 décembre 2015 Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?
Mardi 17 février 2015 En retraçant l’histoire de Chris Kyle, le sniper le plus redoutable de toute l’histoire américaine, Clint Eastwood signe un film de guerre implacable où la mise en scène, aussi spectaculaire qu’aride, crée la dialectique si chère au cinéaste pour...
Mardi 27 janvier 2015 Perchés sur les flancs de la Bastille, le Musée dauphinois est l’un des spots grenoblois les plus agréables. Beaucoup d’organisateurs d’événements culturels (...)
Mardi 3 décembre 2013 On continue cette semaine notre rétrospective "20 ans de PB, 20 ans de ciné" en se téléportant en 1996, mais surtout en rendant hommage à un tandem de cinéastes (...)
Mercredi 30 octobre 2013 Nouvelle merveille des frères Coen, l’odyssée d’un chanteur folk raté des années 60 qui effectue une révolution sur lui-même à défaut de participer à celle de son courant musical. Triste, drôle, immense… Christophe Chabert
Dimanche 8 janvier 2012 Clint Eastwood revient à son meilleur avec cette bio de J. Edgar Hoover, dont la complexité et la subtilité sont à la hauteur de cette figure controversée de l’histoire américaine. Christophe Chabert
Mercredi 16 février 2011 Analyse / Peu diserts sur leur œuvre, il faut écouter les frères Coen attentivement pour trouver dans leurs propos quelques clés d’analyse… CC
Mercredi 16 février 2011 Cinéma / Avec True Grit, leur premier western, Joel et Ethan Coen reviennent à un apparent classicisme, même s’il est strié par des lignes obscures et intrigantes. Du grand spectacle et du grand cinéma. Christophe Chabert
Jeudi 13 janvier 2011 Du drame surnaturel en forme de destins croisés que le sujet autorisait, Clint Eastwood ne conserve que les drames individuels de ses personnages, dans un film d’une grande tristesse et d’une belle dignité. Christophe Chabert
Lundi 11 janvier 2010 De Clint Eastwood (ÉU, 2h13) avec Morgan Freeman, Matt Damon…
Jeudi 19 février 2009 Cinéma / Avec Gran Torino, Clint Eastwood, devant et derrière la caméra, réalise un de ses meilleurs films, drôle et provocateur, émouvant et mélancolique. Christophe Chabert
Jeudi 19 février 2009 Rétro / Avec L’Inspecteur Harry, Don Siegel et Clint Eastwood posaient les codes du film d’auto-défense (ou vigilante-flicks en parler cinéphage) telles que (...)
Jeudi 4 décembre 2008 On s’attendait, après la claque No country for old men, à ce que les frères Coen se reposent un tantinet sur leurs lauriers. C’était bien mal les connaître : cet habile détournement des codes du film d’espionnage offre la conclusion rêvée à leur...
Mardi 11 novembre 2008 Le maître Eastwood aurait-il visé trop haut ? Complexe et bancal, L’Échange multiplie les lignes narratives et finit par brouiller son discours. Petite déception. Christophe Chabert
Mercredi 30 janvier 2008 Rétro / En quatre images et quatre thèmes, promenade dans les méandres de la filmographie passionnante des frères Coen. Christophe Chabert
Mercredi 30 janvier 2008 Cinéma / Avec No country for old men, les frères Coen réalisent un film rare, à la croisée du cinéma de genre (western, film noir) et du film d'auteur personnel, un concentré de cinéma brillant et intelligent. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter