Cannes, jour 1 : Autour de Minuit

Minuit à Paris de Woody Allen

C’est reparti pour un tour de Cannes. Les indicateurs sont en hausse (plus de stars, plus de business, plus de films intéressants — enfin, c’est ce qui se dit — et plus de journalistes, visiblement), après la morose édition 2010. Si tout le monde attend Terrence Malick, il paraît que du côté de Lars Von Trier, il va y avoir du lourd. Sans parler de notre maître Alain Cavalier, de retour en compétition, ou de Take Shelter, le deuxième film de Jeff Nichols présenté à la Semaine de la Critique et dont le Shotgun stories a marqué durablement nos mémoires.Si le film d’ouverture donne le ton de ce qui va se passer par la suite, alors Minuit à Paris annonce en effet un Cannes 2011 à la fois joyeux et de grande qualité. Eh oui, c’est ce bon vieux Woody qui aura réussi à nous surprendre d’entrée ! Encore ? Oui et non. Car à la vision de Minuit à Paris, on se dit que l’on n’a pas vraiment aimé ses films depuis Match Point (à l’exception, peut-être, de Whatever works, mais qui sonnait comme une réplique tardive de son cinéma des nineties), du moins qu’on y a pris un plaisir essentiellement théorique qui fermait les yeux sur d’évidentes faiblesses (de rythme, de réalisation ou de récit, comme ce goût un peu daté pour la voix-off).Rien de tout ça dans Minuit à Paris, qui frappe avant tout par la vivacité de son trait, sa capacité à emballer son histoire en y propulsant sans cesse de nouvelles péripéties, de nouveaux personnages. Le problème, c’est qu’il ne faut pas trop en dire si l’on veut justement se laisser aller complètement à cette divagation onirique — la bande-annonce, qui laissait présager une transposition du cinéma allenien dans un Paris de carte postale, est un chef-d’œuvre dans l’art de ne rien révéler ! Ce sont d’ailleurs de pures cartes postales en mouvement qui ouvrent le film, comme un court-métrage touristique scotché au cul du générique de début. On craint le pire, même si la pluie qui finit par rendre ces clichés bien ternes, laisse à penser que Woody Allen ne s’en tiendra pas à ce survol romantique et toc. C’est en effet ce qui va se passer. Gil, qu’Owen Wilson incarne avec une gourmandise d’acteur manifeste, se rêve en écrivain américain en exil parisien. Mais il n’est qu’un minable scénariste hollywoodien, et sa venue dans la Capitale française n’est liée qu’à un deal financier monté par son beau-père républicain adepte des tea-parties. Il est là avec sa fiancée (Rachel MacAdams), mais celle-ci semble plus à l’aise avec un professeur anglais pédant (Michael Sheen). Lassé de passer pour un ignare, il décide un soir d’aller marcher dans Paris, et au moment où les douze coups de minuit sonnent, Woody Allen orchestre une traversée du miroir qui rappelle bien sûr La Rose pourpre du Caire. À moins que Gil ne soit une sorte de Leonard Zelig, qui n’irait plus se fondre dans des images d’archive, mais dans les clichés historico-culturels de la ville-Lumière.L’itinéraire de Gil rappelle celui de Tom Cruise dans Eyes wide shut. Plus il s’approche de son fantasme, plus il est renvoyé à sa triste réalité : aime-t-il vraiment cette femme qui partage sa vie ? Et ne s’aveugle-t-il pas aussi sur l’intérêt que celle-ci lui porte ? Pour parvenir à cette réflexion mélancolique, Allen aurait pu tomber dans sa veine bergmanienne. Mais son audace est d’avoir préféré la pure fantaisie, la comédie parfois débridée (la grandiose apparition d’Adrian Brody est par exemple un moment particulièrement jouissif) plutôt que le drame existentiel. Il fait bien, car Minuit à Paris délivre un discours subtil, bienvenu et jamais écrasant sur l’illusion du temps perdu, sur la nostalgie d’un passé qui serait forcément meilleur que le présent. Là encore, on pense au dernier acte de la filmo kubrickienne : arrivé au bout de son rêve, Gil revient libéré à la réalité, prêt enfin à accepter les choses comme elles sont, et non comme il les idéalisait. Qu’un cinéaste à la filmo si massive, arrivant sans doute dans la dernière partie de sa carrière, refuse de regarder dans le rétroviseur et ait encore envie d’en découdre avec le monde nous rappelle pourquoi on aime le cinéma de Woody Allen : c’est un cinéma vivant ! Christophe Chabert

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)
Lundi 28 mars 2022 La nature comme vous l’avez rarement vue au cinéma : le Pathé Chavant consacre une soirée aux deux derniers documentaires de Cyril Barbançon, "Ouragan" et "Neige". Des films courts présentés en 3D, qui seront suivis d’un échange avec des...
Lundi 14 mars 2022 La course à perdre haleine d’une mère célibataire jonglant entre découvert chronique, problèmes domestiques, boulot à Paris et espoir d’un meilleur job. Ou comment derrière une vie quotidienne se dissimule le plus impitoyable des thrillers...
Lundi 14 mars 2022 "L'Ombre d'un mensonge", "De nos frères blessés", "Seule la terre est éternelle", "Le Grand jour du lièvre", "Plumes"...
Vendredi 11 mars 2022 Signé par la prodige Domee Shi, le nouveau Pixar, "Alerte Rouge", confirme la suprématie du studio satellite de Disney mais hélas ne bénéficie pas d’une sortie en salle : à l’instar de "Soul" et de "Luca", il n'est visible que sur la plateforme...
Lundi 14 mars 2022 « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». On rappelle souvent ce mot de Camus qui s’y connaissait au moins autant en (...)
Mardi 1 mars 2022 Dans le cadre de son luxuriant cycle "L’invitation au voyage", la cinémathèque de Grenoble propose de découvrir deux perles rares amplement passées inaperçues à leur sortie : "Les Naufragés de l’île de la Tortue" de Jacques Rozier, et...
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Mise en abyme majuscule, ou un coup de billard à trois bandes imprévu, Close Up (1990) est un cas d’école. Kiarostami met en scène dans ce film les (...)
Mardi 1 mars 2022 Après deux années calamiteuses pour l’exploitation cinématographique, les festivals thématiques disposent d’un bénéfice collatéral bienvenu : ils peuvent composer (...)
Mardi 15 février 2022 Réalisés à seulement une année d’intervalle, en 2005 et 2006, les films Élection 1 et Élection 2 occupent une place singulière dans la carrière du prolifique (...)
Mardi 15 février 2022 Les trois volets de la fresque grandiose de Francis Ford Coppola sont projetés dans les cinémas Pathé de Grenoble et d'Echirolles.
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Lundi 31 janvier 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Lundi 31 janvier 2022 Quand Anatole Dauman (qui a déjà à son catalogue Resnais, Chris Marker ou Bresson) propose à Nagisa Ōshima de signer un film érotique, le genre s’apprête à (...)
Lundi 31 janvier 2022 Six jours pour les sixièmes rencontres cinématographiques de Saint-Égrève, le festival "A vous de voir" ; quarante films (dont un bon quart d’avant-premières) et une foultitude d’animations. Parfait pour commencer les vacances…
Lundi 17 janvier 2022 C’est l’histoire d’un cinéaste presque assuré de décrocher sa seconde Palme d’Or mais qui, en sortant une provoc’ débile durant sa conférence de presse (...)
Mardi 18 janvier 2022 Ne comptez pas sur la Cinémathèque pour cultiver une nostalgie émolliente ! Voyez son invitation au Maudit Festival : parmi les six films programmés, trois renvoient à la problématique de la mémoire vécue comme une énigme, voire une hantise. Preuve...
Jeudi 23 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie d'Arnaud Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres....
Mardi 21 décembre 2021 Vingt ans et des poussières après que les Wachowski ont anticipé le principe du métavers en extrapolant les babils d’Internet et les écrits de Philip K. Dick, Lana Wachowski remet le couvert en solo pour un nouvel opus tenant à la fois du...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter