Quelque chose de nourri au royaume du théâtre

Après avoir secoué un festival d’Avignon par trop vaporeux, la dernière création de Vincent Macaigne, Au moins j’aurai laissé un beau cadavre, arrive cette semaine sur les planches fébriles de la MC2. Portrait de l’artiste en rock star du théâtre français. François Cau

Mars 2009, Paris. La première du spectacle Idiot ! vient de se terminer. Le lustre indécent du Théâtre de Chaillot vient d’être mis à mal par une troupe d’énergumènes, qui se sont emparés du texte de Dostoïevski pour en faire ressortir toute la colère, les frustrations, la violence insupportable. Pendant quatre heures défilées à toute vitesse, ça a gueulé, ça s’est déchiré, ça a éclaboussé le public de projections diverses, ça a passé du rock alternatif en poussant les amplis à 11, ça a vomi un entracte dépressif sur fond de November Rain des Guns. Quand le daron de la MC2 demande ce qu’on en a pensé, on ne peut que répondre « Rock’n’roll, motherfucker », en boucle – et ça ne formalise même pas le so chic ponte de la Culture grenobloise ; en fait, il ne peut qu’acquiescer. Dans le hall insolemment rococo du théâtre, Vincent Macaigne fait son arrivée, entouré d’une meute cultureuse bienveillante mais qui n’a pas forcément l’air de le mettre à l’aise. La démarche dégingandée, le cheveu hirsute et le regard fuyant, il engrange les louanges de circonstance avec circonspection, tant le spectacle est encore loin d’être à son goût. Par la suite, il n’aura de cesse de le modifier, le raccourcir puis le rallonger, le réécrire – quitte à rendre ses acteurs barjo. Dans son rôle de bateleur agressif du public, il se donne de plus en plus, beugle en coulisses, hurle sur les spectateurs trainards, traduit physiquement son engagement total dans la création – quitte à se payer un infarctus pour fêter son entrée dans la trentaine.

Théâtre à la criée

Idiot ! se joue le mois suivant pendant deux semaines à la MC2, et bénéficie rapidement d’un bouche-à-oreille saisissant. Les fauteuils claquent toujours, des spectateurs revêches à cette débauche théâtrale énoncent leur mécontentement à voix haute au plus grand ravissement des fans de plus en plus nombreux du metteur en scène et de sa compagnie. Du théâtre contemporain où l’on se fout à poil en gueulant, les scènes nationales en ont charrié à foison. Mais jamais avec une telle puissance dans l’écriture et une telle radicalité scénographique. Ce postulat se confirme avec la commande pour les Cabarets de la MC2, en décembre de la même année, avec un spectacle dont le titre fait office de note d’intention. Avec On aurait voulu pouvoir salir le sol, non ?, pièce montée à toute vitesse et dont l’urgence permanente chope le spectateur par le col pour ne jamais le lâcher, Macaigne n’est plus dans l’adaptation et laisse donc pleinement entrevoir ses qualités d’auteur, déjà explosives dans Idiot !. Le public se voit servir de la bière à satiété, est invité à danser sur scène, des complices balancent des boules de neige perturbatrices en pleine tempête au dehors, et le texte se transforme très rapidement en véritable jeu de massacre des institutions. Dans cet édifiant état des lieux du spectacle vivant à la française, tout le monde y passe, de Patrice Chéreau au directeur de la MC2 Michel Orier – ce dernier n’en prendra pas ombrage, à l’inverse de la Secrétaire générale de l’époque, qui accusera vertement le metteur en scène de cracher dans la soupe…

Politique friction

Le travail de Vincent Macaigne ne se montrera pas sur les planches l’année suivante. Histoire de souffler un peu, de préparer dans des conditions moins précipitées ses pièces suivantes, et de mettre la dernière main à son court-métrage Ce qu’il restera de nous (montré au dernier Festival du Court de Grenoble). Une rivalité fraternelle, thème de cette première réalisation, est également au cœur de Requiem 3, reprise d’un spectacle de jeunesse aux Bouffes du Nord en mars dernier. Dans un royaume fantoche aux rituels aussi obsolètes qu’humiliants, deux frères se disputent le trône, Abel et Caïn déviants d’une farce sinistre qui sidère par son âpreté, son humour cinglant au milieu du chaos, et une fin étouffante qui aura raison des spectateurs qui se croyaient endurants. Pas besoin de gratter beaucoup de vernis pour percevoir que des apparences gueulardes, ces sales gosses délivrent l’un des discours les plus percutants qui soient sur les politiques, les décadences sociétales et civilisationnelles. Signe qui ne trompe pas, on est loin d’être les seuls à s’être déplacés jusqu’à Paris pour voir le résultat. Et à Avignon, le soir de la première d’Au moins j’aurai laissé un beau cadavre, l’accueil fait au spectacle ressemble plus à celui d’un concert de rock qu’à une adaptation (certes lointaine) d’Hamlet. La pièce condense toutes les qualités de son auteur / metteur en scène, une direction d’acteurs bouillonnante, une scéno dantesque, des fulgurances textuelles monstrueuses, des points de vue ravageurs sur le théâtre, nos souillures, l’Europe. Ne vous faites pas prier et foncez-y.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 septembre 2019 Un seul être revient… et tout est dévasté. Cédric Kahn convoque un petit théâtre tchekhovien pour pratiquer la psychanalyse explosive d’une famille aux placards emplis de squelettes bien vivants. Un drame ordinaire cruel servi par des interprètes...
Mardi 9 février 2016 Anne Fontaine, qui apprécie toujours autant les sujets épineux (et a pris goût aux distributions internationales), en a débusqué un en Pologne : l’histoire de religieuses enceintes après avoir été violées par des soudards soviétiques… Surprenant....
Mardi 18 novembre 2014 Présenté comme un film sur l’histoire de la French Touch, "Eden" de Mia Hansen-Love évoque le mouvement pour mieux le replier sur une trajectoire romanesque : celle d’un garçon qui croyait au paradis de la house garage et qui se retrouve dans...
Mardi 3 juin 2014 Premier film sous influence Wes Anderson de Vincent Mariette à l’humour doucement acide, où deux frères et une sœur partent enterrer un père devenu un fantôme dans leur vie, pour un road movie immobile stylisé et séduisant. Christophe Chabert
Mercredi 22 janvier 2014 De Guillaume Brac (Fr, 1h40) avec Vincent Macaigne, Solène Rigot, Bernard Menez…
Mercredi 18 décembre 2013 Un joli premier film signé Sébastien Betbeder, à la fois simple et sophistiqué, qui raconte des petites choses sur des gens ordinaires en tentant de leur donner une patine romanesque, comme un croisement entre les chansons de Vincent Delerm et...
Jeudi 12 septembre 2013 Un micmac sentimental autour d’un droit de visite paternel le soir de l’élection de François Hollande. Bataille intime et bataille présidentielle, fiction et réalité : Justine Triet signe un film déboussolant dont l’énergie débordante excède les...
Vendredi 7 juin 2013 Premier long-métrage d’Antonin Peretjatko, cette comédie qui tente de réunir l’esthétique des nanars et le souvenir nostalgique de la Nouvelle Vague sonne comme une impasse pour un cinéma d’auteur français gangrené par l’entre soi. Qui mérite, du...
Mercredi 19 décembre 2012 L’award du meilleur film de l’année : Holy Motors De Leos Carax, on n’attendait plus grand chose, après treize ans de silence et un Pola X extrêmement (...)
Jeudi 16 ao?t 2012 Véritable rock-star du théâtre de ces dernières années, le metteur en scène Vincent Macaigne retrouve le cinéma en tant que simple comédien avec "Un monde sans femmes", de Guillaume Brac. Un premier film réussi, notamment grâce à ses acteurs,...
Lundi 12 septembre 2011 Fin 2009 : les Jeunes populaires, bébés UMP menés par le truculent Benjamin Lancar, livraient au monde entier un lip dub mémorable où l’on découvrait une (...)
Vendredi 1 juillet 2011 Pour son passage à la forme cinéma (avec un moyen-métrage de quarante minutes), le metteur en scène Vincent Macaigne, déjà aperçu par deux fois à la MC2, conserve (...)
Mercredi 16 décembre 2009 Mardi soir avait lieu la première des quatre soirées "Cabaret(s)" de la MC2. Avec une Meret Becker renversante et – surtout – un Vincent Macaigne tonitruant. A voir.
Lundi 7 décembre 2009 PORTRAIT / En avril dernier, au sujet d’une représentation à Orléans de son Idiot ! d’après Dostoïevski (présenté à la MC2 la saison passée), Vincent Macaigne nous (...)
Vendredi 4 décembre 2009 SPECTACLE. Bien que nous n’ayons pu voir qu’un seul des cinq spectacles programmés, on fait quand même notre "une" sur les quatre soirées Cabaret(s) de la MC2. Parce que les artistes choisis sont passionnants, parce que ça fait du bien de sortir des...
Lundi 20 avril 2009 Pour Iodiot!, le metteur en scène Vincent Macaigne revient avec nous sur ses méthodes de travail, son rapport au roman de Dostoïevski et à la matière théâtrale. Propos recueillis par François Cau

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter