Cannes, entre la panne et le moteur

Curieuse édition du festival de Cannes, avec une compétition de bric et de broc pleine de films d’auteurs fatigués, et dont le meilleur restera celui qui annonça paradoxalement la résurrection joyeuse d’un cinéma mort et enterré. Du coup, c’est le moment ou jamais de parler des nouveaux noms que le festival aura mis en orbite. Christophe Chabert

Comme il y a deux ans, le jour férié nous oblige à boucler avant la fin du festival de Cannes et la remise de la Palme d’or. Mais comme il y a deux ans, on a déjà hâte que l’affaire se termine, tant la compétition aura été laborieuse, et même parfois pénible à suivre. Surtout, sa diversité n’a pas été payante. En quelques heures, on pouvait passer d’un navet faussement personnel et vraiment putassier (le redoutable Paperboy de Lee Daniels, qui mérite des tomates après son déjà horrible Precious) à un sommet d’académisme moderniste à base d’acteurs inexpressifs, de dialogues séparés par d’interminables et grossiers silences et de plans sous tranxène sur des gars qui marchent dans les bois (le soporifique Dans la brume de Sergeï Loznitsa, qui mérite des œufs pourris après son déjà pontifiant My joy). Et on n’oubliera pas dans la liste le très Vogue Homme Sur la route de Walter Salles, où la beat generation est réduite à un clip publicitaire sur la mode des hipsters, ou encore le téléfilm de Ken Loach, La Part des anges, d’une fainéantise hallucinante que ce soit dans le déroulé de son scénario ou sa direction artistique inexistante. Cas à part : Carlos Reygadas qui, avec Post Tenebras Lux, semble avoir voulu faire son Oncle Boonmee, en oubliant quand même ce qui faisait la force de Weerasethakuhl, à savoir une vraie place laissée au spectateur. Ici, son talent (toujours à l’œuvre dans la plastique, impressionnante, du film) se dilue dans une nébuleuse narrative complètement opaque et qu’on n’a même pas envie de décrypter, de peur d’y découvrir un propos détestable qui affleure au gré des épisodes zarbis qui le parsèment.

Le cinéma est mort. Vive le cinéma !

Quant à Alain Resnais, on doit avouer qu’après avoir défendu du bout des lèvres Les Herbes folles, on sera beaucoup moins indulgent avec Vous n’avez encore rien vu, dont le parfum crépusculaire s’accompagne d’un retour un peu rance au théâtre français des années 50, celui d’Anouilh, donnant à l’ensemble un goût passéiste que le dispositif du cinéaste, aussi maîtrisé soit-il, ne vient jamais faire oublier. On sera d’autant moins indulgent que ce Cannes 2012 aura été irradié par un grand film parfaitement inattendu et qui n’est pas sans rapport sur le principe avec le Resnais. On parle bien sûr de l’incroyable Holy Motors de Leos Carax. En revisitant sa vie et son cinéma en compagnie de son comédien fétiche Denis Lavant, qui incarne un acteur prisonnier de ses propres rôles et contraint de les rejouer pour de vrai lors d’un long périple en limousine blanche, Carax aurait pu tomber dans l’aigreur aux relents godardiens du cinéaste qui ne peut plus tourner. Mais Holy Motors, c’est tout l’inverse : chaque bloc du film est une véritable célébration d’un cinéma qui se réinvente sans cesse et qui, face à la révolution qu’il traverse, entend non seulement faire de la résistance, mais aussi en prendre littéralement les commandes. Film fou, film génial, unique et absolument jouissif ; on y reviendra une fois la Palme acquise, ce qui pour nous ne fait guère de doutes.

No ? Si !

Si la tendance de la compétition fut aux grands cinéastes signant des (tout) petits films (on y ajoute du coup Kiarostami, même si Like someone in love n’est pas dénué d’intérêt, malgré sa paresse manifeste), les sections parallèles ont réservé de belles découvertes ou confirmations. À commencer par l’incroyable Beasts of the southern wild, premier film de Benh Zeitlin dont l’ampleur cosmique et l’élan vital démesuré auront provoqué les plus beaux frissons du festival. A la Quinzaine des réalisateurs, d’un fort bon niveau cette année, trois réalisateurs ont définitivement pris leur envol : Jaime Rosales, dont le Sueño y silencio est un beau film bergmanien, certes pas facile facile d’accès mais qui, à la différence de beaucoup d’œuvres contemplatives vues à Cannes, possède une réelle générosité de regard sur le monde qu’il décrit ; Ben Wheatley, pour qui la comédie noire et horrifique Sightseers est une récréation réussie après son énorme Kill list ; mais c’est surtout Pablo Larrain qui a explosé grâce à No, incroyable fiction retraçant le plébiscite organisé par Pinochet au Chili en 1988, racontée du point de vue d’un publicitaire choisissant de réaliser la campagne pour le «Non» (Gael Garcia Bernal, excellent). Larrain accomplit un sacré exploit : son film est à la fois expérimental dans sa forme (l’image ressemble à celle des VHS des années 80) et totalement prenant dans sa gestion du suspense autour de l’issue de la consultation. Un film intelligent, sans surmoi auteuriste mais avec un vrai point de vue, sans démagogie mais respectueux du spectacle et donc du spectateur. Ah, si tout Cannes avait été de ce niveau-là…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, avec son titre qui est une quasi anagramme d'attente, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime,...
Mardi 17 janvier 2017 Deux gros événements cinéma à venir : samedi 21 janvier, "La La Land" sera en avant-première dans plusieurs cinémas de la ville. Et le mardi 24 janvier, c'est "Jackie" que les spectateurs du Club pourront découvrir avant sa sortie officielle. De...
Mardi 3 janvier 2017 D’un authentique épisode de la vie clandestine du poète chilien Pablo Neruda, Pablo Larrain tire un dys-biopic tenant de la farce, du polar politique et du western. Une palpitante mise en abyme de la création artistique célébrant la supériorité de...
Mardi 25 mars 2014 La disparition d’Alain Resnais est arrivée au moment où on s’y attendait le moins, juste avant la sortie du film où il semblait enfin conjurer le (...)
Mardi 25 mars 2014 Pour sa troisième adaptation d’Alan Ayckbourn et, donc, son tout dernier film, Alain Resnais a choisi de laisser en sourdine ses ruminations crépusculaires pour une comédie qui célèbre la vie et la vieillesse, les artifices du théâtre et la force du...
Mercredi 12 février 2014 "Things people do" de Saar Klein. "The Better angels" de A. J. Edwards. "In order of disappearance" de Hans-Peter Molland. "Aimer, boire et chanter" d’Alain Resnais (sortie le 26 mars)
Vendredi 24 janvier 2014 Après "Les Beaux gosses", Riad Sattouf monte d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très...
Mercredi 3 juillet 2013 Ari Folman va là où on ne l’attendait pas après "Valse avec Bachir" : une fable de science-fiction qui interroge le futur du cinéma et mélange prises de vue réelles et animation vintage. Ambitieux, inégal mais souvent impressionnant, "Le Congrès"...
Vendredi 5 avril 2013 Si la scène a bel et bien été, ces dernières années, le lieu de prédilection de Denis Lavant, c’est avant tout le cinéma qui a révélé au public ce drôle de corps, (...)
Mercredi 13 mars 2013 Projet épique, pharaonique et hors des formats, Cloud Atlas marque la rencontre entre l’univers des Wachowski et celui du cinéaste allemand Tom Tykwer, pour une célébration joyeuse des puissances du récit et des métamorphoses de...
Jeudi 28 février 2013 Le référendum de 1988 au Chili, pour ou contre le dictateur Pinochet, raconté depuis la cellule de communication du "Non" et son publicitaire en chef : ou quand la radicalité formelle de Pablo Larraín se met au service d’un véritable thriller...
Mercredi 26 décembre 2012 Le Top 2012 de la rédaction et de nos lecteurs consacre deux films français, ce qui n’est pas forcément à l’image d’une année cinéma où le bon cinéma est venu de partout : des indépendants américains, du cinéma d’animation ou des cinéastes hors la...
Mercredi 19 décembre 2012 L’award du meilleur film de l’année : Holy Motors De Leos Carax, on n’attendait plus grand chose, après treize ans de silence et un Pola X extrêmement (...)
Mercredi 5 décembre 2012 Auréolé de prix dans tous les festivals, de Sundance à Deauville en passant par Cannes, le premier film de Benh Zeitlin raconte, au croisement de la fiction ethnographique et du conte fantastique, une bouleversante histoire d’enfance et de...
Vendredi 21 septembre 2012 À presque 90 ans, Alain Resnais est manifestement entré dans le crépuscule de sa carrière. Cela fait quelques films qu’on le dit, et on peut se demander si (...)
Lundi 17 septembre 2012 C’est ce week-end l’inauguration officielle du nouveau Méliès, après une ouverture remarquée avec l’avant-première d’Holy Motors (film étendard de sa (...)
Lundi 16 juillet 2012 L’été, c’est la saison des reprises sur grand écran, avec une belle rétro Cassavetes au Club, la copie neuve de "Lola" de Jacques Demy au Méliès, et des films en plein air au parc Paul-Mistral. Christophe Chabert
Vendredi 29 juin 2012 Six films (dont un court-métrage) en 28 ans, avec de grandes galères et de longues traversées du désert : la filmographie de Leos Carax est un roman. Christophe Chabert
Vendredi 29 juin 2012 Étonnant retour en grâce de Leos Carax avec "Holy motors", son premier long-métrage en treize ans, promenade en compagnie de son acteur fétiche Denis Lavant à travers son œuvre chaotique et un cinéma mourant. Qui, paradoxe sublime, n’a jamais été...
Lundi 18 juin 2012 Le samedi 23 juin, veille de la fête du cinéma, ouvrira le nouveau Méliès, qui abandonnera ainsi son unique écran rue de Strasbourg pour trois salles spacieuses en pleine Caserne de Bonne. Un déménagement et un agrandissement attendus de longue...
Jeudi 29 octobre 2009 D’Alain Resnais (Fr, 1h44) avec André Dussollier, Sabine Azéma…
Lundi 9 mars 2009 De Pablo Larrain (Brésil, 1h38) avec Alfredo Castro, Amparo Noguera…
Mercredi 11 juillet 2007 Hommage / Alain Resnais, 85 ans, 17 long-métrages, des courts, des documentaires à tout jamais marquants, éternellement présents, toujours uniques et (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter