Le changement dans la continuité

« Depuis les débuts du Méliès en 67/68, les films à destination des enfants étaient déjà là. Il y a depuis toujours cet ancrage du côté de l’éducation au cinéma, de l’éveil à un cinéma différent... Au fil du temps, il a pris des formes variées, le côté patrimonial est devenu aussi très important. Et c’est au milieu des années 80 qu’il a pris appui sur un cinéma plus directement dans le champ commercial, du côté du cinéma art et essai. » Voilà comment Bruno Thivillier évoque la ligne éditoriale de son cinéma. Un cinéma doté de trois labels de qualité : recherche et découverte, jeune public, et patrimoine et répertoire. Des labels qui concordent avec l’esprit de la Ligue française de l’enseignement, qui porte le projet du Méliès (tous les employés du cinéma – même le directeur – sont salariés de l’association). La Ligue a ainsi vu le jour en 1866, avec le but de lutter pour une école gratuite, laïque et obligatoire. En 1925, le projet est redéfini, autour de l’idée de l’éducation des individus tout au long de leur vie. La Ligue française de l’enseignement crée alors des sections spécialisées dans tous les domaines des loisirs : le sport, les vacances, et donc la culture. Elle se lance dans l’aventure des ciné-clubs, avant de mettre en place dans les années 60 ses propres salles de cinéma. L’aventure du Méliès est alors enclenchée, la Ligue étant propriétaire des murs rue de Strasbourg. Elle aimerait aussi le devenir pour ceux de la Caserne de Bonne – elle dispose aujourd’hui de 49% des parts, les 51% restants étant à la Caisse des dépôts, qui a porté le projet. Affaire à suivre... Cette semaine d’ouverture sera le symbole de cette volonté d’exigence propre au projet. Au sein de la programmation dense, à côté des films récemment sortis, on retrouvera le classique La Grande illusion de Jean Renoir, ou encore deux des films donnant leur nom à des salles : Le Nouveau monde, et Le Voyage dans la Lune (photo). À noter que la salle rue de Strasbourg fermera au public le mercredi 20 juin au soir, avec la projection de Deep End, film de 1970 de Jerzy Skolimowski.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 28 avril 2021 Comme si de rien n’était, ou presque… La 93e cérémonie des Oscar s’est tenue le 25 avril, avec deux mois de retard par rapport aux années précédentes. Pendant ce temps, la planète cinéma demeure encore et toujours suspendue à l’évolution...
Lundi 26 juin 2017 Du mercredi 28 juin au dimanche 2 juillet, le cinéma fête ses cinq ans d'installation dans le quartier de la Caserne de Bonne ainsi que ses 50 ans d'existence. On détaille le programme des festivités.
Mardi 13 septembre 2016 Voilà une initiative louable méritant d’être soulignée : Le Méliès concède une réduction tarifaire aux adultes "captifs" – c’est-à-dire à ceux qui accompagnent les (...)
Mercredi 20 avril 2016 Mercredi 27 avril à 20h, l’association grenobloise CitéDanse investit le cinéma le Méliès pour la projection de Before we go de Jorge León. Un documentaire de 2014 (...)
Mercredi 19 décembre 2012 L’award du meilleur film de l’année : Holy Motors De Leos Carax, on n’attendait plus grand chose, après treize ans de silence et un Pola X extrêmement (...)
Mercredi 10 octobre 2012 Se cultiver lorsque l’on est en fauteuil n’est pas toujours évident. Pourtant, la ville la plus plate de France tire son épingle du jeu. Reportage. Martin Bartoletti
Lundi 17 septembre 2012 C’est ce week-end l’inauguration officielle du nouveau Méliès, après une ouverture remarquée avec l’avant-première d’Holy Motors (film étendard de sa (...)
Lundi 18 juin 2012 Le samedi 23 juin, veille de la fête du cinéma, ouvrira le nouveau Méliès, qui abandonnera ainsi son unique écran rue de Strasbourg pour trois salles spacieuses en pleine Caserne de Bonne. Un déménagement et un agrandissement attendus de longue...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter