Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

David et Madame Hansen

De la part du créateur de Kaamelott, rien ne pouvait laisser présager une entrée au cinéma aussi singulière que ce David et Madame Hansen. Loin d’exploiter un filon, Alexandre Astier le prend à rebrousse-poil avec cette œuvre aussi mélancolique que l’automne sur le lac du Bourget, où se déroule une partie de l’action. On y voit un ergothérapeute fraîchement investi dans une clinique en Suisse (Astier lui-même, tout en retenue et chuchotements), qui doit s’occuper d’une patiente souffrant d’amnésie post-traumatique, Madame Hansen-Bergmann, qui porte sur le monde un regard imprévisible et d’une mordante lucidité. C’est le thème du film : la norme bousculée par une pathologie qui devient une forme de santé face à des êtres coincés dans leur conformisme. Astier l’aborde avec son habituelle maîtrise d’écriture, et une mise en scène d’une belle simplicité, même si elle se laisse parfois aller à quelques inutiles ralentis et fondus enchaînés. Ce qui touche dans David et Madame Hansen, c’est la manière dont Astier redouble la quête de communication entre les deux protagonistes par son propre dialogue de comédien avec une Isabelle Adjani impressionnante. Comme deux mondes de cinéma qui chercheraient un territoire commun, Astier et Adjani se défient, elle avec ses mots à lui, lui face à son regard magnétique qui vient le percer à jour chaque fois qu’elle retire ses lunettes noires ­— jolie idée. C'est en définitive dans un plan presque bergmanien que les deux se rejoignent, et l’émotion qui monte à cet instant tient autant à la situation qu’au sentiment d’assister à une forme de filiation entre deux générations d’acteurs partageant un même goût du jeu pur et juste.

Christophe Chabert

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 25 novembre 2014 Vivifiée par la verve et la rigueur de l’écriture d’Alexandre Astier et par un beau travail graphique de Louis Clichy, cette version animée des aventures d’Astérix et Obélix fait oublier les faux pas des récentes adaptations live. Christophe Chabert
Mercredi 14 avril 2010 Quelles traces laisse un homme dans un monde où le travail est devenu la vraie mesure de la vie ? Des bulletins de salaire, des attestations de (...)
Mercredi 14 avril 2010 Pour "Mammuth", leur quatrième film en tant que réalisateurs, les Grolandais Benoît Delépine et Gustave Kervern ont embarqué un monstre désacralisé, Gérard Depardieu, dans un road movie drôle et mélancolique. Rencontre avec Gustave Kervern, artisan...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter