Gallotta à l'état brut

Jean-Claude Gallotta transpose sur grand plateau ses "Chroniques chorégraphiques" qu’il avait imaginées en 2008 dans le petit studio de la MC2. "Racheter la mort des gestes" se transforme alors en spectacle sobre et émouvant, qui peut être vu comme la quintessence du travail du chorégraphe, à la tête du Centre chorégraphique national de Grenoble depuis presque trente ans. Rencontre. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Jean-Claude Gallotta, c’est une marque. Une approche particulière et reconnaissable entre mille, qui occupe une place importante dans l’histoire de la danse contemporaine. Un style épuré, quelques fois maniéré, surtout touchant par ce qu’il raconte sur le corps. Ainsi, le chorégraphe grenoblois travaille souvent sur scène avec des amateurs – même s’il n’aime pas ce mot, lui préférant celui de « gens ». « J’ai toujours mélangé les gens : les grands, les petits, les maigres, les danseurs, les non danseurs... L’idée est de les prendre comme ils sont, avec ou non un savoir de danseur, et qu’ils aient leur moment très précis, très honnête. » Dans Racheter la mort des gestes, recréation d’une petite forme qui a vu le jour en 2008, les danseurs professionnels côtoient des anonymes tantôt âgés, tantôt en fauteuil, tantôt avec accent... Tout un monde.

« Portrait chinois »

Racheter la mort des gestes est né d’une rencontre : celle entre l’écrivain Hervé Guibert, l’un des papes de l’autofiction mort en 1991, et Jean-Claude Gallotta. Ce dernier nous raconte l’histoire : « Guibert, qui est jeune pigiste au Monde, veut découvrir la danse contemporaine. On est dans les années 80. Il décide de venir voir Daphnis é Chloé que l’on jouait à Paris. Mais ce soir là, Mathilde [Altaraz, une danseuse qui est aussi sa compagne – ndlr] se tord la cheville. On est contraints d’annuler. Hervé Guibert veut alors venir nous voir à Grenoble. Pendant le voyage, il m’a posé plein de questions sur la ville, sur mon parcours, sur la danse qu’il ne connaissait pas. Je lui ai parlé de Béjart, de Cunningham... On a aussi échangé sur les films, les musiques, la littérature... À l’issue de ça, il a fait un papier qui est sorti en 1984, pendant que l’on faisait Ivan Vaffan. C’est là qu’il parle de la chorégraphie. Du coup, j’ai repris ce texte en début de spectacle. Et par petites touches, j’ai reconstruit ce voyage en portrait chinois. »

D’où une pièce conçue en différentes saynètes, convoquant aussi bien le tube Quand j’étais chanteur de Michel Delpech qu’un extrait de Lawrence d’Arabie. « J’ai essayé de me rappeler ce que je lui avais raconté. Je me suis servi de ces souvenirs comme de points d’appui qui m’ont permis d’avoir un fil conducteur. En général, je travaille comme ça au début d’une création : les danseurs me demandent de voir les films dont je parle, on fait des projections, on en discute... Puis je gomme le tout pour le rendre plus abstrait. Là, c’est véritablement à l’état brut. »

« Je n’aime pas la sophistication »

L’idée était donc de transposer sur un grand plateau les Chroniques chorégraphiques créées dans le studio de la MC2, sans que la pièce n'en pâtisse. « J’aime de plus en plus les choses simples, je fais les lumières moi-même par exemple... Pourtant, il manquait quelque chose sur ce grand plateau : il manquait les baies vitrées [tout un pan du mur du studio de la MC2 donne sur le grand espace vide devant le bâtiment, avec la ligne de tram en fond – ndlr]. Du coup, même si je n’aime pas trop la sophistication, j’ai proposé qu’on filme les baies vitrées et qu’on projette les images en fond de scène. À Paris, ça a fait un tabac ! Les gens trouvent ça extraordinaire, c’est la première image qu’ils voient. C’est pourtant une idée toute simple. Comme quoi, c’est véritablement la dramaturgie qui compte. »

« Le CCN n’est qu’un outil »

À 62 ans, Jean-Claude Gallotta est toujours en pleine ébullition, entre relecture de son répertoire (Daphnis é Chloé a été repris en 2011 avec de nouveaux interprètes, Ivan Vaffan le sera en janvier prochain) et nouvelles créations (la dernière en date est Le Sacre du Printemps, que l’on pourra revoir à la MC2 en fin de saison). Mais Jean-Claude Gallotta, c’est surtout la pièce L’Homme à tête de chou (2009), qui a connu un succès phénoménal, tant public que critique. « J’étais plutôt très heureux, parce que j’avais un peu peur... Dans nos milieux, on n’aime pas trop quand on flirte avec le showbiz. Mais comme Bashung avait une aura qui allait au-delà du simple chanteur de variété, je pense qu’il y a eu une écoute différente. Le projet a même permis à des gens de découvrir la danse contemporaine, et d’y prendre goût. »

Aujourd’hui, Jean-Claude Gallotta est toujours un artiste prolifique et respecté, à la tête du Centre chorégraphique national de Grenoble depuis 1984. Forcément, ça pose question, quand les directeurs de Centres dramatiques nationaux changent fréquemment, et que certains de ses collègues chorégraphes décident de quitter leur confortable CCN de leur plein gré – c’est le cas de Maguy Marin qui est partie de celui de Rillieux en 2010, et qui a été remplacé par un talent émergeant (Yuval Pick). « Pour moi, le CCN n’est qu’un outil – qu’on a fabriqué d’ailleurs ! Je suis à Grenoble, j’ai besoin d’un atelier. Qu’on l’appelle l’Orangerie, le CCN ou la Maison de la culture, c’est pareil. Je demande juste des moyens pour continuer à travailler. Et si ça peut se faire à Grenoble, j’aime autant. »

Racheter la mort des gestes, du jeudi 15 au dimanche 18 novembre, à la MC2

Ivan Vaffan, du mardi 8 au vendredi 11 janvier, à la MC2

Le Sacre du printemps, du mercredi 5 au vendredi 7 juin, à la MC2

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Mardi 5 novembre 2019 Une, deux représentations, trois grand maximum et puis s'en va. Comment se fait-il que les spectacles de danse restent aussi peu longtemps à l'affiche contrairement au théâtre ? Le phénomène est national, comme l’a démontré une grande enquête...
Mardi 4 décembre 2018 Le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta sera à la MC2 du mardi 11 au samedi 15 décembre avec sa nouvelle création basée sur le "Bonjour Tristesse" de Françoise Sagan.
Mercredi 21 novembre 2018 Samedi 17 novembre, comme quelque 400 autres courageuses et courageux, nous avons passé la journée enfermés dans la MC2 afin de retracer 50 ans (voire plus) d’histoire de cette maison de la culture phare en France. Vous n’y étiez pas ? Voici un...
Mardi 22 décembre 2015 Cette année, deux spectacles de théâtre nous ont fait un bien fou. Et un ponte de la danse a dû faire ses cartons.
Mercredi 30 septembre 2015 Jean-Claude Gallotta reprend "My Rock", créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Un spectacle qui lie danse contemporaine et standards du rock – Dylan, les Beatles, les Stones, Nirvana… Et une véritable réussite qui fait un bien fou.
Mardi 28 octobre 2014 Créée en 1984, la pièce "Yvan Vaffan" de Jean-Claude Gallotta revient cette semaine à la MC2. Une synthèse parfaite de l’univers du plus grenoblois des chorégraphes. Aurélien Martinez
Mardi 9 septembre 2014 Alors que la question de la fusion (ou non) du Centre chorégraphique national de Grenoble et de la MC2 se pose toujours (à l’imagine de celle du CDNA et (...)
Mardi 22 avril 2014 Fatigués d’être pris pour cible et constamment attaqués, les intermittents du spectacle (artistes et techniciens) haussent le ton au moment où leur régime est renégocié à la baisse. Et proposent de repenser ce modèle perfectible mais néanmoins...
Mardi 18 février 2014 L'un des spectacles de Gallotta les plus forts est repris cette semaine
Vendredi 10 janvier 2014 Les salles de spectacle aiment la nouveauté. Mais elles ne se privent pas, parfois, de reprendre une création déjà passée dans le coin – voire même dans leurs murs. Tour d’horizon des quelques reprises immanquables de cette deuxième partie de...
Vendredi 11 octobre 2013 Casting de luxe pour le diptyque "L’Histoire du soldat" / "L’Amour sorcier". Aux commandes de ce double spectacle, qui sera dévoilé cette semaine, rien de moins que les trois artistes résidents de la MC2 : Marc Minkowski des Musiciens du Louvre...
Jeudi 5 septembre 2013 Belle ouverture symbolique : pour la première fois les trois compagnies associées à la MC2 – les Musiciens du Louvre Grenoble, le Centre Dramatique National (...)
Vendredi 3 mai 2013 C’est le marronnier du printemps : la traditionnelle Nuit des musées, couplée depuis huit ans à la manifestation iséroise Musées en fête (pour les musées départementaux). L’occasion pour nous de mettre en avant les expositions à voir ou revoir ce...
Lundi 4 mars 2013 Ça bouge dans le milieu théâtral : l’historique Centre dramatique national des Alpes, aujourd’hui dirigé par Jacques Osinski, va disparaitre en 2014, absorbé par la MC2 qui l’accueille dans ses murs. Une fusion décidée par la mairie de Grenoble et,...
Jeudi 20 décembre 2012 Jean-Claude Gallotta, à la tête du Centre chorégraphique national de Grenoble depuis presque trente ans, a décidé depuis un certain temps de se replonger dans (...)
Lundi 3 octobre 2011 Le chorégraphe Jean-Claude Gallotta crée cette semaine son Sacre du Printemps, avant de s’atteler à la reprise de Daphnis é Chloé pour janvier. Entretien avec l’artiste sur la saison du Centre Chorégraphique National de Grenoble. Propos recueillis...
Vendredi 16 septembre 2011 Une sélection subjective et arbitraire de quelques évènements incontournables du festival. AM
Lundi 4 avril 2011 Les pontes grenoblois (se) regardent dans le rétro. Après Chantal Morel qui, en début de saison, présentait Home, un texte de David Storey qu’elle avait déjà (...)
Lundi 10 janvier 2011 La danse est un champ artistique riche, varié, protéiforme, enthousiasmant, innovant… Les salles grenobloises arrivent-elles à transmettre au public ces différents élans créatifs ? Tentative de réponse en compagnie de quelques pontes locaux.
Lundi 9 novembre 2009 Un Jean-Claude Gallotta inspiré donne forme aux mots de Gainsbourg interprétés par Bashung : rien que pour le plaisir intense qu’il procure, "L’Homme à tête de chou" s’impose déjà comme l’un des spectacles de l’année. François Cau
Vendredi 11 septembre 2009 C’est l’un des événements de cette rentrée : le Centre chorégraphique national de Grenoble adapte le concept-album L’homme à tête de chou de Gainsbourg, sur une musique réarrangée par Alain Bashung avant sa disparition. Le chorégraphe Jean-Claude...
Vendredi 12 juin 2009 Pour sa dernière création de la saison, Jean-Claude Gallotta, aidé à la mise en scène par Marylin Alasset, s'attaque à la transposition scénique d'un roman, ou (...)
Lundi 8 décembre 2008 En cette fin d’année 2008, Jean-Claude Gallotta, pape grenoblois de la danse contemporaine depuis une bonne vingtaine d’années, s’offre un petit cadeau : (...)
Vendredi 6 juin 2008 Mirella Giardelli, son Atelier des Musiciens du Louvre.Grenoble, le chorégraphe Jean-Claude Gallotta et ses danseurs, réunis pour une "Bach danse expérience. Interview croisée. Propos recueillis par Séverine Delrieu
Mercredi 30 mai 2007 Le chorégraphe Jean-Claude Gallotta s’approprie une certaine histoire du rock pour mieux se livrer. Et nous offre une part d’autobiographie douce-amère, où la nostalgie se met en scène avec grâce. François Cau
Mercredi 26 septembre 2007 La saison 2007 / 2008 en danse
Mercredi 24 octobre 2007 Le retour de Jean-Claude Gallotta aux sources du spectacle qui assura sa prime renommée ne pouvait être une croisière sur un fleuve tranquille. Au sortir de ses multiples expériences des décennies écoulées à travers le globe, ce cher Ulysse nous...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter