Le Monde fantastique d'Oz

Le Monde fantastique d’Oz
De Sam Raimi (ÉU, 2h07) avec James Franco, Mila Kunis...

La rencontre entre Disney et Sam Raimi autour d’une ingénieuse genèse au "Magicien d’Oz" débouche sur un film schizo, où la déclaration d’amour au cinéma du metteur en scène doit cohabiter avec un discours de croisade post-Narnia. Christophe Chabert

En écrivant la semaine dernière que Spring Breakers était une variation autour du Magicien d’Oz où James Franco serait une version gangsta dudit magicien, on ne savait pas encore que celui-ci l’incarnait pour de bon dans cette version signée Sam Raimi. Il faut dire que le titre français est trompeur : il laisse entendre que l’on est face à un remake du classique de Victor Fleming, alors qu’il en écrit en fait la genèse.

Il s’agit donc de raconter comment un prestidigitateur minable et très porté sur la gent féminine, qui se rêve en Thomas Edison mais se contente de tours à deux sous dans une roulotte du Kansas, va passer de l’autre côté de l’arc-en-ciel et découvrir le monde d’Oz, ses vilaines sorcières et son chemin de briques jaunes.

Sam Raimi rend avant tout un hommage esthétique à l’original : il débute par trente minutes en noir et blanc, son mono et format carré, avant de laisser exploser couleurs, effets sonores et 3D débridée. Il y a là une jolie déclaration d’amour au cinéma comme illusion permanente et nécessaire, un peu à la manière d’un Scorsese ou même, en poussant un peu, un Tarantino – le visage projeté sur la fumée rappelle la « vengeance juive » de Mélanie Laurent à la fin d’Inglourious Basterds.

La mise en scène, constamment inventive, est à la hauteur de l’enjeu, aussi à l’aise dans la comédie, la féerie ou même la terreur pure. Par instants, comme lorsque la montgolfière s’abîme dans le cyclone, Raimi fait preuve d’un sens visuel vraiment époustouflant, rappelant qu’il est un des plus doués de sa génération.

In Oz we trust

Il y a cependant un autre film dans ce Monde fantastique d’Oz, plus embarrassant. Oz / Franco répond au standard désormais éprouvé du héros campbellien, projeté dans un monde magique qui va l’obliger à se transfigurer et se dépasser. À cela s’ajoute un discours qui martèle lourdement la nécessité de la « foi » pour gagner la « guerre » contre l’ennemi, le tout sans violence – mais les mots sont parfois plus pernicieux que les images.

Il y a comme un désagréable parfum de croisade expliquée aux enfants là-derrière, et après avoir fait de l’Alice de Lewis Carroll une ambassadrice du libre-échange avec la Chine dans la version Burton, Disney fait du Magicien d’Oz un chef de guerre illuminé. Raimi compose avec cet encombrant fatras post-Narnia, mais on le sent aussi se boucher le nez, impatient de retourner s’amuser avec ses nouveaux jouets en 3D.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 4 février 2019 Deux intrigantes se disputent les faveurs de la cyclothymique Anne d’Angleterre afin d’avoir la mainmise sur le royaume… Une fable historique perverse dans laquelle l'actrice Olivia Colman donne à cette reine sous influence un terrible...
Mardi 21 avril 2015 À partir d’un matériau ouvertement intimiste et psychologique, Wim Wenders réaffirme la puissance de la mise en scène en tournant son film en 3D, donnant à cette chronique d’un écrivain tourmenté des allures de prototype audacieux. Christophe...
Mardi 10 juin 2014 Dans la famille Coppola, je demande la petite-fille, Gia, qui s’inscrit dans la lignée de Sofia en regardant l’ennui d’une poignée d’adolescents californiens friqués et à la dérive. Ça pourrait être agaçant, c’est étrangement séduisant et...
Mardi 1 octobre 2013 De et avec James Franco (ÉU, 1h49) avec Tim Blake Nelson, Danny MacBride…
Jeudi 2 mai 2013 Réalisé par un jeune cinéaste uruguayen plutôt doué, Fede Alvarez, et produit sous l’égide de son créateur Sam Raimi, ce remake est une bonne surprise, très fidèle et en même temps plein de libertés vis-à-vis de son modèle. Christophe Chabert
Jeudi 28 février 2013 On le croyait égaré dans les paradis artificiels, mais Harmony Korine était en train de les filmer : avec "Spring Breakers", il envoie quatre bimbos vivre le « rêve américain » en Floride, pour un aller sans retour où expérimentations furieuses,...
Lundi 8 octobre 2012 Dans un glorieux mélange de genres, Seth MacFarlane réinvente la comédie romantique en version politiquement incorrecte, par la grâce d’un ours en peluche qui parle, boit, fume, baise et surtout incarne la résistance des années 80 et de leurs excès....
Mardi 18 septembre 2012 L’odyssée de Jason Bourne (et la patience de Matt Damon) arrivée à son terme, Tony Gilroy se voit confier la mission de relancer la franchise en inventant un récit parallèle. C’est raté sur toute la ligne : bavard, mal raconté, pauvre en action et...
Vendredi 30 mars 2012 De Simon Curtis (EU/GB, 1h42) avec Michelle Williams, Eddie Redmayne…
Mercredi 31 ao?t 2011 De David Gordon Green (EU, 1h42) avec Danny McBride, James Franco…
Jeudi 3 février 2011 Une jeune danseuse introvertie cherche à se dépasser pour incarner le double rôle d’une nouvelle version du "Lac des cygnes". Sans jamais sortir d’un strict réalisme, Darren Aronofsky fait surgir le fantastique et le trouble sexuel dans un film...
Mercredi 9 mai 2007 Critique / Disons-le tout de suite : Spider-man 3 n’est pas aussi enthousiasmant que son prédécesseur. Il lui manque le swing et la grâce qui permettaient (...)
Mercredi 9 mai 2007 "Spider-man 3" prolonge une série qui détonne et étonne dans le paysage des blockbusters hollywoodiens par son ambitieux mélange des genres, ses surprenantes visées théoriques et la personnalité de son auteur, Sam Raimi. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter