Cabaret frappé jour 2 : explosion fauve

C’était la soirée la plus attendue du festival, la seule à afficher complet depuis des semaines. Elle a tenu toutes ses promesses, avec un Lescop à l’aise et – surtout – un collectif Fauve électrique. Aurélien Martinez

En 2002, sur son premier album Ceci n’est pas un disque, le groupe de hip-hop décalé TTC livrait l’un de ses meilleurs titres : De pauvres riches. « Putain c’est la merde / Pourquoi tu dis ça ? / Chez moi c’est la misère / Ah ouais t'as trop raison / Ici c’est la galère / Reprends du champagne man, de toute façon ce week-end on se barre sur la côte. » Il y a de ça chez le collectif Fauve : un côté problèmes de riches scandés façon rappeur sur une musique très rock. Un truc à n’écouter qu’au premier degré comme on l’écrivait ici (même si les parodies sont nombreuses sur le web).

« Nique ta mère le blizzard » hurle d’ailleurs, comme un jeune du XVIe parisien en pleine rébellion, le survolté meneur du collectif, qui n’hésite pas à ouvrir le concert avec le titre Saint Anne. « Enfin voilà, je vous dresse le tableau : je suis né dans une famille plutôt aisée / J’ai toujours été privilégié / J’ai jamais manqué d’amour, ni de rien d’autre d’ailleurs / Même si ma mère, qui vient quand même d’un milieu assez populaire, était parfois un peu sévère avec mes frères et moi. » De pauvres riches, vraiment. Et alors ?

Et alors, oui. Car sur scène, tout ce qui pourrait paraître pour de la posture ou du vide prend littéralement forme. Sur scène, le quintet Fauve assure. Devant un public conquis d’avance (et beaucoup plus jeune que la veille), dans une pénombre arty, avec projection de films en fond, censée ne mettre en avant aucun des membres (même si on n’a d’yeux que pour le cracheur de mots), Fauve enchaîne les titres avec une maîtrise tant musicale qu’expressive. Autant de scuds envoyés à un public qui en redemande, le sommet étant atteint sur le morceau Nuits fauves. « Offre-moi dès ce soir / Ta peau brune et tes lèvres mauves / Tes seins tes reins tes cheveux noirs / Et qu’on se noie dans les nuits fauves. »

Il est de bon goût de cracher sur Fauve, de dire que le groupe n’a rien inventé (ce qui est en partie vrai) ; et alors ? Mardi soir, au Cabaret frappé, le collectif a tout simplement prouvé qu’il n’était pas qu’un buzz sans consistance, mais un véritable groupe de scène. Un excellent groupe de scène même.

Avant Fauve

Être un buzz sans consistance, c’est un peu ce que l’on pouvait reprocher à Lescop. Lors de son concert en mai 2012 à la MC2, en première partie de Charlotte Gainsbourg, il nous avait laissés sur notre faim : ses morceaux à mi-chemin entre du pop-rock français à la Daniel Darc et la scène cold-wave anglaise à la Joy Division et consorts (comme on l’écrivait ici) n’arrivaient pas à dépasser le cadre de l’album, s’affadissant même sur scène en donnant l’impression de tous se ressembler.

Mais ça, c’était en 2012, au début de la nouvelle carrière de Lescop. Un an plus tard, et pas mal de concerts après, Lescop est un autre homme. Sur scène, Lescop est le patron, et sa mine renfermée et sombre qui pouvait apparaître comme une posture séduit pleinement ici, surtout quand elle se confronte à l’énergie vénéneuse de ses musiciens. Sous le chapiteau du Cabaret, ne reste plus alors à Lescop qu’à dérouler ses hits (dont son efficace La Fôret) avec conviction, pour chauffer le public avant Fauve. Mission accomplie.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 janvier 2020 Dans un sublime récit baptisé Croire aux fauves, l'anthropologue Nastassja Martin raconte sa terrible rencontre avec un ours, sa reconstruction physique et psychologique et l'étrange métamorphose qu'elle induit. Un texte infiniment poétique qui est...
Mardi 20 juin 2017 Phoenix, Ibrahim Maalouf, Jamiroquai, Julien Doré, Two Door Cinema Club, Sting, Texas, Justice, Calypso Rose, Archive, Vianney, Juliette Armanet… Comme chaque année, Musilac aligne les grands noms quatre jours durant. Ce qui ne doit pas faire...
Mardi 7 février 2017 De grosses guitares flirtant avec le post-punk, le post-rock, le shoegazing option mur de son, et du spoken word révolté, balancé d'une voix blanche comme (...)
Mardi 7 avril 2015 Mis sur orbite par un impressionnant EP baptisé "Blizzard", Fauve a ensuite confirmé à peu près partout sauf sur disque. Au point de faire aujourd'hui la tournée des Zénith, dont le Summum, alors que le deuxième long format du groupe est sorti à...
Mardi 6 janvier 2015 On aurait pu continuer d'appeler Fauve : Fauve ≠. Mais d'une, ça commence à être un peu relou ; et de deux, Fauve « = » plus que « ≠ ». Car (...)
Mardi 9 décembre 2014 Les bouquins, DVD et autres CD, c’est bien pour Noël, certes. D’ailleurs, tous les magazines y vont de leur sélection. De notre côté, on a préféré se pencher sur les spectacles et concerts des six prochains mois qui pourront ravir vos proches. Oui,...
Lundi 5 ao?t 2013 Une soirée globalement calme pour ce dernier concert au Jardin de ville. Épique avec Get well soon, lyrique avec F.M, platonique avec Mineral... Deux réussites donc, qui se doivent à des innovations très riches au niveau instrumental. Eloi Weiss
Samedi 27 juillet 2013 Sous le chapiteau, ce vendredi 26 juillet, c’était un peu le choc des générations. D’un côté les Grenoblois de Contratakerz ; de l’autre les Britanniques de (...)
Vendredi 26 juillet 2013 Soirée cosmopolite jeudi au Cabaret frappé, avec un concert sous le chapiteau aux couleurs du reggae et un autre sous le kiosque plus oriental... et décevant. Aurélien Martinez (sur Riff Cohen) et Eloi Weiss (sur le reste !)
Jeudi 25 juillet 2013 Un duo déconcertant, un trio séduisant, un juste retour au blues originel américain et un Burger fidèle à lui-même : on a eu droit à quatre groupes survoltés en ce troisième jour de Cabaret frappé. Le tout avec des guitares savamment...
Mercredi 24 juillet 2013 Le Cabaret frappé, ce n'est pas seulement une scène musicale intense. « Autour des concerts » ils appellent ça. Des lectures, un bus à l'arrêt très mouvementé, un after infatigable : une multitude d'événements modestes et variés. On vous en parle...
Lundi 15 juillet 2013 Révélation française de 2012, Lescop est à mi-chemin entre pop-rock française à la Daniel Darc et scène cold-wave anglaise à la Joy Division et consorts. Un cocktail détonant qui fait mouche et qui devrait enchanter le Cabaret frappé. Propos...
Vendredi 12 juillet 2013 Tout se passe à Grenoble entre la poire et le fromage et entre kiosque (pour les concerts gratuits programmés à 19 h ou à minuit) et chapiteau. Avec néanmoins (...)
Jeudi 11 juillet 2013 Passé en quelques mois du statut de buzz autogéré à celui de phénomène de foire perpétuellement sold out, le collectif Fauve redéfinit les contours du rock français à coups de spoken word qui se mord la langue. À n'écouter qu'au premier degré....
Dimanche 14 avril 2013 La vitrine de la vitalité musicale de Grenoble qu'est le Cabaret Frappé (cette année du 22 au 27 juillet) a commencé à lever doucement le voile sur sa (...)
Lundi 9 janvier 2012 Classique / Fils du grand Maurice Tourneur, cinéaste français ayant offert au muet hollywoodien quelques-unes de ses œuvres phares, Jacques Tourneur lui (...)
Mercredi 14 novembre 2007 théâtre / Jamais là où on l'attend, Emmanuel Daumas propose une mise en scène de L'Ignorant et le fou d'une rigueur et d'une sobriété étonnantes, interprétée par une équipe de choc. Dorotée Aznar

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter