Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Elysium

Elysium
De Neill Blomkamp (EU) avec Matt Damon, Jodie Foster...

Une fable futuriste sombre, furieuse et politique, nourrie à la culture cyberpunk et filmée par le cinéaste de District 9 : une réussite qui tranche par son ambition thématique et son absence de compromis avec les superproductions américaines actuelles. Christophe Chabert

On dit que tout succès repose sur un malentendu ; dans le cas de Neill Blomkamp et de son District 9, cela paraît aujourd’hui indéniable, le concept du film ayant sans doute pris le pas sur la réalité de ce qui était montré à l’écran. Son futur pas si lointain, sale et gangrené par la lutte des classes passait par une métaphore de SF où les aliens étaient les nouveaux immigrés, exclus et brimés. Le futur d’Elysium, second et fulgurant long-métrage de Blomkamp, est plus éloigné, mais cette fois-ci, le cinéaste n’a plus besoin de passer par une parabole, aussi astucieuse soit-elle, pour en montrer le cauchemar : les pauvres errent dans les décombres d’une Terre ravagée par la pollution et la surpopulation, tandis que les riches ont construit une station spatiale baptisée Elysium, verdoyante et à l’abri de la maladie ou de la violence.

Saisissantes, les premières images opposent les taudis terrestres poussiéreux aux jardins orbitaux radieux. À l’inverse du raté Oblivion, qui partait d’une idée similaire, Blomkamp refuse de s’en tenir à l’invention d’un univers qui réduirait sa mise en scène à un exercice de production design. Les ruines du film sont grouillantes d’humanité, les décors sont recouverts de crasse et de tags, et même les corps, qui deviendront l’enjeu majeur du récit, sont marqués par des tatouages et des cicatrices. C’est là que l’on découvre le héros, Max (Matt Damon, dont la carrière passionnante lui permet aujourd’hui de s’aventurer chez les meilleurs auteurs du cinéma américain, dans le mainstream comme dans l’intimisme), délinquant repenti devenu ouvrier modèle, rêvant de partir pour Elysium afin d’honorer la promesse faite à son amie d’enfance.

Max travaille dans une usine qui fabrique des droïdes sécuritaires, ironie quasi-marxiste de l’aliéné qui met sa force productive au service de ce qui l’aliène. Alors que des mouvements souterrains tentent de pénétrer l’espace d’Elysium, Max garde son cap, jusqu’à ce qu’un accident le soumette à une dose mortelle de radioactivité, lui laissant sept jours à vivre, à moins de rejoindre la résistance et d’espérer s’introduire dans la station sidérale.

Machines sociales

Le corps de Max devient alors le centre de toutes les intrigues du film, et permet à Blomkamp de retrouver la dimension cyberpunk déjà ébauchée lors de la dernière partie de District 9. Dans l’imaginaire du cinéaste, un être humain est soumis à de multiples hybridations, pouvant être à la fois une arme et une base de données numériques, autrement dit un alliage de chair et de machine. Quelque part du côté de Cronenberg ou de Verhoeven, avec une touche de William Gibson, Blomkamp crée de stupéfiantes visions qui impriment durablement ses choix de mise en scène.

Lorsqu’il s’aventure dans les grands moments d’action du film, la pesanteur de ces corps mécanisés se fait sentir, les coups sont lents, lourds, et lorsque la chair est atteinte, elle est ramenée à sa matière première — les corps volent en éclats, démembrés ou défigurés, excès hardcore là encore à l’opposé de l’aseptisation actuelle des blockbusters. Ces morceaux de bravoure, Blomkamp les filme en testant les limites de la lisibilité visuelle, tout en sachant très bien où il doit s’arrêter — s’il est à l’opposé d’un Guillermo Del Toro, il n’est certainement pas Michael Bay. D’ailleurs, les premières séquences où les insurgés débarquent sur Elysium montrent aussi l’intelligence du cinéaste dans le maniement de ses outils ; alors qu’il privilégiait la caméra à l’épaule lors des scènes terrestres, le voilà qui vire à 180 degrés en préférant de fluides mouvements à la steadycam, soulignant par la mise en scène le contraste entre cet éden et l’enfer duquel on vient de s’extirper.

Un punk à Hollywood

Film rageur, qui rumine une colère envers le monde que l’on n’a vraiment plus l’habitude de voir à Hollywood, Elysium est l’œuvre d’un cinéaste punk mais foncièrement doué, qui ne cesse d’injecter des détails forts pour enrichir son propos. Ainsi des langues parlées dans le film : l’espagnol sur terre, signe d’une immigration devenue majoritaire, tandis que sur Elysium, c’est plutôt le Français et l’Anglais, langue des colons, qui dominent. La présence de Jodie Foster, célèbre bilingue, en chef des armées, aide Blomkamp à désigner culturellement les origines de la fracture économico-sociale.

Mais il a le génie de créer un personnage qui fait le lien entre les deux mondes : un Afrikaner barré, repris de justice devenu mercenaire à la solde des puissants d’Elysium, officiant sur terre pour endiguer les révoltes. Non seulement le personnage est génialement dessiné — l’acteur de District 9, Sharito Copley, prend plaisir à incarner cette raclure absolue — mais le Sud-Africain Blomkamp n’oublie pas, à travers lui, de régler à nouveau ses comptes avec son pays. Ce cinglé a beau se donner les atours des miséreux, c’est pour mieux les trahir et les livrer à leurs oppresseurs.

Ce constat, qui pouvait passer à l’époque de District 9 comme une éruption locale, prend un tout autre sens dans le cadre d’un divertissement estival américain : à l’image de Max entrant par la force dans le sacro-saint Elysium, Blomkamp force les portes des studios pour y poser une bombe à retardement, dont on se demande bien quels seront les effets à long terme.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 octobre 2021 Une querelle entre nobliaux moyenâgeux se transforme en duel judiciaire à mort quand l’un des deux viole l’épouse de l’autre. Retour aux sources pour Ridley Scott avec ce récit où la vérité comme les femmes sont soumises au désir, à l’obstination et...
Samedi 6 janvier 2018 Et si l’humanité diminuait à une taille d’environ 12 cm pour jouir davantage des biens terrestres ? Dans ce raisonnement par l'absurde, le cinéaste Alexander Payne rétrécit un Matt Damon candide à souhait pour démonter la société de consommation et...
Mardi 20 octobre 2015 « Dans l’espace, personne ne vous entendra crier » menaçait l’affiche d’"Alien". Trente-six ans plus tard, Ridley Scott se pique de prouver la véracité du célèbre slogan en renouant avec l’anticipation spatiale. Et met en orbite son meilleur film...
Jeudi 5 mars 2015 Déroute intégrale pour Neill Blomkamp avec ce blockbuster bas du front, au scénario incohérent et à la direction artistique indigente, où il semble parodier son style cyberpunk avec l’inconséquence d’une production Luc Besson. Christophe Chabert
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Jeudi 24 octobre 2013 Après "The Host" et "Mother", Bong Joon-ho frappe à nouveau très fort avec cette adaptation cosmopolite d’une bande dessinée française des années 80, récit de SF se déroulant dans un train tournant sans fin autour d’un monde rendu à l’ère glaciaire....
Mardi 24 septembre 2013 Cela fait presque quarante ans que Taxi Driver est sorti sur les écrans. C’est à peine pensable tant le film semble habiter un espace-temps furieusement (...)
Jeudi 12 septembre 2013 Pour ses adieux au cinéma, Steven Soderbergh relate la vie du pianiste excentrique Liberace et de son dernier amant, vampirisé par la star. Magistralement raconté, intelligemment mis en scène et incarné par deux acteurs exceptionnels. Christophe...
Lundi 15 avril 2013 Sur un sujet ô combien actuel — l’exploitation du gaz de schiste —, Gus Van Sant signe un beau film politique qui remet les points sur les i sans accabler personne, par la seule force d’un regard bienveillant et humaniste sur ses...
Mardi 28 ao?t 2012 De Kenneth Lonergan (ÉU, 2h30) avec Anna Paquin, J Smith Cameron, Matt Damon...
Vendredi 13 avril 2012 Un père de famille endeuillé achète un zoo pour offrir une nouvelle vie à ses enfants et se retrouve à la tête d’une communauté en souffrance. Superbe sujet à la Capra, que Cameron Crowe transforme en fable émouvante où l’on apprend à rêver les yeux...
Vendredi 2 décembre 2011 Huis clos à quatre personnages tiré de la pièce «Le Dieu du carnage» de Yasmina Reza, le nouveau film de Roman Polanski est une mécanique diabolique et très mordante, sur la violence masquée derrière les apparences sociales, avec un quatuor de...
Jeudi 1 octobre 2009 Drôle de film à défaut d’être un film drôle, le nouveau Soderbergh raconte l’escroquerie (moyenne) d’un Américain (moyen) au cœur d’un monde si rigide qu’il est incapable de gérer l’ingérable. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter