Chantal Morel, l'exigeante

Pauvre fou !

Théâtre Prémol

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / À l’occasion de la reprise de son "Pauvre fou !" au Théâtre Prémol, on a rencontré la metteuse en scène Chantal Morel, figure emblématique de la scène théâtrale grenobloise, pour l’interroger sur quelques dates fortes de son parcours.

1997 : ouverture du Petit 38, quartier Saint-Laurent

En quittant le Centre dramatique national fin 1989, à cause d’un étouffement, d’un manque de compréhension, on a repris la compagnie jusqu’en 1994. On tournait beaucoup, et il y avait alors une vraie fatigue de tout le monde. Je pense qu’on était arrivés au bout de ce système : venir dans un lieu, jouer, se casser.

Une des personnes qui travaillait avec nous avant qu’on aille au CDNA avait pris cet endroit rue Saint-Laurent pour en faire un resto, mais ça n’a jamais marché. On est donc venus là, pour réfléchir. On s’est mis autour de la table, on a lu des textes, on a échangé. Un jour, je me suis mise à côté d’un comédien qui lisait un texte, et ça a été un véritable choc de le voir de si près… C’est hallucinant [l’architecture du lieu fait que l’on est à quelques mètres (voire centimètres) des comédiens – NDLR].

2005 : Fermeture du Rio, couvent Sainte-Cécile

C’était un relai exceptionnel. Le théâtre n’avait que comme souci d’avoir une dame devant un agenda pour nous donner les périodes disponibles. Du coup, on était renvoyés à comment l’on se débrouille chacun, une fois que l’on a l’outil – c’est-à-dire le lieu, un peu de technique, les costumes, les décors... Le reste – comment faire venir le public, l’intérêt du contenu… – était à la charge et la responsabilité de chaque compagnie. Après, le souci, c’est plus comment la fermeture a été faite.

Qu’un théâtre ferme, ce sont des choses qui arrivent… Mais là, symboliquement, vendre le théâtre dans lequel Georges Lavaudant a commencé, ça a été un geste très fort. Et puis le Rio était au centre-ville, avec la librairie, la boulangerie, l’église… : tout ce que l’on peut penser pour le quotidien. Le théâtre pouvait donc être quotidien, et non pas une chose exceptionnelle qui sépare. Cette situation géographique me semblait très importante à sauver, à défendre… Renvoyer le fait que la fermeture n’était pas grave parce qu’il allait se passer des choses au Théâtre de poche, où il est difficile de passer devant par hasard [il est au bout du cours Berriat – ndlr], était pour moi très dangereux…

2012 : Création du spectacle Pauvre fou !

J’ai été profondément et violemment choquée par Sarkozy. Avec ce qu’il s’était passé à la Villeneuve [le discours de Nicolas Sarkozy en 2010 – NDLR], l’inquiétude citoyenne est devenue oppressante. Et une inquiétude artistique aussi : ce qu’il a fait à la Villeneuve était une pure création, de la pure construction artificielle et fictive – ce qui, normalement, devrait être notre mission.

L’idée était de travailler à la Villeneuve comme on travaille ailleurs. On était partis sur En attendant Godot, mais très vite on a bifurqué sur Don Quichotte. Et on a associé les habitants, certains étant sur scène.

2013 : Annonce de la disparition du Centre national dramatique des Alpes, fusionné avec la MC2

Cette disparition est d’une logique glaçante mais incontournable. Au fil du temps, les missions des CDN se sont réparties en plein de choses différentes. Aujourd’hui, tout le monde a le souci de l’implantation, d’ouvrir les publics… Forcément, quand on est cinq sur la même mission, on patine…

Je pense que c’est le contenu des missions qu’il faut rediscuter, et les CDN pourraient avoir en charge non pas 360 soirées de divertissement par an, mais les textes les plus difficiles que l’on peut néanmoins rendre tout à fait accessibles.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 15 janvier 2018 En mars 2017, la metteuse en scène Chantal Morel a quitté le Petit 38 qu’elle avait fondé vingt ans plus tôt quartier Saint-Laurent. Et en a confié les clés au jeune collectif grenoblois Midi / Minuit, qui a du coup rebaptisé le lieu histoire...
Lundi 11 janvier 2016 Ça s’active du côté du Petit 38 : le lieu tenu par la metteuse en scène Chantal Morel va ainsi être ouvert continuellement pendant les six prochains mois, avec des spectacles presque tous les soirs. La faute à Midi / Minuit, jeune collectif qui en...
Lundi 4 mars 2013 Ça bouge dans le milieu théâtral : l’historique Centre dramatique national des Alpes, aujourd’hui dirigé par Jacques Osinski, va disparaitre en 2014, absorbé par la MC2 qui l’accueille dans ses murs. Une fusion décidée par la mairie de Grenoble et,...
Mardi 21 ao?t 2012 La metteuse en scène grenobloise Chantal Morel se confronte à la figure impressionnante de Don Quichotte. Mais plus qu’un agréable spectacle de facture classique, son "Pauvre fou !" est une aventure artistique et politique imaginée avec les...
Jeudi 6 octobre 2011 C’est pour nous un grand mystère : que se dit le metteur en scène Jacques Osinski lorsqu’il décide de monter une œuvre du répertoire ? À quelles conclusions (...)
Jeudi 19 mai 2011 Le mois dernier, Jacques Osinski montait à la MC2 deux pièces du jeune dramaturge allemand Marius von Mayenburg (l’auteur associé de Thomas Ostermeier à la (...)
Vendredi 1 avril 2011 THÉÂTRE/ Mi-avril, Jacques Osinki, directeur du CDNA, présentera deux pièces de l’auteur allemand Marius von Mayenburg, pour lesquelles il s’est entouré de deux comédiens passionnants et magnétiques : Jérôme Kircher et Denis Lavant. Rencontre avec...
Lundi 18 octobre 2010 THÉÂTRE / Jacques Osinski, directeur du CDNA, revient en cette rentrée avec un texte classique de chez classique, continuant ainsi son chemin entre théâtre (...)
Jeudi 4 février 2010 Un texte contemporain barré sur les Hikikomori qui oblige à un véritable parti pris artistique ; un décor minuscule (un grenier) qui impose une vision des (...)
Lundi 1 février 2010 La nouvelle création de Jacques Osinski, daron du Centre Dramatique National des Alpes, est une adaptation d’un texte particulièrement barré de l’auteur (...)
Dimanche 4 octobre 2009 Théâtre / La saison du directeur du Centre Dramatique National des Alpes Jacques Osinski suit un axe bien particulier. Sa Trilogie de l’errance, avec la (...)
Lundi 2 mars 2009 Jacques Osinski is back ! Après Le Conte d’hiver, présenté en octobre dernier (mais créé avant son arrivée à Grenoble), le tout nouveau directeur du CDNA (...)
Lundi 12 janvier 2009 On l’a fait ! Plus de six heures de théâtre (entractes compris) pour cette adaptation fleuve du roman de Dostoïevski par Chantal Morel ; et au final, une (...)
Lundi 5 janvier 2009 La MC2 accueille cette semaine l’adaptation fleuve (compter 7 heures avec les entractes !) des Possédés de Fédor Dostoïevski par Chantal Morel. La metteure en scène revient avec nous sur la création. Propos recueillis par François Cau
Lundi 29 septembre 2008 Fin 2007 : Jacques Osinski est nommé directeur du Centre dramatique national des Alpes, en remplacement de Laurent Pelly, parti vers d’autres cieux (il (...)
Mercredi 10 janvier 2007 Si l’année 2007 est a priori sa dernière année comme Directeur du Centre Dramatique National des Alpes (son mandat arrive bientôt à terme), Laurent Pelly n’entend pas se laisser aller à un quelconque vague à l’âme, et nous réserve encore des...
Mercredi 31 octobre 2007 Metteur en scène au théâtre et plus récemment à l’opéra, Jacques Osinski, 39 ans, prendra sa nouvelle fonction de directeur du CDNA en janvier prochain. Entretien sur son projet. Propos recueillis par Séverine Delrieu

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter