Un anniversaire en dents de scie

Un carton

Spacejunk

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

En octobre 2003 ouvrait à Grenoble Spacejunk, centre d’expression pour « les plasticiens des cultures émergentes (lowbrow, board culture, pop surréalisme, street art...) ». Dix ans plus tard, le fondateur Jérôme Catz l’assure : l’avenir du lieu est menacé. On fait le point avec lui. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Des espaces d’exposition, il y en a de nombreux à Grenoble. Mais celui du 15 rue Génissieu est atypique, puisque centré sur une frange des arts plastiques souvent peu prise en considération. Ce qu’explique cash Jérôme Catz, le directeur des lieux, après dix minutes d’interview : « Aujourd’hui, dans le milieu des arts plastiques, si tu ne dis pas que tu fais de l’art contemporain, personne ne va te regarder. La culture en France est faite par des gens qui ont 60 balais et plus, et à qui on a vendu art contemporain depuis 35 ans. » Le ton est calme, les mots sont choisis (Jérôme Catz a relu et validé ses propos), la réflexion menée de longue date.

Flash-back : c’était en 2003, et l'ancien snowboarder ouvrait alors à Grenoble Spacejunk, un centre d’art dédié notamment à la board culture et au street art. « Vu la cible à laquelle je m’adressais – les 15-25 ans –, avec le campus, le vivier grenoblois était génial. J’avais l’impression d’enfoncer une porte ouverte : je savais très bien que le public et les artistes étaient là ! » Le succès fut rapidement au rendez-vous, dépassant largement le cadre des 15-25 ans, et permettant au taulier d’ouvrir progressivement trois autres centres en France (Bourg-Saint-Maurice, Bayonne et Lyon). Mais l’empire est fragile économiquement, ce qui se fait cruellement ressentir aujourd’hui – d’où les réflexions de Jérôme Catz sur une culture à deux vitesses (il déplore qu’on laisse de côté certains arts au profit d’autres).

50/50

« On n’arrive pas à faire tourner décemment un espace comme celui-ci, qui est hyper sobre : on a un tout petit loyer de 516 euros (800 euros environ avec les charges) et un salaire d’un responsable d’espace payé un peu plus que le smic. » Du coup, un temps, il fut même envisagé de fermer le centre. « Ce n’est plus à l’ordre du jour parce que c’est mon projet et que je n’ai pas envie d’arrêter ! Pendant quatre mois, je vais bosser gratos une fois de plus [l’ancien responsable de l’espace grenoblois a dû être licencié économiquement, et c’est Jérôme Catz qui est du coup constamment sur place – ndlr]. Et aussi parce que les politiques ont été alertés : la direction des affaires culturelles de la ville a promis, avec toutes les réserves qui s’imposent, de passer notre subvention annuelle de 5 000 à 10 000 euros. On se réunit tous autour de la table – ville, département, région – mi-octobre pour faire un point commun. Donc on ne va pas fermer si tout se concrétise. Mais si d’ici la fin de l’année, on n’a pas l’assurance de pouvoir faire rentrer 30 000 euros de subvention, on coule. Après, on prend nous-mêmes en charge tout le reste : les frais annexes, faire tourner les expos... Avant, il y avait le mécénat qui s’est complètement cassé la gueule. Mais l’idée est d’arriver à un équilibre avec 50% de subventions publiques et que l’on trouve par nos propres moyens l’autre moitié. » Pour cela, Spacejunk « vend des expos en Allemagne, fait de la mise en relation d’artistes avec des marques pour la fabrication de t-shirt par exemple, édite des catalogues... ».

« Réduire la voilure »

En attendant, Jérôme Catz a opéré quelques changements. « On est obligés de réduire la voilure niveau programmation : on passe de sept expositions à cinq par an. Un mois et demi, c’est une bonne durée d’exposition, les gens ont le temps de venir. Ça nous laisse une à deux semaines entre chaque grande expo, pour d’autres choses. Par exemple, on est submergés de demandes. Du coup, on va aussi présenter des expositions qui vont être hyper ancrées localement. Je veux ainsi absolument en dédier une à un élève des beaux-arts qui est en cinquième année. On aura donc cinq expos majeures, et cinq ou six temps forts de mise à disposition d’espace. » Avec en parallèle la continuation de tout le volet pédagogique mené en lien avec les écoles.

En émettant l’hypothèse de la fermeture de Spacejunk, Jérôme Catz a réussi à alerter les pouvoirs publics et le grand public sur la fragilité d’une aventure comme la sienne. Tout en réaffirmant implicitement la pertinence de son projet.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 31 janvier 2022 Intitulée Stencil, une scène engagée, la nouvelle exposition de l’espace Spacejunk réunit des artistes qui ont pour point commun de balancer quelques (...)
Mardi 4 janvier 2022 Habitué à coller ses œuvres dans les rues, l’artiste Cobie Cobz expose ses affiches aux messages surprenants à la galerie SpaceJunk. Il se questionne (...)
Mardi 7 septembre 2021 Les mauvais élèves qui ont loupé l’exposition Shepard Fairey (alias Obey) à l’Ancien musée de peinture lors de l’édition 2019 du SAFGA (le festoch’ de Street (...)
Vendredi 11 juin 2021 Pour les Grenoblois, l’arrivée des beaux jours s’accompagne du traditionnel Street Art Fest Grenoble-Alpes dont l’équipe organisatrice semble avoir préféré (...)
Mardi 28 janvier 2020 Armé de son stylo bille et de quelques pinceaux d’aquarelle, l’artiste Tai Taeoalii s’attelle à la défense de la cause animale. Détournant le slogan « I (...)
Mardi 4 juin 2019 Depuis 2015, le Grenoble Street Art Fest, devenu du fait de son expansion le Street Art Fest Grenoble Alpes, modifie l’ADN de l’agglomération en demandant à des artistes de réaliser des fresques ici et là. Et promeut pendant un mois le street art...
Mercredi 20 septembre 2017 Avec "La Belle peinture", Spacejunk dévoile des grands noms de la peinture contemporaine œuvrant en plein pop surréalisme, pour une fresque picturale déroutante. Dix artistes s’affichent ainsi sur les murs du centre d’art grenoblois, entre...
Mardi 20 décembre 2016 Leur liberté, plastique et discursive, est à l’image de leur engagement : revendicatrice et engagée. Portés par une responsabilité citoyenne brûlante, les artistes qui dévoilent un "Art engagé" à Spacejunk utilisent leur travail pour délivrer des...
Mardi 21 juin 2016 Son viseur, il l’ajuste à coups d’aplats vibrants accompagnés parfois de détails minutieux. Le street artist Shepard Fairey, aussi connu sous le nom d’Obey, envahit actuellement les murs du centre d’art Spacejunk à l’occasion de la seconde...
Jeudi 2 juin 2016 Complexe dans sa définition comme dans sa forme, le street art tend aujourd’hui à se démocratiser tout en étant sujet aux polémiques. À l’occasion du Grenoble Street Art Fest organisé dès le 8 juin par le centre d'art Spacejunk, nous avons...
Mardi 10 mai 2016 Fresque offerte aux yeux des passants, l’œuvre d'Ernest Pignon-Ernest réalisée sur un des murs de la Bourse du travail à la Villeneuve (Grenoble) se délite année après année. Afin de sauvegarder cette pièce d'importance, le centre d'art lance une...
Mardi 29 mars 2016 Après une première édition d’une dizaine de jours en 2015, le Grenoble street art festival va revenir en juin 2016 pour trois semaines. Et avec un soutien encore plus appuyé de la Ville de Grenoble (+64% de subventions). On fait le point. Aurélien...
Mardi 9 juin 2015 Première édition pour le Grenoble street art festival, piloté par Jérôme Catz, boss du centre d’art Spacejunk. On l’a rencontré pour en savoir plus, avant d’aller voir sur place ce que ça donne. Propos recueillis par Aurélien Martinez
Mardi 30 septembre 2014 Dans le cercle restreint des "street artists" connus et reconnus internationalement pour leur production de qualité, il y a Goin, graffeur français aux (...)
Lundi 19 décembre 2011 Art contemporain / Une explosion de couleurs vives voire flashy qui évoquent immédiatement l’univers du tag, voilà ce qui frappe d’abord quand on pénètre dans (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter