Snowpiercer

Snowpiercer, le transperceneige
De Bong Joon Ho (Corée du Sud, 2h05) avec Chris Evans, Song Kang-Ho...

Après "The Host" et "Mother", Bong Joon-ho frappe à nouveau très fort avec cette adaptation cosmopolite d’une bande dessinée française des années 80, récit de SF se déroulant dans un train tournant sans fin autour d’un monde rendu à l’ère glaciaire. Épique et politique, une fable très sombre d’une grande intelligence dans son propos comme dans sa mise en scène. Christophe Chabert

Même après sa fin, le monde continue de tourner. Enfin, pas exactement, car ce sont plutôt les humains qui le peuplent, derniers survivants d’une hasardeuse expérience scientifique ayant plongé la planète dans une nouvelle ère glaciaire, qui en sont réduits à faire des révolutions à bord d’un train-arche en mouvement perpétuel. La révolution, à l’autre sens du terme, couve dans les wagons de queue, où sont stockés dans des conditions de salubrité dégradantes les miséreux, à qui l’on enlève leurs enfants pour les emmener dans les wagons de tête, ceux des nantis.

Bong Joon-ho, génial cinéaste sud-coréen de The Host et de Mother, a trouvé dans Le Transperceneige, BD française culte parue dans les années 80, cette cruelle métaphore d’une lutte des classes qui survit à l’apocalypse, repensant l’habituelle distribution verticale des rôles (les riches en haut, les pauvres en bas) dans une habile horizontalité. C’est à peu près tout ce qu’il a gardé du récit original, se laissant toute liberté créative pour raconter une histoire qui lui est propre et inventer une mise en scène où le spectateur irait de surprises en surprises, lui empêchant d’avoir un train (ou plutôt un wagon) d’avance sur son anti-héros.

Les damnés du rail

Car parmi les gueules noircies par la crasse qui hantent ces damnés de la terre, Bong en choisit un, Curtis, pour être le Spartacus de cette futuriste révolte des esclaves. Or, Curtis est tout sauf un leader-né : à l’image d’un film qui refuse toute concession aux règles de l’entertainment hollywoodien, plus proche d’un certain cinéma d’anticipation des années 70, le spectacle en plus, ce protagoniste passe beaucoup de temps à refuser son statut, rongé par la culpabilité et le doute, pragmatique mais impuissant à porter une utopie. Chris Evans se coule parfaitement dans ce contre-emploi, tout comme il ne fait jamais figure de vedette américaine au milieu d’un casting international réunissant Tilda Swinton et Ed Harris, John Hurt et Song Kang-ho, acteur fétiche du cinéaste.

Dans le premier acte du film, Bong Joon-ho prend un autre risque qui s’avèrera payant : enfermer le spectateur dans un univers sombre, sans lignes de fuite, limitant ainsi ses valeurs de plan et sa mise en scène. Comme les personnages, on ne voit rien de ce qui se passe hors du train, et on ne sait pas plus à quoi ressemblent les autres wagons. C’est en définitive ce qui rendra ensuite le dispositif si excitant : au fil de la progression des insurgés, des univers se dessinent, des figures nouvelles apparaissent ; la découverte de l’imaginaire Snowpiercer se fait ainsi au rythme de l’action, libérant des possibilités assez folles pour la mise en scène, de plus en plus ample visuellement, jusqu’à un final vraiment sidérant de beauté plastique.

Un train peut en cacher un autre

Entre les deux, Bong Joon-ho ne se prive pas de rappeler d’où il vient : de cette fabuleuse nouvelle vague de cinéastes sud-coréens passionnés par les genres cinématographiques, mais qu’ils renouvellent par d’audacieuses ruptures de ton. Malgré le désespoir de son constat politique, malgré la violence de certaines séquences, Bong n’oublie jamais de placer de l’humour et du quotidien dans son récit. Cela tient en particulier au formidable personnage de Mason, gardienne de l’ordre social qui régit le fonctionnement du train ; génialement odieuse, d’une lâcheté à toute épreuve, c’est aussi une épatante composition physique de la part d’une Tilda Swinton déchaînée, avec ses grosses lunettes et ses ratiches jaunies et de travers. Dans un registre diamétralement inversé, mais pas moins efficace, le junkie laconique à qui aucune serrure ne résiste, Namgoong Minsoo, permet à Song Kang-ho d’exprimer une fois encore l’étendue de son expressivité burlesque.

Ce sens du contre-pied, magistral notamment dans l’épique baston entre les esclaves et des brutes cagoulées chargées d’arrêter leur progression, que le cinéaste interrompt le temps d’un inattendu moment d’embrassade pour la nouvelle année, permet aussi au film de dessiner une très judicieuse dialectique dans son propos politique. À la différence d’Elysium, film auquel on le comparera fatalement, Snowpiercer ne s’en tient pas à une opposition binaire et punk entre les puissants et les laisses pour compte, mais pose une symbiose nécessaire entre les extrêmes, un destin commun où les uns ne peuvent pas exister sans les autres quitte à provoquer leur destruction commune. Pessimiste en diable, Bong Joon-ho prouve ainsi qu’on peut faire du grand spectacle intelligent et lucide, sans compromis mais avec un réel point de vue d’auteur. Ce train-là, comme le monde d’aujourd’hui, avec ses inégalités et ses injustices, n’a pas fini de tourner dans notre esprit.

Snowpiercer
De Bong Joon-ho (Corée du Sud, 2h03) avec Chris Evans, Tilda Swinton, Song Kang-ho…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 10 décembre 2019 Inspiré d'une BD du régional Jean-Marc Rochette, le désormais classique de Bong Joon-ho est à voir (ou revoir) au Club lundi 16 décembre.
Mercredi 24 avril 2019 Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la 3e phase de l’univers cinématographique Marvel.
Mardi 31 mars 2015 L’équipage d’un chalutier coréen en faillite doit transporter clandestinement des immigrés chinois. Entre le drame et le thriller, un premier film de Shim Sung-bo imparfait mais parfois très fort, où plane l’ombre de son scénariste et producteur...
Dimanche 30 mars 2014 Moins foireux que les derniers "Iron Man" et "Thor", ce nouveau "Captain America" séduirait presque par sa tentative de croiser son héros avec un film d’espionnage sombre et politique. Mais, comme d’hab’, ce sont les effets spéciaux et les...
Mardi 18 février 2014 Retour en grande forme de Jim Jarmusch avec ce film à la force tranquille qui imagine des vampires dandy, rock’n’roll, amoureux et dépressifs, gardiens d’une culture mise en péril par la révolution numérique. Christophe Chabert
Lundi 13 janvier 2014 De Calin Peter Netzer (Roumanie, 1h52) avec Luminita Gheorghiu, Bogdan Dumitrache…
Vendredi 20 décembre 2013 Top 10 1/ Gravity d’Alfonso Cuarón2/ Inside Llewyn Davis de Joel & Ethan Coen3/ Mud de Jeff Nichols4/ Spring breakers d’Harmony Korine5/ L’Inconnu (...)
Mardi 27 ao?t 2013 Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet...
Lundi 21 mai 2012 Poussant son art si singulier de la mise en scène jusqu'à des sommets de raffinement stylistique, Wes Anderson ose aussi envoyer encore plus loin son ambition d'auteur, en peignant à hauteur d'enfant le sentiment tellurique de l'élan amoureux.
Jeudi 22 septembre 2011 Troublant, ambigu, inquiétant, le nouveau film de la Britannique Lynne Ramsay repose sur un propos fort et complexe, ainsi que sur une actrice formidable — Tilda Swinton. Mais sa mise en scène, faite de tics visuels et de symboles appuyés, aurait...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter