À pas de loup

Piers Faccini

L'Ilyade

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

« All he wants / Is a home away from home » chantait Piers Faccini en 2009 sur un titre tiré de l'album Two Grains of Sand. « Une foyer loin de chez lui » ou quelque chose dans ce genre. C'est sans doute ce qui définit le mieux le parcours de cet Anglo-Italien élevé entre Angleterre, Italie et France et aujourd'hui installé dans les Cévennes.

  

Voilà sans doute d'où, depuis Leave no Trace (2003), Piers Faccini a développé un goût de l'aventure musicale qui le pousse à partir dans toutes les directions, à envisager toutes les destinations – de la musique celtique au blues malien, du folk américain à la chanson italienne. Jusqu'à finir par tenter d'explorer sa géographie intime, programme entamé avec My Wilderness (2011) visage fondu dans une carte du monde – et ici poussé dans ses plus dépouillés retranchements avec Between Dogs & Wolves, enregistré à domicile

 

Soit le genre de disque qui n’arrive que lorsque l’on a exploré assez de territoires, suffisamment redistribué ses racines musicales en toujours plus de branches encore, flirté avec tous les formats, des plus simples aux plus cossus. Et que libéré de toute contrainte (voir interview) on se sent pousser des ailes, fut-ce à l'intérieur.

 

C’est donc avec un Faccini intime que l’on chemine ici entre chiens et loups, dans ce clair-obscur, où l’amour, telle la tapisserie de Pénélope, se fait et se défait comme par magie, sans qu’on puisse davantage en déterminer les contours et les nuances qu'on ne peut voir à l'oeil nu le ciel changer.

 

Nourri de folk anglais des late 60's, subliminalement saupoudré d'arrangements à base d'instruments traditionnels et d'une rare délicatesse, Faccini est si connecté avec lui-même et ses deux musiciens – le contrebassiste Jules Bikoko et la fidèle violoncelliste Dom La Nena – que sa voix en vient parfois à se confondre avec le bourdonnement du violoncelle qui serait aussi celui des va-et-vient de l’âme, capricieuse et impalpable comme les saisons et la nature.

 

À l'image de cette marée, qu'il chante en français (Reste la Marée), son idiome d'adoption. La ballade, toute en arpège et chantée comme une berceuse, rappelle les premières heures folk de Michel Polnareff ou Yves Simon et, tel un « mantra », nous ramène sans cesse à cet album comme on rentrerait machinalement chez soi. Mais dans la maison d'un autre.

 

 

 

« Between Dogs & Wolves » (Beating Drum/Because)

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Samedi 10 juillet 2021 Bien que solidement campé dans les sauvages cévennes qui l'ont adopté, le musicien anglo-italien Piers Faccini continue de multiplier les voyages immobiles sur son dernier disque.
Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Mercredi 16 septembre 2015 Il y aura du monde les prochains mois dans les différentes salles de l'agglo grenobloise, dont beaucoup de très bons musiciens. Comme Jay Jay Johanson, Kraftwerk, Christophe, The Jon Spencer Blues Explosion, Socalled...
Vendredi 25 octobre 2013 Après la création de son propre label, Beating Drum, le vagabond musical anglo-italo-cévenol Piers Faccini est de retour avec "Between Dogs & Wolves". Le voyage intérieur et sans concession d'un loup désormais solitaire se délectant avec grâce et...
Lundi 17 septembre 2012 Folk world / Cela fait maintenant plus de dix ans que Piers Faccini nous fait régulièrement grâce d’un nouvel album. De This could be you (2001) à My (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter