Festival des Arcs : première partie

Nymphomaniac - Volume 1
De Lars von Trier (Dan-All-Fr-Bel, 1h50) avec Charlotte Gainsbourg, Stellan Skarsgård...

"Les Sorcières de Zugarramurdi" (Alex de la Iglesia), "Nymphomaniac volume 1" (Lars von Trier), "Ida" (Pawel Pawlikowski), "Tonnerre" (Guillaume Brac)

Le festival du cinéma européen des Arcs — et les Journées DIRE, on va expliquer tout ça assez vite — fait irrésistiblement penser à un film (européen) récent, L’Enfant d’en haut d’Ursula Meier. La station vit sur quatre niveaux d’altitude, de Bourg Saint-Maurice aux Arcs 2000 (Savoie), et il s’agit de faire la navette — littéralement, ce qui, un jour de neige, fout autant le vertige que d’assister à sa première projection de Gravity — entre les différents sites. Et plus on monte, plus c’est la profession — exploitants, distributeurs, presse — qui s’accapare les lieux, tandis que le public reste majoritairement en bas — ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas droit à d’excellents films, bien au contraire.

Le festival se répartit ainsi en trois grandes sections : la compétition, composée de films inédits ; les avants-premières et les séances spéciales, qui mettent en avant quelques événements à venir dans l’actualité cinématographique — comme les derniers Nicole Garcia et Patrice Leconte, ou le biopic d’Andrzej Wajda sur Lech Walesa… ; et enfin un panorama, cette année consacrée au cinéma de l’ex-Yougoslavie, avec beaucoup de très bonnes choses comme la première palme d’or d’Emir Kusturica, Papa est en voyage d’affaires, le mythique J’ai même rencontré des tziganes heureux ou encore, plus récent, le sulfureux Clip, sorti cette année sur les écrans français.

Enfin, il y a donc les fameuses journées DIRE, où les Distributeurs Indépendants Réunis Européens viennent montrer un film de leur choix parmi leurs prochaines sorties, avec en ligne de mire des tables rondes réfléchissant à la manière de diffuser le cinéma européen dans les salles.

C’est essentiellement là-bas qu’on a pioché notre programme du festival… Ainsi du très attendu nouveau film d’Alex de la Iglesia, Les Sorcières de Zugarramurdi (photo). Sur la foi du pitch — suite à un braquage en plein cœur de Madrid, trois hommes et un enfant se retrouvent dans un petit village à la frontière hispano-française, persécutés par les sorcières qui ont pris possession du lieu — on s’attendait à voir De la Iglesia revenir à la comédie fantastique telle qu’il la pratiquait dans Action mutante ou Le Jour de la bête. La première séquence, celle du hold up, rappelle d’ailleurs la fusillade en pleine grande rue de Madrid de ce dernier ; c’est une véritable déclaration de guerre politique, une sorte de lecture absurde de la crise espagnole, où les malfrats se déguisent en Christ, en GI Joe ou en Bob l’éponge pour commettre leur méfait, à savoir dévaliser une boutique de rachat d’or. Les symboles de l’église et du divertissement de masse à l’assaut de la fortune amassée par des usuriers modernes profitant de la précarisation ambiante, pas de doute, on est bien dans le cinéma en colère de De la Iglesia.

Passée cette intro impressionnante, que le cinéaste met en scène avec un sens du chaos visuel déjà à l’œuvre dans son chef-d’œuvre Balada triste, le film va toutefois changer d’angle d’attaque, et s’avérer certes virtuose et généreux, mais quand même un peu problématique. Car Les Sorcières de Zugarramurdi vire rapidement au pamphlet anti-féministe, les personnages (masculins) se plaignant perpétuellement de l’ascendance prise par les femmes dans la société — droit de garde des enfants après le divorce, insatisfaction chronique, désir d’indépendance financière… Un discours qui, au générique, se traduit par une galerie de portraits de femmes de pouvoir parmi lesquelles on reconnaît Margaret Thatcher et Angela Merkel, puis dans l’intrigue du film par une vaste sarabande dont le point culminant est le moment où les sorcières tentent de créer un antéchrist androgyne qui servirait de leurre et de réponse au machisme chrétien. On est presque dans du Éric Zemmour, même si, et on en a eu confirmation par la suite, on sent aussi que la vie personnelle de De la Iglesia a motivé la charge.

Si tout le monde s’amuse à l’écran — à commencer par deux habituées de son cinéma, Carmen Maura et Carolina Bang, et le spectateur avec elles, il y a aussi un effet d’épuisement qui se crée sur la longueur. De la Iglesia surenchérit sans cesse, remplit les scènes jusqu’à la gueule d’idées, de dialogues, de mouvements de caméra et d’effets spéciaux. On sort aussi lessivés de Zugarramurdi que de Balada triste, mais avec un arrière-goût bizarre dans la bouche, le même que celui éprouvé à l’époque d’Antichrist de Lars von Trier : celui d’un règlement de compte perso qui se perd en généralités contre le sexe opposé, regardé avec un mélange de fascination et de crainte.

Lars von Trier, justement, était au cœur de toutes les conversations mardi soir suite à la présentation du premier volume de Nymphomaniac. Le film a divisé les festivaliers comme il avait divisé la presse lors de sa projection parisienne quelques jours auparavant. Ici, on aime beaucoup cette première partie, qui rompt avec la logique dépressive du cinéaste et marque son retour à une forme de légèreté, certes toujours provocatrice, mais particulièrement ludique. Surtout, il est porté par une inspiration (presque) constante, une envie de cinéma total, extrêmement figuratif tout en restant littéraire et, c’est une des surprises de Nymphomaniac, mathématique. On n'en dit pas plus, car on en reparle dès mercredi prochain par ici…

L’autre film qui a beaucoup fait parler de lui au festival, c’est Ida du Polonais Pawel Pawlikowski. Aussi brève (1h15) qu’imposante, c’est une œuvre d’une perfection formelle stupéfiante. Quand on dit formelle, on ne parle pas que de la mise en scène, en soi hallucinante de précision avec ses plans en 1.33 noir et blanc composés au cordeau, souvent décadrés, toujours à la bonne longueur et à la bonne distance… La maniaquerie du cinéaste commence dès le scénario, qui travaille chaque scène avec de subtils conflits dramatiques, qu’ils soient internes ou externes, tout en reliant ensemble la grande Histoire polonaise (la Seconde Guerre mondiale, la mauvaise conscience nationale envers les Juifs exécutés par les Chrétiens, mais aussi la chape de plomb du pouvoir socialiste, le film se déroulant dans les années 60) et le parcours romanesque de son héroïne. Même la direction des acteurs relève de la chirurgie : on a parfois le sentiment qu’on les entend compter la juste durée des silences et des regards…

Cette perfection-là, indéniable, a son revers : elle étouffe l’émotion légitime que ce récit terrible devrait produire chez le spectateur. En vissant à ce point son film, Pawlikowski le vitrifie aussi — un reproche qu’on pouvait déjà adresser, à une moindre échelle, au Heimat d’Edgar Reitz. C’est peut-être de la pudeur, un refus du pathos, une sorte d’ascèse qui renverrait au statut d’Ida elle-même, qui veut devenir nonne mais se met à douter quand elle découvre ses origines juives en se rapprochant d’une tante alcoolique et dépressive. Cela peut aussi passer pour un exercice un peu vaniteux où l’artiste se placerait au-dessus de ses personnages, à tous les sens du terme. En résumé, Ida, ce n’est pas rien, mais ce n’est pas non plus le chef-d’œuvre annoncé — peut-être parce que, justement, le film lui-même annonce un peu trop qu’il en un.

On terminera en disant quelques mots du premier film de Guillaume Brac, Tonnerre. Brac n’est pas un inconnu, puisqu’il avait fait le tour des festivals de courts avec son multi-récompensé Un monde sans femme. Il retrouve ici le désormais incontournable Vincent Macaigne, en rocker déprimé qui choisit de retourner vivre chez son père — Bernard Menez, qu’on se plait toujours à retrouver sur un écran — dans la petite ville de Tonnerre, connue surtout pour son vin blanc. Là, il y fait la connaissance d’une très jeune journaliste — Solène Rigot, sorte de Léa Seydoux en plus rugueuse — venue l’interviewer, et dont il va tomber amoureux.

Le film démarre sur un ton de comédie romantique un peu grise, pas déplaisant d’ailleurs, même si Brac rate ce qui sans doute était un de ses objectifs principaux : faire se rencontrer la fiction avec la réalité du lieu, les acteurs professionnels et des habitants dans leur propre rôle. C’est un fantasme qui parcourt en ce moment une partie du cinéma français, de La Bataille de Solférino à Elle s’en va : faire se croiser le monde "réel" et les scénarios inventés, comme si l’un allait donner une plus-value d’authenticité  à l’autre. Dans Tonnerre, c’est l’inverse qui se produit : les "vrais" gens viennent plutôt souligner la gaucherie d’acteurs qui, certes, ne sont pas exactement des comédiens de composition. En gros, tout le monde a l’air de jouer faux, et c’est un handicap sérieux dont le film peine à se remettre.

La demi-heure centrale, qui plus est, souffre vraiment d'une absence d’enjeux dramatiques forts, mais aussi d'un évident manque d'ambition dans la mise en scène. On a le sentiment d’assister à un téléfilm France 3 région en plus neurasthénique, et il faut attendre le dernier acte pour que l’action redémarre. Brac cherche alors à donner une autre ampleur à son récit, en l’emmenant vers les rives du mélodrame criminel façon Les Amants de la nuit. C’est de loin ce qu’il y a de plus réussi dans Tonnerre, même si les défauts déjà évoqués restent présents. Comme souvent, on se dit qu’on aimerait parfois voir directement le deuxième film de certains jeunes cinéastes français, tant l’exercice du premier long semble paralyser certains dans leur créativité et leur envie d’en découdre avec la matière cinématographique, les acteurs, le romanesque…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Lundi 31 janvier 2022 Quand Anatole Dauman (qui a déjà à son catalogue Resnais, Chris Marker ou Bresson) propose à Nagisa Ōshima de signer un film érotique, le genre s’apprête à (...)
Mardi 5 octobre 2021 Deux boutiques estampillées « Les petits magasins » par Grenoble Alpes Métropole ont été inaugurées mercredi : La Remise au 122, avenue Jean-Perrot à Grenoble, (...)
Mardi 5 octobre 2021 Afin de permettre aux plus démunis de se rendre au spectacle, l’Hexagone fait appel à l’association Cultures du cœur pour distribuer gratuitement des billets solidaires au sein de différentes structures sociales.
Lundi 21 juin 2021 Depuis mars 2021, migrants et non-migrants se retrouvent au Jardin sans frontières pour cultiver ensemble une parcelle de terre dans le parc des berges de l’Isère. Nous avons fait le tour du propriétaire en compagnie d’Alpha et Saibou pour en savoir...
Mardi 6 avril 2021 Motivés par l’Hexagone et en partenariat avec l’association Cultures du Cœur, Florent Diara et Mathias Chanon-Varreau, alias Ukumatik, ont réalisé une mini-tournée solidaire dans l’agglo, juste avant la mise en place des nouvelles restrictions...
Mardi 8 septembre 2020 ★★★☆☆ De Jean-Paul Salomé (Fr., 1h30) avec Isabelle Huppert, Hippolyte Girardot, Farida Ouchani…
Mardi 23 juin 2020 L’association Retour de Scène vient de lancer un dispositif de mutualisation de matériel événementiel, La Damme. Elle prête tables, tentes, tiroirs-caisses et plein d’autres choses très utiles à l’organisation d’un rassemblement (quand ce sera de...
Mardi 28 avril 2020 En attendant une possible réouverture et la découverte d’une grande exposition sur les refuges alpins, Olivier Cogne, directeur du Musée dauphinois, nous parle des actions en ligne mises en place par l’établissement. L’occasion de nous présenter...
Mardi 11 février 2020 Une soirée de Saint-Valentin sans les amoureux et les promesses éternelles : c'est le programme du Transfo vendredi 14 février, à l'occasion d'une soirée en faveur du lieu d'accueil de demandeurs d'asile.
Mardi 28 janvier 2020 De Hlynur Pálmason (Isl.-Dan.-Sué., avec avert., 1h49) avec Ingvar Eggert Sigurðsson, Ída Mekkín Hlynsdóttir, Hilmir Snær Guðnason…
Mardi 10 septembre 2019 Toujours en prise avec l’actualité, le Magasin des horizons ouvre une magnifique exposition sur les rapports que l’Homme entretien à la Terre. Au programme : de l’écologie, du féminisme, des figures historiques de l’art de la performance et pas...
Mardi 10 septembre 2019 Renouant avec deux des comédiens de "Ce qui nous lie", Cédric Klapisch revient dans la foule des villes pour parler… de solitude. Un paradoxe qu’il explique volontiers alors que sort en salle son "Deux moi".
Mardi 10 septembre 2019 Comment deux trentenaires parisiens confrontés à leur solitude et leurs tourments intérieurs s’évitent avant de se trouver. Cédric Klapisch signe ici deux films en un : voilà qui explique qu’il soit un peu trop allongé, pas uniquement à cause...
Mardi 3 septembre 2019 de Michela Occhipinti (It., 1h34) avec Sidi Mohamed Chinghaly, Verida Beitta Ahmed Deiche, Aichetou Abdallahi Najim…
Mardi 13 ao?t 2019 Leur ville inexplicablement envahie par des pingouins, plusieurs enfants profitent des vacances pour enquêter. Un songe astrophysique réalisé par le Japonais Hiroyasu Ishida drapé de poésie mythologique, empli de fantaisie. Et de palmipèdes.
Mardi 18 juin 2019 De Laure de Clermont-Tonnerre (Fr-ÉU, 1h36) avec Matthias Schoenaerts, Jason Mitchell, Bruce Dern…
Mardi 4 juillet 2017 de Jacques Toulemonde Vidal (Fr.-Col., 1h36) avec Juana Acosta, Kolia Abiteboul, Bruno Clairefond…
Mardi 18 avril 2017 Grenoble est une très vieille ville, pleine d’impressionnants vestiges des siècles passés. Mais Grenoble est également une ville en mouvement que les architectes ont continué de façonner au siècle dernier. La preuve en douze monuments phares du XXe...
Mardi 22 novembre 2016 Avec "Kidayù" , Peter Solo et ses musiciens font non seulement bouger les foules mais les invitent également à réfléchir sur le monde qui les entoure. Nouvelle preuve que peu importe les genres à travers lesquels elle s'exprime, la musique...
Mardi 15 novembre 2016 Jeremy Irons nous guide à travers le monde des déchets gouverné par de belles saloperies : dioxines et plastiques – des polluants ubiquistes impossibles à recycler, résidus de la révolution industrielle et des Trente glorieuses. Un documentaire de...
Lundi 5 septembre 2016 Ça coince. Depuis le changement d’exécutif à la tête de la région Rhône-Alpes (devenue Auvergne-Rhône-Alpes) en décembre, aucune ligne claire concernant la culture n'a été édictée. Pire : les budgets sont rabotés sans la moindre concertation....
Mardi 19 avril 2016 de Férid Boughedir (Fr./Tun., 1h39) avec Zied Ayadi, Sara Hanachi, Fatma Ben Saïdane…
Mardi 26 janvier 2016 De Naomi Kawase (Jap., 1h53) avec Kirin Kiki, Masatoshi Nagase, Kyara Uchida…
Mardi 6 octobre 2015 Croiser les esthétiques et les réflexions, mêler les notions de temps et de fiction, tels sont les enjeux de "Double cross" actuellement au Centre d'art Bastille. Conçue dans le cadre d'un échange avec une structure italienne, l'exposition dévoile...
Mardi 9 juin 2015 L'Israélien à la voix divine sera en concert à la Belle électrique deux soirs de suite pour défendre "Gold Shadow", deuxième album solo arrivé juste après le carton "Different Pulses".
Mardi 9 juin 2015 Artiste au timbre extraterrestre, Asaf Avidan s'inscrit dans la lignée de chanteurs à part, touchés par une grâce singulière combinant bénédiction artistique et malédictions personnelles. Voix transgenre, freaks vocaux ou interprètes surnaturels,...
Mardi 23 décembre 2014 L’award du meilleur film : Nymphomaniac Avant même sa sortie, le (double) film de Lars von Trier a créé la polémique, qui ne s’est pas calmée lorsque (...)
Mardi 23 décembre 2014 Le Top 10 des lecteurs 1. Gone girl de David Fincher 2. Mommy de Xavier Dolan 3. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson 4. Her de Spike (...)
Mardi 23 décembre 2014 Le Top 2014 du PB 1. Nymphomaniac de Lars Von Trier 2. Winter sleep de Nuri Bilge Ceylan 3. The Grand Budapest hotel de Wes Anderson 4. Adieu au (...)
Mercredi 2 juillet 2014 Alors que la CGT appelle à une grève nationale pour le vendredi 4 juillet, jour de l’ouverture du Festival d’Avignon, on fait le point avec les compagnies grenobloises qui ont prévu de jouer dans le "off".
Mardi 29 avril 2014 De David Gordon Green (ÉU, 1h57) avec Nicolas Cage, Tye Sheridan…
Mardi 22 avril 2014 De Rani Massahla (Palestine-Fr, 1h25) avec Saleh Bakri, Laure De Clermont-Tonnerre…
Mercredi 9 avril 2014 Le festival Roots’n’Culture, créé par l’association étudiante du même nom, mélange réussi de musique, culture et solidarité, a 10 ans. Il vise notamment à faire (...)
Mardi 11 février 2014 Dans la Pologne communiste des années 60, une jeune fille qui souhaite devenir nonne part sur les traces de ses origines et réveille les fantômes de la Deuxième Guerre mondiale. Parfait sur tous les points, le film de Pawel Pawlikowski ne parvient...
Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, prônant d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Mercredi 22 janvier 2014 De Guillaume Brac (Fr, 1h40) avec Vincent Macaigne, Solène Rigot, Bernard Menez…
Mercredi 15 janvier 2014 De Solveig Anspach (Fr, 1h27) avec Karin Viard, Bouli Lanners, Claude Gensac…
Jeudi 2 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin...
Jeudi 2 janvier 2014 Alex de la Iglesia fait de nouveau exploser sa colère dans un film baroque et échevelé, comédie fantastico-horrifique qui règle ses comptes avec la crise espagnole et aussi, mais là le bât blesse, avec la gent féminine. Christophe Chabert
Lundi 23 décembre 2013 12 years a slave de Steve MacQueen. Au nom du fils de Vincent Lanoo. D’une vie à l’autre de Georg Maas. Gloria de Sebastian Lelio.
Mardi 17 décembre 2013 Censuré ? Remonté ? Qu’importe les nombreuses anecdotes et vicissitudes qui entourent le dernier film de Lars von Trier. Avec cette confession en huit chapitres d’une nymphomane – dont voici les cinq premiers –, le cinéaste est toujours aussi...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter