La parole est à la nuit grenobloises

On a rencontré différentes associations qui animent les nuits grenobloises. Avec, à chaque fois, le même jeu de trois questions. Propos recueillis par Damien Grimbert et Aurélien Martinez

1/ Qu’est-ce qui vous motive à organiser des soirées ?

2/ Quels sont selon vous les clés d’une vie nocturne réussie ?

3/ Nouvelle année oblige, quels sont vos vœux pour les soirées grenobloises en 2014 ?

MixLab

1/ Alban Sauce : Quand on a commencé les premières soirées Interface au Bar MC2 en 2006, il n’y avait pas grand-chose en terme de techno et de house. Nous, on avait simplement envie de faire partager ce qu’on aime.

Jean-Philippe Duroux : Pareil, quand on a commencé avec Je déteste la musique, ce mélange de musique électronique et de hip-hop qu’on jouait n’était pas du tout représenté à Grenoble, et on voulait faire découvrir les artistes qui y étaient liés.

2/ JPD : Une vraie scène fédérée, où toutes les petites structures se regroupent, se soutiennent les unes les autres.

AS : À Lyon par exemple, il y a du respect entres tous les organisateurs. Toutes ces rumeurs qui circulent en ce moment sur la Belle électrique [la nouvelle salle de musique qui va ouvrir quartier Bouchayer-Viallet à la rentrée 2014 – ndrl], je trouve ça vraiment négatif. Ce qu’il faut, c’est de plus en plus de lieux, les mêmes autorisations pour tout le monde, de vrais efforts de programmation avec des artistes singuliers, un bon accueil du public, un bon état d’esprit...

JPD : Et une vraie diversité musicale aussi, c’est hyper important.

AS : Si au lieu de se tirer dans les pattes, on bossait tous ensemble, ça créerait un effet d’entraînement positif pour tout le monde.

3/ AS : Que la Belle électrique ouvre enfin, qu’il y ait de plus en plus de soirées dans tous les styles, et qu’on arrête avec toute cette défiance débile entre assos.

Eddy Rumas et Bass Jump

1/ Pipo Loco : C’est l’artistique pur et dur. Avec Eddy Rumas, on est sur de la house’n’bass, un courant pas du tout représenté à Grenoble – ni même en France. On a donc eu envie d’apporter quelque chose de nouveau à la ville vu qu’on ne se retrouvait pas du tout dans l’offre de soirées proposée.

Matt Tracker : Chez Bass Jump c’est à peu près pareil, d’où le fait que l’on travaille ensemble sur la promotion de la scène bass music [ils co-organisent le festival Bassodrome – ndlr]. Chez Bass Jump plus particulièrement, on défend la scène drum’n’bass depuis dix ans. On écoute ce son à la maison, dans la voiture, on souhaite le partager, avec ce sens de la fête et l’idée de soirées récurrentes pour se retrouver.

2/ MT : D’avoir des lieux ouverts tard. Pas 3 ou 4 heures du matin, mais 5 voire plus pour avoir vraiment la possibilité de dérouler une soirée.

PL : Et qu’il y ait une diversité artistique. Même si Bass Jump ou nous faisions des soirées toutes les semaines, ça soulerait le public, et artistiquement, ce ne serait pas cool.

3/ PL : Qu’il y ait plus de salles au-delà de la réouverture tardive de l’Ampérage et du Drak-Art. Il faudrait au moins quatre ou cinq salles pour que tout le monde soit représenté. Même des salles de 200 personnes pour des trucs plus pointus...

Musact

1/ Baptiste Pierre : C’est quelque chose de naturel. Dans les associations, pour moitié, il y a de simples bénévoles. Et puis l’autre moitié, ce sont des artistes qui ont envie de jouer, de se produire. Le fait d’être dans une association les propulse, leur permet de rentrer dans un réseau...

2/ Qu’il y ait de nombreuses associations, qui soient spécialisées dans leur esthétique... Je trouve que c’est mieux d’un point de vue culturel d’avoir 70 associations dans des choses très pointues et qui soient au top avec les derniers artistes à défendre qu’un programmateur tout seul qui va être généraliste et qui, du coup, fera sans doute des choses moins bien... Et il faut aussi qu’il y ait le plus possible de lieux, de jauges différentes... Voire que les soirées se délocalisent dans des endroits qui ne sont pas forcément dédiés à ça. Des lieux qui s’ouvrent pour une nuit par exemple, comme la Bastille, l’anneau de vitesse, le parc Paul-Mistral... S’il n’y avait que des soirées ici [on a réalisé l’interview à l’Ampérage – ndlr], ce serait bien mais pas suffisant.

3/ D’avoir toujours deux salles de 300 places en plus de la future Belle électrique qui va rajouter un gros plus. Et que le quartier Bouchayer-Viallet devienne un véritable pôle artistique.

Avalanche

1/ Sacha Benhamou : Quand on a commencé il y a trois ans, il n’y avait pas énormément de soirées, pas beaucoup d’alternatives. On voulait que ça bouge plus à Grenoble, proposer plus de choix, et faire venir des artistes que personne ne faisait venir.

2/ Une bonne politique culturelle à la mairie ! Et aussi qu’il y ait plus d’ouverture de la part des patrons de bars envers les musiques alternatives. Finalement, il y a peu de bars qui soient prêts à nous accueillir, et aucun, à part le Mark XIII, qui se revendique vraiment bar musical. Pareil au niveau des boîtes, en terme de programmation musicale, il y a peu d’ouverture, à part un peu au Vertigo ou au George V. Souvent, il y a un manque d’intérêt de la part des tenanciers, peu de prise de risque… Une vie nocturne réussie, ça tient à peu de choses, un public ouvert à différents styles musicaux, des lieux sympas, et des autorités locales suffisamment permissives et compréhensives.

3/ Qu’on laisse l’Ampérage et le Drak-Art ouvrir tard. C’est très bien que la Belle électrique ouvre, mais ça ne suffira pas à accueillir tout le monde. Que d’autres bars, d’autres lieux ouvrent, que de nouvelles orgas se créent pour prendre le relais, et que tous ensemble, on arrive à proposer une bonne programmation pour l’année.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 27 janvier 2021 Les deux entités le confirment : en fin d’année dernière et ce mois-ci, de nouvelles réunions de travail ont eu lieu entre la Ville de Grenoble et l’association MixLab pour dessiner l’avenir de la Belle Électrique.
Mardi 15 décembre 2020 Pas de surprise au conseil municipal de Grenoble : malgré une opposition unanime pour la dénoncer, la délibération qui déclare infructueuse la procédure de renouvellement de la concession de service public de la Belle Électrique a été votée mardi 14...
Vendredi 11 décembre 2020 Vendredi 11 décembre, l’association gestionnaire de la salle a pu obtenir des éclaircissements de la Ville de Grenoble quant à l’avenir de son activité à court terme. C’est un peu apaisée qu’elle va suivre la réunion du conseil municipal lundi 14,...
Jeudi 10 décembre 2020 Un rendez-vous crucial doit avoir lieu vendredi pour l’association MixLab : l’actuel gestionnaire de la Belle Électrique attend des explications sur l’intention de la Ville de confier les commandes de l’établissement à une Société...
Mardi 3 septembre 2019 On fait un point sur la huitième édition du festival organisé par la Belle électrique du jeudi 5 au samedi 7 septembre.
Mardi 6 septembre 2016 Festival étendard de l’association Mixlab (en charge de la Belle électrique) et temps fort incontournable de la rentrée, Jour & Nuit fête cette année sa cinquième édition ; et profite de l’occasion pour revoir (partiellement) sa formule....
Mardi 30 juin 2015 La 38e édition du festival du film court en plein air de Grenoble confirme les tendances de l’an dernier, du moins concernant une compétition qui, malgré la profusion de l’offre (3000 films vus), manque clairement de diversité. On en a tiré une...
Mardi 6 janvier 2015 Enfin ! Après plus de vingt ans d’attente, la Belle électrique, salle dédiée aux musiques amplifiées, va ouvrir ses portes à Grenoble, quartier Bouchayer-Viallet. On l’a visitée, on a rencontré l’équipe aux commandes, on a analysé sa prog ; tout ça...
Vendredi 26 septembre 2014 La mairie et l’asso MixLab viennent de donner la date d'ouverture de la nouvelle salle dédiée aux musiques amplifiées. À noter que les noms des premiers artistes programmés ont aussi été dévoilés, avec Moriarty ou encore UB40 !
Jeudi 3 juillet 2014 Alors que la Belle électrique, nouvelle salle à Grenoble dédiée aux musiques amplifiées, devrait être inaugurée à la fin de l’automne / début de l’hiver, MixLab, l’asso aux commandes, vient de dévoiler la prog de la troisième édition de son festival...
Mardi 1 avril 2014 MixLab, asso qui va gérer la Belle électrique (la salle dédiée aux musiques amplifiées prévue pour septembre), propose vendredi à la Casemate une soirée atypique. Artistes et amateurs projetteront des créations visuelles mêlant images de synthèse,...
Mardi 11 mars 2014 Depuis ce Vercors où elle vit « accrochée à la montagne », Perrine Faillet aka Peau poursuit, avec "Archipel", sa mue de musicienne et d’artiste visuelle, se plaisant à explorer toutes les voies possibles en quête de la vérité qui gît sous la Peau....
Mardi 18 juin 2013 Une flopée d’artistes locaux, une poignée d’autres venus de plus loin, des styles musicaux en veux-tu en voilà : l’incontournable Fête de la musique aura lieu ce vendredi 21 juin. On a pioché parmi les réjouissances proposées pour vous livrer notre...
Lundi 3 juin 2013 En septembre dernier, l’association MixLab, qui sera aux commandes de La Belle électrique au printemps 2014 (la nouvelle salle de concert à Grenoble), organisait la première véritable édition de son festival Jour & Nuit, dans plusieurs lieux de la...
Lundi 13 mai 2013 Le mois dernier, la préfecture de l’Isère a tranché : l’Ampérage doit dorénavant fermer ses portes à une heure du matin (contre cinq heures auparavant). Une décision que déplore l’équipe dirigeante, qui veut que le lieu reste une salle de diffusion...
Lundi 4 mars 2013 Pour fêter ses deux ans d'existence, le collectif grenoblois Avalanche invite le duo milanais Sea Punk Gang. L’occasion rêvée de faire le point sur ce courant éponyme improbable, venu des fins fonds d’Internet. Damien Grimbert
Jeudi 10 janvier 2013 Enfin ! La nouvelle salle tant attendue dédiée aux musiques amplifiées, et située quartier Bouchayer-Viallet (ouest grenoblois), a un nom, qui a été dévoilé ce (...)
Lundi 17 septembre 2012 Le Stade des Alpes, l’École d’art, le Muséum d’histoire naturelle, le quartier Bouchayer-Viallet, le Musée Dauphinois... Ce week-end, l’association MixLab investit la ville pour un grand festival axé électro, pop-rock et hip-hop, préfiguration de ce...
Vendredi 15 juin 2012 L’association MixLab, gestionnaire de la future salle de concert dédiée aux musiques amplifiées prévue pour l’automne 2013 quartier Bouchayer-Viallet, organisera en septembre prochain la deuxième édition de son festival "Jour & Nuit". L’un des...
Lundi 3 mai 2010 Officiellement désignée comme gestionnaire de la salle dédiée aux Musiques Actuelles encore sur plans, Mixlab peaufine ses premières sorties publiques. Plusieurs concerts cochés dans le planning et quelques tours de pistes qui semblent de bon...
Lundi 30 juin 2008 La nouvelle est tombée mardi 24 juin : la ville de Grenoble ouvre des négociations avec MixLab sur le projet de Salle de Musiques Actuelles. Et le sort du deuxième au classement établi par la commission de l’appel d’offre, la fédération PMI (Pôle...
Vendredi 13 juin 2008 Eliane Baracetti, adjointe à la Culture à la Mairie de Grenoble, répond à nos questions concernant la future Salle des Musiques Actuelles. Propos recueillis par SD

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter