« Une fermeture à 6 heures du matin est la bonne solution »

Depuis avril, l’Ampérage doit fermer ses portes à 2 heures du matin. Même constat pour le Drak-Art depuis décembre. Des décisions qui ont relancé le débat sur le devenir des lieux de pratiques culturelles nocturnes à Grenoble. On est allés à l’Hôtel de ville rencontrer Jérôme Safar, premier adjoint au maire (et accessoirement candidat aux municipales – mais là n’est pas l’enjeu), pour clarifier ces questions. Propos recueillis par Aurélien Martinez et Dimitri Crozet

Les débats autour de l’horaire de fermeture de lieux tels que l’Ampérage ont débuté avec des décisions de la préfecture. Quelle est la position de la ville là-dessus ?

La question n’est pas de savoir quelle est la position de la ville. Il s’agit d’un secteur [l’ouest grenoblois, niveau cours Berriat – ndrl] qui était une friche il y a une dizaine d’années, qui a vu la naissance d’équipements culturels. Tout cela se retrouve aujourd’hui inséré dans un quartier [Bouchayer-Viallet – ndrl] où du logement qui n’existait pas est apparu. On doit s’adapter à cette nouvelle configuration urbaine. C’est la première réflexion en cours avec l’Ampérage, je crois qu’ils sont conscients du problème.

Et qu’en est-il de la question des horaires de fermeture ?

La question est importante puisque cela fonde le modèle économique sur lequel les salles s’appuient. Aujourd’hui, clairement, les horaires qui leur sont proposés [fermeture à 2 heures du matin, avec des dérogations possibles jusqu’à 4 heures – ndrl] ne sont pas satisfaisants. Je pense, à titre personnel, que ce n’est pas satisfaisant pour la ville non plus notamment pour ce qui est de la gestion du public à la sortie des établissements. Je suis plutôt de ceux qui pensent qu’une fermeture à 6 heures du matin est la bonne solution. Cela permet aux salles de garder leur public le plus longtemps possible. De plus, à 6 heures du matin, les transports en commun fonctionnent à nouveau et des effectifs de police sont présents, alors qu’entre 2 et 3 heures du matin peu d’équipages de police nationale tournent sur l’agglomération. Je préfère qu’ils tournent pour de vraies urgences de sécurité plutôt que pour gérer la sortie d’une salle.

Peut-on assurer une vie culturelle nocturne à Grenoble sans désagréments ?

Nous sommes dans une agglomération avec 60 000 étudiants. On a donc besoin de lieux où les jeunes, et les moins jeunes, peuvent avoir des pratiques culturelles. Ce qu’on s’est demandé avec l’Ampérage et d’autres associations, c’est si tout doit se passer à Grenoble. On doit réfléchir sur l’ensemble de l’agglomération. Il y a peut-être des endroits qui permettraient d’accueillir du public jusqu’à 6 heures du matin, en faisant attention à ce que les transports en commun soient présents.

Je n’ai pas trouvé en face de moi des gens fermés à cette discussion, et il faut voir comment avec la ville, la préfecture, l’Ampérage mais aussi les habitants, on peut organiser les choses et évaluer ce qui fonctionne ou pas. C’est ce qu’on a fait quand on a mis en place la « Charte pour la qualité de la vie nocturne ». Je ne dis pas que tout est parfait mais au moins on a réussi à travailler ensemble. Clairement, je ne veux pas d’une ville morte. Parce qu’en tant qu’adjoint chargé de la sécurité, je sais aussi que cela générerait de l’insécurité.

Le débat n’est-il pas d’autant plus important que le quartier de l’Ampérage est affiché par la ville comme un pôle culturel ?

Il n’y a jamais eu la volonté d’avoir des quartiers qui soient connotés culturels, ou autres. C’est un quartier où il y avait déjà une présence culturelle déjà forte, qui va être renforcée avec la Belle électrique qui aura les mêmes problèmes d’horaires de fermeture.

Pôle culturel ou pas, on doit prendre en compte la question des logements et des riverains. Je pense qu’il faut avoir une discussion la plus sereine possible, on doit présenter aux habitants les données du problème avec leurs avantages et leurs inconvénients. De plus, il faut que les équipes culturelles travaillent avec nous sur la gestion de l’espace public. On ne peut pas, à chaque fois, se renvoyer les compétences des uns et des autres. Quand une salle accueille du public, elle doit aussi regarder comment on l’accompagne. On parlait la semaine dernière, par exemple, d’organiser des petits déjeuners pour que les gens restent le plus possible pour éviter un départ massif à partir de 5h du matin et pour gérer les flux plus tranquillement.

On sait très bien que quand on a une soirée jusqu’à 6 heures du matin, les départs entre 3 et 6 heures ne seront pas massifs comme pour lorsqu’il y a fermeture à 2 heures. Aujourd’hui, on a entre 2 heures et 6 heures du matin, sur l’espace public, des personnes qui continuent à faire la fête et qui gâchent la nuit de plusieurs dizaines d’habitants. Encore une fois, je préfère avoir à gérer des flux plus tardifs en corrélation avec les horaires de transports en commun et de la police. Sur cette question, j’ai eu en face de moi la semaine dernière des gens attentifs, pas des irresponsables que la question des riverains indiffère.

Une des autres inquiétudes soulevées est celle d’une éventuelle fermeture de l’Ampérage en contrepartie de l’ouverture en septembre de la Belle électrique, la nouvelle salle de musique amplifiée. Eliane Baracetti, adjointe à la culture, avait clairement écarté cette idée au mois de mai dans nos colonnes. Ce n’est toujours pas d’actualité ?

Non, et la discussion ne s’est jamais posée en ces termes-là. D’abord parce que la Belle électrique est une DSP (Délégation de Service Public), et c’est un bâtiment qui appartient à la ville, au contraire de l’Ampérage. La seule question qui se pose, c’est le devenir du Ciel et la manière de s’organiser entre la Chaufferie et la Belle électrique. Pour nous, il n’a jamais été question de lier l’ouverture d’un équipement à la fermeture d’une structure. Après, s’il y a des concurrences entre les équipes, ce sera à elles de gérer leurs relations.

On a interrogé beaucoup d’associations qui profitent du débat pour pointer qu’il y a un problème de salles à Grenoble, notamment un manque de différents éventails de jauge. Il y a une réflexion en cours à ce sujet ?

Aujourd’hui il y a une réflexion à avoir, oui. Mais elle n’est pas en cours. Je constate qu’à chaque fois qu’on pense avoir répondu aux problèmes de jauge, on nous dit qu’il y a encore des problèmes de salles. Je le redis, Grenoble seule ne pourra pas répondre à cette problématique. On devra regarder, à un moment, ce qui peut se faire sur Saint-Martin-d’Hères, sur Fontaine, sur Échirolles, sur Pont-de-Claix… Il y a peut-être des opportunités à saisir dans ces villes-là aussi. Je sais qu’il y a parfois une volonté d’être grenoblo-centré, mais on ne pourra pas répondre dans la seule ville de Grenoble à une demande qui émane de l’agglomération, et même au-delà. Donc la réflexion doit se faire à l’échelle de l’agglomération. Cette discussion-là n’est pas encore engagée mais ce sera une réflexion à mener dans les années à venir.

Je pense que les équipes qui gèrent les salles doivent pouvoir accueillir plus facilement les équipes qui n’en gèrent pas mais aimeraient en bénéficier. C’est une discussion qu’on a eue la semaine dernière. C’est peut-être à nous d’organiser la rencontre… Ça peut être le travail d’un adjoint à la culture en début de mandat.

Finalement, tout cet imbroglio permet de clarifier les choses ?

Oui, parce que le dossier dure depuis un moment et que si la préfecture a pris les devants, c’est pour calmer le jeu par rapport aux riverains. Car c’est vrai qu’il y eu un nombre de plaintes important, pas seulement sur l’Ampérage et le Drak-Art mais plus globales, qui remontaient à la préfecture et à la mairie. C’est pourquoi une décision a été prise à un moment, mais elle ne doit pas signifier qu’une porte se ferme. J’en ai parlé avec le préfet qui est bien conscient de ça : la volonté est de voir comment dépasser le problème.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 12 avril 2022 Les personnes sont les mêmes, mais les statuts changent. Au lieu d’être exploitée en délégation de service public par l’association MixLab, la Belle Électrique sera gérée par une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif), Musiques Actuelles...
Lundi 14 mars 2022 [MàJ 18/03 : l'événement est reporté à une date non encore précisée] Plateau inhabituel à l’Ampérage, dimanche 20 mars. Jocelyne, Maryse, Odile, Anne, Zohra, Pascale et Michèle forment les "mamies guitares", le temps d’un unique concert.
Mercredi 9 mars 2022 Événement à la Belle avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 1 mars 2022 Après quelques années de sommeil, le festival Les Femmes s’en mêlent revient à Grenoble dans une version augmentée, du 9 au 18 mars. Aux manettes, Le Ciel, La Source, La Belle Electrique, La Bobine et Retour de Scène. Rien que ça ! Quant à la...
Mardi 15 février 2022 Il ne faudra pas prolonger le before outre mesure ces soirs-là sous peine de se faire refouler fermement à l’entrée. Pour sa réouverture (pardon, sa (...)
Lundi 7 février 2022 La mairie de Grenoble rebat les cartes de la Belle Electrique et la Clé de Sol, deux équipements qu’elle compte mettre à disposition d’un gestionnaire non plus via une délégation de service public, mais via une convention d’occupation du domaine...
Mardi 4 janvier 2022 Les salles de concert commencent 2022 avec un nouveau coup d’assommoir, douloureux même si elles l’avaient vu venir. Spectateurs assis, interdits de consommation au bar et jauge limitée : les structures sont en première ligne des mesures de...
Lundi 29 novembre 2021 Après le signalement à la justice effectué par Grenoble Ecole de Management sur la circulation de GHB dans les soirées étudiantes, fin octobre, le mouvement Balance ton Bar est une déferlante. Secoués, les acteurs grenoblois du secteur tentent de...
Lundi 29 novembre 2021 A peine 30 ans et déjà empreints de nostalgie du passé ; on ne peut malheureusement pas nier qu’on les comprend... (...)
Mardi 16 novembre 2021 Cela fait plusieurs années que l’on suit les pérégrinations musicales de Nick Pulpman, plus particulièrement au sein de Hold Station qui, nourri par les excès (...)
Mardi 16 novembre 2021 [REPORT : le concert prévu le 19/11 est décalé au 16/12] Grand artiste originaire d'un petit pays, Gaël Faye sera à La Belle Electrique le 19 novembre pour jouer en live Lundi méchant, son dernier album studio. Lui sera « digne et debout »...
Mardi 2 novembre 2021 Si MoulinexxX s’appelle ainsi, ce n’est pas seulement pour la blague. Avoir un nom rigolo, c’est bien (parfois) mais l’ériger en concept pour en faire (...)
Mardi 19 octobre 2021 Les affaires reprenant, Benjamin Biolay peut enfin venir défendre sur scène son "Grand Prix" publié l'an dernier, album victorieux en forme d'hommage aux fous du volant. En même temps que disque bilan aux contours rock.
Mardi 19 octobre 2021 Samedi 30 octobre, l’Ampérage accueille un concert métal porté par Jose and the Metal Wastemen. L’ensemble des bénéfices sera reversé à l’association La Locomotive, dont les 80 bénévoles se relaient au chevet des enfants hospitalisés à La Tronche.
Vendredi 9 juillet 2021 Bonne nouvelle pour celles et ceux qui espéraient la reprise des activités nocturnes : l’établissement du cours Berriat rouvre ses portes dans la nuit du 9 au 10 juillet. Et rempile même le lendemain !
Mardi 29 juin 2021 Après deux premières éditions en forme de parenthèses enchantées en juillet et septembre dernier, la Guinguette de la Belle Électrique fait son grand retour du (...)
Vendredi 16 avril 2021 Déjà programmée deux fois à la Belle Électrique, la DJ y revient pour une "capsule" : une page lui est désormais dédiée sur le site Internet de la salle de concerts, qui permet de la (re)découvrir et de l’entendre dès ce vendredi 16 avril, à partir...
Mardi 16 février 2021 Près d’un an après le début de la pandémie (et leur fermeture consécutive), on est allé prendre quelques nouvelles de deux acteurs majeurs de la nuit grenobloise, l’Ampérage et le Drak-Art, qui animent d’ordinaire le quartier Chorier-Berriat.
Mercredi 27 janvier 2021 Les deux entités le confirment : en fin d’année dernière et ce mois-ci, de nouvelles réunions de travail ont eu lieu entre la Ville de Grenoble et l’association MixLab pour dessiner l’avenir de la Belle Électrique.
Mardi 15 décembre 2020 Pas de surprise au conseil municipal de Grenoble : malgré une opposition unanime pour la dénoncer, la délibération qui déclare infructueuse la procédure de renouvellement de la concession de service public de la Belle Électrique a été votée mardi 14...
Vendredi 11 décembre 2020 Vendredi 11 décembre, l’association gestionnaire de la salle a pu obtenir des éclaircissements de la Ville de Grenoble quant à l’avenir de son activité à court terme. C’est un peu apaisée qu’elle va suivre la réunion du conseil municipal lundi 14,...
Jeudi 10 décembre 2020 Un rendez-vous crucial doit avoir lieu vendredi pour l’association MixLab : l’actuel gestionnaire de la Belle Électrique attend des explications sur l’intention de la Ville de confier les commandes de l’établissement à une Société...
Mardi 8 septembre 2020 Enquête / C’est la question qui taraude presque tout le monde : les concerts debout en intérieur, toujours interdits à l’heure de notre bouclage, vont-ils bientôt pouvoir reprendre ? Et quelles stratégies les salles les accueillant...
Mardi 8 septembre 2020 Concerts / Après une première édition en juillet dernier qui avait rencontré un joli succès, la Guinguette de la Belle Électrique fait son retour du 10 au 20 septembre sur l’esplanade Andry Farcy sous une forme un peu plus ambitieuse. Revue de...
Mardi 4 février 2020 Un mois et demi avant le premier tour, la salle du cours Berriat a accueilli, mardi 29 janvier, sept des candidats à l’élection. Une soirée qui a permis aux intéressés d’évoquer, deux grosses heures durant, leur programme culturel, à partir de...
Mardi 7 janvier 2020 Le célèbre club fête ses dix ans et invite une quinzaine d'associations pour deux soirées musicales. C'est un cadeau : elles sont gratuites !
Vendredi 11 octobre 2019 Alors qu’ils sortent d’une grosse tournée anniversaire pour les 20 ans de leur cultissime L’École du micro d’argent, les Marseillais du groupe IAM sont (...)
Mardi 3 septembre 2019 On fait un point sur la huitième édition du festival organisé par la Belle électrique du jeudi 5 au samedi 7 septembre.
Mardi 4 juin 2019 Organisée samedi 8 juin à la Belle électrique pour la clôture du Grenoble Pride Festival, la soirée "Voguing Club !" sera l’occasion de découvrir l’univers unique du voguing (avec les artistes de la Kiki house of Campbell et leur DJ attitré Lazy...
Mardi 5 mars 2019 Alors qu'un nouveau "décret son" impose depuis octobre dernier aux diffuseurs de musique (salles de concert, clubs et festivals) des mesures toujours plus drastiques en matière de régulation du niveau sonore, beaucoup s'inquiètent de ses...
Mardi 3 octobre 2017 Étudiant nouvellement arrivé à Grenoble ou vieux de la vieille en manque d’inspiration, vous voilà en quête d’un spot où finir la soirée ? Quand, entre 1h et 2h du matin, les rideaux des bars commencent à fermer, d’autres lieux (salles de...
Mardi 12 septembre 2017 Samedi 16 et dimanche 17 septembre, ce sont les traditionnelles Journées européennes du patrimoine. Et comme chaque année, il y aura de quoi faire, dans toutes les directions. Notamment artistiques, comme on le démontre dans cette sélection...
Mardi 7 février 2017 La crise que connaît depuis des années le monde culturel laisse de la place à de nouvelles initiatives. Start-ups ou financements mixtes naissent à Grenoble pour pallier le manque de soutien des collectivités publiques. Retour sur plusieurs exemples...
Mardi 29 novembre 2016 Explorer l’abandon, le saisir dans la lumière dorée et disparaître, telle est la démarche artistique de Gweno. Cherchant des friches désaffectées, le photographe saisit la beauté des lieux en déliquescence, entre émerveillement et amertume face à ce...
Lundi 19 septembre 2016 Ce jeudi, la Belle électrique accueille la première édition du Metallian Fest, consacré donc à la musique metal. On a passé un coup de fil aux organisateurs, qui nous ont parlé programmation mais aussi succès entre la salle grenobloise et cette...
Mardi 26 avril 2016 Le bruit courrait depuis quelque temps, des couloirs de l’Hôtel de Ville à ceux du conseil d’administration de la MC2 : le maire de Grenoble Éric Piolle et son équipe vont baisser de 100 000 € la subvention de la fameuse scène...
Jeudi 10 mars 2016 Oui, le groupe culte des années 1990, auteur d’innombrables tubes (Stupid Girl, Queer, I Think I'm Paranoid…), est de retour avec un nouvel album prévu (...)
Mardi 8 mars 2016 Au printemps dernier, le Ciel, petite salle de concert située près de la place de Verdun, voyait son avenir menacé par une baisse soudaine de subventions de la part de l’État. Où en est-on aujourd'hui alors que le site web du lieu n’annonce plus...
Mardi 22 décembre 2015 2015 aura été marquée par l'ouverture d'une nouvelle salle à Grenoble et la confirmation du talent d'une artiste que l'on suit depuis longtemps au Petit Bulletin.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter