« Écrire du théâtre, c'est écrire sur ce qui ne va pas »

Écosse

TMG - Théâtre 145

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Chaque année, le festival Regards Croisés propose de découvrir des textes de dramaturges contemporains méconnus du public français, au cours de soirées lectures. Pour sa quatorzième édition, le festival fait la part belle aux femmes et aux auteurs d’Europe de l’Est. Rencontre avec Bernard Garnier, l’un des fondateurs du collectif. Propos recueillis par Guillaume Renouard

La lecture de textes contemporains de théâtre est un exercice plutôt pointu. Quel est le profil des spectateurs qui fréquentent habituellement le festival ?

Bernard Garnier : Difficile de répondre, car nous n’avons jamais effectué d’enquête approfondie sur le profil de notre public. Néanmoins, nous pourrions être préoccupés s’il ne se renouvelait pas. Or, comme il s’agit d’une petite salle, avec une centaine de personnes par soir, on finit par retenir les visages, et on s’aperçoit qu’il y a bel et bien un renouvellement d’année en année, ce qui nous satisfait. Il ne s’agit d’ailleurs pas forcément de gens qui vont beaucoup au théâtre, puisque la lecture est différente, plus radicale, plus dépouillée.

Tous les auteurs présentés sont des auteurs contemporains et plutôt confidentiels, tout du moins en France. Comment faites-vous pour les repérer, puis pour les sélectionner ? Ciblez-vous des zones géographiques particulières, comme l’Europe de l’Est pour cette édition ?

Troisième bureau est un collectif artistique et un comité de lecture, qui travaille tout au long de l’année. Nous collectons et lisons un maximum d’œuvres dramatiques francophones et européennes, avant d’opérer une sélection. Chaque année, nous choisissons également trois ou quatre pays européens dont les œuvres théâtrales sont peu diffusées en France. Cette année, nous avons en effet plusieurs auteurs d’Europe de l’Est : un Suédois, un Biélorusse, une Macédonienne et un Russe, par ailleurs très reconnu dans son pays. D’ailleurs, nombre des auteurs que nous invitons sont connus chez eux mais demeurent de parfaits inconnus en France.  

Comment le collectif est-il né ?

Au départ, nous étions une petite dizaine, la plupart professionnels du milieu du spectacle, mais aussi du livre, réunis par un certain nombre de questionnements autour de notre métier. Quel théâtre fait-on, quel théâtre voudrait-on faire, quel théâtre s’écrit aujourd’hui ? Nous sommes partis du constat que nous ne connaissions pas les textes actuels, car leurs auteurs sont inconnus. Nous avons voulu y remédier. Petit à petit, des universitaires et des enseignants nous ont rejoints. Nous sommes aujourd’hui une petite vingtaine.

Le thème de cette année (« C’est quoi le problème ? ») est plutôt vaste, comment le concevez-vous ? L’avez-vous choisi pour faire écho à l’actualité ?

Il s’agit avant tout d’attirer l’œil, éveiller la curiosité du public au moyen d’une question assez large. Nous ne voulions pas d’un titre pompeux ou ésotérique. Il s’agit d’ailleurs plus d’une question générique que de la thématique générale du festival : écrire du théâtre, c’est avant tout écrire sur ce qui ne va pas. Une pièce centrée sur un couple va rarement montrer un couple qui file le parfait amour. Il s’agit toujours d’évoquer des dysfonctionnements, que l’on peut regarder avec amusement ou gravité. Nous ne cherchons pas à coller à l’actualité car le théâtre est intemporel, il s’écrit très rarement en réaction à cette dernière.

Il y a malgré tout une intention politique indéniable derrière le festival : Hélène Chatelain ayant une « attention soutenue pour les vaincus et dissidents et une méfiance instinctive pour les vainqueurs » ; la pièce Bienveillance qui touche à la lutte des classes ; la fable La Gorge sur les ravages de l’impératif consumériste…

Nous pensons que le théâtre est politique, et ce depuis la naissance du théâtre antique. Néanmoins, nous ne cherchons pas tellement à dénoncer des injustices ou à promouvoir une ligne politique, mais plutôt à questionner. Prendre le temps d’examiner ensemble, acteurs et publics compris, des questions qui imprègnent notre époque et auxquelles on n’a pas l’occasion de réfléchir collectivement au quotidien. Nous avons en effet cette année une pièce macédonienne écrite par une femme qui a vécu sous le communisme et sous le capitalisme, et qui interroge les ravages de l’ultralibéralisme, mais aussi une pièce très courte sur les violences conjugales. Mais il n’y a pas de réponses, seulement des questions.

C’est un détail, mais vous utilisez à maintes reprises le terme « autrice », dans la présentation du festival. Un néologisme ?

C’est un terme qui est avancé par certaines auteures, qui s’appuient sur une terminologie déjà utilisée au XVIIIe siècle. D’autres préfèrent se faire appeler auteure. Chacune est libre de choisir.

Regards croisés, du jeudi 15 au samedi 24 mai, au Théâtre 145

Crédit photo : Jean-Pierre Angei

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 12 mars 2021 Le comité de lecture du collectif artistique grenoblois a publié, fin février, la liste des textes qu’il a retenus pour cette année. L’occasion pour nous de solliciter Bernard Garnier, coordinateur artistique, afin de faire un point complet sur son...
Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Mardi 17 décembre 2019 2019 a été riche en spectacles de toute nature, ouverts à tous les publics. Nous revenons sur quelques-uns de ceux qui nous ont le plus marqués.
Lundi 13 mai 2019 Dix-neuvième édition pour le festival grenoblois Regards croisés dédié au théâtre qui s’écrit aujourd’hui. Avec, pendant cinq jours dans le Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-bas, des lectures en scène de textes contemporains choisis par le collectif...
Mardi 5 février 2019 Mercredi 13 février à l'Amphidice, on aura droit à une lecture de la pièce "L’Amour de Phèdre" de la mythique dramaturge anglaise. On vous en dit plus.
Vendredi 18 mai 2018 C’est parti pour la 18e édition du festival Regards croisés consacré aux nouvelles écritures théâtrales. Rendez-vous au Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d'en-Bas de Grenoble pour, pendant une semaine, découvrir le théâtre qui s’écrit aujourd’hui.
Lundi 23 avril 2018 À partir du 25 avril, l’autrice et metteuse en scène de théâtre Marine Bachelot Nguyen sera en résidence d’écriture à Grenoble pour deux mois, à l’invitation de la MC2 et du collectif Troisième bureau. L’objectif ? Démontrer que le théâtre s’écrit...
Mardi 10 janvier 2017 "La Nuit des lectures interdites" s’annonce brûlante à plus d’une ligne. Initiée par le ministère de la culture, sa déclinaison grenobloise traitera de la censure, politique comme érotique. Rencontre avec Carine D’Inca, organisatrice du Printemps du...
Lundi 31 octobre 2016 Fini le temps où les politiques culturelles étaient construites main dans la main avec les artistes et les professionnels ? Aujourd’hui, les élus semblent de plus en plus vouloir se réapproprier ce secteur avec, parfois, des méthodes abruptes et des...
Mardi 17 mai 2016 Revoici Regards croisés, festival organisé par le collectif Troisième bureau et dédié aux écritures théâtrales contemporaines. Huit journées pour, notamment, rencontrer des auteurs et, surtout, écouter leurs pièces. À la veille de la seizième...
Mardi 12 mai 2015 Comme chaque printemps, le festival Regards croisés est de retour au Théâtre 145. Une semaine de lectures théâtralisées pour défendre les écritures théâtrales d’aujourd’hui et les auteurs qui les font. Rencontre avec l’un d’eux : Guillaume Poix,...
Mardi 13 mai 2014 C’est parti pour dix jours de Regards croisés, festival pendant lequel le Théâtre 145 va se transformer au sens propre comme au figuré en agora dédiée aux (...)
Lundi 29 avril 2013 Le théâtre tourne toujours autour des mêmes auteurs – souvent morts depuis des années d’ailleurs. Le collectif grenoblois Troisième bureau n’est pas d’accord avec ça, et essaie de changer la donne, en mettant en avant de nouvelles écritures...
Vendredi 11 mai 2012 "Regards croisés", le traditionnel festival grenoblois consacré au théâtre contemporain, revient pour la douzième fois. Avec une sélection très jeune et homogène. AM
Lundi 14 novembre 2011 THÉÂTRE / En cette année 2011 marquant les 150 ans de l’unité italienne, le collectif grenoblois Troisième bureau propose une semaine de spectacles, lectures (...)
Lundi 16 mai 2011 FESTIVAL/ Les sbires de Troisième Bureau défendent toujours avec passion un théâtre contemporain exigeant et novateur. La preuve encore une fois au Théâtre 145 pour la onzième édition de Regards croisés. AM
Jeudi 14 octobre 2010 DANSE / Ils sont vingt-quatre, et ont entre 10 et 22 ans. Ils font partie de la compagnie grenobloise Les Mutins, menée par la chorégraphe Jackie (...)
Vendredi 21 mai 2010 ZOOM / Le festival Regards croisés fête ses dix ans, avec une édition diablement intéressante au vu des auteurs et des textes retenus. Avant de vous en dire plus sur les différents artistes, on est allés questionner Bernard Garnier, le maître de...
Vendredi 15 mai 2009 Pendant une semaine, chaque soir, un texte de théâtre contemporain sera lu avec soin par le collectif grenoblois Troisième bureau. L’occasion de découvrir des univers et des auteurs passionnants, autour du thème de la désertion. Aurélien Martinez
Mercredi 17 janvier 2007 Lecture / La pièce Cinq hommes, commande de la Compagnie Théâtrale Müh au dramaturge australien Daniel Keene, fut montée en 2003 au Théâtre du Rond-Point par (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter