Au fil d'Ariane

Au fil d'Ariane
De Robert Guédiguian (Fr, 1h40) avec Ariane Ascaride, Jacques Boudet, Jean-Pierre Darroussin...

Présenté comme une « fantaisie », le nouveau film de Robert Guédiguian divague selon les bons plaisirs du cinéaste et de sa comédienne fétiche Ariane Ascaride, pour un résultat old school et foutraque, avec toutefois de vrais instants de beauté. Christophe Chabert

Il serait facile de balayer en quelques frappes sur notre ordinateur Au fil d’Ariane : cinéma d’un autre âge justifiant son n’importe quoi scénaristique par un appel paresseux au rêve, ou encore projet récréatif pour Guédiguian entre deux films d’envergure… Tout cela est loin d'être faux, mais…

Le jour de son anniversaire, Ariane (Ascaride) reste seule face à son gâteau ; plutôt que de se morfondre, elle décide de partir à l’aventure et, au gré des rencontres, va se constituer une petite famille de gens simples, avant de réaliser son fantasme : chanter sur scène. Pour l’occasion, Guédiguian a convoqué sa famille de comédiens (Meylan, Darroussin, Boudet ou Anaïs Demoustier, désormais intégrée) tous apportant leur touche de couleur au casting.

À la façon de certains Blier dernière manière et conformément à son titre, Au fil d’Ariane semble écrit au gré de l’inspiration, dans une logique de premier jet où les bonnes comme les mauvaises idées se retrouveraient sur un pied d’égalité. Parfois, c’est effectivement ridicule (les images de synthèse au début, Boudet et son faux accent anglais, Ascaride qui dialogue avec une tortue) mais à force de ne mettre sur l’écran que ce qu’il aime et de tout assumer avec une indéniable sincérité, Guédiguian révèle ce qui est peut-être sa vraie nature : un peintre impressionniste caché derrière le chroniqueur réaliste de la classe ouvrière.

Estaque au Crépuscule, 2013.

En cela, au milieu de séquences mal foutues, aux dialogues appuyés et à la mise en scène laminée par un montage hasardeux, se révèlent d’étranges éclats de beauté et de sérénité. À travers le paysage d’abord, cette Estaque que Guédiguian n’en finit plus de célébrer, ici sublimée par des aubes et des crépuscules maritimes magnifiques, mais aussi celle des chansons de Jean Ferrat, qu’on entend in extenso sur la bande-son – c’est vrai que c’est beau, Ferrat… Ou cette visite au Musée d’Histoire naturelle, aux accents fantastiques, qui se poursuit en tempête déchaînée ; ou encore cette capacité à célébrer les formes plantureuses de Lola Naymarck, nue sur le sable.

Un des plus beaux films de Guédiguian, Marie-Jo et ses deux amours, laissait déjà deviner cette envie de filmer librement, comme on peint un tableau ; si on arrive à oublier les vaines turpitudes narratives d’Au fil d’Ariane, on en aura un nouvel exemple, en mode mineur.

Au fil d’Ariane
De Robert Guédiguian (Fr, 1h32) avec Ariane Ascaride, Gérard Meylan, Jean-Pierre Darroussin…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 27 novembre 2019 Portrait par Robert Guédiguian d’une famille de la classe moyenne soumise au déclassement moyen dans la France contemporaine, où certains n’hésitent pas à se faire charognards pour ramasser les miettes du festin. Un drame noir et lucide. Coupe Volpi...
Mardi 28 novembre 2017 Page arrachée à son journal intime collectif, le nouveau film de Robert Guédiguian capte les ultimes soubresauts de jeunesse de ses alter ego, chronique le monde tel qu’il est et croit encore à la poésie et à la fraternité, le tout du haut d’un...
Mardi 22 novembre 2016 Une ingénue sort du couvent pour se marier et mener une existence emplie de trahisons et de désenchantements. Maupassant inspire Stéphane Brizé, réalisateur de l'acclamé "La Loi du marché", pour un récit ascétique situé dans un XIXe siècle...
Mardi 10 novembre 2015 De Robert Guédiguian (Fr, 2h14) avec Syrus Shahidi, Simon Abkarian, Ariane Ascaride…
Mercredi 16 octobre 2013 De Marc Esposito (Fr, 1h53) avec Marc Lavoine, Jean-Pierre Darroussin, Bernard Campan, Eric Elmosnino…
Vendredi 16 décembre 2011 D’Aki Kaurismaki (Fr, 1h33) avec André Wilms, Kati Outinen…
Jeudi 10 novembre 2011 Film de crise et de lutte sur un cinéaste qui se remet en question pour mieux croire, Les neiges du Kilimandjaro n'est pas un point, mais une virgule dans le cinéma de Robert Guédiguian. Jérôme Dittmar
Vendredi 7 novembre 2008 d’Anna Novion (Fr, 1h24) avec Jean-Pierre Darroussin, Anaïs Demoustier…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter