Rocktambule : vingt ans et toutes ses bulles

Fini l’adolescence, le festival Rocktambule a atteint ses vingt ans ! Et compte bien les fêter de la plus belle manière, c’est-à-dire en musique et pendant trois soirs d’affilée, sur le site de l’esplanade. De notre côté, on a été piocher dans la prog’ nos petits favoris, avec l’éternelle subjectivité qui nous caractérise. Damien Grimbert et Stéphane Duchêne

Rustie & Hudson Mohawke

Jeunes prodiges de la fertile scène de Glasgow devenus en l’espace de quelques années de véritables stars internationales, Rustie et Hudson Mohawke n’ont rejoint que tardivement la programmation du festival, mais cette nouvelle n’aurait pu nous faire plus plaisir. Déjà parce qu’on les suit depuis leurs presque tous débuts, aux alentours de 2008, lorsqu’à peine sortis de l’adolescence, ils repoussaient du fin fond de l’Écosse les frontières devenues encombrantes à leurs yeux entre électronica scintillante, rap mutant, R’n’B dégoulinant et bass music acérée. Ensuite parce que leur formule a depuis fait recette, leur permettant de signer sur le label de référence Warp en 2009, puis de conquérir progressivement la planète électronique comme les ténors du rap U.S. mainstream dans les années qui suivent, engendrant même au passage une nouvelle esthétique musicale (la trap).

S’ils ont toujours su garder une distance prudente avec les excès pas toujours très finauds de cette dernière, leur marque de fabrique s’est néanmoins construite sur une fine frontière entre une production maximaliste (basses surpuissantes, synthés tonitruants) et un penchant avéré pour les mélodies aériennes et féériques, conférant à leur musique un pouvoir de séduction quasi-instantané. Il y aurait sans doute encore beaucoup à dire (sur le nouvel album de Rustie, Green Language, sorti à la fin de l’été, l’affiliation d’Hudson Mohawke à l’équipe de producteurs de Kanye West en 2013, ou encore son projet parallèle TNGHT avec le Canadien Lunice…), mais cantonnons-nous à l’essentiel : leur DJ-set en back to back s’annonce tout simplement immanquable.

Jeudi 9 octobre à 23h50

ALB

Proche de Yuksek et des Shoes, avec lesquels il forme une sorte de substitut musical à la grandeur passée du mythique Stade de Reims, Clément Daquin alias ALB a d'abord commencé par tâter de l'électro lo-fi et surtout il a commencé par être trois avant de se mettre à son compte après le remarqué Mange-disques. Seul, le Champenois s'est pour ainsi dire découvert, et nous avec, sur le pléthorique Come Out ! It's Beautiful, un sens mélodique aussi fin qu'une bulle de Cordon-Rouge. Si fin d'ailleurs que via, telle pub, tel film, tel clip (Golden Chains) et probablement les trois, l'un de ses morceaux vous est forcément passé entre les oreilles sans même que vous vous en soyez aperçus. Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas.

Samedi 11 octobre à 19h45

Fool's Gold

Pour tout fan de pop, le nom Fool's Gold résonne d'une manière particulière, au rythme dansant et hybride d'un inoubliable tube à rallonge (des Stone Roses) qui fut en son temps l'hymne d'un Madchester qui louchait gravement vers la Californie. Autant dire que lorsque qu'un groupe éponyme est venu lui, et pour de bon, des bords du Pacifique, on s'attendait à ce qu'il fasse autant vibrer les hanches qu'il ne mixerait les genres. Et on n'a pas été déçus lorsque l'on a entendu pour la première fois le tube qui a permis à Fool's Gold de briller au soleil : l'irrésistible Surprise Hotel. Surprise comme les pochettes du même nom d'où jaillissaient pop occidentale, rythmes caribéo-ethiopiens et paroles psalmodiques enivrantes en hébreu. La suite, moins médiatique, poursuit une mise en perspective psyché-soul du culte voué au totem Graceland de Paul Simon.

Samedi 11 octobre à 20h45

Kavinsky

Depuis les premières minutes d'un certain film américano-danois mettant en scène un taciturne pilote au blouson moche (Drive, donc), on a cessé d'avoir à présenter Kavinsky. Son hypnotique Nightcall le propulsant instantanément sur la grande autoroute de la renommée sans limitation de vitesse ni ceinture de sécurité. Celui qui était déjà un producteur, compositeur et DJ (c'est celui là qui se présentera à Rocktambule) reconnu par ses pairs est alors devenu un petit phénomène : créature croisant l'obsession ballardienne pour le devenir bolide du corps humain, la zombification de l'Être subséquente et le culte de l'analogique. Dans le genre, son Outrun fut un chef-d'œuvre qui eut pu à lui tout seul relancer les marchés de la voiture de luxe, de l'autoradio blaupunkt et du blouson Teddy façon Happy Days. Qui sait d'ailleurs s'il ne l'a pas fait ?

Samedi 11 octobre à 22h50

Agoria

Alpha et omega de la culture techno française (il n'y a aujourd'hui guère plus que Laurent Garnier pour lui faire un semblant d'ombre au prix de l'ancienneté et de tout ce que cela implique), Agoria connaît d'autant mieux l'Histoire de ce genre qu'il a contribué à la faire, que ce soit comme DJ internationalement reconnu, cofondateur de l'incontournable institution lyonnaise Nuits Sonores, remixeur de génie et compositeur ad hoc. Compositeur dans tous les sens du terme puisque l'un des grands talents de Sébastien Devaud est aussi de savoir se ménager des castings aussi hétéroclites qu'époustouflants (Carl Craig, Tricky, Neneh Cherry, Kid A, Scalde...). Bref de débroussailler son genre au point de pratiquer une politique de la terre brûlée sur laquelle repousse des sons et une musique qu'on n'aurait pas imaginé possible. 

Samedi 11 octobre à 0h05

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 15 février 2022 Une esquisse très graphique sur le mur, une dose outrecuidante d’orange, une petite pile de magazines à disposition, un rideau dans l’esprit seventies (...)
Mardi 19 octobre 2021 Alors comme ça on ne causerait plus périples et destinations exotiques au Grand Bivouac, premier festival de France consacré au voyage ? La question se (...)
Mardi 6 octobre 2020 Il est suicidaire, elle est condamnée. Elle cherche son enfant abandonné, il veut bien lui donner un coup de main (un peu forcé par les circonstances), avec (...)
Mardi 23 juin 2020 Le confinement a failli réduire la période d’exploitation de ce film allemand à quelques jours seulement. Ouf ! Notre coup de cœur du moment, dans la lignée du premier des Truffaut, est à nouveau à l’affiche.
Mardi 17 décembre 2019 2019 restera à nos yeux comme une belle année sur le plan musical, côté artistes comme côté événements. On revient sur certains d'entre eux... qui ont notre préférence.
Mardi 2 juillet 2019 Un été en ville peut se vivre à l’air libre, comme on vous le conseille dans les premières pages de ce numéro. Mais il peut aussi se vivre dans un musée, en parfaite connexion avec des œuvres d’art. Alors zoom sur dix expositions que nous avons déjà...
Lundi 17 juin 2019 Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intrigant totalement à sa place lors de la...
Lundi 10 juin 2019 Et un nouveau festival grenoblois, un. Organisé par la société de production grenobloise le Périscope, il s’appelle Musée électronique, et sa première édition aura lieu vendredi 14 et samedi 15 juin dans les jardins du Musée dauphinois. Un cadre...
Mardi 6 novembre 2018 Exploité par des paysans eux-mêmes asservis, le brave et candide Lazzaro fait tout pour aider son prochain, bloc de grâce dans un monde de disgrâce. Un conte philosophico-métaphysique à l’ancienne qui a valu à la réalisatrice italienne Alice...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter