Plasticien, statut fantôme

Alors que ces derniers mois les intermittents du spectacle manifestaient pour sauvegarder un régime toujours plus instable, les artistes plasticiens, eux, ne se sont pas montrés. Pour cause : en plus de pâtir de la précarité et de difficultés financières, ils ne possèdent aucun statut au contraire des musiciens, acteurs et autres danseurs. On a rencontré plusieurs figures locales pour en savoir plus. Charline Corubolo

Tout esprit créatif rêve de vivre de son art. Mais voilà, être artiste au XXIe siècle est surtout synonyme de galère et de débrouille, dans un monde où il est monnaie courante de faire des plasticiens les "esclaves" créateurs des temps modernes, au service des grandes institutions. Et ce n'est pas leur statut social qui l'empêchera.

De statut d'ailleurs, ils n'ont point : ils sont considérés par Pôle emploi comme travailleurs indépendants au même titre qu'un plombier ou qu'un programmateur informatique. Pourtant, leur activité et surtout leurs revenus ne sont pas comparables. Un plasticien a pour principal salaire la recette des ventes de ses œuvres, le temps de recherche et de création ou encore les expositions étant rarement monnayés. Pour le fisc, les artistes sont donc des libéraux puisqu'ils travaillent en indépendants et que leur production comporte une dominante intellectuelle.

Pour avoir une reconnaissance légale en France, les peintres, les sculpteurs et autres vidéastes doivent s'inscrire à la Maison des artistes, organisme indépendant agréé de protection sociale, ce qui leur permet de pouvoir exercer la fameuse activité de vente (il faut également faire une démarche fiscale pour obtenir un numéro Siren-Siret, identifiant légal pour une activité économique) et, dans les cas les plus difficiles, de bénéficier du RSA en complément lorsque les ventes sont insuffisantes.

Vivre d'art et d'eau tiède

Sauf que le RSA est bien trop souvent tout ce qu’ont ces créateurs. Selon le Comité des artistes-auteurs plasticiens, organisation syndicale nationale, plus de la moitié des plasticiens vivraient sous le seuil de pauvreté, avec un revenu médian deux fois plus faible que celui des salariés "lambda". D’où la nécessité d’élargir son champ d’activité. Pour « compléter le RSA », l’artiste visuel grenoblois Nikodem, en activité depuis une quinzaine d'années, anime ainsi « des ateliers – enfin des fresques murales collectives – avec des élèves. Mais je le fais davantage pour la démarche sociale ». Car les conditions émises par la Maison des artistes pour être affilé et pouvoir bénéficier des droits nécessitent de déclarer au minium un bénéfice de 900 fois le smic horaire par an, soit 8 577 €. Dans le cas contraire, l'artiste est assujetti et aucune ouverture de droit ne lui est accordée alors qu'il doit cotiser.

Certains cherchent donc des alternatives, comme Clôde Coulpier, artiste grenoblois à la création protéiforme qui a un statut de travailleur non salarié. « Je vis avec le RSA et les allocations, c'est difficile mais ce statut me permet de faire ce que je veux, ce que je souhaite. » Aujourd'hui, il a fait le choix de ne pas avoir de profession « complémentaire », mais ça n'a pas toujours été le cas. Il a ainsi été vacataire il y a quelques années à la faculté de Grenoble, professeur pendant un an pour un cours optionnel de « didactique des arts contemporains » en licence, ou encore salarié durant deux ans au sein du centre d'art Oui (qui a disparu depuis). Mais travailler à côté se révèle contraignant et oblige parfois l'artiste à délaisser une part importante de son art. Clôde Coulpier, qui exposera pour la galerie Showcase en septembre prochain, a donc décidé de se concentrer uniquement sur la création, dans son appartement grenoblois où le salon est reconverti en atelier.

Quant à Nikodem, cela fait longtemps qu'il a élu « domicile de travail » dans la résidence Utopia (photo), lieu mis à disposition par la Ville de Grenoble, au bout du cours Berriat, en face du Théâtre de poche. L’association, qui milite depuis 11 ans pour trouver des lieux de création pour les artistes grenoblois, permet à une douzaine d'artistes de disposer d'un espace de production artistique. Dans son atelier, Nikodem travaille les plans de sa prochaine intervention murale prévue aux Moulins Villancourt à l'occasion du Mois du graphisme d’Échirolles. « Je cherche de grands murs, mais c'est compliqué », ce qui fait vibrer cet artiste n’étant pas les galeries mais les façades à investir. Alors il démarche sans cesse les institutions (comme les mairies) pour marquer les murs de son art, et chercher à être payé pour son travail.

Exceptions artistiques

Bien sûr, comme dans tous domaines, l'artiste-galère n'est pas une règle immuable, même si elle est prédominante. Grenoble compte actuellement des artistes de premier plan de la scène contemporaine à l'image de Lili Reynaud-Dewar. À bientôt 40 ans, l'artiste, qui navigue entre Paris et Grenoble, a déjà une reconnaissance internationale et fait partie de la sphère réduite des artistes français qui ont su émerger sur la scène fourmillante de l'art – elle a été distinguée en 2013 par le prix de la fondation d'entreprise Ricard, est représentée par la galerie Kamel Mennour à Paris, a exposé dans plusieurs biennales (Berlin en 2008, Lyon en 2013...).

Mais malgré cette légitimité et un emploi du temps chargé (d’où le fait qu’elle n’ait pu répondre à nos questions), on est encore loin des hautes sphères du marché de l'art. Selon le classement Artindex 2011 du Journal des Arts, qui référence les artistes selon leurs ventes, le premier Français de ce tableau de chasse était à la 38e position en la personne de Christian Boltanski avec un bénéfice, selon Artprice (spécialiste mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'art), de plus de 308 000 euros. Mais avant d'atteindre une telle renommée, les chemins de traverse sont bien longs, et dépendants de nombreux facteurs indépendants des artistes.

Vitrine (gratuite)

Car si l'artiste peut tirer un bon profit sur la vente d'une œuvre (suivant la cote sur le marché de l'art), la situation est bien différente pour une exposition. L'ensemble des intervenants est logiquement payé pour la préparation et le déroulement de l'événement, sauf l'artiste, auteur de ce que l'on vient voir. Paradoxe ultime du monde de l'art, les institutions considèrent que c'est une chance pour un artiste d'exposer. Nikodem a récemment eu une désagréable expérience avec l'Espace Dalí à Paris, qui propose jusqu’en mars 2015 une exposition de 22 artistes de street art. Invité à y participer, l'artiste n'est non seulement pas payé, ni défrayé, mais en plus l’organisateur récolte 60% du prix en cas de vente. Révolté, Nikodem refusera à l'avenir de se plier à ce système : « Tous les artistes qui acceptent ces conditions sont en train de tuer la profession. C'est vrai que c'est compliqué, mais nous ne devrions pas tolérer un tel schéma. C'est comme le milieu du graphisme : les gens qui travaillent pour rien envoient de mauvais messages. »

Qu'en est-il de Grenoble ? Au Vog, centre d'art municipal de Fontaine, la directrice Marielle Bouchard choisit les artistes qui exposent, avec comme critère qu'ils soient professionnels et qu'ils aient déjà exposé dans des structures influentes. Ils sont ensuite défrayés et bénéficient d'une subvention. Mais quel que soit l'artiste, quelles que soient les pièces exposées, déjà produites ou créées pour l'événement, chaque artiste touche la même somme. La subvention devient alors soit une aide à la production soit une sorte de cachet quand les œuvres existent déjà. Quant à l'Espace Vallès de Saint-Martin-d'Hères, autre référence locale en matière d’art contemporain, il fonctionne également selon des subventions mais le cahier des charges est plus souple, même s'il est nécessaire d'être inscrit à la Maison des artistes et d'avoir un numéro Siret pour pouvoir exposer. Suivant l'exposition, les frais de production varient de 1 500 € à 4 000 € (4 000 €, c'est le cas par exemple pour l'exposition du fameux duo d'artistes Gilbert et George, prévue en janvier 2015) et s'adaptent selon les besoins de l'artiste.

Petit et grand, pas d'exception

On pourrait supposer que l'absence de rémunération est liée à la petitesse de la structure. Pourtant, au Musée de Grenoble, le son de cloche est le même. Guy Tosatto, le directeur, confie n'avoir jamais rémunéré un artiste, la contribution se matérialisant différemment en assurant le transport, la communication, le catalogue de l'événement, ou en prenant en charge l'assurance des œuvres. Soit une gigantesque promotion du travail de l'artiste, comme ce sera le cas à la fin du mois avec l’Italien Giuseppe Penone. Par ailleurs l'établissement prend rarement en charge les frais de production. « Nous nous concentrons sur des grandes figures de notre temps, les grands jalons de ces 30 dernières années, il est donc rare de produire des œuvres exprès à la différence du Magasin [le Centre national d’art contemporain de Grenoble - NDLR] qui soutient la jeune création contemporaine et l'aide souvent dans la production comme elle manque de moyens. »

En France, il est donc malheureusement convenu de ne pas payer un artiste pour son exposition, même quand les structures en auraient les moyens. D'autres modèles existent à l'étranger, avec par exemple des grilles tarifaires pour rémunérer les artistes lors des expositions. Quant aux galeristes, qui sont pour la plupart dans le domaine privé à l’inverse des institutions précitées, ils sont souvent dans le même cas que les artistes, vivant uniquement de la vente des œuvres qu'ils présentent, avec une part qui varie selon les contrats. Et le marché de l'art étant fortement basé sur la spéculation, les un et les autres tentent de créer un réseau de « fidèles » pour (sur)vivre, avec ou sans statut.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 28 mars 2022 Dans le cadre du Mois décolonial, le Pacifique accueillera jeudi 31 mars "Le tour du monde des danses urbaines en dix villes", une conférence dansée qui revient sur le contexte et les spécificités de danses comme le dancehall, le passinho, le kuduro...
Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Lundi 31 janvier 2022 Avec Yellow Collection, l’espace Vallès ne nous trompe pas sur la marchandise : l’artiste Roland Orépük y expose une série de tableaux dont la géométrie minimale est intégralement construite à partir d’aplats jaunes.
Mardi 4 janvier 2022 À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, l’égyptologue Karine Madrigal donne une conférence le 17 janvier à l’auditorium du musée de Grenoble. Le public grenoblois sera mis au parfum des récentes découvertes issues du fonds...
Vendredi 29 octobre 2021 L'exposition de l'année au musée de Grenoble, "Pierre Bonnard, les couleurs de la lumière", ouvre au public le 30 octobre. Notre avis : c'est magnifique.
Mardi 19 octobre 2021 Ce samedi 23 octobre, le Pacifique propose une soirée dédiée au voguing et au waacking, deux formes de danse underground nées aux Etats-Unis au sein des communautés LGBT noires et latinos. L’occasion pour nous de revenir sur la culture qui les...
Mardi 5 octobre 2021 La fascination que le peintre Nicolas Marciano voue aux ambiances forestières est au moins égale à celle qu’il éprouve à l’égard du monde de l’enfance. C’est (...)
Jeudi 20 mai 2021 Avec Italia Moderna, le musée de Grenoble propose, en écho à l'oeuvre de Morandi, une exposition qui dresse un bel aperçu d’un siècle de création transalpine à travers la sélection d’une soixantaine de pièces issues de ses collections.
Jeudi 20 mai 2021 Figure discrète de la peinture italienne, Morandi n’en a pas moins produit une œuvre qui s’impose comme une sorte d’évidence captivante dont l’exposition du musée de Grenoble rend compte avec élégance.
Mardi 23 mars 2021 Cette année, la Nocturne des étudiants du Musée de Grenoble prend la forme d’un jeu vidéo immersif accessible pendant plusieurs soirées. Les projets artistiques sont mis en scène dans un espace muséographique inédit que le visiteur peut parcourir à...
Vendredi 5 mars 2021 Dix ans après sa première exposition au Vog, le peintre grenoblois Johann Rivat y revient pour nous dévoiler ses dernières réalisations. Une plongée dans un univers pictural singulier où les figures mythologiques côtoient les totems modernes que...
Mardi 2 mars 2021 Le Musée de Grenoble l’a confirmé : sa grande exposition consacrée au peintre italien, qui devait ouvrir en décembre dernier et reste actuellement portes closes, verra sa date de clôture reportée.
Lundi 1 mars 2021 À l’occasion de ses trente ans d’existence, l’équipe de l’espace Vallès, à Saint-Martin-d’Hères, nous invite à découvrir une exposition qui réunit trente artistes accueillis depuis la création de l'établissement, en 1990. Un accrochage rétrospective...
Jeudi 14 janvier 2021 Malgré le couvre-feu culturel imposé par le gouvernement, il y a encore moyen de trouver sur le territoire grenoblois quelques expos à se mettre sous la dent. Le Vog bénéficiant d’être assimilé à la médiathèque municipale, le visiteur curieux peut...
Mardi 8 décembre 2020 Peinture. C'est LE grand événement du Musée de Grenoble prévu pour la fin de l'année : une grande exposition consacrée au peintre italien Giorgio Morandi doit ouvrir ses portes le 16 décembre. Et ce n'est pas tout...
Mardi 22 septembre 2020 "Prends ce récif pour barricade". Sous ce titre aussi poétique qu’énigmatique, Chloé Devanne-Langlais propose au Vog une exposition-installation qui nous projette dans le monde d’après : celui où seul les récifs pourront encore nous abriter.
Mardi 23 juin 2020 Après le Musée de Grenoble, le cimetière Saint-Roch est un bon endroit pour découvrir les artistes grenoblois du XIXe siècle. Une association assure la visite. Explications.
Mardi 23 juin 2020 En réunissant Philippe Calandre et Sylvie Réno dans une exposition intitulée "Dédoublement(s) de réalité", plus que la simple question de la représentation, c’est celle de la reproduction que nous propose d’explorer l’espace Vallès.
Lundi 11 mai 2020 Début de déconfinement oblige, les équipes des musées de Grenoble et de la grande agglo sont à pied d’œuvre pour préparer la réouverture de leurs établissements. D'où cette première liste des lieux où il sera bientôt possible de retourner.
Mercredi 22 avril 2020 Confinement oblige, le centre d’art n’est plus en mesure d’ouvrir ses portes au public. Il reste toutefois actif par le biais d’Internet. Pauline Morgana, médiatrice, fait le point sur la situation actuelle, tout en dévoilant quelques perspectives à...
Mardi 10 mars 2020 C'est un avant-goût de la grande exposition du Musée de Grenoble consacrée aux artistes du XIXe siècle : dimanche 15 mars, l'association Musée en musique organise une journée découverte. On vous en donne les détails...
Mardi 11 février 2020 Évoquant autant l’esthétique pop de David Hockney que la luxuriante naïveté du Douanier Rousseau, l’univers pictural de Marie-Anita Gaube invite à une immersion fascinante dans un monde fantaisiste et inquiétant.
Mardi 21 janvier 2020 Situé à Saint-Martin-d’Hères, l’Espace Vallès fête ses trente ans d’existence. À l’occasion de cet anniversaire, le centre d’art contemporain présentera tout au long de l’année une programmation spéciale, conçue en collaboration avec de nombreux...
Mercredi 27 novembre 2019 Le processus et la vie créative de l'artiste transparaissent au travers de ces dessins géométriques à la dimension parfois carcérale. Une inspiration à découvrir à l'Espace Vallès jusqu'au 21 décembre.
Mardi 12 novembre 2019 Présentées au Vog de Fontaine, les œuvres photographiques et filmiques de Delphine Balley nous plongent dans un univers inquiétant où se jouent d’étranges rituels : mises à mort symboliques, lutte contre les esprits, passages entre les mondes.
Mardi 4 juin 2019 Organisée samedi 8 juin à la Belle électrique pour la clôture du Grenoble Pride Festival, la soirée "Voguing Club !" sera l’occasion de découvrir l’univers unique du voguing (avec les artistes de la Kiki house of Campbell et leur DJ attitré Lazy...
Lundi 4 février 2019 La musique classique russe sera à l’honneur vendredi 8 et samedi 9 février au Musée de Grenoble à l’occasion de "La Folle nuit", événement initié pour la cinquième année par Musée en musique. Déroulé du programme avec Pascale Gaillard,...
Mardi 16 octobre 2018 Jeudi 18 et vendredi 19 octobre, De Féline, alias Delfino, artiste aux multiples casquettes cofondateur du fameux collectif grenoblois Les Barbarins fourchus, dévoilera son premier album solo "High Down Kisses" à la Salle noire. On l'a rencontré en...
Mardi 21 novembre 2017 Depuis le mois de septembre, une grande fresque en trompe-l’œil orne l’un des murs des anciennes usines Cémoi, dans le quartier en refondation de Bouchayer-Viallet. On est allés à la rencontre du collectif qui se cache derrière cette création.
Mardi 16 mai 2017 Samedi 20 mai, c’est la fameuse Nuit européenne des musées, événement couplé en Isère à un week-end baptisé Musées en fête. On a bien lu tous les programmes des lieux qui participeront (des musées donc, mais aussi d’autres institutions culturelles)...
Mardi 18 avril 2017 Grenoble est une très vieille ville, pleine d’impressionnants vestiges des siècles passés. Mais Grenoble est également une ville en mouvement que les architectes ont continué de façonner au siècle dernier. La preuve en douze monuments phares du XXe...
Mercredi 14 décembre 2016 Il se joue sur les murs du Bauhaus un bazar visuel déroutant mais captivant. Cet étrange paradoxe plastique a surgi de la tête du Grenoblois Clôde Coulpier, qui expose au bar rue Chenoise un éventail de son travail, sur le fil du chaos....
Mercredi 7 décembre 2016 Un reportage sur l'exposition "Kandinsky - Les années parisiennes (1933-1944)" proposée jusqu'au dimanche 29 janvier au Musée de Grenoble
Lundi 31 octobre 2016 Pionnier de l’abstraction, animé par une « nécessité intérieure », Vassily Kandinsky (1866-1944) a fait œuvre de spiritualité dans sa peinture. Une peinture qui versa dans le biomorphisme durant ses dernières années à Paris, centre de la nouvelle...
Mardi 6 septembre 2016 Conditionné par le lieu, le geste artistique d’Axel Brun se déploie au creux du Vog, modifiant l’espace en pièce immersive. La déambulation se transforme alors en expérience à l’intérieur de l’œuvre. Bienvenue au cœur d’un travail plastique qui joue...
Vendredi 10 juin 2016 Jeudi 9 juin, Éric Piolle et plusieurs de ses élus ont annoncé publiquement les contours de leur plan dit de « sauvegarde des services publics locaux ». Son but ? Faire des économies, dans tous les domaines.
Mardi 26 avril 2016 Déambuler dans la nature désenchantée de Cristina Iglesias, c'est pénétrer au cœur d'un univers parallèle où la question de la sculpture guide l'architecture. D'installations labyrinthiques en puits irréels, l'Espagnole fait de son art une...
Mardi 12 avril 2016 Ce jeudi 14 avril aurait dû être inaugurée au Vog, centre d’art municipal de Fontaine, une exposition consacrée à l’artiste Philippe Perrin. Mais elle a finalement été annulée par la Ville au vu du « contexte national et...
Mardi 22 mars 2016 Troisième édition pour la Museum Week, semaine mondiale des musées sur Twitter. Sept jours de partages et de découvertes culturels en ligne qui débutent ce lundi 28 mars. À Grenoble, quatre institutions joueront le jeu. On a rencontré la responsable...
Mardi 17 novembre 2015 En 10 ans, 50 artistes sont passés par le centre d'art contemporain de la ville de Fontaine, dévoilant des œuvres figuratives ou abstraites traitant du présent ou faisant référence au passé. En en sélectionnant 17 pour l'exposition collective...
Jeudi 15 octobre 2015 Début octobre, le Musée de Grenoble accrochait sur ses cimaises une nouvelle œuvre : une peinture de l'Italien Giorgio Morandi réalisée en 1939 et représentant une "Nature morte". Du coup, le tableau devient l'acquisition la plus chère...
Mardi 22 septembre 2015 140 cm³, c'est l'espace dévolu aux artistes exposant dans la vitrine de la galerie Showcase. Pour sa nouvelle exposition, Clôde Coulpier a décidé d'y inscrire (...)
Samedi 20 juin 2015 N'en déplaise aux réfractaires, l'art abstrait est une pratique cérébrale signifiante et pleine d'images. L'exposition "Untitled" de l'Espace Vallès, qui regroupe quatre artistes usant de l'abstraction géométrique, en est une parfaite démonstration....
Vendredi 3 juillet 2015 Ce n'est pas vraiment une exposition qui va de Picasso à Warhol, ni même qui présente dix ans d'acquisitions. Pourtant, "De Picasso à Warhol, une décennie d'acquisitions" illustre toute l'ambition du Musée de Grenoble qui dévoile ainsi les œuvres...
Mardi 28 avril 2015 D’Eskil Vogt (Norvège, 1h31) avec Ellen Dorrit Petersen, Henrik Rafaelsen…
Mardi 6 janvier 2015 Il est bon de rappeler, dans un XXIe siècle saturé par un art contemporain parfois superficiel dont Jeff Koons nous donne le parfait exemple avec son (...)
Vendredi 24 octobre 2014 On a beau être reconnu comme l’un des plus beaux musées d’Europe et se vanter de toucher à tous les styles artistiques et toutes les époques majeures de (...)
Mardi 7 octobre 2014 Étudiant, viens donc faire le plein de culture afin d'éviter que ton cerveau ne se transforme en marmelade anglaise. Pour cela, rendez-vous au Musée de (...)
Mardi 30 septembre 2014 Quoi de neuf ? Du côté de la mairie Début septembre, nous avions rencontré Corinne Bernard, nouvelle adjointe aux cultures de Grenoble, pour causer avec (...)
Vendredi 24 janvier 2014 Le 29 janvier 1994 était inauguré le flambant neuf Musée de Grenoble. Pour célébrer cet anniversaire, quatre jours de gratuité et d’animations sont organisés. Mais avant de se (re)plonger dans l’une des plus impressionnantes collections d’œuvres...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter